En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Ce que DSK a (presque) vraiment dit

02.

Happy Birthday Mister President

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 54 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 32 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 11 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 10 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 53 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 23 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 19 min
Ils se pacsèrent...

Union libre, PACS, concubinage : en voulant échapper au mariage, les nouvelles générations s'engagent dans des relations bien plus fragiles

Publié le 03 juin 2012
Malgré la tendance très médiatisée des « nouveaux pères », du « paternage », voire des « papas poules », force est de constater que des enfants de plus en plus jeunes se retrouvent seuls avec leur mère. La pédiatre Edwige Antier cherche à alerter sur la souffrance des jeunes enfants qui n’ont parfois pas encore la possibilité de dire avec des mots « Il est où mon papa ? » (Extrait 2/2).
Edwige Antier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pédiatre et mère de famille, ancienne interne des Hôpitaux de Paris, diplômée en psychopathologie, Edwige Antier exerce la pédiatrie depuis trente ans. Connue pour son travail de députée à l'Assemblé nationale pour la protection des enfants, elle a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré la tendance très médiatisée des « nouveaux pères », du « paternage », voire des « papas poules », force est de constater que des enfants de plus en plus jeunes se retrouvent seuls avec leur mère. La pédiatre Edwige Antier cherche à alerter sur la souffrance des jeunes enfants qui n’ont parfois pas encore la possibilité de dire avec des mots « Il est où mon papa ? » (Extrait 2/2).

L’« union libre », libre de se dissoudre plus vite ?

On ne dit plus « mon mari » mais « mon compagnon ». Il y a quinze ans, il y avait deux fois plus de couples mariés que de couples vivant en concubinage ; aujourd’hui, ils sont en nombre égal[1]. Le refus du mariage est souvent une conséquence des blessures générées par le divorce de leurs propres parents : les jeunes adultes rejettent le mariage comme portant malheur au couple, en l’enfermant dans un statut social nuisant à la pérennité des sentiments. Ils n’ont pas l’intention de se séparer plus facilement, au contraire, mais de vivre ainsi unis par un amour plus sincère. Ils font donc des enfants et espèrent les élever dans une famille soudée, tout autant que les couples mariés[2].

Mais, de fait, il n’en est rien, les couples concubins, faisant plus d’enfants qu’autrefois, se séparent tout de même plus, et plus vite, que les couples mariés. Un nombre de plus en plus grand d’enfants naissent ainsi de parents non mariés : ils étaient un tiers il y a quinze ans, ils sont plus d’un sur deux (55 %) aujourd’hui. Ces enfants vont donc, encore plus tôt que les enfants de parents mariés, connaître un foyer à géométrie variable. La séparation d’avec leur père sera d’autant plus énigmatique pour eux.

Certes, les juges aux affaires familiales donnent le même droit à l’autorité parentale aux pères ex-concubins qu’aux pères ex-époux, mais c’est l’âge de l’enfant qui conduit à préconiser sa résidence le plus souvent chez la mère. Nous verrons alors comment la notion de papa sera d’autant plus éthérée que la perception du temps par l’enfant est différente de celle de l’adulte.

Les couples pacsés se séparent encore plus vite que les mariés

De plus en plus de couples sont pacsés et font des enfants. Plus de la moitié d’entre eux (55 %) ont au moins un enfant. Les pacsés ont même plus d’enfants que les concubins : un couple pacsé sur cinq a deux enfants ou plus. Ce sont en majorité des couples hétérosexuels qui craignent l’engagement du mariage, souvent par une sorte de superstition là encore : « Être mariés n’a pas réussi à mes parents », me disent-ils volontiers. Le pacs, moins conventionnel, leur semble donner une priorité aux sentiments. Or les couples pacsés se séparent plus que les couples mariés[3]. Leurs enfants viennent rejoindre les cohortes de ces tout petits qui vivent la séparation précoce de leurs parents et essaient de comprendre pourquoi papa n’habite plus à la maison !

Les couples recomposés encore plus fragiles

Nous pourrions penser qu’avec l’expérience, la deuxième union serait plus stable. L’un au moins des partenaires est plus expérimenté et si heureux d’entrer dans une phase de reconstruction... Là encore il n’en est rien. La fragilité du nouveau couple est encore plus grande : bien que l’on parle beaucoup de ces familles recomposées, en fait, vous vous remariez plus rarement que la génération précédente (seulement 47 % des hommes et 45 % des femmes ayant divorcé en 1988 se remarient, alors qu’ils étaient respectivement 60 % et 56 % en 1970)[4]. Vous vous recomposez avec prudence, en concubinage ou pacsés, mais vous décomposez votre couple encore plus vite, ce que l’on oublie souvent de dire... Les enfants de ce deuxième couple se verront d’autant plus sujets au questionnement que tous les repères de la fratrie sont déjà complexes : entre les frères, les demi, les quasi, ils sont où les papas ? Quel papa ? De qui ?

________________________

Extrait de Il est où mon papa ? : L'enfant, le couple et la séparationRobert Laffont (16 mai 2012)


[1] « Situation matrimoniale et nombre d’enfants », 28e rapport sur la situation démographique de la France 1999, données 1997, www.uniondesfamilles.org.

[2] « Évolution des naissances, de la natalité et de la part des naissances hors mariage en France », INSEE, estimations de population et statistiques de l’état civil.

[3] « Répartition des parents selon le nombre d’enfants et nombre moyen d’enfants », INSEE, enquête revenus fiscaux et sociaux 2008

[4] 28e rapport sur la situation démographique de la France 1999, données 1997.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
papa-14
- 04/06/2012 - 09:49
L'adolescence
Un enfant c'est agréable et ça sent bon mais un jour et ça arrive vite il a 16 ans et mesure 1 m 80 à ce moment les "papas" ne regrettent plus les décisions de justice et préfère payer la pension alimentaire et aimer a distance ce "merveilleux enfant" !
Cap2006
- 04/06/2012 - 08:27
Je rejoins OAO, il double article vide...
La petite dame va devoir s'y faire...
Les couples ressemblent à des "gaec" , quelque soit la formule administrative choisie...
Ce groupement d'interêts communs, plus librement choisi qu'avant, vaut bien l'interdiction morale de se séparer d'un conjoint maltraitant...
Et l'interêt des enfants la dedans...
- seront ils plus équilibrés d'assister à la maltraitance d'un des parents par la violence physique ou verbale de l'autre ?
- seront ils plus équilibrés d'être trimbalés de familles décomposées, recomposées ou pire non recomposées "par sacrifice" le plus souvent de la mère... ?

Dans les deux cas, c'est l'intelligence des adultes et leurs amours pour leurs enfants qui font la différence.

Aujourd'hui la famille idéalisée par l'auteure ne concernent plus la majorité des enfants...
OAO
- 03/06/2012 - 16:57
Corrélation et causalité
Il ne faudrait pas inverser corrélation et causalité : si les couples mariés tiennent mieux, c'est sûrement car ce sont ceux qui se sentent le plus solide où qui ont des prédispositions aux histoires longues - religion - qui choisissent le mariage. Rien ne montre ici que le mariage rend les couples plus forts.

Idem pour les couples recomposés : les personnes ayant des prédispositions pour le divorce, puisque l'ayant déjà fait une fois, sont bien évidemment plus susceptibles de redivorcer.

Une fois que l'on a clarifié cela, il ne reste plus grand chose dans cet article, si ce n'est de la propagande, des arguments d'autorité et de la publicité pour les ouvrages du même auteur.