En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 3 heures 18 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 4 heures 6 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 5 heures 36 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 6 heures 53 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 9 heures 14 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 11 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 3 heures 42 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 4 heures 52 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 6 heures 12 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 8 heures 37 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 10 heures 49 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 12 heures 55 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 13 heures 35 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 15 heures 27 min
Brejnev revival

Erreur diplomatique : en soutenant el-Assad, la Russie sombre dans un cul-de-sac stratégique

Publié le 31 juillet 2012
L'attitude de Poutine dans le conflit syrien rappelle celle de Brejnev dans les années 1960 avec l'Egypte de Nasser.
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'attitude de Poutine dans le conflit syrien rappelle celle de Brejnev dans les années 1960 avec l'Egypte de Nasser.

Que ce soit par inertie ou par désir de rejouer le match de la Guerre froide, Vladimir Poutine fait montre, à l’égard du conflit syrien, des mêmes faiblesses et des mêmes défaillances stratégiques que son prédécesseur et ancien patron Leonid Brejnev.

Rappelons, pour commencer, l’alliance au cours des années 60 entre l’Union soviétique et l'Égypte de Nasser. Tout allait pour le mieux entre Le Caire et Moscou… jusqu’au moment où le successeur de Nasser, Anwar el-Sadate, décida de bouleverser les engagements géopolitiques de son pays. Au grand dam de Brejnev, l’Egypte rompit ses liens politiques et militaires avec l’Urss et devint le principal partenaire des États-Unis dans le monde arabo-musulman.

Aujourd’hui, Poutine se retrouve avec la Syrie dans un cul-de-sac stratégique qui n’est pas sans rappeler les déboires de Brejnev avec l’Egypte. Sauf que, cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un partenaire stratégique qui s’échappe mais d’un allié qui devient un boulet. Toujours est-il que dans les deux cas, Moscou donne l’impression de subir les événements, de s’ajuster aux prises de position de son partenaire, sans pouvoir façonner celles-ci à son profit.

En défendant le régime de Bachar el-Assad sur le terrain diplomatique, Moscou compte préserver le seul accès à la Méditerranée dont il dispose, c’est-à-dire le port syrien de Tartous, de même que son lucratif commerce d’armes avec Damas.

Le problème, car problème il y a, réside dans le fait que, indépendamment de l’issue du conflit syrien, le soutien tous azimuts offert à Bachar el-Assad portera un coup dur au poids de Moscou au Moyen-Orient – un coup comparable à celui causé par la rupture des liens entre l'Égypte et l’Union soviétique du temps de Brejnev. En effet, il sera désormais difficile, voire impossible, de trouver des régimes sunnites disposés à entrer dans des partenariats, commerciaux, militaires ou autres, avec une Russie devenue le principal obstacle au renversement de leur ennemi Bachar el-Assad.

Même si ce dernier parvenait à garder le pouvoir en Syrie, la Russie en sortirait perdante sur le plan géopolitique. Les intérêts russes en Syrie, notamment ses installations dans le port de Tartous, deviendraient une dangereuse source de friction avec les forces rebelles syriennes. Les régimes sunnites de la région seraient pour leur part tentés de soutenir financièrement les groupes qui combattent l’hégémonie russe à la périphérie de la Communauté des États Indépendants. Puis, compte tenu du niveau de destruction physique et économique causée par la guerre en Syrie, la Russie devra de toute évidence faire une croix sur ses créances auprès de Damas – comme dut le faire Brejnev à l’égard de l'Égypte.

Une seconde analogie entre Brejnev et Poutine a trait à l’usage répété du droit de veto de la Russie au sein du Conseil de sécurité des Nations unies.

Poutine aurait eu à gagner d’un compromis au sein de l’Onu, à savoir : l’acceptation par Poutine d’une résolution prévoyant le départ de Bachar el-Assad en échange d’un rôle de premier plan pour la Russie dans la formation d’un gouvernement de transition en Syrie. Mais Poutine a rejeté cette option diplomatique, préférant s’inscrire dans la droite ligne d’Andrei Gromyko, ministre des Affaires étrangères de Brejnev, qui acquit le surnom de « M. Nyet » (« M. Non ») pour ses fréquents vétos à des projets de résolution de l’Onu.

L’obstruction systématique de Poutine à des projets de résolution contre Bachar el-Assad a en réalité fait le jeu des États-Unis. La chute du régime syrien ouvrirait la porte à des périls considérables : violence inter-communautaire, essor du terrorisme, fragmentation du pays, déstabilisation du Liban et de la Jordanie, dissémination d’armes chimiques, autant de dangers qui guettent à l’horizon. Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant de voir l’administration américaine hésiter à mettre les pieds dans le bourbier syrien. D’où l’utilité pour Washington des vétos russes à l’Onu : le président Obama peut ainsi esquiver tout engagement en Syrie, rendant la Russie responsable de l’absence d’une action internationale vigoureuse face au carnage en Syrie.

Cela nous amène à la troisième analogie entre Brejnev et Poutine : comme à l’époque de Brejnev, Moscou aura perdu la guerre des images au profit de Washington.

De par l’invasion soviétique en Afghanistan et la répression du mouvement de contestation en Europe de l’Est, Brejnev avait réussi l’inimaginable : faire oublier la déconfiture américaine au Vietnam. En effet, les images de la guerre du Vietnam n’avaient pas encore bruni quand elles furent délogées par celles des troupes soviétiques empêtrées en Afghanistan et par celles des manifestants en Europe de l’Est matraqués et emprisonnés sur l’ordre du Kremlin.

Aujourd’hui, Poutine aura accompli une contre-prouesse comparable. Le départ calamiteux des troupes américaines d’Iraq et d’Afghanistan aura été relégué à un second plan au fur et à mesure que les images de la boucherie syrienne – soutenue par la diplomatie russe – envahissent les écrans de télé.

L’administration Obama semblait, jusqu’à peu, vouloir jouer elle aussi la carte de Bachar el-Assad, la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton ayant qualifié ce dernier de « réformateur » pas plus tard qu’en mars de l’an passé. Mais les États-Unis ont opportunément changé de discours, adoptant une rhétorique anti-Bachar. Tant et si bien que c’est l’image de Moscou auprès de l’opinion internationale, et non pas celle de Washington, qui, en même temps que le régime syrien, est en train de s’écrouler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Messaline
- 01/08/2012 - 18:28
nimbuss a raison
De par ses méthodes autoritaires, voire dictatoriales, Poutine se prépare lui-même une fin politique qui ne sera pas très différente de celle de Bachar.
nimbuss
- 01/08/2012 - 17:42
Oui les USA, le Qatar, les
Oui les USA, le Qatar, les salafistes etc.......

Mais le principal responsable n'est il pas le régime lui même. La syrie a connu 2 présidents (dictateurs) en 40 ans.
Je pense que parmi la population il y a des gens qui ont des raison d'être excédés.

Poutine a force de rester cloué comme une moule au pouvoir suit le même chemin qu'Assad
l'enclume
- 01/08/2012 - 10:40
Erreur diplomatique
@LIBERAL44
Vous avez raison, les 3 jeunes chanteuses, incarcérées à Moscou, pour avoir écrit et chanté une ritournelle contre Poutine, ce sont de véritables TERRORRRRISSSTTEES!!!!!!!!!!