En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 5 heures 40 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 7 heures 35 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 8 heures 46 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 12 heures 57 sec
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 13 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 5 heures 54 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 7 heures 4 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 8 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 9 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 15 heures 29 min
© DR
La comédie "Les Kaïra", qui sort ce mercredi au cinéma, met en scène un trio de petits traîne-savates et se moque franchement des lascars des cités.
© DR
La comédie "Les Kaïra", qui sort ce mercredi au cinéma, met en scène un trio de petits traîne-savates et se moque franchement des lascars des cités.
T'as vu !

"Les Kaïra" : et si l'humour des banlieues était un signe et un vecteur d'apaisement ?

Publié le 11 juillet 2012
Le trio du Kaïra Shopping de Canal + squatte dès ce matin le grand écran dans une comédie française écrite et réalisée par Franck Gastambide, "Les Kaïra". Humour des banlieues acerbe... De plus en plus présent dans la société française ?
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le trio du Kaïra Shopping de Canal + squatte dès ce matin le grand écran dans une comédie française écrite et réalisée par Franck Gastambide, "Les Kaïra". Humour des banlieues acerbe... De plus en plus présent dans la société française ?

S’il est un domaine où il n’y a pas besoin d’imposer des quotas de représentativité, c’est bien celui des humoristes. A y regarder de plus près, il y a même sur-représentativité, avec entre autres les Jamel, Sophia Aram, Gad El Maleh, Thomas Nguigol, Fabrice Eboué… Et le phénomène, s’il s’est accéléré ces derniers temps, avait démarré déjà avec Smaïn, Michel Boujenah, et autres Elie Kakou… Sans parler du traitement de plus en plus sur le mode de la comédie des problèmes des « quartiers ».

Que signifie ce primat de l’humour et de la comédie dans le champ des minorités visibles, pour utiliser la terminologie politiquement correcte ?

Ce qu’il faut se rappeler de prime abord, c’est que l’humour, et c’est ce qui en fait sa richesse et son intérêt, est polysémique. Sa première fonction est sociale : tout groupe humain l’applique pour se souder et défendre ses valeurs cotre l’adversité. On va se moquer plus ou moins gentiment des travers des autres, mais en fait c’est pour mieux nous rassurer sur nos propres valeurs. C’est ainsi que les puissants vont utiliser le rire et l’humour pour mettre au pas les récalcitrants à l’ordre établi. Ce que fait par exemple un directeur lors d’une réunion de service, quand se moquant d’un tel qui a osé le contredire, et en provoquant les rires de l’assemblée, il annule toute velléité d’opposition ou de contestation. Ce que l’on retrouve aussi dans les comédies de Molière, que Louis XIV utilisait contre les dangers potentiels, comme le montre J. Duvignaud dans son livre“ Rire, et après ” : « Où donc a-t-on pris que Molière était un auteur populaire, quand les figures de la dérision qu’il construit avec génie ressortissent à la volonté d’une caste de se différencier du reste du monde ? ».

Mais l’humour est aussi utilisé par les faibles pour se défendre contre les puissants. Ce que l’on retrouve dans la prolifération des blagues russes, polonaises, ou tchèques sous le régime communiste. Et que développe dans son œuvre Milan Kundera. C’est ce que l’on retrouve dans les rues du Caire, de Tunis ou d’Alger. Et qu’avait illustré Albert Cossery dans son roman justement intitulé “ La violence et la dérision ” : un groupe d’amis portés sur l’humour, rencontre un “ vrai ” révolutionnaire qui a fabriqué une bombe artisanale destinée au gouverneur de la ville ; le groupe d’amis essaie de le convaincre de renoncer à la voie terroriste, jugeant leurs affiches satiriques, leurs plaisanteries et leurs graffitis beaucoup plus redoutables et efficaces à déstabiliser le tyran que sa malheureuse bombe.

Et justement nous y sommes : quand l’humour prend le pas sur la violence, quand la comédie prend le pas sur la tragédie, un tournant essentiel est en train de s’opérer. Nous sommes en train de passer du refus à l’acceptation, du rejet à l’adhésion. La violence, la révolution, la tragédie expriment le refus l’Histoire et son évolution : on va se battre pour imposer notre point de vue. Le rire, l’humour, la comédie signifient l’acceptation et l’adhésion à l’ordre des choses.

La prolifération de l’humour des quartiers est donc un signe d’évolution positive et d’apaisement. D’autant plus que souvent ce rire est d’auto-dérision. Il se moque des travers de la communauté arabe, africaine ou asiatique, dans ses rapports schizophréniques à la religion, aux relations hommes – femmes, au racisme, à la famille, …Traitement que l’on retrouvait déjà donc chez Molière quand il parlait des paysans, des femmes savantes ou des tartuffes, ou encore chez Fernand Reynaud, à travers les différents corps sociaux.

En définitive, cet humour, à l’instar de l’humour juif, permet dans un double mouvement, d’affirmer l’identité du groupe, et de la diluer dans l’ensemble de lé société, en usant de la rhétorique de la dérision. Ce qui permet de soigner non seulement la schizophrénie inhérente à cette situation, mais aussi la paranoïa qui s’est développée au fil du temps.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ISABLEUE
- 12/07/2012 - 15:58
Je ne savais que Gad Elmaleh et Michel Boujenah
avaient vécu en banlieue : ça m'étonnerait beaucoup.

Donc pour 5 ou 6 "banlieusards" soit-disant rigolos (??), je peux vous dire qu'on ne marre pas trop en banlieue : singes en pyjamas, insultes, crachats...

qu'est-ce qu'on se marre....
karacon
- 11/07/2012 - 23:30
non merci !
J'habite une banlieue pourrie. A part les racailles personne n'a envie de rire... On a plutôt envie de pleurer...
La banlieue ne fait rire que les bobos qui n'y habitent pas.
Trop triste la banlieue pas envie de rire...
Kakou
- 11/07/2012 - 22:37
A chier..!
Bon humour ,trés bon humour...faut pas qu'il sorte de Banlieue...