En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 6 heures 20 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 7 heures 41 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 8 heures 20 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 9 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 14 heures 13 sec
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 14 heures 40 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 6 heures 53 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 8 heures 13 sec
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 12 heures 48 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 13 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 13 heures 43 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 14 heures 17 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 15 heures 1 min
© Reuters
"La voie la plus simple, pour constituer une assise financière garantissant les prêteurs, serait d’asseoir lesdites euro-obligations sur un budget européen plus « conséquent » que l’existant."
© Reuters
"La voie la plus simple, pour constituer une assise financière garantissant les prêteurs, serait d’asseoir lesdites euro-obligations sur un budget européen plus « conséquent » que l’existant."
Mutualisation des dettes

"Les eurobonds ne peuvent fonctionner qu'avec un partage des souverainetés nationales"

Publié le 28 mai 2012
La mise en œuvre d’eurobonds s’affirme comme une des solutions prioritaires à la sortie de crise que traverse la zone euro depuis le second semestre 2009. Mais ce projet peut-il se réaliser à cadre institutionnel inchangé ?
Jean-Luc Sauron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron est professeur associé à l'Université Paris-Dauphine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mise en œuvre d’eurobonds s’affirme comme une des solutions prioritaires à la sortie de crise que traverse la zone euro depuis le second semestre 2009. Mais ce projet peut-il se réaliser à cadre institutionnel inchangé ?

Pour beaucoup, la mutualisation de la dette des États européens par le biais de l’émission d’euro-obligations entraînera une diminution du taux des intérêts demandés, par les marchés financiers, à ces mêmes États. Par ce mécanisme, le taux d’intérêt ne serait plus calculé en fonction de la situation économique d’un État demandeur en particulier, mais en relation avec celle de la collectivité d’États constituée pour l’émission d’obligations.

Cette opération devrait permettre de diminuer le taux exigé des États en difficulté... mais aussi d’augmenter celui des États inspirant aujourd’hui la confiance aux marchés (cette semaine, l’Allemagne se fait prêter à... 0%). Il ne s’agit pourtant que d’un pari : rien ni personne ne peut garantir que le taux de ces euro-obligations serait durablement bas. Cette incertitude sur le moyen terme résulte de ce que le système envisagé ne découple pas suffisamment lesdites euro-obligations de l’état réel des économies européennes sur lesquelles elles s’appuient.

La seule manière d’éviter ce risque d’augmentation du taux des euro-obligations serait de déconnecter ces dernières d’une économie européenne particulière. Comment y arriver ? La voie la plus simple, pour constituer une assise financière garantissant les prêteurs, serait d’asseoir lesdites euro-obligations sur un budget européen plus « conséquent » que l’existant. Ce dernier représente aujourd’hui à peine 1,03% du PIB de l’UE soit environ 140 milliards d’euros (l’équivalent du budget de la Suède, pays de 9 millions d’habitants).
 
Pour obtenir ce budget conséquent, il faut impérativement sortir de la logique d’un budget de l’UE alimenté principalement par des États membres, eux-mêmes en difficultés financières et budgétaires. La seule solution serait de doter l’Union européenne d’impôts qui la financeraient directement et qui se substitueraient aux contributions nationales (86% actuellement des recettes). Des propositions sont sur la table : taxe sur les transactions financières, TVA européenne, taxe sur les communications téléphoniques, taxe sur les voyages aériens trans-européens, etc. Ils permettraient de dégager des montants chiffrés en plusieurs centaines de milliards d’euros.
 
Notons alors une première difficulté : qui serait légitime à décider de l’usage de ces fonds considérables ? L’actuelle Commission européenne, élue au second degré par un Parlement européen qui connaît une faible représentativité (élu par 43% des électeurs européens) et que la Cour de Karlsruhe considère comme d’autant peu démocratique que la répartition des élus par États membres avantage les petits États par rapport aux grands (dont l’Allemagne…) ? Certainement pas. Sur ce premier point, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand de l’économie et des finances a suggéré récemment (le 17 mai dernier) de faire élire par les Européens, au suffrage universel direct, le Président de la Commission européenne. Il s’agit d’une des voies possibles vers l’Union politique, il en existe d’autres. 
 
Les Européens ne pourront pas avancer sur l’un des dossiers (les euro-obligations) sans le faire également sur l’autre (l’Union politique). Cette double exigence est-elle gérable sur le court terme de la crise ?
 
Seconde difficulté : après s’être mis d’accord pour moins s’endetter par le biais des euro-obligations, il est crucial de diminuer drastiquement, mais en se donnant le temps pour ne pas tuer le malade en le soignant, l’endettement des États membres. C’est l’objet de l’ensemble des mesures adoptées (Six Pack, mécanisme européen de stabilité, Pacte budgétaire) ou en cours d’adoption (le Two Pack). 
 
Mais ce train de réformes bouleverse le fonctionnement démocratique des États européens tel qu’il s’est construit depuis le XIXe siècle. Dénationalisant la conduite des politiques budgétaires, il organise une gestion et une surveillance partagées des choix budgétaires et fiscaux autrefois sous la maîtrise des seuls représentants nationaux. 
 
Une majorité de citoyens européens y sont favorables comme l’atteste une toute récente enquête d’eurobaromètre. Mais l’organisation des pouvoirs dans chacun des États membres doit être revue à l’aune de ce bouleversement. Sans quoi, la nécessité même des élections nationales sera mis en cause : à quoi bon voter pour des parlementaires nationaux dont le rôle se réduira à approuver, sans pouvoir les changer, les choix faits collectivement à Bruxelles par les Exécutifs nationaux ? Penser que le principe du consentement à l’impôt pourrait être vidé de sa portée sans emporter des conséquences sur les vies politiques nationales est bien irresponsable !
 
La question des euro-obligations ne pourra être réglée que par un partage profond et transparent des souverainetés nationales. Cet exercice conjoint des souverainetés des États membres de l’Union européenne ne pourra faire l’économie d’une refondation politique du processus décisionnel tant européen que national. La vraie divergence franco-allemande se situe là : la France est-elle favorable à une Europe politique de nature fédérale, qui constitue un bouleversement de la mythologie politique nationale issue de la Révolution de 1789 ?
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Seb Per
- 28/05/2012 - 09:52
exact
gros problèmes pour la France qui vit encore sur le mythe de la prise d'état par le peuple à la Révolution, cristallisee par l'aventure napoleonienne sans lendemain.
On ne.critique pas bien entendu les.bienfaits indéniables de la démocratie mais l'illusion d'une identité nationale monolithique et centralisée autour d'un État tentaculaire tout puissant.