En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 8 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 10 heures 38 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 15 heures 12 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 14 heures 44 sec
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 14 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 15 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 15 heures 12 min
Je t'aime, moi non plus

Faut-il vraiment s'inquiéter du rôle joué par les agences de notation ?

Publié le 21 juin 2012
Le Sénat français a publié mardi un rapport dont les conclusions sont critiques sur le rôle des agences de notation. Visite guidée d'un monde méconnu, que peine à appréhender le pouvoir politique.
Manuel Maleki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Maleki est Docteur en Sciences Economiques à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.Il est spécialiste des questions de réformes. Il a travaillé à Londres dans une grande institution financière avant de rejoindre les équipes de la recherche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Sénat français a publié mardi un rapport dont les conclusions sont critiques sur le rôle des agences de notation. Visite guidée d'un monde méconnu, que peine à appréhender le pouvoir politique.

Atlantico : Le Sénat français a publié ce mardi un rapport dont les conclusions sont assez critiques sur le rôle des agences de notation. Les politiques comprennent-ils réellement le métier et les mécanismes qui régissent le fonctionnement de ces agences ?

Manuel Maleki : Les parlementaires comprennent le rôle de ces agences. Mais pas forcément les phases techniques puisqu’il ne s’agit pas de leur mission. Cette méconnaissance du fonctionnement technique du métier de la notation peut déboucher sur une certaine incompréhension, en particulier sur la qualité de la notation ou le travail même de prévision. C'est d'ailleurs pour cela que les dirigeants politiques s'appuient sur des commissions parlementaires, ou sur le travail de collaborateurs présents dans leurs cabinets qui sont eux au fait de ces questions.

Il faut avant tout comprendre qu’une note n’est pas une valeur absolue en soit, mais une donnée relative aux notations des autres pays. Ainsi, un triple A ne signifie pas que le risque est nul, mais que l’institution évaluée est considérée comme étant meilleure que les autres. Les interprétations qui sont faites des notations sont donc trop larges et laissent parfois place à une sensibilité personnelle.

L'inquiétude des pouvoirs publics est-elle néanmoins justifiée ?

L’inquiétude des pouvoirs publics est compréhensible, mais il y a aussi un effet d’actualité. Avant la crise, personne ne remettait en cause les agences de notations puisque les notes étaient bonnes, mais dès que ces dernières ont été abaissées, les critiques ont "fusé".

Les politiques reprochent notamment aux agences d’avoir mal évalué la situation de Lehman Brothers avant sa faillite en septembre 2008, ou encore une faute comptable de 2 000 milliards de dollar sur la dette américaine lors de sa dégradation par Standard & Poor’s. Ces erreurs n’ont-elles pas décrédibilisé les agences de notation ?

La notation n’est pas une science exacte et les agences de notations ne sont pas des sociétés d’audit. Elles ne vérifient ni ne valident les comptes. Un travail effectué en amont par des entreprises d’audit (KPMG, Ernst and Young, Price Waterhouse Coopers...).

Ces erreurs ont joué sur leur crédibilité mais la difficulté réside à trouver une solution de substitution plus adéquate et efficace. Quelles structures ou quelles institutions peuvent les remplacer ?

Il existe toujours une grande part d’incertitude puisque les décisions sont fondées sur des modèles statistiques. Malheureusement, les conséquences peuvent parfois être terribles. Les critiques émises à leur égard sont en général a postériori, et non a priori.

Faut-il briser le monopole des trois grandes agences de notation, et accroître leur « responsabilité civile », un élément que préconise le rapport ?

Accroitre la concurrence permet aux entités d’avoir un plus grand éventail de choix susceptibles d’améliorer les résultats. Mais un marché évolue naturellement et celui de la notation existe depuis longtemps. Cette situation oligopolistique est donc le phénomène du marché. Il s’agit d’un oligopole naturel en ce sens où il n’a pas été imposé par les pouvoirs publics. Dès lors, la question de la crédibilité des agences se pose. Sommes-nous parvenu à cet oligopole de marché du fait d’une plus grande crédibilité des ces trois agences par rapport aux autres ?

Enfin, il est toujours possible d’accroitre la responsabilité civile des agences mais, une fois de plus, la difficulté consistera à trouver le niveau adéquat auquel il faut déterminer la part de responsabilité. A partir de quel moment l’agence est-elle responsable ? Faut-il engager la responsabilité de l’agence si elle s’est trompée d’un cran, de deux... ? Il est très difficile de trouver une échelle de mesure surtout lorsqu’il s’agit d’une opinion.

Les notations sont admises par la plupart des entités financières car elles permettent d'établir des comparaisons. Mais elles ne doivent pas dédouaner les banques, les assurances ou même les Etats d’avoir leurs propres services internes d’évaluation des risques afin de comparer leurs résultats à ceux des agences. Il y a donc aussi une facilité à externaliser l’analyse du risque vers les agences afin d’économiser sur ce poste.

Après avoir reproché aux agences de notation de ne pas avoir vu venir la crise en 2007, elles ont été critiquées en 2008 pour l’avoir propagée. N’est-ce pas pour cette raison que le rapport du Sénat préconise d’accroître la responsabilité des agences ?

Il faut tenir compte de la fidélité des marchés et des clients aux agences. Leur métier est d’émettre une opinion sur un risque de défaut. S’il y a une modification de ce dernier, les agences ne font alors que l’informer aux investisseurs. En effet, il ne faut pas oublier les contreparties puisque dernière les dettes se trouvent plusieurs créanciers qui souhaitent retrouver leur argent. L’objectif est donc aussi de protéger les épargnants qui doivent avoir une information claire pour arbitrer parmi plusieurs possibilités d’investissements.

La concurrence entre ces agences de notation pousse-t-elle ces dernières à « dégainer la première », comme cela a semblé être le cas avec Standard & Poor’s lorsqu’elle a dégradé les États-Unis et la France, parfois en désaccord avec ses consœurs ?

Un principe de précaution à peut être joué. En 2007, il leur a été reproché de ne pas avoir réagi assez vite là où, en 2008, elles ont été accusées de dégrader trop rapidement de d’amplifier la crise. Mais ces agences ont la responsabilité de communiquer lorsqu’elles constatent qu’une situation se dégrade.

Dans certains cas, il n’est pas improbable que les agences « provoquent » la réalité des évènements. Ce processus auto-réalisateur existe mais émane surtout de l’action des agents financiers.

Propos recueillis par Olivier Harmant et Franck Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires