En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 52 min 6 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 53 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 44 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 22 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 56 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 16 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 19 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 47 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 45 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 22 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 19 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 14 min
Araignée collante

Super héros miroir : Ce que Spider Man 2012 nous apprend sur nous-mêmes

Publié le 04 juillet 2012
Ce mercredi, The Amazing Spiderman revient dans les salles. Après au moins six adaptations cinématographiques et autant de séries télévisées, pourquoi l'araignée en collants nous colle-t-elle toujours à la peau ?
Aurélien Fouillet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Fouillet est chercheur au Centre d’Etudes sur l’Actuel et le Quotidien (Université Paris V René Descartes). Il est docteur en Sociologie. Sa thèse s’intitule : "L’esprit du jeu dans les sociétés post-modernes. Anomies et socialités : Bovarysme,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi, The Amazing Spiderman revient dans les salles. Après au moins six adaptations cinématographiques et autant de séries télévisées, pourquoi l'araignée en collants nous colle-t-elle toujours à la peau ?

C’est aujourd'hui que sort au cinéma le reboot de The Amazing Spiderman. Au-delà des critiques des fans de la trilogie précédente, comment comprendre ces éternels recommencements de la vie des supers-héros ? Batman, Superman sont, en effet, passés par là eux aussi. Attardons nous donc un instant sur la portée mythique de ces héros contemporains pour comprendre ces multiples reboot au-delà de leur simple aspect commercial.

Au commencement…

Les supers-héros, tels que nous les connaissons, naissent au début des années 30 aux Etats-Unis. Ainsi, le premier d’entres eux, The Shadow, est né en 1931  et sera une des inspirations de Bob Kane lors de la création de Batman. Viendront alors Superman en 1938, Batman en 1939, Captain America et Robin en 1940. C’est la première vague de création de supers-héros.

Il y en aura une seconde dans les années soixante. Les Fantastic Four apparaissent pour la première fois en 1961, Hulk, Thor et Spiderman en 1962, Daredevil, Ironman et les X-Men en 1963, pour les plus connus.

Puis à la fin des années quatre-vingt-dix, une nouvelle génération de scénaristes et de dessinateurs fera son apparition et renouvellera le genre. Les plus célèbres étant Frank Miller (Dark Knight Returns et Sin City) et Alan Moore (From Hell et La Ligue des gentlemen extraordinaire), ou encore Grant Morrison (The Filfth) ou Garth Ennis (The Punisher, The Boys).

On verra également les supers-héros intégrer les médias de masse : le cinéma et la télévision. Ainsi, il y a les films de Superman dont le premier opus sortira en 1978. Puis viendront le Batman de Tim Burton en 1989. Et la vague de films que nous connaissons depuis quelques années avec les différents volets de Batman, de Hulk, la trilogie X-Men, etc… Mais il y aussi les différentes adaptations télévisées telles que Loïs et Clark, Batman et Robin, Wonder Woman, et tous les dessins animés adaptés des X-Men ou de La justice league of America.  

Ainsi les supers-héros font partis de notre imaginaire depuis près de 70 ans. Et les trois phases de création/renouvellement de cet univers correspondent, à peu de choses près, à trois générations distinctes (tous les 30 ans).

Super-héros, mythes et symboles...

Les Comics Books, à la croisée de la science fiction, de l’épopée et de la mythologie sont un lieu d’expression privilégié des mutations que connaissent nos sociétés. Ils sont à la fois espace d’expérimentation (cités imaginaires, gadgets) et espace d’expression de grandes thématiques mythiques (métamorphose, Justice, tragédie humaine). Ce sont des symboles. Et comme l’écrit Henri Corbin :

« le symbole… n’est jamais expliqué une fois pour toutes, mais toujours à déchiffrer de nouveau, de même qu’une partition musicale n’est jamais déchiffrée une fois pour toute, mais appelle une exécution toujours nouvelle[1]. »

On comprend alors pourquoi chaque génération s’est réapproprié les différentes figures de supers-héros.

Il semble qu’il y ait une corrélation à faire entre la mythologie grecque, et plus particulièrement son panthéon héroïque, et les différentes figures de supers-héros auxquels le vingtième siècle a donné naissance.  Il ne s’agit pas de dire ici qu’ils revêtent les habits des dieux, mais plutôt qu’ils portent en eux une fonction mythique et une fonction symbolique qui sont propres à l’imagination humaine.

La plupart des supers-héros représentent un Destin, un fatum. On peut voir par exemple deux forces de symbolisation, deux archétypes, s’exprimer au travers des figures de Batman et Superman. Il y a tout d’abord les héros possédant des facultés hors normes dès leur naissance, comme Superman par exemple. Mais aussi ceux qui ont acquis leurs pouvoirs ou qui ont choisi de s’engager comme héros, comme c’est le cas de Batman ou de Spiderman.

Dans le premier cas, le héros porte en lui, et ce depuis sa naissance, le poids de ses pouvoirs. C’est le cas d’Hercule chez les grecs, et de Superman aujourd’hui, qui en est l’exemple typique. D’origine extra-terrestre, il est recueilli enfant par une famille de fermiers texans. Ces derniers l’élèveront dans des idéaux de justice, et de morale bien définis. Le surhomme, tel qu’il est alors représenté par Superman, est le garant de l’ordre du monde et de la justice. On ne peut s’empêcher de voir ici l’incarnation d’une certaine vision de l’Amérique comme garante de l’ordre mondial, qui sera confirmée par le personnage de Captain America. Mais qui sera plusieurs fois questionnée par les comics ultérieurs, notamment avec Superman Red Son.

Dans le second cas de figure, le héros acquiert ses pouvoirs à la suite d’un épisode tragique, comme c’est le cas pour Wolverine (qui est le résultat d’une expérience militaire), ou de Spider-Man (qui s’engagera dans la lutte contre les supers-vilains à la suite de la mort de son oncle), ou encore de Batman qui choisira de lutter contre le crime à cause de l’assassinat de ses parents. Ce second type de héros est beaucoup plus ambivalent et navigue constamment entre la Justice et la Vengeance. Le personnage de Batman est paradigmatique de ce type de héros, notamment par le choix qu’il fait d’incarner la chauve souris, c’est-à-dire d’incarner sa propre peur et de terrifier alors ses ennemis. La justice de Batman est toujours teintée de vengeance.

De plus, dans l’ombre de l’héroïsme, de la figure de la Justice, se cachent très souvent les problématiques de la monstruosité et de l’anomie. Tout d’abord, être un super-héros c’est déjà se mettre hors la loi, mais c’est aussi devoir assumer une double identité et se retrouver en marge. Les comic books tels que Civil War, Watchmen, ou encore The Twelve développent particulièrement cette problématique anomique liée au super héros.

On retrouve aussi une thématique importante des Teen comics qui est particulièrement flagrante chez Spider-Man. En effet, Peter Parker est un adolescent rejeté par ses camarades. En devenant Spider-Man il acquiert une certaine notoriété et assume alors bons nombres de choses qu’il n’oserait pas faire en tant que Peter Parker. Au-delà de la figure du héros, Spider-Man représente toutes les transformations du corps et de la personnalité auxquelles sont confrontés les adolescents. On retrouve également cela chez les X-Men, qui sont des adolescents mutants et qui représentent la prochaine évolution de l’humanité.

Autrement dit, les supers-héros représentent également la métamorphose, et plus que cela, l’animalité dans l’humain, c’est-à-dire cette force primitive d’anomie.

Frank Miller résume très bien notre pensée de la façon suivante : « Tel Job, Superman porte le poids du monde. Il est Apollon là où Batman est Dionysos [2]. » Superman représente ce héros solaire, cette icône quasi religieuse, dont nous parle Jung, tandis que Batman symbolise plutôt une sorte de coencidentia oppositorum propre à la condition humaine et plus particulièrement au fonctionnement de l’inconscient symbolique comme l’écrira Gilbert Durand.

Être contemporain des dieux

Si une chose est sûre, c’est donc bien que les Supers-Héros et les comics books relèvent du mythe. Comme l’écrit Mircea Eliade :

« Les personnages des comics strips présentent la version moderne des héros mythologiques ou folklorique [3]. »

Une preuve supplémentaire de leur parenté mythique est la constante réappropriation, par les différentes générations d’auteurs, de la genèse et de la mort des héros. En plus de se situer dans un temps qui est celui de la fiction, on assiste ici à une répétition « générationnelle » des origines, une sorte de ritualisation de la narration. C’est-à-dire que l’on accède au temps du mythe, ce que Eliade nomme le in illo tempore.

Par la répétition de la genèse et de la mort des héros, « On redevient contemporain des exploits que les Dieux ont effectués in illo tempore [4]. » C’est-à-dire que l’on participe à la refondation du monde, à sa genèse et son organisation.

Anomie et expérimentation

Comme nous l’avons vu précédemment, les héros, qu’ils correspondent au héros apollinien ou dionysiaque, cristallisent un imaginaire symbolique. La question que nous souhaiterions soulever maintenant est celle-ci : quelle est alors la fonction de ces symboles ?

Il s’agit, avec les figures de supers-héros, de proposer des éthiques, c’est-à-dire de proposer des actions exemplaires et, par là de donner sens au monde. Il ne s’agit pas de faire des comics books des vecteurs de la morale, même s’ils le sont certainement, mais plutôt les symptômes d’un monde dans lequel le modèle dominant arrive à saturation et où il est alors nécessaire d’expérimenter  de nouvelles façon d’être ensemble.

Les nouveaux aèdes

Il y a certainement une filiation à faire entre le panthéon héroïque grec et les supers-héros contemporains. Notamment par les fonctions symboliques et mythiques qu’ils représentent. Mais c’est là que doit s’arrêter notre comparaison. En effet, contrairement aux premiers d’entre eux, nous ne sommes pas dans une phase de démythologisation de nos sociétés, comme cela a été le cas avec la naissance de la philosophie. Nous serions plutôt dans une phase contraire de re-mythologisation, ou plutôt de réenchantement du monde.

En effet, par le biais de la science-fiction, de la figure ambivalente et anomique du super-héros, il nous semble que les Comic Books et les figures de supers-héros proposent une réappropriation d’un monde ouvert sur l’imagination. Ils répondent, en quelque sorte, à cette demande exprimée par Gilbert Durand : « demander ce supplément d’âme, cette autodéfense contre les privilèges de notre propre civilisation faustienne, à la rêverie qui veille en notre nuit. Il faut contrebalancer notre pensée critique, notre imagination démystifiée, par l’inaliénable « pensée sauvage » qui tend la main fraternelle de l’espèce à notre déréliction orgueilleuse de civilisé [5]. »

Dès lors, on peut peut-être voir les auteurs de Comic Books comme de nouveaux aèdes dont le rôle serait de transmettre et de renouveler les mythes qui sont à l’origine du devenir de toutes sociétés. Spiderman, Batman, Hulk, Superman sont autant de figures à réinventer éternellement.



Notes

[1] Henri Corbin, cité par Gilbert Durand in L’imagination symbolique, éditions Presses Universitaires de France, coll. Quadrige, Paris, 2008 (1964), p. 16.

[2] Frank Miller, The Dark Knigth Returns, editions Panini Comics, Paris, 2008.

[3] Mircea Eliade, Aspects du Mythe, éditions Gallimard, coll. Folio essais, Paris, 2007 (1963), p. 226.

[4] Idem, p. 31.

[5] Gilbert Durand, L’imagination symbolique, éditions PUF, coll. Quadrige, Paris, 2008 (1963), p. 126.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires