En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 10 min 48 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 55 min 31 sec
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 2 heures 24 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 2 heures 56 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 3 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 4 heures 56 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 6 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 5 heures 40 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 6 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 43 min 31 sec
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 13 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 2 heures 26 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 3 heures 59 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 14 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 4 heures 34 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 7 heures 26 min
© Reuters
Le mannequin canadien Rick Genest s'est fait tatouer un cadavre sur près de 90% du corps.
© Reuters
Le mannequin canadien Rick Genest s'est fait tatouer un cadavre sur près de 90% du corps.
Accros

Mode ou épidémie... Le tatouage rend-il addict ?

Publié le 27 juillet 2012
Perçu comme une forme d'expression, voire d'art, le tatouage est surtout, pour les psychanalystes, une manière socialement acceptée d'exprimer une souffrance... au même titre que l’alcoolisme, la toxicomanie ou les troubles du comportement alimentaire.
Evelyne Ridnik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychothérapeute et psychanalyste, Evelyne Ridnik est co-auteur des livres « Ado accro, Parents à cran » et  « Parlons psy », aux editions l’Archipel. Elle tient un blog sur la psychothérapie et la psychanalyse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Perçu comme une forme d'expression, voire d'art, le tatouage est surtout, pour les psychanalystes, une manière socialement acceptée d'exprimer une souffrance... au même titre que l’alcoolisme, la toxicomanie ou les troubles du comportement alimentaire.

Le psychanalyste Didier Anzieu dans le Moi-Peau (Dunot 1995) écrit : « La peau fournit à l’appareil psychique les représentations constitutives du Moi et  de ses principales fonctions ».

Ainsi, les marquages du corps tels que les tatouages sont le miroir de l’intériorité, des sentiments ou de la souffrance de l’individu qui écrit sur son corps comme il pourrait le faire sur une ardoise.

Tatouage de star

On sait que de nombreuses stars sont tatouées : Angelina Jolie, David Beckham, Britney Spears… L’exhibition de leurs tatouages a pour but de se faire reconnaître par leurs fans et de susciter chez eux le besoin de les imiter. Elles créent ainsi une mode à leur image.

Mais le phénomène qui est peut-être le plus impressionnant est celui du « poly-tatouage » :  les tatouages répétés au point de recouvrir toute la surface tégumentaire. Comment devient-on poly-tatoué ?

Le tatouage, un trouble psychique

Longtemps considéré comme une faiblesse, on perçoit aujourd’hui la dépendance comme un trouble psychique en lien avec le corps. Son origine est liée à la combinaison de plusieurs facteurs comme l’histoire de vie, l’héritage familial, l’environnement socio-culturel. Il est à noter une prédisposition particulière lorsque l’un des parents souffre lui-même d’addiction (alcool, drogue…) : il  peut y avoir une reproduction de la conduite parentale.

Les accros aux tatouages ont une difficulté à exprimer les émotions. Le plaisir éprouvé par la personne au moment du tatouage montre, à l’instar des scarifications, que la sensation remplace l’émotion. La jouissance obtenue est toujours renouvelée, emprisonnant la personne dans un processus qui lui échappe. 

Travestir un manque de support identitaire

Il s’agit alors d’une véritable addiction, d’un passage à l’acte, d’une dépendance qui engage leur corps comme l’alcoolisme, la toxicomanie, les troubles du comportement alimentaire, ou des conduites à risques…

Réactivant les blessures oubliées de l’enfance, les malaises familiaux et les troubles de l’identité, ces addictions ont pour fonction inconsciente de travestir un manque fondamental originel en support identitaire, en appel de détresse ou en « mal dans la peau ». La peau devient le réceptacle de la souffrance psychique étouffée, le miroir d’une souffrance interne tournée vers le monde extérieur.

Une réponse au mutisme adolescent

Le plus souvent, cette addiction apparaît à l’adolescence. Certains jeunes se tatouent comme ils se scarifient, faute de pouvoir trouver les mots pour exprimer une problématique interne. Les tatouages expriment alors une défaillance de la parole, de la pensée ou de la communication.

C’est en effet au moment de l’adolescence qu’apparaissent les premiers tatouages. Ce passage vers la vie adulte oblige l’adolescent à se remettre en cause et à reconstruire son identité de manière quasi-permanente. Cet « entre-deux peaux » rend l’adolescent fragile et vulnérable. Pour la majorité des jeunes, le tatouage est un phénomène de mode, un besoin d’appartenance à un groupe ou au contraire une envie de marginalisation, sans passer par la parole.

Un moyen d’expression socialement accepté

Le marquage peut-être également un moyen  de concrétiser les changements corporels et psychiques de l’adolescence, un désir de séduire ou d’affirmer sous forme de transgression son identité au regard des parents ou de la société (marquer sa peau pour se différencier, se séparer, faire peau à part). Il est à noter que la douleur supportée lors des tatouages (le mot « tatou » provient du polynésien tatau qui veut dire frapper) marque un dépassement de soi-même, un rite initiatique de passage vers la vie adulte ; tout comme les piercings, les tatouages sont socialement acceptés.

Crédits photos : Reuters

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
La Queen
- 30/07/2012 - 14:08
Et la tolérance...
"La différence entre un tatoué et un non-tatoué : le tatoué ne reprochera jamais au non-tatoué de ne pas l'être..."
via
- 27/07/2012 - 15:28
Je ne suis pas completement
Je ne suis pas completement tolérante envers les personnes tatouées mais je pense pas qu'ils soient obligés de mettre ce qu'ils ressentent sur le corps.
Effectivement on pourrait se dire que ça ne regarde que les personnes tatouées mais en l'occurence nous posons tous un regard sur le dessin.
Je porte donc ces mes mêmes propos aux personnes qui sont dans la rue complètement dénudées, aux conducteurs de très belles voitures etc..
jirem
- 27/07/2012 - 13:43
@Antidemago
le respect +1 ..