En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 18 min 31 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 35 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 18 heures 6 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 22 heures 16 sec
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 23 heures 4 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 32 min 50 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 23 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 24 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 23 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 31 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 23 heures 9 min
L’économie et la société espagnoles vivent actuellement une crise à facettes multiples.
L’économie et la société espagnoles vivent actuellement une crise à facettes multiples.
(Pas de) Châteaux en Espagne

Ces 15 ans de croissance successive qui ont fait oublier aux Espagnols qu'ils avaient encore de sérieuses faiblesses structurelles

Publié le 08 juin 2012
La santé économique de l'Espagne a toujours dépendu de la santé économique internationale. Cependant, pour la crise actuelle se sont aussi noués des enjeux budgétaires et la mauvaise gestion des Communautés Autonomes.
Matilde Alonso Peréz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matilde Alonso Pérez est professeur à l’Université de Lyon 2. Elle est spécialiste en économie de l’Espagne. Elle a publié de nombreux travaux et ouvrages sur le sujet.Elle anime le projet Dimension économique de l’espagnol dont l’objectif est l’analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La santé économique de l'Espagne a toujours dépendu de la santé économique internationale. Cependant, pour la crise actuelle se sont aussi noués des enjeux budgétaires et la mauvaise gestion des Communautés Autonomes.

L’Espagne, comme tous les pays, a connu des phases de crise et de croissance. Les moments de prospérité ont toujours été le fruit de l’expansion économique internationale. Dans les périodes de crise, les effets des récessions économiques internationales ont toujours cohabité en Espagne avec un ensemble de dysfonctionnements structurels internes. Ces problèmes, qui restent dans l’ombre en époque de croissance, deviennent insoutenables en cas de déclin, ce qui est le cas encore une fois avec la crise actuelle.

L’économie et la société espagnoles vivent actuellement une crise à facettes multiples. La situation est très différente de celle des années précédentes. Pendant 60 trimestres, l’économie espagnole a joui d’une croissance exceptionnelle, qui a conduit les Espagnols, et également certains économistes, à penser que les cycles économiques n’existaient que chez les autres. L’histoire nous prouve le contraire. Les contrastes entre la croissance et la crise sont très significatifs. La première est exceptionnelle, mais la seconde a des des airs de déjà-vu. 

La forte croissance économique de 15 ans d’affilée a permis aux Espagnols de voir progresser le revenu par tête. Une augmentation du nombre de foyers et une forte demande de logements ont suivi. Les bonnes conditions du crédit ont favorisé l’expansion du secteur de la construction. Cependant, les restrictions externes à la croissance et les goulets d’étranglement internes de l’activité économique, accompagnés de la crise internationale, ont provoqué la première crise économique espagnole du XXIème siècle.

La crise financière internationale et la crise espagnole du bâtiment ont généré d’autres crises. La première, la crise budgétaire, est le fruit d’une politique inappropriée des dépenses publiques pour contrer la crise à ses balbutiements et d’une chute vertigineuse des recettes publiques. La deuxième est la crise du système financier. La Banque d’Espagne et le gouvernement ont dû intervenir pour sauver un ensemble d’entités bancaires. Bankia est la parfaite illustration du phénomène. Comme au XVème siècle, la faillite des banques privées risque d’entrainer toute l’économie espagnole. Au début des années 80, l’Espagne a vécu une crise des établissements bancaires, qu’elle a pu surmonter en refondant le système bancaire, et grâce aux aides publiques et à la croissance économique à la veille de son entrée dans la CEE.

La troisième crise est celle des institutions, qui se manifeste par l’endettement exorbitant des Communautés autonomes et de multiples affaires de corruption. L’origine de cette crise n’est pas l’Etat des Autonomies, mais plutôt le manque de transparence et d’efficacité des administrations publiques. L’administration des autonomies, fort critiquée en cette période troublée, s’est construite en reproduisant dans les régions le modèle d’un état central inefficace. Pour dépasser les problèmes structurels qui ont permis de sortir de la crise féodale, il a fallu une profonde réorganisation économique et institutionnelle. Elle s’avère urgente en ce moment.

La modernisation du secteur public faisait partie des Pactes de la Moncloa (1977), ainsi que du Plan de Stabilisation (1959) qui a permis le boom des années 60. Ces deux politiques étaient des programmes d’ajustement macro-économique et de réforme structurelle, tout comme la politique économique actuelle. Elles cherchaient une sortie de crise passant par l’ouverture à l’extérieur. Il semblerait qu’aujourd’hui ce soit l’extérieur qui vienne au chevet de l’Espagne. Le pays est, quoi qu’il en soit, bien loin de l’autarcie franquiste.

Dans les années 70, les chocs pétroliers ont entraîné une spirale inflationniste qu’Adolfo Suarez a contrecarrée avec des mesures strictes, qui ont eu pour conséquence une flambée du chômage. Certaines caractéristiques de l’époque ressemblent quelque peu à celles d’aujourd’hui : l’origine extérieure, les problèmes structurels et, pour des motifs différents, la faiblesse de l’action politique. A ce moment-là, la contraction maximale du PIB n’a pas atteint 1 %, alors que depuis 2008 il a dévissé de 5 %. Les presque cinq millions de chômeurs d’aujourd’hui sont, en proportion, les mêmes que ceux du milieu des années 80.

Aujourd’hui, l’Espagne n’est pas face à une simple récession. Le cycle haussier a débouché sur un désastre et le gouvernement de Zapatero est resté dubitatif, il a improvisé et n’a pas reconnu publiquement la situation. Le changement de gouvernement n’a pas arrangé les choses. L’Espagne a d’ores et déjà terni l’essentiel d’une image qu’elle avait eu du mal à se construire et elle risque de se discréditer si la situation s’aggrave encore.

Il est urgent que l’économie se reprenne pour mettre un terme aux problèmes budgétaires, maintenir l’état- providence et garantir un avenir socioéconomique aux jeunes générations. Les jeunes Espagnols peuvent être classés selon leur niveau de formation : les surqualifiés et les sous-qualifiés, mais les deux groupes sont confrontés à un taux de chômage de 45%.

L’essor économique des années 60 et 80 a été le fruit des exportations. On pouvait alors dévaluer la pésète. Cette possibilité n’existe plus. Cependant, on peut observer ces derniers trimestres une forte hausse de la productivité interne et des exportations espagnoles. A la différence du passé, l’Espagne dispose à présent d’un arsenal international d’entreprises, telles que Telefónica, Inditex-Zara, Santander… Mais, pour que le redressement soit efficace, des mesures de stabilisation et d’expansion économique sont indispensables, tant en Espagne qu’en Europe. Et le point d’équilibre entre les deux s’avère plus difficile à atteindre qu’il ne le devrait. 

Mathilde Alonso Perez, Elies Furio et Christel Birabent

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 08/06/2012 - 21:25
à la place de " Il est urgent que l’économie se reprenne...
pour mettre un terme aux problèmes budgétaires et pour maintenir l’état- providence", phrase qui ressemble furieusement aux vœux pieux de notre Flamby national, pourquoi ne pas faire l'inverse tout de suite?: réformer l'état providence et les régions plombées par la corruption Socialiste pour mettre un terme aux problèmes budgétaires et que l’économie se reprenne! Cela me semblerait plus logique que de mettre la charrue avant les boeux, mais je ne suis pas professeur d'économie à Lyon2...
JP34
- 08/06/2012 - 09:51
la CORRUPTION en ESPAGNE
Je voulais écrire: ligne TGV sans TGV
JP34
- 08/06/2012 - 09:46
la corruption est également
la corruption est également un mal endémique de l'ESPAGNE, autoroutes désertes, aéroports au milieu de nulle part, nouvelles villes sans habitants, ligne TGV sa tout ça c'est l'EUROPE qui l'a payé, il faudrait peut être demander des comptes aujourd'hui , plutôt que de s’apitoyer sur une ESPAGNE, qui va couler l'EUROPE.