En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 31 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 53 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 22 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 25 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 7 heures 2 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 22 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 50 min
L'ombre des banques

Régulation financière : ce qui a vraiment changé depuis la crise et ce qui est difficile à mettre en place

Publié le 02 juillet 2012
Les récentes et énormes pertes de trading de JP Morgan, qui pourraient atteindre 9 milliards de dollars, ramènent sous le feu des projecteurs la question de savoir ce qui a vraiment changé dans les institutions. Petit état des lieux des réformes financières.
Alexis COLLOMB dirige la Chaire de Finances du Conservatoire national des arts et métiers à Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Collomb
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis COLLOMB dirige la Chaire de Finances du Conservatoire national des arts et métiers à Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les récentes et énormes pertes de trading de JP Morgan, qui pourraient atteindre 9 milliards de dollars, ramènent sous le feu des projecteurs la question de savoir ce qui a vraiment changé dans les institutions. Petit état des lieux des réformes financières.

Les événements récents de JP Morgan ont ramené sous les feux de l’actualité cette question : presque quatre ans après la faillite de Lehman et l’émergence d’une crise sans précédent depuis celle de 1929, est-ce que quelque chose a vraiment changé dans le fonctionnement des institutions financières ? Faire en quelques lignes un état des lieux des réformes financières est bien sûr un exercice délicat et je me bornerai ici à résumer quelques points qui semblent importants.

Tout d’abord, si on regarde ce qui a été accompli, on peut dire que le Dodd-Frank Act (signé par Obama en juillet 2010) pour les Etats-Unis, et les accords de Bâle III sur le plan international, même s’ils sont loin de faire toujours l’unanimité, sont des avancées importantes.

Ainsi la législation Dodd-Frank demande la mise en application de certaines mesures difficilement contestables en principe : une plus grande consolidation des agences de régulation, la migration des produits dérivés standards vers les chambres de compensation, l’établissement de mécanismes de résolution financière pour les institutions en faillite (ou sur le point de l’être), la création d’une nouvelle agence de protection des consommateurs (le Bureau of Financial Consumer Protection). Elle renforce également la supervision des agences de notation, restreint le trading pour comptes propres des banques (la « Volcker Rule ») et limite dans le même esprit les relations possibles entre les banques et les hedge funds ou private equity funds.

Quant aux accords de Bâle III, ils exigent des fonds propres renforcés, des ratios de couverture de liquidité à court et long termes plus élevés et une plus grande maîtrise de l’effet de levier. Et même si certains pensent qu’on est allé trop loin dans ces exigences, certains pays de l’Union Européenne, tels l’Autriche, ont accéléré la mise en place de ces normes (le terrain a certes déjà été préparé par certaines demandes de l’Autorité Bancaire Européenne, telles que la nécessité pour les banques d’avoir un Core Tier 1 Ratio d’au moins 9% d’ici la fin 2012). On peut donc dire, à l’aune de la multiplicité des réformes réalisées ou en cours, qu’il y a un véritable travail de fond qui est en train de s’accomplir, et qui s’inscrit dans la lignée des déclarations répétées du G20 depuis Novembre 2008 sur la nécessité de réformer le système financier.

Mais ces avancées de principe, qu’on retrouve également nombreuses dans les travaux de la commission Vickers au Royaume-Uni, ne devraient pas faire oublier les sources de fragilité qui demeurent nombreuses et significatives, soit dans l’implémentation pratique de ces principes (le diable se loge facilement dans les détails d’un document  de plus de huit cent pages tels le Dodd-Frank Act…), soit dans des lacunes de coordination et d’harmonisation internationales qui laissent le système financier vulnérable…

Par exemple il demeure toujours une incertitude sur la désignation des shadow banks d’importance systémique, et sur la régulation de ce secteur bancaire parallèle. Le problème est que les composantes du shadow banking sont beaucoup plus fragiles que les institutions de dépôt réglementées et, en temps de crise, transmettent leurs risques au système bancaire. Les money market funds ne sont d’ailleurs toujours pas strictement régulés même si de facto leur fonctionnement est similaire aux dépôts à vue des banques de dépôt. Comme on a pu l’observer dans les jours qui suivirent la faillite de Lehman, il aura fallu la garantie du Trésor américain pour enrayer la paralysie complète de ce secteur crucial pour le financement à court terme des entreprises.
 


Un autre problème essentiel qui reste toujours d’actualité est l’aléa moral posé par l’existence d’institutions « too big to fail ».
C’est un problème à facettes multiples et qui ne s’applique pas seulement aux banques, mais également aux compagnies d’assurances (le sauvetage d’AIG l’a bien montré) ou, aux Etats-Unis, aux Government-Sponsored Entreprises (GSEs), ces entités de financement de prêts immobiliers. En effet, sans un sentiment d’impunité dû à la garantie implicite de l’Etat américain, il est très probable que Fannie Mae et Freddie Mac n’auraient pas allègrement financé la bulle immobilière avec les résultats que l’on connaît. Il sera nécessaire (comme le soulignait encore récemment l’ancien directeur dela Federal Reserve, Paul Volcker) de continuer à travailler à la fois sur la prévention du risque de faillite des grandes institutions, sur l’existence ex ante de procédures claires de résolution, et sur une harmonisation cohérente de ces règles entre les principaux centres financiers.

Sur ce dernier point, là aussi il y a des avancées mais lorsqu’on regarde les discussions récentes sur la supervision bancaire européenne, et les dissensions (exacerbées par la crise de la zone Euro) entre partenaires européens, on comprend qu’il y a encore un long chemin à parcourir. Un point encourageant cependant, connexe à ce problème d’aléa moral des institutions « too big to fail », est la question des incitations des employés où quelques progrès ont été faits. On doit en effet maîtriser le décalage dangereux entre d’un côté une garantie publique de long terme (même implicite) et de l’autre des incitations privées de court terme (par exemple en étalant davantage les compensations, comme certaines banques ont commencé à le faire).

Mais tout inventaire des réformes réalisées ou en cours ne devrait pas faire oublier un aspect plus général de la crise financière, et qui menace l’efficacité de toute réforme : ce que j’appellerais la surenchère de la complexité... Il semble difficile de contester que la complexification du système financier qui a précédé la crise (qui est allée de pair avec une opacité croissante) a largement contribué à la crise récente. Lorsqu’on a enfin compris que des poches de risques considérables étaient ainsi logées dans le shadow banking system, dans certains produits structurés (e.g. les CDO-squared ou même cubed) ou dans la multiplication généralisée d’effets de levier dont personne n’avait une vue globale, il était déjà trop tard.

Et sur ce point, les explications fournies mercredi dernier par Jamie Dimon sur les problèmes du Chief Investment Office de JP Morgan étaient particulièrement intéressantes : elles montrent que même aujourd’hui, l’une des banques les plus sophistiquées peut mettre un certain temps à comprendre le risque d’un de ses books principaux de produits dérivés. Car même s’il y a eu un deleveraging global du système financier durant ces dernières années, la complexité des institutions financières et de leurs réseaux demeure. Et s'il est naturel de chercher à réguler une réalité financière complexe par une prolifération de réformes tout aussi complexes, une multiplication de réformes, si elles sont mal coordonnées, risque de produire un résultat net ni forcément prévisible, ni forcément efficace.

Pour ma part, je pense que dans le va-et-vient constant entre institutions régulées et régulateurs, une surenchère dans la complexité conviendra toujours davantage in fine aux institutions désireuses de contourner les réglementations qu’aux régulateurs (qui n’ont pas toujours l’expertise et les moyens considérables des institutions qu’ils surveillent). Aussi je pense qu’il ne faudrait pas que les réformes financières tombent dans le piège de la surenchère de complexité, et oublient de promouvoir l’essentiel : un ensemble de principes simples et coordonnés sur le plan international qui facilitent un financement sain de l’économie, des entreprises comme des particuliers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 02/07/2012 - 13:56
Ne dites jamais QUI a gagné les 9 milliards perdus par JPMorgan!
Car vous pourriez être accusé d'anti-sémitisme...
ElmoDiScipio
- 02/07/2012 - 09:45
Merci pour cette excellente synthèse
Il y manque une seule chose à mon sens . C'est l'hystèrie de la revalorisation permanente des actifs à la valeur de marché qui a été avec le non controle de l'endettement privé US et UK le plus grand catalyseur de la Crise depuis 2006. Un tas de créances en bilan (commerciale, munies,, immobilières) qui est comptabilisé en valeur historique et on repense à la crise des années Reagan avec ses 2.000 banques en faillite. Les memes creances logées dans des SPV comme les CDO et autres RMBS et c'est la cascade permamente comme depuis 6 ans. Entre l'hérésie d'une valorisation constante, historique, et un mark to market quotidien qui valorise au dela du mouvement réel de défaut des agents économiques , quel choix ?
L'autre point est sur le ratio tier one passé à 9% (déja acté depuis fin 2011par les bqs) résolument excessif sachant que Bale III avait déja augmenté les ratios de couverture obligatoire de créanciers autrefois faiblement ou non Cookés.