En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© DR
Le 6 septembre 1940, Hitler ordonne à son aviation de bombarder les objectifs civils.
Achtung
La bataille d’Angleterre : l'erreur stratégique d'Hitler qui a changé le cours de la Seconde Guerre mondiale
Publié le 11 août 2012
Avec Luc Mary
6 septembre 1940. En riposte aux raids britanniques sur Berlin, Hitler ordonne à son aviation de bombarder les objectifs civils. Extraits du livre de Luc Mary : "Les décisions les plus absurdes de l'Histoire" (2/2).
Luc Mary est un écrivain et historien. Il a notamment écrit Mary Stuart, la reine aux trois couronnes (l'Archipel, 2009) et Jeanne d'Arc (Larousse, 2012). Il a aussi coécrit avec Philippe Valode Et si... Napoléon avait triomphé à Waterloo ? L&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Mary
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Mary est un écrivain et historien. Il a notamment écrit Mary Stuart, la reine aux trois couronnes (l'Archipel, 2009) et Jeanne d'Arc (Larousse, 2012). Il a aussi coécrit avec Philippe Valode Et si... Napoléon avait triomphé à Waterloo ? L&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
6 septembre 1940. En riposte aux raids britanniques sur Berlin, Hitler ordonne à son aviation de bombarder les objectifs civils. Extraits du livre de Luc Mary : "Les décisions les plus absurdes de l'Histoire" (2/2).
Avec Luc Mary

Devant le refus britannique de céder à ses exigences, Hitler décide, le 16 juillet 1940, d’accélérer le cours des événements en déclenchant l’opération Seelöwe. Il s’agit d’asphyxier l’économie de l’Angleterre et de préparer un débarquement sur ses côtes (Portsmouth, Brighton) par un intense bombardement de ses ports et de ses aérodromes. A priori, le rapport de force est favorable aux avions de la Luftwaffe de Goering. Les Allemands disposent ainsi de la supériorité numérique : pas moins de deux mille cinq cents appareils composent leur flotte aérienne contre à peine sept cents pour les Anglais.

[...]

Après s’être attaqué, sans grand succès, aux ports anglais dès le début du mois d’août 1940, Hitler ordonne à son aviation de changer de cibles et de détruire dorénavant les usines d’armement et les aérodromes du sud-est de l’Angleterre. L’objectif est de clouer au sol les Spitfire et autres Hurricane britanniques avant qu’ils ne décollent. Mais ordre a été donné de ne surtout pas bombarder les villes anglaises. Agissant encore en fin stratège, le Führer comprend que seule la paralysie du tissu militaro-industriel britannique peut faciliter le débarquement des troupes allemandes sur les côtes anglaises. À compter de la deuxième semaine d’août, l’offensive aérienne de la Luftwaffe s’intensifie.

[...]

En l’espace de dix jours, même si la Luftwaffe accuse 367 appareils abattus, les Anglais constatent la perte de 183. Pour couronner le tout, la plupart de leurs aérodromes sont détruits et la moitié de leurs stations radar et de leurs usines d’armement ne fonctionnent plus. Au soir du 24 août, l’Angleterre frôle la tragédie quand un « miracle » survient : un aviateur allemand largue par erreur ses bombes sur la banlieue de Londres. Une erreur de navigation beaucoup moins anodine qu’il n’y paraît… En vérité, ce pilote a malgré lui changé le cours de la guerre.

[...]

Le bombardement de Londres déchaîne la colère des Anglais. À commencer par celle de Churchill. Croyant à tort à une manœuvre délibérée de la Luftwaffe, le Premier ministre de Sa Majesté ne décolère pas : Hitler ose s’en prendre directement à la population civile ! Aussi décide-t-il de contre-attaquer. Sitôt le 26 août, Churchill ordonne à la RAF de bombarder l’Allemagne et en particulier d’écraser sous les bombes la ville de Berlin. « Décision absurde » à plus d’un titre, elle s’avère pourtant très efficace sur le long terme. Expliquons-nous : sur les 81 appareils anglais en partance pour Berlin, seulement un tiers d’entre eux réintègre les aérodromes de Grande-Bretagne à l’issue du raid. En termes clairs, l’opération aérienne sur Berlin est un échec cuisant. Mais c’est sans compter son impact psychologique sur les Allemands : il est énorme. Pour la première fois depuis le début de la guerre, le Grand Reich est attaqué sur son propre sol.

Hitler, le premier, est ulcéré. Tout comme Churchill quelques jours plus tôt, il perd patience et ordonne à ses aviateurs de s’en prendre à leur tour aux agglomérations anglaises. Assurément, l’émotion l’emporte ici sur la stratégie. « Nous raserons leurs grandes villes ! » vocifère le Führer au Sportpalast. C’est l’erreur fatale d’Hitler. Alors que son aviation est sur le point d’anéantir la Royal Air Force, il change brutalement d’objectif sur un simple « coup de gueule ». À compter du 6 septembre 1940, la Luftwaffe déverse ses bombes sur Londres, Birmingham, Liverpool, Manchester.

[...]

Désormais, Hitler ne veut plus détruire le complexe militaro-industriel de l’Angleterre mais en terroriser la population, pensant à tort lui briser le moral. Un autre mauvais calcul. Plus les bombes tombent sur Londres et les autres cités du Royaume-Uni, plus la population enrage et se soude autour de son leader. Mieux encore, le bombardement allemand centré exclusivement sur les villes anglaises permet à la RAF de se refaire une santé. Des aérodromes aux lignes de communication en passant par les centres de commandement et leurs stations radar, les Anglais profitent de l’absence de pilonnage de leurs bases militaires pour les remettre sur pied. S’ensuit un redressement spectaculaire de l’aviation britannique.

Repérée par les radars, l’offensive aérienne allemande du 15 septembre est mise en échec. Harcelés par les escadrilles britanniques, une cinquantaine de chasseurs et de bombardiers de la Luftwaffe sont mis hors d’état de nuire. Les Anglais considèrent le 15 septembre comme « le jour de la bataille d’Angleterre ». Constatant l’échec de l’action de son armée de l’air, Hitler décide de suspendre l’opération Seelöwe.

____________________________________________

Extrait de "Les décisions les plus absurdes de l'histoire", Les éditions de l'Opportun (mai 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Le conflit Huawei peut-il mener les Etats-Unis vers la récession
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Saturne92
- 11/08/2012 - 18:48
@Thomas Bishop-Garnier
D'après vous, "l'armée allemande a eu plus de 140 000 morts en 5 semaines d'affrontements". Pouvez-vous préciser votre source ?

Je me demande si vos propos relèvent de l'Histoire ou plutôt d'un parti pris que je peux comprendre mais qui n'est plus de l'Histoire..
Franck Boizard
- 11/08/2012 - 14:02
Il faut remettre les choses un peu droites
L'intention d'Hitler n'a jamais été d'envahir l'Angleterre mais de la forcer à une paix de compromis.

Dans cette optique, s'attaquer aux civils qui, après tout, votent, n'était pas complètement idiot, même si, à l'usage, c'est l'effet inverse qui a été obtenu.
Thomas Bishop-Garnier
- 11/08/2012 - 11:15
Une victoire française en 1940, avec les Britanniques !
La victoire militaire des Britanniques de 1940 est incontestablement une victore du Royaume-Uni, des Britanniques et de Winston Churchill mais il ne faut pas oublier l'apport durant cette "Bataille d'Angleterre" des pilotes des autres aviations alliées, à commencer par celle des pilotes français qui ont participé mais aussi abattu des centaines d'avions allemands ( mais aussi italiens ) lors du mois de juin.

La propagande allemande, relayée par celle des "collabos", a tout fait pour effacer les resistances françaises durant cette bataille de France au point de ... tourner des images de propagnade en juillet, puis aout 1940.

A noter egalement que l'armée allemande a eu plus de 140.000 morts en 5 semaines d'affrontements avec l'armée française et que l'armée italienne a été battu par l'armée française dans les Alpes.

De meme que l'armée française avait demandé à l'installer en territoire belge, particulièrement dans les Ardennes et les autorités de la Belgique avait refusé par "esprit d'apaisement".