En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 33 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 7 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 58 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 11 heures 18 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 59 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 5 heures 17 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 6 heures 24 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 10 heures 22 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 11 heures 11 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 32 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 12 heures 24 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 14 heures 6 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 43 min
Gros sous

Crash Paris-Rio : Airbus non-coupable, familles effondrées mais intérêts économiques protégés...

Publié le 06 juillet 2012
Le rapport des experts du Bureau d'Enquête et d'Analyse (BEA) sur le crash du vol Paris-Rio a été rendu public jeudi. Rejetant principalement la faute sur les pilotes, il suscite la déception des victimes trois ans après l'accident. Quid des défaillances techniques et de la responsabilité d'Airbus ? Le BEA, lié au ministère des Transports, est-il assez indépendant pour juger de l'affaire ?
François Nénin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Nénin est journaliste enquêteur spécialiste de l'aérien et professeur d'investigation au CFPJ. Il a publié trois livre-enquêtes sur l'aérien dont Transport aérien le dossier noir et Ces avions qui nous font peur aux éditions Flammarion....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le rapport des experts du Bureau d'Enquête et d'Analyse (BEA) sur le crash du vol Paris-Rio a été rendu public jeudi. Rejetant principalement la faute sur les pilotes, il suscite la déception des victimes trois ans après l'accident. Quid des défaillances techniques et de la responsabilité d'Airbus ? Le BEA, lié au ministère des Transports, est-il assez indépendant pour juger de l'affaire ?

Atlantico : Tout le monde se souvient du crash du vol Rio-Paris d'Air France en juin 2009, une des plus graves catastrophes de l'aviation française. Vous avez assisté à la remise du rapport des experts judiciaires sur le crash. Quel était l’enjeu ?

François Nénin : Le rapport intermédiaire remis dès juillet 2011 donnait déjà le ton : il rejette la faute sur les pilotes, avançant une faute de pilotage. Parce que, d’une part, ces derniers sont morts et ne peuvent donc pas se défendre ; d’autre part, les indemnités aux familles des victimes sont plafonnées par une Convention lorsque la responsabilité de l’accident incombe au pilote.

Au contraire, si c’est la compagnie aérienne ou le constructeur qui est mis en cause, les indemnités peuvent atteindre des millions. Or le BEA (Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la Sécurité de l'Aviation civile) est à la fois juge et partie. Mettre en cause un avion qu’ils ont certifié revient à s’auto-accuser d’avoir certifié cet avion ! Le BEA ne peut donc pas, vu sa position, dévoiler la vérité.

Certes, les pilotes ont commis des fautes. Mais l’alarme de décrochage, qui présentait un défaut, les a induits en erreur. Ce qu’on ne reconnaîtra jamais, car cela va à l’encontre des intérêts économiques et industriels français et européens.

Le rapport présenté ce jeudi concède néanmoins que l'avion a pu rendre de mauvaises informations aux pilotes, dans une recommandation sur le matériel Airbus. C'est un progrès. Mais la responsabilité principale incombe toujours aux pilotes.

Quels sont donc les points d’ombre omis par le BEA ?

Par exemple, pourquoi est-ce que Air France a maintenu les sondes pitot – ces sondes qui mesurent la vitesse de l’avion ? Ayant gelé en altitude, elles ont envoyé des informations erronées à l’ordinateur central de l’avion. Or dès 2006, un rapport interne signalait que ces sondes présentaient des défauts. Une quarantaine d’avions a connu une panne similaire avant le crash de 2009 – ce qui n’a provoqué aucune réaction.

N’a-t-on pas tiré les leçons de l’accident du vol Paris-Rio depuis lors, et renforcé la prévention ?

On a bien retiré toutes les sondes pitot et on a entraîné les pilotes à rattraper les décrochages. Mais aurait-il pu en être autrement ? C’était le moins que l’on puisse faire. Le problème reste entier : ce sont des mesures d’urgence. Le manque d’indépendance du BEA demeure. Les instances de contrôle d’Airbus et du BEA n’ont pas pris conscience du potentiel des incidents. Pourtant, les incidents annonçaient la catastrophe. Ce sont 228 morts pour rien.

En 1988, un Airbus A320 se crashe en Alsace – le jour même, on a « blanchi » l’avion, invoquant la faute du pilote, qui a été condamné à 18 mois de prison. L’avion présentait pourtant des défauts. Le juge d’instruction a admis avoir été soumis à des pressions. C’est une vraie omerta : la logique de la loi du silence.

La France est-elle un mauvais élève ?

C’est bien un problème franco-français : on est dans le déni. Il est vrai qu’on a une industrie aéronautique extraordinaire, des joyaux industriels. Mais on refuse de reconnaître qu’ils peuvent avoir des défauts.

Aux États-Unis, l’équivalent du BEA, le National Transportation Safety Board, est rattaché au Congrès – et non pas au ministère des transports, contrairement au BEA. Il a donc un vrai pouvoir : il peut plaquer au sol tous les avions s’il constate un défaut. En France, les lobbys empêchent que le BEA devienne indépendant du ministère des transports, qui a pour but de protéger l’industrie aéronautique.

La façon de gérer l’aérien aux États-Unis, soit montrer patte blanche pour se poser sur le territoire américain, est plus efficace que d’autoriser tout le monde et de contrôler ex-post. On sait bien que pour être sur liste noire en France, il faut vraiment être une compagnie déplorable. Les autres passent entre les mailles du filet. On aurait raison d’appliquer les bonnes recettes des États-Unis – pas toutes, bien sûr, mais certaines. Actuellement par exemple, les Américains augmentent le nombre d’heures de vol de formation des pilotes.

L’accident a-t-il envenimé les rapports entre Airbus, le constructeur, et Air France, la compagnie aérienne ?

Ce sont un peu des frères ennemis, qui doivent avancer main dans la main. Airbus fait des avions, Airfrance s’en fait la vitrine. Tous deux sont mis en examen pour homicide involontaire, font face à des enjeux énormes en termes d’indemnisation et d’image.

Mais à chaque fois qu’un crash touche Air France et que l’avion est un Airbus, c’est Air France qui in fine porte le chapeau, car les intérêts d’Airbus sont considérables en termes économiques par rapport à ceux d’Airfrance. Au final, on condamne les individus, les pilotes d’Air France, et ça arrange tout le monde. Air France ne se débat pas particulièrement pour défendre ses pilotes.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
benny38
- 07/07/2012 - 09:54
"Or le BEA (Bureau d'Enquêtes
"Or le BEA (Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la Sécurité de l'Aviation civile) est à la fois juge et partie. Mettre en cause un avion qu’ils ont certifié"
Je me suis arrêté là. Le BEA ne certifie pas les avions. C'est l'EASA (pour l’Europe entre autres) qui fait les certifications. Je trouve ça incroyable d'écrire des articles sur un sujet aussi sensible et technique sans maîtriser les fondamentaux....
FredMorel
- 07/07/2012 - 09:44
certains commentaires font peur
Le BEA a écrit noir sur blanc que les pilotes ont été trompés par leurs instruments (anémomètre, directeurs de vol....).
Conclusion, les pilotes n'y sont pas pour grand chose.
Alors franchement les commentaires débiles sur les conversations des pilotes, leurs salaires etc ça me fait honte et je souhaite à tous les mécontents de ce pays qui passent leur temps à vomir sur autrui pour oublier leur propre médiocrité que certains pays comme la Corée du Nord sont prêts à les accueillir, peut-être découvriront-ils que ce n'est pas parce qu'on à la liberté d'expression qu'il faut en faire n'importe quoi.
LeLiberal
- 06/07/2012 - 23:03
Deux crashs en même pas 10 ans pour Air France
Le Concorde en 2000 et le Rio / Paris mais promis juré, c'est jamais la faute de la compagnie aérienne...Qui est bien française jusque dans son refus d'assumer ses responsabilités. Le BEA est son bras armé, et celui d'Airbus, je partage l'avis de l'auteur de l'article qui de toute façon se contente d'enfoncer des portes ouvertes.
Face à ce brillant résultat, plus les grèves et les tarifs pratiqués, je peux vous dire qu'Air France est en queue de liste des compagnies aériennes que je sélectionne lors d'un voyage, mon amour du risque a ses limites.