En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 9 heures 9 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 13 heures 23 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 17 heures 37 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 17 heures 58 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 17 heures 8 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 17 heures 9 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 17 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 17 heures 42 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 3 heures
Un peu plus à droite ?

Vu de l’étranger, la “droitisation” de l’UMP ne saute pas aux yeux

Publié le 28 juin 2012
La droite française a perdu gros lors des dernières élections législatives. Pour certains, comme Nathalie Kosciusko-Morizet, l'UMP aurait payé cher sa politique de "droitisation". Pourtant, lorsque l'on interroge nos voisins européens, le paysage politique français ne ferait que suivre une logique en corrélation avec la crise économique actuelle.
Stefan Seidendorf est spécialiste des politiques européennes à l’Institut Franco-allemand.Marco Da Rin Zanco est diplômé en sciences politiques et relation internationale à l'Université de Padoue. Il est vice-coordinateur national à l'UDC (Union...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stefan Seidendorf, Marco Da Rin Zanco, Juan Pedro Quinonero
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stefan Seidendorf est spécialiste des politiques européennes à l’Institut Franco-allemand.Marco Da Rin Zanco est diplômé en sciences politiques et relation internationale à l'Université de Padoue. Il est vice-coordinateur national à l'UDC (Union...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La droite française a perdu gros lors des dernières élections législatives. Pour certains, comme Nathalie Kosciusko-Morizet, l'UMP aurait payé cher sa politique de "droitisation". Pourtant, lorsque l'on interroge nos voisins européens, le paysage politique français ne ferait que suivre une logique en corrélation avec la crise économique actuelle.

Atlantico : En France, Nathalie Kosciusko-Morizet a comparé la campagne de Nicolas Sarkozy et la ligne Buisson à un retour à l’Action française de Charles Maurras. Avez-vous eu le même sentiment dans vos pays respectifs ?

Stefan Seidendorf (Allemagne) : En observant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, c’était moins Charles Maurras (auteur peu connu en Allemagne) qui venait à l’esprit des Allemands, qu'une proximité avec les mouvements populistes d’extrême droite. Ce phénomène qu’on peut observer un peu partout en Europe - de l’Autriche en Flandres, du Danemark en Hongrie, et bien sûr en France (Marine Le Pen) -, se caractérise par sa façon de mobiliser les électeurs via des oppositions entre le "nous" et les "autres".

Les exclusions interviennent aussi bien au niveau identitaire (l’identité "menacée"), économique (le patrimoine "menacé"), et politique ("contre" les élites politiques, il faut représenter le "vrai peuple"). La campagne de Nicolas Sarkozy a mobilisé ces trois éléments - identitaire, économique et politique - sans toutefois pouvoir en tirer une crédibilité suffisante pour recueillir les votes nécessaires.

Juan Pedro Quiñonero
(Espagne) : Le président Nicolas Sarkozy avait obtenu l'union temporaire de toutes les traditions conservatrices françaises, des bonapartistes aux orléanistes. Plusieurs familles de la tradition bonapartiste ont toujours été très proches des traditions populistes. Les orléanistes ont quant à elles, toujours été incommodées par ce populisme plus ou moins extrême des familles bonapartistes.

La ligne Buisson a tenté de fédérer toutes ces familles, en faisant appel aux vieilles racines spirituelles qu'avait incarné l'Action française. Appartenant elle-même à la tradition orléaniste, il est logique que Nathalie Kosciusko-Morizet se sente mal à l'aise, craignant avec raison que cette synthèse conservatrice empêche la conquête d'un électorat plus large.

Marco da Rin Zanco (Italie)
: Nathalie Kosciusko-Morizet pourrait représenter l'avenir de la droite française, il est donc normal qu'elle essaie de marquer une différence par rapport à "l'âge d'or de Nicolas Sarkozy", et cela même avec des expressions parfois fortes.

Ce qui est vrai, c'est que l'Action française représente un passé que l'on espère révolu. Si l'on veut avoir un regard plus large, il est vrai que l'Europe d'aujourd'hui ressemble un peu à l'Europe de la belle époque : le bien-être avait laissé la place à une première phase de crise politique (la Première Guerre mondiale) suivie d'une crise économique (la crise du 1929). Aujourd'hui, comme à cette époque, ce sont les positions les plus extrêmes qui tentent la population, car elles semblent offrir des réponses plus simples et concrètes aux problèmes quotidiens, que celles formulées par les forces politiques dites "modérées".

La droite française est-elle plus à droite qu'en Allemagne, Espagne et Italie ?

Stefan Seidendorf : Tout dépend des partis de droite visés. Si on regarde la "droite populaire" et ses représentants en France, ils incarnent sans doute une ligne "dure" qu'on ne retrouve pas au sein du Parti chrétien-démocrate allemand. L’aile conservatrice de ce parti, la CSU (Union chrétienne-sociale) au pouvoir en Bavière, est finalement ce qui s'en rapproche le plus. Toutefois, après soixante ans passé au pouvoir, ce parti sait faire la part des choses, et différencier le populisme des responsabilités gouvernementales !

Juan Pedro Quiñonero : Il n'y a pas une droite française, mais plusieurs... Après la parenthèse Nicolas Sarkozy, ces droites devront négocier une nouvelle forme d'organisation. Les droites espagnoles, quant à elles, sont sans doute moins conservatrices que la droite bonapartiste française.

Marco da Rin Zanco
: Je n'aime pas la géométrie et reste persuadé que la simplification politique droite / gauche ne s'adapte plus à notre temps. Je crois plutôt que les citoyens voient que le système actuel, qui se fonde sur l'économie globale de marché, ne fonctionne pas comme il devrait. Ils sont prêts, en France comme en Italie, à considérer des "propositions alternatives".

A ce sujet, la droite française a été bien meilleure que la droite italienne. Elle a su représenter une alternative à un président qui était issu du centre droit. En Italie, la crise "Berlusconi" a torpillé la droite et a permis l'émergence d'une nouvelle force, le "Mouvement 5 étoiles" de Beppe Grillo.

 

 

Le rapprochement de la droite française avec un parti populiste comme le Front national est-il une évolution logique ? En sachant que nombreux sont les partis de droite en Europe qui ont connu une évolution similaire…

Stefan Seidendorf : Si l’UMP se rapproche du FN, il en résulterait sans doute l’explosion de l’UMP. Face à un vieux parti populiste et extrémiste, il serait en effet très difficile, voire impossible, d’incarner une alternative crédible. En particulier si cette dernière consiste à faire le lit du FN.

Si la stratégie de conquête des couches électorales qui votent aujourd’hui pour le FN peut sembler prometteuse, la question reste entière : quelles solutions "de droite" proposer à ces électeurs ?

Pour ne pas tomber dans le piège consistant à proposer des solutions apparemment "molles", que le FN pourrait facilement doubler par une surenchère, il faudrait peut-être commencer par s’assurer de sa propre identité en tant que parti. Mais alors, quelle ligne peut suivre un parti conservateur qui ne veut être ni être au centre, ni représenter les valeurs chrétiennes-démocrates, ni incarner la pensée libérale, et ce tout en co-existant à côté du FN ?

Vu ainsi, il devient évident qu'un travail de reconstruction idéologique et pragmatique s’impose à l’UMP ! En particulier si ce parti souhaite incarner une alternative crédible à la gauche et à l’extrême droite.

Juan Pedro Quiñonero
: Pour la droite bonapartiste, il s'agit sans aucun doute d'une évolution logique. Je crois que la droite orléaniste pense différemment. Et le gros avantage de Marine Le Pen, c'est qu'elle sait exploiter avec une grande habileté tactique cette division de fond des droites françaises.

Marco da Rin Zanco : Lorsque les gens vivent des moments de difficulté et de crise, ils ressentent nécessairement le besoin de se raccrocher à des éléments identitaires, à des certitudes qui jouent le rôle de boussole à leurs yeux. Et ces derniers sont toujours exploités avec une plus grande efficacité par les mouvements politiques extrémistes et religieux.

Il est donc tout à fait normal que face à la crise économique mondiale, un électeur développe des idées proches de celles défendues par ces partis extrémistes. Mieux, il est tout à fait compréhensible qu'un parti dit "modéré" rogne sur les idées d'un parti extrémiste, en défendant notamment les valeurs familiales, la différence ethnique ou le nationalisme.


La montée de l'extrême droite est-elle considérée comme une menace dans vos pays respectifs ?

Stefan Seidendorf : L’Allemagne ne connaît, pour l’instant, pas de grand parti populiste à droite de son échiquier politique. La menace n’est donc pas considérée comme imminente.

Reste toutefois l'existence de certains groupuscules d’extrême droite qui progressent lentement mais sûrement, notamment en Allemagne de l’Est. Toutefois, ils n'ont pas encore réussi à amorcer un virage populiste qui leur assurerait une meilleure aura politique. Il leur manque également un leader charismatique, des structures et une organisation pour pouvoir réellement mobiliser.

Juan Pedro Quiñonero : En Espagne, on comprend mal le virage stratégique, culturel et sociologique qu'est en train de négocier Marine Le Pen.

Marco da Rin Zanco : En quelque sorte... Néanmoins, il faut bien avouer que la Ligue du Nord tient des propos similaires à ceux du FN. La Lega nord se pose comme un moyen de répondre à la fois aux attentes "des questions du nord" tout en luttant contre la corruption de la politique.


Cependant, ce parti vit dernièrement une crise, du fait qu'il n'arrive notamment pas à apporter de réponses crédibles quant aux problèmes de corruption (estimé à un volume de 60 milliards d'euro). Pire, Lega Nord a été frappé par des scandales à répétition, relatifs à la gestion des fonds publics... Ce qui tend a démontrer qu'il ne vaut guère mieux que les autres partis italiens.

Enfin, pour illustrer cette crainte, on peut aisément évoquer le cas de Silvio Berlusconi, régulièrement accusé de redorer le blason des néo-fascistes, qui ont finalement fait leur entrée au Parlement européen.

Propos recueillis par Charles Rassaert et Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rhytton
- 29/06/2012 - 12:14
Le monde etant majoritairement anglo-saxon aujourd'hui,
La vision de la droite francaise n'est qu'une approche gauchiste pour les politologues anglo-saxons, parce que la France est un pays de gauchistes qui s'ignorent.
pier21
- 28/06/2012 - 22:39
Qui veut la fin....
Suite de mon texte malencontreusment envoyé
-ou la Gauche est au pouvoir pour 100 ans!
Certes ce n'e ne sera pas évident, pour discuter il faut être au moins 2 et si "l'union est un combat" il faut un minimum de concessions mutuelles : l'UMP sur les questions sociétales, le FN sur le plan économique où ses utopies relèvent souvent de l'élucubration!
Peut-être que Marine Lepen (au vu de ce qu'il est advenu au PC) ne veut pas du pouvoir.
Qu'elle se méfie! Ses électeurs pourraient se lasser d'être de perpétuels opposants sans perspective!
Et j'ai pu constater que dans l'administration des régions de 1988 à 1994 les conseillers FN avaient le sens de la mesure et de l'intérêt général votant quasi toujours les mesures proposées par le président RPR ou UDF!
Et puis pensez ausi à Dreux!
roudoudou
- 28/06/2012 - 22:35
Quelques rappels utiles
Le FN est une création politique de Mitterrand qui a instauré une dose de proportionnelle aux législatives dans le seul but de gêner la droite tout en jouant les pères la morale antifascistes, lui qui fut décoré de la francisque.
La droite française n'est effectivement pas une vraie droite au sens qu'en ont tous les pays du monde, à savoir une droite libérale économiquement. La droite française reste une droite étatique qui se méfie du capitalisme et de la globalisation, pourtant seuls créateurs de richesses à l'échelle mondiale depuis 20 ans.
En ce sens Schroeder ou Blair étaient bien plus de droite que Chirac.
Ce n'est pas une soi disant droitisation qui a fait perdre Sarkosy c'est un mélange de rejet du personnage entretenu par des médias majoritairement de gauche et de refus des Français d'engager les réformes vitales que tous les autres ont fait en Europe.
NKM aurait donc mieux fait de se taire ou d'aller s'encarter au PS !