En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Bien vieillir

Sport : vendre sa Rolex pour financer sa retraite ?

Publié le 28 février 2011
Il est de bon ton de dénoncer les salaires pharaoniques de certains sportifs. Mais qui dit certains ne dit pas tous…
Charlotte Feraille est rédactrice en chef du magazine On the Field.Le premier numéro est dans les kiosques depuis ce samedi 25 juin.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charlotte Feraille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charlotte Feraille est rédactrice en chef du magazine On the Field.Le premier numéro est dans les kiosques depuis ce samedi 25 juin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est de bon ton de dénoncer les salaires pharaoniques de certains sportifs. Mais qui dit certains ne dit pas tous…

Oubliez Zinedine Zidane, Sébastien Chabal ou Jo-Wilfried Tsonga. Si les stars du football, du rugby ou du tennis semblent à l’abri du besoin, il convient de rappeler que sur les quelques 6500 athlètes de haut-niveau – judokas, lutteurs, nageurs, rameurs, etc – inscrits sur les listes ministérielles, 2500, soit près du tiers d’entre eux, ne touchent pas de revenus leur permettant se s’affilier à une caisse de retraite (projet de loi relatif à la retraite des sportifs de haut-niveau présenté par JF Lamour, PV du 22 février 2007). Lorsqu’ils sont rémunérés par leur club, nombreux sont ceux dont les revenus ne sont pas suffisants pour valider quatre trimestres de cotisation par an. Les plus démunis ainsi que les plus brillants d’entre eux touchent certes des bourses de l’INSEP et sont nourris-logés par l’institution. Mais tous les sportifs amenés à représenter la France lors de tournois internationaux ne sont pas concernés et bourses ou primes de performance ne sont de toute façon pas suffisantes pour leur permettre de cotiser pour leur retraite. Leur carrière sportive ne s’achevant qu’aux alentours des 30-35 ans – celle-ci tend en effet à s’allonger -  ils sont donc amenés à ne cotiser que très tardivement.

De grandes disparités entre sportifs

Si quelques sportifs de haut-niveau hyper médiatiques – principalement masculins –auront peu de mal à se reconvertir dans la publicité ou la politique, d’autres se retrouveront entraineurs, avec des salaires proportionnels à la notoriété dont le club employeur bénéficie. En effet, il s’avère très difficile de concilier études et sport de haut-niveau, puisqu’il s’agit pour le jeune athlète de mener de front trois vies : sportive, scolaire, professionnelle. De même que les étudiants en faculté, ils se voient parfois contraints d’accepter des jobs de serveurs, caissiers, déménageurs voire gogo danseurs (c’est malheureusement une réalité, j’en connais pas mal mais cela les gêne d’en parler en leur nom) pour les plus beaux d’entre eux. Drôle de vie donc pour un individu censé avoir une hygiène de vie irréprochable ! Difficile aussi de mener de grandes études et ainsi se préparer à une reconversion professionnelle brillante ! Cependant, au regard de la question liée au régime des retraites, ces jeunes gens sont peut-être finalement les plus chanceux dans la mesure où poussés plus tôt dans la vie active, ils peuvent espérer toucher une pension retraite complète avant  d’atteindre un âge canonique.

Un manque de considération politique

Afin de remédier à ces problèmes, Jean François Lamour avait proposé en 2007, lorsqu’il était Ministre de la Jeunesse, des sports et de la vie associative,  un projet de loi où l’Etat finançait une partie de la retraite des sportifs de haut-niveau[1]. Cette proposition de loi n’a pas été intégrée au projet de réforme des retraites de novembre dernier, malgré les promesses de Rama Yade (alors Secrétaire d’Etat en charge des sports) d’améliorer les conditions sociales des sportifs de haut niveau.

Et si ceux-ci se mettaient en grève, prenant exemple sur leurs homologues footballeurs… Les enjeux sportifs internationaux ne pourraient-ils pas pousser les politiques à prendre au sérieux cette réalité sociale ?  Car, c’est un fait, le sport de haut niveau représente bel et bien une niche de pauvreté.



[1] Ce projet de loi ajoutait au code de la sécurité sociale un article L. 381-33 prévoyant : qu’ «  est affiliée obligatoirement à l’assurance vieillesse du régime général de sécurité sociale, y compris si elle en relève à un autre titre, la personne inscrite au 1er janvier de l’année considérée sur la liste des sportifs de haut niveau prévue au premier alinéa de l’article L. 221-2 du code du sport, sous réserve de conditions d’âge minimale et maximale fixées par décret, pour autant que ses ressources de toute nature sont inférieures à un plafond fixé par décret », sous réserve du paiement d’une cotisation annuelle entièrement à la charge de l’Etat.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
retraites, Sportifs
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !