En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 7 heures 39 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 10 heures 57 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 12 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 17 heures 54 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 8 heures 37 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 11 heures 6 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 18 heures 11 min
Intervention présidentielle

Sarkozy : est-ce que l'habit fait le président ?

Publié le 28 février 2011
Hier soir, le président de la République prononçait une allocution à l'ambition historique. Le sémiologue Denis Bertrand analyse les décalages entre la mise en scène et la portée réelle du propos.
Denis Bertrand est sémiologue. Il enseigne la littérature française à l'université Paris VIII. On peut consulter sur le web plusieurs de ses analyses d'anciennes saynètes de l'actualité, sous l'intitulé Denis décode.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Bertrand est sémiologue. Il enseigne la littérature française à l'université Paris VIII. On peut consulter sur le web plusieurs de ses analyses d'anciennes saynètes de l'actualité, sous l'intitulé Denis décode.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hier soir, le président de la République prononçait une allocution à l'ambition historique. Le sémiologue Denis Bertrand analyse les décalages entre la mise en scène et la portée réelle du propos.

Tout a été fait pour donner un habillage d’évènement historique à cette allocution, le lieu, le temps, et la personne. C’est une mise en scène qui frappe par sa solennité, son caractère mitterrandien. On pense immédiatement à la photographie de Mitterrand devant ses livres. C’est tout juste si Nicolas Sarkozy n’a pas ouvert devant lui les essais de Montaigne !

Tous ces ingrédients, l’absence de gestes, de mimiques, le plan de face très serré vont de pair avec des propos eux-mêmes très serrés. De même, la qualité formelle de la langue, la brièveté de l’allocution, tout cela en à peine sept minutes. Cette durée n'est pas anodine : c’est celle qui convient aux grands évènements historiques, tout comme la structuration du discours en trois parties.

D’abord le contexte général et international, ensuite l’action proposée et le remaniement en question, enfin la clôture du discours avec ses grandes anaphores oratoires, « mes chers compatriotes », qui reviennent à trois reprises.

Derrière cette ambition "historique" du discours, les questions qui viennent à l'esprit sont : « qu’en est-il est des habits neufs du président Sarkozy ? S'agit-il simplement d'un rôle parmi d’autres ? Ou est-ce destiné a réorienter la fonction présidentielle ? »

Nicolas Sarkozy ne garde jamais longtemps ses habits de président

Et s'il y avait un schéma structurel ? Lorsque Nicolas Sarkozy endosse les habits du président, l'expérience tend à montrer que ça ne dure jamais longtemps. Si l'on s'en fie aux précédents, on peut s’attendre à un changement de registre, un changement de contenu et d’attitude à venir dans les jours qui suivent. C’est un schéma qui se présente chez Nicolas Sarkozy depuis 2007 dans la mise en place de ses discours et dans ses changements de rôles.

J’ai trois exemples : lorsqu’il avait évoqué en 2008 une « politique de civilisation » avec beaucoup de solennité, en s’appuyant sur les travaux d’Edgard Morin, tout cela pour accoucher de la réforme de l’audiovisuel, en supprimant la publicité à la télévision. Depuis il n’a plus été question de "politique de civilisation", ce qui fait apparaître le contraste abyssal entre l’ambition visionnaire d’une "politique de civilisation" et le caractère très oratoire et conjoncturel d’une réforme mineure.

Autre trait de ce contraste, en décembre dernier, lors du remaniement ministériel annoncé en grande pompes depuis des mois : il a été interprété comme une volonté de prendre de la distance, de la hauteur de vue. Pourtant, quelques jours plus tard, il y a eu cet événement, l’adresse aux journalistes "amis pédophiles, je vous salue". Tout l’édifice s’effondrait, toute la projection d’un rôle présidentiel distancié et préoccupé des plus grandes affaires du pays se noyait dans cette espèce de familiarité gouailleuse, blague d’un goût douteux.

En janvier dernier enfin, il a présenté un discours devant le corps diplomatique et la presse réunis pour parler de la présidence du G20 , ou il exprimait l’ambition pour la France d’une révolution mondiale de l’économie et des finances. Pourtant, s’en est suivi le pataquès diplomatique de la France avec les révolutions arabes, le Mexique, et la Turquie il y a deux jours. Il y a dans sa manière d'endosser les habits du Président un caractère un peu systémique.

Une vision apocalyptique du monde, une réponse de DRH

Pour le regard d’un analyste de discours, il y a un contraste un peu impressionnant entre le début et la fin du discours. Dans la première partie, la vision de la situation internationale est livrée avec un discours a la fois explicatif et apocalyptique. "Nous savons ce que pourraient être les conséquences de telles tragédies sur des flux migratoires devenus incontrôlables" -le président ajoute alors mezzo voce "et sur le terrorisme., c'est toute l'Europe alors qui serait en première ligne".

Cette première partie jure avec la deuxième partie du discours, une simple annonce de politique intérieure, avec les trois nominations d'Alain Juppé, Gérard Longuet et Claude Guéant. Ce qui est évidemment frappant c’est le catastrophisme du "n’ayez pas peur, nous sommes aux commandes", avec le règlement d’un problème de politique intérieure qui est presque un problème de direction du personnel.

D’où le souci qui se pose pour le téléspectateur : qu’est ce qui prime ? Le problème international, ou le problème intérieur ? La tension de gravité qu’exprime le visage du président, est-ce une tension liée à la gravité de la situation internationale ou à la gravité du problème intérieur ?

On a dans tous ces écarts et les contrastes à l’intérieur du discours, des éléments décrédibilisants, c’est, à mon avis, le problème cardinal du président. Et au final, Il ne dit pas un seul mot sur les sortants…

Propos recueillis par Jean-Baptiste Giraud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022