En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 3 heures 11 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 4 heures 42 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 7 heures 19 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 25 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 46 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 7 heures 50 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 10 heures 48 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 14 heures 28 min
Contre attaque

Web-documentaires : ce que spectateur veut… (tu ne lui donneras pas)

Publié le 12 août 2012
Pierre Guyot prônait dans sa récente tribune sur Atlantico l’émergence de « web-documentaires populaires », qui se focaliseraient sur ce qu'attendent les Internautes. Mais il se trompe de combat : les œuvres qui deviennent populaires sont celles que l’on apprend à faire aimer.
Nicolas Bole est réalisateur de documentaires et de fictions.Il est aussi rédacteur en chef webdocumentaires / nouveaux médias pour Le Blog Documentaire.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Bole
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Bole est réalisateur de documentaires et de fictions.Il est aussi rédacteur en chef webdocumentaires / nouveaux médias pour Le Blog Documentaire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot prônait dans sa récente tribune sur Atlantico l’émergence de « web-documentaires populaires », qui se focaliseraient sur ce qu'attendent les Internautes. Mais il se trompe de combat : les œuvres qui deviennent populaires sont celles que l’on apprend à faire aimer.

La tribune de Pierre Guyot sur le meme sujet : “C’est mon tour” (de France) : quand le web-documentaire devient populaire 

Il fallait se pincer pour ne pas imaginer dans la profession de foi de Pierre Guyot sur Atlantico une note de duplicité humoristique. Le journaliste, également producteur de documentaires, y défendait, en même temps que le lancement d'une application web sur le Tour de France ("C'est mon Tour !"), un point de vue iconoclaste sur le documentaire. Son visionnage serait conditionné, "comme pour le documentaire télévisuel, par un déterminisme culturel, fort souvent lié au déterminisme social". Mais surtout, l’homme de plaider pour "une création numérique populaire, capable de dire au public, à tous les publics, que les web documentaires peuvent s’adresser à tous".

Si la première partie de sa tribune révèle quelques vérités, sa façon d’y répondre est pour le moins simplificatrice. Car ici, la formulation, les mots employés sont bien souvent des révélateurs de la pensée qui sous-tend aux écrits. Ici même comme ailleurs (en politique par exemple), les raccourcis sémantiques dressent une carte mentale de l'idée de culture, et de l'objectif qu'on lui assigne. Chez Pierre Guyot, la cible est claire : les webdocumentaires trop compliqués, aux sujets pas assez fédérateurs. Et au lieu d'entrer dans le détail de ce qui, parfois, pèche dans ces œuvres, il s'en tient à un crédo qui doit, pour lui, guider la création sur le web : s'adresser à tous les publics.

Pour Pierre Guyot, le web devrait faire comme la télé, s’adresser aux "masses" alors même que le web permet enfin de s’en affranchir et d’exister par niches, qu'il convient d'essayer d’agrandir. Au nom de quoi le documentaire (et son avatar web, tout autant), né d'une longue tradition qui doit au regard d'auteur et à la défense du point de vue contre toute forme de vox populi, devrait désormais, au prétexte que la "révolution technologique" nous le permet plus aisément, à tout prix être attirant et parler à tous ? D'où vient cette obsession commune aux directeurs de chaîne et aux journalistes polémistes, de ne voir produits que des "objets" que tout le monde puisse comprendre (comprenez : sans effort, naturellement, comme un bon programme familial "concernant" comme le Tour de France) ?

La réponse est peut-être à trouver du côté de cet axiome de l'offre et de la demande qui, de la sphère économique, a gangréné depuis belle lurette le monde des médias. Pierre Guyot n'exprime pas autre chose que l'antienne religieuse de l'audimat. Cesser de se poser la question de l'œuf ou de la poule, c'est accepter de facto que c'est la demande qui conditionne l'offre de programmes. Et encore, une demande biaisée, transformée par la paresse de celui qui "offre" : si le spectateur veut du simple, du convivial, du pas chiant, pourquoi ne pas lui donner (surtout si cela évite de se poser des questions de fond et de forme) ? "Ce que spectateur veut, doit être accompli", c'est un peu ce qu'on pourrait lire au frontispice des créateurs de contenus, plus que bienvenus sur le Net, en lieu et place des artistes indélicats. Car au final, tout documentaire qui explore, sur le web, une nouvelle méthode narrative, un sujet difficile, constituera certes un "webdocumentaire passionnant et bien fait", mais risquera d'enfermer le "webdocumentaire et le crossmedia" dans un "carcan". Heureusement, il ne s'agit pas "de dénoncer un quelconque sectarisme". Ouf, nous voilà rassurés !

C'est que, pour l’un des fondateurs d'Atlantico, la simplicité se range du côté du populaire. Et le populaire, bien entendu, serait l'inverse du public cultivé et intellectuel, qui constitue l'apanage du documentaire. On a vraiment l’impression que le populaire pour Pierre Guyot, ça reste, malgré Facebook et le web 2.0, Intervilles.

Au risque de passer pour les empêcheurs de professer en rond, nous avons décidé, au Blog Documentaire, de continuer à considérer le documentaire et le webdocumentaire comme des films, c'est-à-dire du cinéma (au sens le plus large que ce terme puisse évoquer). La différence avec le reportage ou l'interface web participative est simple : au cinéma, il est question de point de vue et de subjectivité assumée. Le webdoc aborde certes une nouvelle phase dans cette recherche : les procédés narratifs spécifiques au web démultiplient les possibilités de raconter, de saisir le réel à partir de toutes sortes de sources (l'actualité éventuellement, la politique ou le sport, mais aussi l'art, la danse, la poésie, la sociologie, le conte...). Ils modifient aussi nos usages de spectateur, voire d'acteur, en proposant des régimes de perception différents.

L'intérêt ne se situe ni dans une forme ni dans une autre, mais dans la manière dont le documentaire se régénère pour questionner notre façon de voir, sans qu'il cède à une forme préétablie, formatée. En  opposant dispositifs web participatifs (qui ont par ailleurs tout leur intérêt sur la toile) et documentaires d'auteur, Pierre Guyot semble souhaiter l'avènement des premiers (et pour tout dire, une sorte d’uniformisation du genre) au motif que les seconds ne seraient pas populaires. C'est un vœu pieu, mais il est à souhaiter que les observateurs du (web)documentaire que nous sommes donnent envie aux spectateurs de s'ouvrir aux nouvelles formes, parfois complexes (et pas toujours réussies, mais c'est une autre histoire), de narration, plutôt que de s'arc-bouter sur la nécessité d'un art populaire, qui n'existe pas ex nihilo. Les œuvres qui deviennent populaires sont celles que l'on apprend à faire aimer, pas celles qui se désignent tour à tour comme "simples", "accessibles", "non geek" ou "attirantes".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires