En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Le tabac, ce tabou

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 20 min 53 sec
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 1 heure 3 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 1 heure 33 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 4 heures 21 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 5 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 6 heures 52 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 7 heures 59 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 8 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 45 min 28 sec
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire aurait été assassiné
il y a 1 heure 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 3 heures 13 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 6 heures 12 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 6 heures 50 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 7 heures 16 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 7 heures 48 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 8 heures 15 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 8 heures 31 min
L’économie et la société espagnoles vivent actuellement une crise à facettes multiples.
L’économie et la société espagnoles vivent actuellement une crise à facettes multiples.
(Pas de) Châteaux en Espagne

Ces 15 ans de croissance successive qui ont fait oublier aux Espagnols qu'ils avaient encore de sérieuses faiblesses structurelles

Publié le 08 juin 2012
La santé économique de l'Espagne a toujours dépendu de la santé économique internationale. Cependant, pour la crise actuelle se sont aussi noués des enjeux budgétaires et la mauvaise gestion des Communautés Autonomes.
Matilde Alonso Peréz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matilde Alonso Pérez est professeur à l’Université de Lyon 2. Elle est spécialiste en économie de l’Espagne. Elle a publié de nombreux travaux et ouvrages sur le sujet.Elle anime le projet Dimension économique de l’espagnol dont l’objectif est l’analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La santé économique de l'Espagne a toujours dépendu de la santé économique internationale. Cependant, pour la crise actuelle se sont aussi noués des enjeux budgétaires et la mauvaise gestion des Communautés Autonomes.

L’Espagne, comme tous les pays, a connu des phases de crise et de croissance. Les moments de prospérité ont toujours été le fruit de l’expansion économique internationale. Dans les périodes de crise, les effets des récessions économiques internationales ont toujours cohabité en Espagne avec un ensemble de dysfonctionnements structurels internes. Ces problèmes, qui restent dans l’ombre en époque de croissance, deviennent insoutenables en cas de déclin, ce qui est le cas encore une fois avec la crise actuelle.

L’économie et la société espagnoles vivent actuellement une crise à facettes multiples. La situation est très différente de celle des années précédentes. Pendant 60 trimestres, l’économie espagnole a joui d’une croissance exceptionnelle, qui a conduit les Espagnols, et également certains économistes, à penser que les cycles économiques n’existaient que chez les autres. L’histoire nous prouve le contraire. Les contrastes entre la croissance et la crise sont très significatifs. La première est exceptionnelle, mais la seconde a des des airs de déjà-vu. 

La forte croissance économique de 15 ans d’affilée a permis aux Espagnols de voir progresser le revenu par tête. Une augmentation du nombre de foyers et une forte demande de logements ont suivi. Les bonnes conditions du crédit ont favorisé l’expansion du secteur de la construction. Cependant, les restrictions externes à la croissance et les goulets d’étranglement internes de l’activité économique, accompagnés de la crise internationale, ont provoqué la première crise économique espagnole du XXIème siècle.

La crise financière internationale et la crise espagnole du bâtiment ont généré d’autres crises. La première, la crise budgétaire, est le fruit d’une politique inappropriée des dépenses publiques pour contrer la crise à ses balbutiements et d’une chute vertigineuse des recettes publiques. La deuxième est la crise du système financier. La Banque d’Espagne et le gouvernement ont dû intervenir pour sauver un ensemble d’entités bancaires. Bankia est la parfaite illustration du phénomène. Comme au XVème siècle, la faillite des banques privées risque d’entrainer toute l’économie espagnole. Au début des années 80, l’Espagne a vécu une crise des établissements bancaires, qu’elle a pu surmonter en refondant le système bancaire, et grâce aux aides publiques et à la croissance économique à la veille de son entrée dans la CEE.

La troisième crise est celle des institutions, qui se manifeste par l’endettement exorbitant des Communautés autonomes et de multiples affaires de corruption. L’origine de cette crise n’est pas l’Etat des Autonomies, mais plutôt le manque de transparence et d’efficacité des administrations publiques. L’administration des autonomies, fort critiquée en cette période troublée, s’est construite en reproduisant dans les régions le modèle d’un état central inefficace. Pour dépasser les problèmes structurels qui ont permis de sortir de la crise féodale, il a fallu une profonde réorganisation économique et institutionnelle. Elle s’avère urgente en ce moment.

La modernisation du secteur public faisait partie des Pactes de la Moncloa (1977), ainsi que du Plan de Stabilisation (1959) qui a permis le boom des années 60. Ces deux politiques étaient des programmes d’ajustement macro-économique et de réforme structurelle, tout comme la politique économique actuelle. Elles cherchaient une sortie de crise passant par l’ouverture à l’extérieur. Il semblerait qu’aujourd’hui ce soit l’extérieur qui vienne au chevet de l’Espagne. Le pays est, quoi qu’il en soit, bien loin de l’autarcie franquiste.

Dans les années 70, les chocs pétroliers ont entraîné une spirale inflationniste qu’Adolfo Suarez a contrecarrée avec des mesures strictes, qui ont eu pour conséquence une flambée du chômage. Certaines caractéristiques de l’époque ressemblent quelque peu à celles d’aujourd’hui : l’origine extérieure, les problèmes structurels et, pour des motifs différents, la faiblesse de l’action politique. A ce moment-là, la contraction maximale du PIB n’a pas atteint 1 %, alors que depuis 2008 il a dévissé de 5 %. Les presque cinq millions de chômeurs d’aujourd’hui sont, en proportion, les mêmes que ceux du milieu des années 80.

Aujourd’hui, l’Espagne n’est pas face à une simple récession. Le cycle haussier a débouché sur un désastre et le gouvernement de Zapatero est resté dubitatif, il a improvisé et n’a pas reconnu publiquement la situation. Le changement de gouvernement n’a pas arrangé les choses. L’Espagne a d’ores et déjà terni l’essentiel d’une image qu’elle avait eu du mal à se construire et elle risque de se discréditer si la situation s’aggrave encore.

Il est urgent que l’économie se reprenne pour mettre un terme aux problèmes budgétaires, maintenir l’état- providence et garantir un avenir socioéconomique aux jeunes générations. Les jeunes Espagnols peuvent être classés selon leur niveau de formation : les surqualifiés et les sous-qualifiés, mais les deux groupes sont confrontés à un taux de chômage de 45%.

L’essor économique des années 60 et 80 a été le fruit des exportations. On pouvait alors dévaluer la pésète. Cette possibilité n’existe plus. Cependant, on peut observer ces derniers trimestres une forte hausse de la productivité interne et des exportations espagnoles. A la différence du passé, l’Espagne dispose à présent d’un arsenal international d’entreprises, telles que Telefónica, Inditex-Zara, Santander… Mais, pour que le redressement soit efficace, des mesures de stabilisation et d’expansion économique sont indispensables, tant en Espagne qu’en Europe. Et le point d’équilibre entre les deux s’avère plus difficile à atteindre qu’il ne le devrait. 

Mathilde Alonso Perez, Elies Furio et Christel Birabent

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 08/06/2012 - 21:25
à la place de " Il est urgent que l’économie se reprenne...
pour mettre un terme aux problèmes budgétaires et pour maintenir l’état- providence", phrase qui ressemble furieusement aux vœux pieux de notre Flamby national, pourquoi ne pas faire l'inverse tout de suite?: réformer l'état providence et les régions plombées par la corruption Socialiste pour mettre un terme aux problèmes budgétaires et que l’économie se reprenne! Cela me semblerait plus logique que de mettre la charrue avant les boeux, mais je ne suis pas professeur d'économie à Lyon2...
JP34
- 08/06/2012 - 09:51
la CORRUPTION en ESPAGNE
Je voulais écrire: ligne TGV sans TGV
JP34
- 08/06/2012 - 09:46
la corruption est également
la corruption est également un mal endémique de l'ESPAGNE, autoroutes désertes, aéroports au milieu de nulle part, nouvelles villes sans habitants, ligne TGV sa tout ça c'est l'EUROPE qui l'a payé, il faudrait peut être demander des comptes aujourd'hui , plutôt que de s’apitoyer sur une ESPAGNE, qui va couler l'EUROPE.