En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 55 min 19 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 2 heures 15 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 3 heures 16 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 4 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 39 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 47 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 43 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 48 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 6 heures 10 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 19 heures 19 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 20 heures 9 min
Seule contre tous

Angela Merkel est-elle en train de couler ou sauver l’économie mondiale ?

Publié le 12 juin 2012
La crise de la zone euro s’amplifie, notamment en Espagne. Bien que l'Allemagne ne semble pas prête à céder sur la question de la création monétaire par la BCE à destinations des États, la persistance de déséquilibres économiques et le faible désir d’Europe ne sont pas de son fait.
Frédéric Farah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah est diplômé de Sciences Po Paris, professeur en classes préparatoires, chargé d’enseignement à l’université de Paris V, ainsi que coauteur des deux derniers numéros de mars et d’avril de la revue Ecoflash relatifs aux dettes publiques en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise de la zone euro s’amplifie, notamment en Espagne. Bien que l'Allemagne ne semble pas prête à céder sur la question de la création monétaire par la BCE à destinations des États, la persistance de déséquilibres économiques et le faible désir d’Europe ne sont pas de son fait.

En zone euro, le temps presse et les nouvelles ne sont pas bonnes.

La récession Italienne se traduira selon Bruxelles par un recul de 1,3% de croissance en Italie, quant à l’Espagne au premier trimestre 2012, elle enregistre un recul de - 0,3 %, et son taux de chômage avoisine les 25% de sa population active, les Pays Bas  prévoient un tassement de leur PIB de - 0,5 % en 2012. Le Portugal s’attend quant à lui à une récession de l’ordre de 3% et l’Irlande en deux ans a vu son PIB s’effondrer de 11,6 %.

Sans vouloir être trop long, nous pouvons donner quelques signes de panique bancaire à venir. Pour les cinq PIIGS (Portugal, Italie, Grèce, Espagne, et Irlande), les sorties cumulées en matières de dépôts bancaires depuis 2010 représentent plus de 800 milliards d’euros, qui vont se placer dans les banques allemandes ou néerlandaises. Fragilité des banques, endettement croissant des États, chômage de masse, tensions sociales, autant d’éléments qui montrent l’urgence d’une réaction commune et d’une coopération économique repensée.

Le président Barack Obama, inquiet pour la reprise américaine, réclame aux Européens des mesures décisives pour participer à une éventuelle reprise mondiale. Un appel qui peut apparaître comme une nécessité si l’on considère que les émergents parviennent de moins en moins à tirer la croissance mondiale. L’Inde fait par exemple face à des difficultés importantes.

Pourtant l’UE peine à dessiner une stratégie de sortie de crise, et semble entraîner une partie du monde dans sa chute. Comme le soulignait un rapport récent du sénat de 2009 sur les politiques économiques, pour envisager la coopération entre les États européens, il faudrait réunir des conditions « héroiques » c’est à dire que :

  • Chacun participe au même jeu, c'est-à-dire qu'il y ait homogénéité des acteurs ;  chacun est dans la même situation et se trouve exposé aux mêmes conséquences d'un choix  identique ;
  • La coopération repose aussi sur une vision claire des solutions et de leurs conséquences ;
  • Enfin, un présupposé de bienveillance réciproque (un haut degré de confiance mutuelle).

Pour le moins que l’on puisse dire, les trois conditions sont loin d’être réunies... Pour l’heure, il existe une coopération négative par la généralisation de l’austérité. L’assainissement avant toute chose semble être le maître mot. Mais comme le souligne l’économiste Feldstein La coordination de « mauvaises politiques économiques » conduit à un résultat inférieur à l'absence de coordination entre des politiques nationales plus adaptées. »

Doit-on alors considérer l’Allemagne, et plus particulièrement Angela Merkel, comme responsable du blocage en Europe, voire pire de la propagation de la crise ? Des allemands prestigieux, comme Joseph Martin Fischer, n’hésitent pas à le penser, « la brigade des pompiers est conduite par l’Allemagne et son chef est Angela Merkel. En conséquence, l’Europe continue de tenter d’éteindre l’incendie en y jetant de l’essence.(…) Nous payons une fois de plus pour apprendre que l’austérité, opposée à une crise financière majeure, ne peut mener qu’à la dépression. Cette idée devrait faire partie du savoir collectif. Après tout, c’est une leçon majeure des politiques d’austérité menées par le président Herbert Hoover aux États-Unis, et par le chancelier Heinrich Brüning pendant la république de Weimar ».

Il est certain que l’inflexibilité allemande, nourrie d’ordolibéralisme, se traduit par une crispation sur l’inflation et l’équilibre budgétaire. Ces deux dernières préoccupations empêchent pourtant de voir les risques déflationnistes qui guettent le continent.

Pour autant, faut-il voir dans l’Allemagne la seule source de blocage. L’Allemagne est prête à une Union bancaire et budgétaire, donc à plus d’intégration, mais une union qui obéit aux principes de rigueur qui sont les siens. Critères qui s’entendent et qui aussi se discutent. Par ailleurs, Angela Merkel a accueilli favorablement les récents accords salariaux qui devraient se traduire par une augmentation salariale dans certains secteurs de 3 à 4%. La désinflation compétitive allemande est en cours d’amendement.

Mais la question qui se pose est celle du fédéralisme et de sa nature. Les autres États européens seraient-ils prêts à des transferts de souveraineté supplémentaires. Si l’on croit la récente étude américaine conduite par le Pew research center. Elle montre avec des contradictions fortes que l’impact de l’intégration européenne  a provoqué une dégradation économique pour 63% des Français, et 61 % des Britanniques et Italiens. Mais dans le même temps, la participation à l’Union apparaît comme une bonne chose pour 65% des allemands, 54 % des espagnols.

L’étude serait longue à présenter, mais révèle qu’une intégration plus poussée n’est pas sans susciter de la méfiance.

A défaut d’une intégration plus poussée, l’austérité de ce qui fut le Merkozy n’apparaît plus de mise. Plus de souplesse s’impose. Mais faut-il traiter les symptômes (le sauvetage provisoire) ou traiter les causes profondes (réguler, réformer). C’est l’enjeu de la crise.

La relance apparaît nécessaire, mais quelles sont les conditions de possibilité d’une relance efficace ? Comment tenir ensemble résorption de la crise à court terme et régulation de ses déterminants de structure à long terme ?

Une relance souhaitable serait celle qui pourrait s’attaquer aux deux vices de notre monde, qui étaient ceux aussi du monde d’un économiste anglais célèbre, c’est à dire l’absence de plein emploi et une mauvaise répartition de la richesse.

L’Allemagne porte une responsabilité dans les difficultés de faire advenir une sortie de crise, mais la persistance de déséquilibres économiques fondamentaux et le faible désir d’Europe n’y sont pas pour rien dans l’affaire qui nous occupe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LeTaulier
- 10/06/2012 - 15:38
Des allemands prestigieux, comme Joseph Martin Fischer!
Un rouge reconverti dans le mouvement écolo!
Je crois que pour l'auteur il suffit d'avoir été écarté du pouvoir par les urnes pendant 10 ans pour mériter le titre de "prestigieux".
protagoras
- 10/06/2012 - 13:13
Petit rappel
On se croirait en 1923. L'Allemagne paiera, disait-on à cette époque où Poincaré s'efforçait de renflouer les finances de la France.
On connait la suite. L'Allemagne ruinée n'a pas payé et au surplus cette politique a conduit l'Allemagne à se donner à Adolf Hitler.
L'Allemagne d'aujourd'hui, échaudée par le passé, ne paiera pas pour les cigales européennes dont la France la France de Flanby a pris la tête.
Il serait particulièrement injuste et surtout maladroit de vouloir la culpabiliser (elle n'en a que trop l'habitude), elle dont le peuple s'est battu et continue de se battre pour ne pas sombrer dans le chaos qui menace les autres Etats européens.
Vincennes
- 10/06/2012 - 10:55
En lisant cet article on comprend, tout à fait, l'accueil
"chaleureux" qui était réservé à Sarko à Sciences Po....reporté sur NKM!!!
Comment peut-on écrire que l'Allemagne porte une responsabilité!!! C'est NUL car même Schröder pense "qu'il faut commencer par des réformes structurelles qui auront besoin de temps pour produire leurs effets" ce qui est l'INVERSE de ce que veut M.Petites blagues (pas sérieux en effet) et "qu'il faut faire les choses dans le BON ORDRE" et non dans le DESORDRE, comme le veut Hollande!!!
Et ce serait A.Merkel la responsable!!!
l'unique responsable c'est "Moi, Je, petit Pdt" qui n'y connait pas grand chose, apparemment, comme le fait de vouloir retirer les troupes française en se déssolidarisant (une fois de +) des Alliés.
Arrêtez de nous faire lire des SORNETTES.