En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 1 heure 21 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 5 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 4 heures 33 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 5 heures 17 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 7 heures 24 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 7 heures 47 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 8 heures 22 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 8 heures 40 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 1 heure 46 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 3 heures 16 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 4 heures 48 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 5 heures 45 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 7 heures 53 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 8 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 8 heures 44 min
Nouveau nouveau centre

Outre-tombe : Jean-Louis Borloo va-t-il ressusciter le centre ?

Publié le 21 juin 2012
Jean-Louis Borloo, élu à la tête d'un nouveau groupe à l'Assemblée nationale, s'est revendiqué comme le nouveau patron du centre en France. Le président du Parti radical estime devoir "reprendre le flambeau", après l'échec de François Bayrou aux législatives.
Alexis Massart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Borloo, élu à la tête d'un nouveau groupe à l'Assemblée nationale, s'est revendiqué comme le nouveau patron du centre en France. Le président du Parti radical estime devoir "reprendre le flambeau", après l'échec de François Bayrou aux législatives.

Atlantico : Sous l’impulsion de Jean-Louis Borloo, les centristes ont formé un groupe à l’Assemblée composé de députés du Parti radical valoisien, du Nouveau Centre et du Modem. Jean-Louis Borloo peut-il sauver le centre ?

Alexis Massart : Si quelqu’un est capable de le sauver aujourd’hui, il me semble que Jean-Louis Borloo est la bonne personne.

Il est fort probable que ce groupe à l’Assemblée soit la première étape de la création d’un parti. Historiquement, un certain nombre de partis politiques sont nés de cette manière. Un rassemblement d’élus à l’échelle du Parlement qui se transforme ensuite en organisation partisane. Jean-Louis Borloo ne s’en cache pas : la visibilité de son groupe parlementaire passera par les élections qui vont venir dans les années qui viennent (municipales, régionales et européennes). Si telle est  la démarche, je ne vois pas comment pourrait être zappée l’élection présidentielle dans 5 ans…

Après son désistement pendant la dernière campagne présidentielle, Jean-Louis Borloo est-il toujours aussi crédible pour incarner le nouveau centre ?

Sa décision de retirer sa candidature a été le fruit de l’analyse de l’état des forces du moment. Une démarche collective avait été lancée, mais un des acteurs, Hervé Morin, avait en grande partie bloqué le processus.

Par ailleurs, nous étions dans la préparation d’une élection présidentielle dans laquelle le président sortant n’était pas encore candidat même si tout le monde connaissait ses intentions. En étant soi-même membre de la majorité, il était difficile de lancer une candidature contre le président sortant.

Pour ces deux éléments, un candidat UMP sortant et les difficultés posées par Hervé Morin,  Jean-Louis Borloo n’a pas voulu rajouter à la cacophonie et n’a pas jugé utile de décrédibiliser les idées du centre. Sans compter le fait qu’à cette époque-là nous n’avions pas d’idées précises (mis à part quelques indications de sondage) sur ce que deviendrait l’hypothèse François Bayrou.

Aujourd’hui l’environnement n’est pas le même, le candidat sortant a été battu, le discours de l’UMP s’est droitisé et François Bayrou après son échec à la présidentielle et aux législatives est plus ou moins sorti du jeu politique.

François Bayrou n’est donc plus capable d’incarner le centre ?

Sa posture devrait s’apparenter à celle d’un sage plutôt qu’à un acteur politique de premier plan. François Bayrou a perdu plus de la moitié de son électorat entre 2007 et 2012. Je crois que c’est tout de même un élément rédhibitoire pour l’avenir.

De plus, le fait d’avoir pris une position en faveur de François Hollande au second tour de la présidentielle, même s’il y avait une vrai cohérence intellectuelle, a été catastrophique en termes de message à son électorat. L’électorat de Bayrou 2012 est un électorat recentré autour de ce qu’était traditionnellement l’électorat de l’UDF.

La formation de l’Union des démocrates indépendants sonne le retour de l’UDF. Jean-Louis Borloo parle même d’une « forme moderne et écologiste » de l'ancien parti de centre droit. Le centre français est-il condamné à pencher d’un côté de l’échiquier politique, à droite ou à gauche ?

Le problème de la position de François Bayrou, même si elle pouvait paraitre intellectuellement séduisante, était que, opérationnellement, dans un environnement politique marqué par une véritable bipolarisation, il est difficile de transformer l’essai.

Il est plus logique, dans notre système politique actuel, qu’il existe une famille de centre gauche et une famille de centre droit. Pour le centre droit, tout l’enjeu est de se rendre suffisamment important pour arriver à contrebalancer la deuxième jambe de l’actuelle opposition qui s’est sérieusement « droitisée » depuis quelques semaines.

La position de Jean-Louis Borloo n’est pas tout à fait la même que celle de François Bayrou. Il n’est pas autonome vis-à-vis de la droite et de la gauche. S’il entend avoir une pratique de l’opposition plus constructive que l’UMP dans sa relation avec la majorité son positionnement n’en reste pas moins de centre droit alors que celui de François Bayrou était purement centriste.

Peut-on s’attendre à des ralliements de députés UMP déçus par une certaine droitisation de la ligne du parti et agacés par la guerre des chefs qui semble se mettre en place ?

Jean-Louis Borloo se situe dans l’évolution d’une famille politique alors que François Bayrou se voulait en rupture. Il a donc plus de chance d’attirer à lui des déçus de l’UMP que n’en avait le président du Modem.

Il est tout à fait envisageable que certains députés franchissent la ligne jaune et se rallient à Jean-Louis Borloo. Si l’UMP confirme son orientation des dernières semaines, il est fort probable  que des députés UMP, historiquement passés par l’UDF ou qui ont une fibre d’avantage humaniste, puissent basculer vers le nouveau groupe centriste.

Je pense notamment à des profils comme le député du Nord Marc-Philippe Daubresse ou Laurent Wauquiez, l’ancien ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
misol
- 22/06/2012 - 13:04
Borloo centriste ??
Cet article n'est pas objectif. Borloo n'est pas centriste, Borloo joue sur l'échec de Bayrou pour se refaire une santé politique sur son dos. Il a soutenu l'UMP et Sarkozy pendant 5 ans, et il continuera. Erreur aussi: les élus du Modem (2) n'ont pas rejoint Borloo,ils restent indépendants. Je rappelle que le Modem n'est pas mort, 3 millions de personnes ont voté pour Bayrou, et se réclament d'un centre démocrate et indépendant, et non centre droit ou centre gauche.
Ces 3 millions de personnes vont se fédérer, et créer un front démocrate qui démontrera que ni Bayrou ni le Modem ne sont morts.
Bayrou est un homme d'Etat, le seul qui puisse se prévaloir aujourd'hui d'idées, de valeurs et de rassemblement, le seul qui ne cherche pas le pouvoir pour lui même.
Les Borloo et consorts ne vont pas tarder à montrer le panier de crabes dans lequel ils naviguent, ils se détestent tous, l'hypocrisie et le pouvoir sont les valeurs de ce groupe.
Cadiot Jean-Michel
- 22/06/2012 - 10:00
Bayrou toujours là
Un peu n'importe quoi,cet article! Il est hors de question que les députés MoDem rejoigent le groupe croquignolesque de Broloo, totalement inféodé à l'UMP. François Bayrou et le MoDem ont oris un coup vont certainement devoir adapter leurs méthodes. Mais ils incarnent plus que jamais ce courant démocrate, ce centre indépendant qui pèsent tant sur la vie politique, qui ont posé pendant la campagne les vrais et graves problèmes, et roposé les bonnes solutions dont,espérons-le, le nouveau pouvoir saura prendre en compte.
Dérive
- 22/06/2012 - 02:17
Borloo
Effectivement Borloo peut refaire le Centre... Droite, si on est de droite ... on est pas au centre et merci à lui d'avoir si bien soutenu Bayrou qui lui doit énormément... Ah ces gaulois !... si Vercingétorix n'avait pas été trahi par les siens... que serait devenu César...? et ... Si Bayrou n'avait pas été trahi par les siens ?... Le vrai Centre est possible avec ?... Bayrou, il a agist dans sa conviction, entre 2 maux il a choisi le moindre... sans s'occuper de son devenir, quel cran !!!