En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 13 min 36 sec
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 2 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 4 heures 22 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 5 heures 23 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 9 heures 3 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 9 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 9 heures 7 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 3 heures 18 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 4 heures 53 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 9 heures 8 min
Intervention présidentielle

Sarkozy : est-ce que l'habit fait le président ?

Publié le 28 février 2011
Hier soir, le président de la République prononçait une allocution à l'ambition historique. Le sémiologue Denis Bertrand analyse les décalages entre la mise en scène et la portée réelle du propos.
Denis Bertrand est sémiologue. Il enseigne la littérature française à l'université Paris VIII. On peut consulter sur le web plusieurs de ses analyses d'anciennes saynètes de l'actualité, sous l'intitulé Denis décode.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Bertrand est sémiologue. Il enseigne la littérature française à l'université Paris VIII. On peut consulter sur le web plusieurs de ses analyses d'anciennes saynètes de l'actualité, sous l'intitulé Denis décode.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hier soir, le président de la République prononçait une allocution à l'ambition historique. Le sémiologue Denis Bertrand analyse les décalages entre la mise en scène et la portée réelle du propos.

Tout a été fait pour donner un habillage d’évènement historique à cette allocution, le lieu, le temps, et la personne. C’est une mise en scène qui frappe par sa solennité, son caractère mitterrandien. On pense immédiatement à la photographie de Mitterrand devant ses livres. C’est tout juste si Nicolas Sarkozy n’a pas ouvert devant lui les essais de Montaigne !

Tous ces ingrédients, l’absence de gestes, de mimiques, le plan de face très serré vont de pair avec des propos eux-mêmes très serrés. De même, la qualité formelle de la langue, la brièveté de l’allocution, tout cela en à peine sept minutes. Cette durée n'est pas anodine : c’est celle qui convient aux grands évènements historiques, tout comme la structuration du discours en trois parties.

D’abord le contexte général et international, ensuite l’action proposée et le remaniement en question, enfin la clôture du discours avec ses grandes anaphores oratoires, « mes chers compatriotes », qui reviennent à trois reprises.

Derrière cette ambition "historique" du discours, les questions qui viennent à l'esprit sont : « qu’en est-il est des habits neufs du président Sarkozy ? S'agit-il simplement d'un rôle parmi d’autres ? Ou est-ce destiné a réorienter la fonction présidentielle ? »

Nicolas Sarkozy ne garde jamais longtemps ses habits de président

Et s'il y avait un schéma structurel ? Lorsque Nicolas Sarkozy endosse les habits du président, l'expérience tend à montrer que ça ne dure jamais longtemps. Si l'on s'en fie aux précédents, on peut s’attendre à un changement de registre, un changement de contenu et d’attitude à venir dans les jours qui suivent. C’est un schéma qui se présente chez Nicolas Sarkozy depuis 2007 dans la mise en place de ses discours et dans ses changements de rôles.

J’ai trois exemples : lorsqu’il avait évoqué en 2008 une « politique de civilisation » avec beaucoup de solennité, en s’appuyant sur les travaux d’Edgard Morin, tout cela pour accoucher de la réforme de l’audiovisuel, en supprimant la publicité à la télévision. Depuis il n’a plus été question de "politique de civilisation", ce qui fait apparaître le contraste abyssal entre l’ambition visionnaire d’une "politique de civilisation" et le caractère très oratoire et conjoncturel d’une réforme mineure.

Autre trait de ce contraste, en décembre dernier, lors du remaniement ministériel annoncé en grande pompes depuis des mois : il a été interprété comme une volonté de prendre de la distance, de la hauteur de vue. Pourtant, quelques jours plus tard, il y a eu cet événement, l’adresse aux journalistes "amis pédophiles, je vous salue". Tout l’édifice s’effondrait, toute la projection d’un rôle présidentiel distancié et préoccupé des plus grandes affaires du pays se noyait dans cette espèce de familiarité gouailleuse, blague d’un goût douteux.

En janvier dernier enfin, il a présenté un discours devant le corps diplomatique et la presse réunis pour parler de la présidence du G20 , ou il exprimait l’ambition pour la France d’une révolution mondiale de l’économie et des finances. Pourtant, s’en est suivi le pataquès diplomatique de la France avec les révolutions arabes, le Mexique, et la Turquie il y a deux jours. Il y a dans sa manière d'endosser les habits du Président un caractère un peu systémique.

Une vision apocalyptique du monde, une réponse de DRH

Pour le regard d’un analyste de discours, il y a un contraste un peu impressionnant entre le début et la fin du discours. Dans la première partie, la vision de la situation internationale est livrée avec un discours a la fois explicatif et apocalyptique. "Nous savons ce que pourraient être les conséquences de telles tragédies sur des flux migratoires devenus incontrôlables" -le président ajoute alors mezzo voce "et sur le terrorisme., c'est toute l'Europe alors qui serait en première ligne".

Cette première partie jure avec la deuxième partie du discours, une simple annonce de politique intérieure, avec les trois nominations d'Alain Juppé, Gérard Longuet et Claude Guéant. Ce qui est évidemment frappant c’est le catastrophisme du "n’ayez pas peur, nous sommes aux commandes", avec le règlement d’un problème de politique intérieure qui est presque un problème de direction du personnel.

D’où le souci qui se pose pour le téléspectateur : qu’est ce qui prime ? Le problème international, ou le problème intérieur ? La tension de gravité qu’exprime le visage du président, est-ce une tension liée à la gravité de la situation internationale ou à la gravité du problème intérieur ?

On a dans tous ces écarts et les contrastes à l’intérieur du discours, des éléments décrédibilisants, c’est, à mon avis, le problème cardinal du président. Et au final, Il ne dit pas un seul mot sur les sortants…

Propos recueillis par Jean-Baptiste Giraud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !