En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© DR
Ce week-end, un enfant est mort noyé dans un lac de l'Aude dans des circonstances encore non élucidées alors qu'il était en colonie de vacances.
Merci papa, merci maman
Noyades, pédophilie, coût élevé : faut-il avoir peur des colonies de vacances ?
Publié le 01 août 2012
Samedi, un adolescent de 17 ans s'est noyé dans un lac de l'Aude, pourtant interdit à la baignade. Accueilli dans une colonie de vacances, il aurait dû être encadré par des animateurs. Le goût du risque des enfants est-il en train de donner le coup de grâce à des colonies déjà bien en difficulté ?
Laura Lee Downs est directeur d'études au Centre de recherches historiques à l'EHESS.Elle est l'auteure, entre autres, de Histoire des colonies de vacances de 1880 à nos jours (Perrin / 2009).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laura Lee Downs
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laura Lee Downs est directeur d'études au Centre de recherches historiques à l'EHESS.Elle est l'auteure, entre autres, de Histoire des colonies de vacances de 1880 à nos jours (Perrin / 2009).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samedi, un adolescent de 17 ans s'est noyé dans un lac de l'Aude, pourtant interdit à la baignade. Accueilli dans une colonie de vacances, il aurait dû être encadré par des animateurs. Le goût du risque des enfants est-il en train de donner le coup de grâce à des colonies déjà bien en difficulté ?

Atlantico : Ce week-end, un enfant est mort noyé dans un lac de l'Aude dans des circonstances encore non élucidées alors qu'il était en colonie de vacances. Faut-il s'inquiéter du manque de sécurité qui règne dans les camps de vacances ?

Laura Lee Downs : Les commentaires qui ont suivi la noyade de l’adolescent âgé de 17 ans dans le lac du Gouffre de l'œil doux montrent bien ce que les parents, et plus généralement la société, attendent de la colonie de vacances aujourd’hui : passer ses vacances dans un lieu sûr. "L’œil doux est connu pour sa dangerosité", disent-ils, critiquant "l'immaturité des animateurs" et "le manque d’autorité des parents qui se répercute sur celle des encadrants". Ces inquiétudes qui s'expriment aujourd'hui étaient déjà celles que connaissaient les colonies du XXe siècle, comme la colonie d’Ivry-sur-Seine que j’ai étudiée.

La colonie de vacances, comme l’école, est toujours censée compléter l’éducation de l’enfant. Elle doit donc permettre de veiller aussi bien sur les enfants que le font l’école ou les parents. Depuis le début, les colonies se vendent au grand public par leur caractère familial, ce qui inclut la sécurité.

Les colonies d'aujourd'hui comportent t-elles plus de risques que celles du siècle dernier ?

Au tout début des colonies, les activités n’étaient pas très sportives. Il s’agissait de promenades et de baignades dans des rivières ou au bord de la mer, mais sans forcément nager. J’ai vu des archives qui décrivaient les mesures de sécurité mises en place à l’époque par les moniteurs : par exemple dans la colonie de vacances d’Ivry-sur-Seine dans les années 1930-1940 qui se trouvait sur la côte atlantique, où les moniteurs surveillaient la baignade des 800 à 1000 enfants par groupes de 80 enfants en faisant une chaîne humaine dans l’eau, pendant tout l’après-midi, de telle sorte que les enfants ne puissent pas s’ « échapper ». L’eau n’allait alors pas plus haut que le niveau de la taille et les enfants ne nageaient pas. Pourtant, cela n’empêchait pas les organisateurs de la colonie d’être très vigilants à l’égard de la noyade.

Au contraire, aujourd’hui, les sports extrêmes se sont popularisés, ce qui a accrut le risque. Je n’ai pas consulté de statistiques, mais il me semble qu’avec l’extension des activités, et notamment des activités extrêmes, le risque a forcément augmenté. Si le programme est confiné à la baignade dans les eaux peu profondes et à la promenade, il y a forcément moins de risques. Néanmoins, les accidents pouvaient arriver. Dans cette colonie d’Ivry, par exemple, entourée d’une grande pinède, un enfant est mort d’une morsure de vipère.

Il ne faut toutefois pas oublier que les conditions de sécurité sont plus drastiques aujourd’hui, et que tout accident bénéficie désormais d’une couverture médiatique incomparable. Les moyens n’étaient pas les mêmes. La communication des colonies municipales passait par la mairie, tout au plus diffusait-on un film de la colonie chaque année. Mais on ne parlait ni des accidents ni des décès d’enfants. Imaginez seulement un autre adolescent faisant des photos avec son portable, aurait-il bénéficié de la même couverture médiatique ?

Il en va de même pour la question de la pédophilie. En réalité, les risques n’ont probablement pas augmenté, mais depuis une quinzaine d’années, l’inquiétude est patente, ce qui a endommagé l’image de la colonie de vacances aux yeux du public. Les rumeurs, les histoires circulent et expliquent aussi que les parents préfèrent garder leurs enfants près d’eux.

Cela pourrait t-il entraîner la fin des colonies de vacances ?

La colonie de vacances est en chute libre, au profit d’autres formes de vacances, et cela n’est pas uniquement dû à la peur du risque. Dans les classes moyennes supérieures, les enfants partent avec la famille ou se lancent dans des activités onéreuses. Les enfants des classes populaires, au contraire, vont soit dans des centres aérés sans hébergement, soit ne vont nulle part. C’est au moins 20% des enfants qui ne partent pas et n’ont aucune activité de loisirs encadrés. Ce déclin est donc dû à des raisons financières.

D’autre part, les parents ont des vacances plus longues, les vacances familialres ont pris le pas sur les vacances en collectivité enfantine.

Faut-il le regretter ?

A « l'âge d’or » des colonies de vacances, dans les années 1930 à 1950, entre 12 et 15% de la population enfantine partait plusieurs semaines durant l’été. C’est une expérience de vie en collectivité et d’éloignement des parents qui oblige l’enfant à grandir, à apprendre à se débrouiller. C’était une des grandes réussites de la France. La colonie se concevait comme un lieu d’éducation citoyenne, de mixité sociale. Or aujourd’hui, nous connaissons plutôt un repli sur la famille, sur le quartier. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Fredouat
- 02/08/2012 - 16:47
@loph Mme Downs n'étaye son
@loph
Mme Downs n'étaye son article qu'avec des suppositions, et aucun fait. Sa mini-bio indique qu'elle est "directeur d'études au Centre de recherches historiques à l'EHESS" et "est l'auteure, entre autres, de Histoire des colonies de vacances de 1880 à nos jours (Perrin / 2009)."
Dans toute démarche, scientifique ou philosophique, la supposition n'arrive que pour conclure un raisonnement. C'est tout l'inverse qui nous est proposé ici.
Je ne préjuge de rien selon aucune spéculation: je constate qu'un article est mauvais, et m'inquiète que cela ai été fait par une "spécialiste" de la question.
CN13
- 01/08/2012 - 09:16
17 ans, ce n'est plus un petit enfant
Comment encadrer un jeune homme de 17 ans, déjà un adulte, qui n'écoute pas, qui fait ce qu'il veut ?
Quant à sanctionner un moniteur parce que ce jeune homme se noie, c'est grotesque !
maxx_paris
- 31/07/2012 - 23:38
le titre sous entend que les colonies = cathos = pédophiles ?
c'est bien ce qu'il faut comprendre dans cet article, non ? lol, heureusement que les catholiques sont sympas (naifs?) et se laissent trainer dans la boue si souvent sans rien dire.