En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Flickr/catlovers
L'optimisme serait un bon moyen de vivre longtemps...
Elixir de jouvence
Qui veut gagner des années ? Voir la vie en rose serait le secret de la longévité
Publié le 05 juin 2012
Optimisme, extraversion, joie de vivre : les facteurs psychologiques pourraient influer sur l'espérance de vie tout autant que le patrimoine génétique.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Optimisme, extraversion, joie de vivre : les facteurs psychologiques pourraient influer sur l'espérance de vie tout autant que le patrimoine génétique.

Selon les spécialistes, il existerait seulement 53 000 Américains de plus de 100 ans, soit 0,2% de la population. "C'est génétique", entend-on si souvent à propos de l'espérance de vie. C'est ce que les scientifiques ont longtemps pensé. Mais ce point de vue serait très simpliste, selon une récente étude menée au Collège de Médecine Albert Einstein et l'Ecole de psychologie de l'Université de Yeshiva publiée dans le journal Aging.

Il serait possible de prendre en main sa propre espérance de vie, puisque l'optimisme serait un bon moyen de vivre longtemps. Avoir un regard positif sur la vie serait un véritable élixir de jouvence, selon cette étude qui s'adosse au projet "Gènes de la longévité", et qui a analysé plus de 500 juifs ashkénazes de plus de 95 ans, ainsi que leur descendance, pour connaitre leur secret.

Le fait d'être extraverti, sympathique, facile à vivre, d'aimer rire et rester actif seraient autant de clés pour vivre centenaire et en bonne santé.

Bien sûr, les gènes n'y sont pas pour rien non plus. Les personnes de plus de 100 ans ont aussi tendance à posséder une certaine variante du gène baptisé CETP, qui serait impliqué dans la longévité. Cet allèle aide à contrôler le cholestérol et combattre la démence sénile.

Ces résultats corroborent les recherches précédentes, selon de docteur Thomas Perls. Une étude précédente avait montré que les personnes hautement névrosées tendaient à s'entêter sur les problèmes et à internaliser leur stress. "Cela peut se traduire par des risques accrus de maladies cardio-vasculaires", explique le spécialiste. "Une extraversion élevée peut entrainer une meilleure capacité à établir des réseaux sociaux de soutiens, ce qui est très bon pour les personnes âgées."

En 2009, le professeur Junji Kageyama et ses collaborateurs ont fait un constat similaire, dans une expérience publiée par l'Institut Max Planck pour la recherche démographique. Leur étude n'a pas examiné l'effet du bonheur directement sur l'espérance de vie, mais plutôt l'effet du bonheur sur le "fossé entre les sexes" en matière d'espérance de vie. Il est de notoriété publique que les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Les chercheurs ont tenté de savoir ce qui peut influencer ce fossé regrettable.

Le bonheur est un facteur important pour expliquer ces différences hommes-femmes, qui varient selon les pays. Selon l'étude, plus le bonheur moyen s'accroît, plus les différences d'espérance de vie entre sexes diminuent. En d'autres termes, le bonheur ramène les hommes et les femmes sur un pied d'égalité en matière de longévité.

Ces résultats sont cohérents avec un fait déjà connu : le stress psychologique et la tristesse ont au contraire tendance à diminuer les chances de survie à long terme. Or, les effets du stress sur la mortalité sont significativement plus graves chez les hommes. D’où le différentiel hommes-femmes : plus les citoyens d'un pays sont malheureux en général, moins longtemps ils vivent, mais les hommes souffrent davantage de cet état de fait.

Mais le style de vie, la cigarette, la drogue, l'alcool, sont autant de facteurs qui influencent aussi la différence de longévité entre les sexes.

De plus, l'effet du bonheur sur l'espérance de vie n'est pas à sens unique. L'effet fonctionne aussi en sens inverse : le fossé de longévité entre hommes et femmes a en retour un effet sur le bien être, car ce différentiel complique sérieusement les mariages et la vie de couple en général…

Conclusion : le bonheur possède de multiples facettes. Certaines sont biologiques, comme dans le cas du problème typiquement masculin avec le stress, qui rend les hommes plus vulnérables face au mal-être. D'autres sont sociaux, comme la composition des mariages, et la disponibilité des ressources économiques, qui influent à la fois sur le bonheur et sur la longévité.

En 2008, le professeur Terracciano avait décortiqué les liens entre les traits de personnalité et les risques de mortalité. Selon ses tests de personnalité menés sur 2359 participants, plusieurs traits de caractère, liés à l'optimisme et au bien-être, sont susceptibles d'augmenter l'espérance de vie. La stabilité émotionnelle, l'extraversion, le fait d'être actif, mais aussi le fait d'être appliqué et consciencieux, seraient positifs pour la longévité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires