En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 26 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 32 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 27 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 11 heures 59 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 40 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 43 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 24 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 39 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 3 min
© Flick/Alex E. Proimos
De plus en plus de femmes se font réduire les lèvres par la chirurgie plastique.
© Flick/Alex E. Proimos
De plus en plus de femmes se font réduire les lèvres par la chirurgie plastique.
Coup de bistouri

Labiaplastie : la chirurgie intime, nouvelle tendance de la chirurgie esthétique ?

Publié le 31 juillet 2012
En cinq ans, le nombre d'interventions pour réduire les grandes ou petites lèvres de la vulve a été multiplié par cinq dans les hôpitaux britanniques.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cinq ans, le nombre d'interventions pour réduire les grandes ou petites lèvres de la vulve a été multiplié par cinq dans les hôpitaux britanniques.

L’opération est au cœur d’une controverse. La labiaplastie (ou labioplastie, voire nymphoplastie) est-elle synonyme de prise de pouvoir féminine ou est-elle, au contraire, un exemple extrême de la façon dont les femmes peuvent être influencées dans un monde régi par le porno ?

Dans les hôpitaux britanniques, le nombre de labiaplasties a été multiplié par cinq en cinq ans. Certaines filles, qui en font la demande, sont à peine âgées de 11 ans. Face à l’ampleur du phénomène, un organisme caritatif a réalisé un court-métrage animé pour expliquer les raisons qui amènent à la pratiquer. La vidéo est signée Ellie Land, réalisatrice de documentaires.

Le dessin à la ligne épurée vient illustrer le témoignage de trois femmes, qui expliquent pourquoi elles en sont venues à franchir le pas. Plusieurs termes reviennent : mal-être, désir d'esthétique, sentiment d’anormalité, honte. Plus concrètement, les détails évoqués par ces femmes vont des problèmes sexuels aux points de suture lors de l’opération.

Qu’est-ce que la labiaplastie ? Il s’agit d’une intervention de chirurgie plastique sur les grandes lèvres et/ou les petites lèvres, ces replis externes de la peau qui entourent les structures de la vulve. Le procédé consiste à réduire les lèvres étirées. Une des patientes raconte la façon dont le chirurgien a découpé ses lèvres au ciseau, avant de les recoudre avec des points de sutures croisés.

La première femme à être interviewée dans la vidéo raconte comment elle avait l’impression de passer pour un « monstre » - elle a rêvé plusieurs fois que ses lèvres étaient une "longue, longue écharpe" étroitement enroulées autour de son cou, que tout le monde observait et dont on se moquait.

La deuxième explique que ses lèvres ne ressemblaient pas à celles des autres – et posaient problème pendant les relations sexuelles, car "elles se mettaient dans le chemin".

Enfin, la troisième dépeint ses lèvres comme "longues, sombres, dégoûtantes et toutes ridées". Toutes ces patientes ont passé des heures à feuilleter des magazines porno sans réussir à trouver une anatomie similaire à la leur. D’où leur honte de ne pas être "normales".

Pour Ellie Land, la réalisatrice du court-métrage, « l’objectif du film est de présenter une vision équilibrée de la labiaplastie, qui reflète les anxiétés et les préoccupations partagées par ces femmes interviewées au sujet de leurs lèvres ».

« Le film évoque quelques facteurs culturels qui pourraient être source d'anxiété chez les femmes concernant leurs organes génitaux, comme la publicité, la pornographie ou le consumérisme » indique Ellie Land.

Une telle opération coûte près de 3 800 euros dans le privé. Mais l’année dernière, 2 000 labiaplasties ont été financées par le système de sécurité sociale anglais. Soit une multiplication par cinq de ces opérations, en cinq ans.

Pour être éligible au remboursement, la demandeuse doit présenter des raisons physiques, comme de la douleur pendant les relations sexuelles, l’inconfort lié au port de vêtements, voire de rares problèmes hormonaux qui font enfler la lèvre mineure, ou encore des blessures provoqués par un accouchement.

Autre possibilité : que la forme des lèvres soit la source d’un vrai problème psychologique – dépression, problème d’estime de soi – ainsi des femmes peuvent rencontrer un médecin généraliste qui leur prescrira ou non la labiaplastie, avec l’avis d’un gynécologue.


Atlantico a interrogé le Dr Marc Abécassis, chirurgien plastique et esthétique.  

Atlantico : Les hôpitaux britanniques ont vu le nombre de labiaplasties, la chirurgie des lèvres génitales, multiplié par cinq au cours des cinq dernières années. En quoi consiste cette opération ?

Dr Marc Abécassis : La labiaplastie peut concerner les petites ou plus rarement les grandes lèvres. C’est une opération techniquement simple, qui dure une demie heure. Un mois après la cicatrisation, la patiente peut retrouver une vie sexuelle.

Quel est le problème des femmes qui subissent cette opération ?

Les petites lèvres peuvent être épaisses, longues ou larges – ce qui peut gêner certaines femmes.  Cela se ressent dans les sous-vêtements ou les maillots de bain, et peut irriter et provoquer des inflammations vulvaires, des démangeaisons. La femme peut également être gênée lorsqu’elle a des relations intimes, si elle est complexée.

Comment expliquer la popularité grandissante de cette opération ?

Les épilations dévoilent aujourd’hui de plus en plus l’appareil génital. L’accessibilité croissante aux films pornographiques est également en cause, tout l’avènement d’une société moins pudique.

Le film d’animation Centerfold raconte comment trois femmes ont passé, des années durant, leur temps à parcourir des magazines pornographiques en quête de ressemblance avec leur propre corps. Quel est le rôle de l’industrie pornographique dans le développement de ce complexe ?

Beaucoup de patientes se font des idées : la plupart du temps, les photos des magazines pornographiques sont retouchées.  Elles propagent la nouvelle norme : des petites lèvres, plus symétriques.

Parfois, des patientes arrivent dans notre cabinet un magazine sous le bras, nous disant "voilà docteur, je veux des seins comme cela". Il en va de même pour les lèvres aujourd’hui. On leur explique alors qu’elles sont tout à fait normales, si c’est le cas ; qu’il ne faut pas rechercher les standards chez les autres. C’est pourquoi les consultations chez le psychiatre sont très importantes. En général, on fait volontairement attendre les patientes pour vérifier qu’elles sont déterminées à faire l’intervention.

Il est important pour nous de déceler la véritable motivation de la patiente, de telle sorte que l’intervention ait des conséquences positives sur le plan psychologique, que ce ne soit pas un caprice médiatique, un désir du moment.  En revanche, il est vrai que si elles sont très motivées, il faut faire l’intervention.

Les médias ont créé un besoin en donnant une grande visibilité à cette opération.  Dès lors que les femmes savent que la technique existe, elles en sont demandeuses. Pour caricaturer, lorsqu’il n’y avait pas de dentiste, on devait bien se contenter de vivre avec les dents gâtées…

Avez-vous personnellement constaté une augmentation de la demande ?

Entre 1999 et 2005, le nombre d’intervention a, au moins, doublé. Et de 2006 à 2012, le nombre de mes patientes a triplé, voire quadruplé. Je me souviens même d’un cas d’une jeune fille de 14 ans. C’est une pratique que je réalise souvent, à raison de deux à trois opérations par semaine.

Pourquoi cette opération provoque-t-elle tant de débats outre-Manche ?

Les questions soulevées par la labiaplastie recoupent celles de la problématique de la chirurgie esthétique en général : on opère des gens sains, qui ne sont pas malades. On change un modèle, de nez, de fesses ou de poitrine. Une femme qui a une poitrine très jolie peut en vouloir une plus importante. Les autres médecins, qui ont l’habitude de traiter des pathologies, peuvent être désarçonnés. Pourtant, on ne peut pas laisser les patientes en souffrance, nous devons trouver des solutions.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 01/08/2012 - 15:47
Drôle?
On dirait une forme d'excision, mais volontaire. Drôle, non?
le Gône
- 31/07/2012 - 23:36
Bravo...
a toutes celles qui osent!!
copélia
- 31/07/2012 - 15:46
autrement dit :
pour susurer
il faut suturer!