En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 7 min 21 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 1 heure 25 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 4 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 5 heures 1 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 6 heures 9 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 7 heures 24 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 33 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 47 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 4 heures 9 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 41 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 6 heures 18 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 7 heures 35 min
Âmes soeurs

Même combat : Jean-Luc Mélenchon et Alexis Tsipras sauront-ils accoucher d’un front de gauche européen ?

Publié le 23 mai 2012
Jean-Luc Mélenchon et Alexis Tsipras, le leader de l'extrême-gauche grecque, ont tenu une conférence de presse commune lundi à l'Assemblée nationale. Les deux hommes politiques ont exposé une vision commune des solutions à apporter à la crise européenne. Mais leurs projets sont-ils vraiment les mêmes ?
Stéphane Courtois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Mélenchon et Alexis Tsipras, le leader de l'extrême-gauche grecque, ont tenu une conférence de presse commune lundi à l'Assemblée nationale. Les deux hommes politiques ont exposé une vision commune des solutions à apporter à la crise européenne. Mais leurs projets sont-ils vraiment les mêmes ?

Atlantico : Jean-Luc Mélenchon et Alexis Tsipras ont tenu une conférence de presse commune lundi à l'Assemblée nationale. Les deux leaders politiques semblent se rejoindre sur le constat du tragique du destin grec, le dilemme ne portant pas sur une sortie de l'euro, mais sur l'abandon ou non d'un "mémorandum inhumain" (plan d'austérité). Peut-on parler d'un front uni entre ces deux partis ?

Stéphane Courtois : Il est clair que Jean-Luc Mélenchon et Alexis Tsipras sont sur la même position radicalement anti-néolibérale, c’est-à-dire, en bon français, anticapitaliste.

Cela n’a rien d’étonnant puisqu’ils ont connu la même formation idéologique dans des organisations communistes – trotskiste pour l’un, orthodoxe pour l’autre. Il est d’ailleurs à noter que, lors d’une interview, M. Tsipras a refusé de répondre à Mme Chabot qui lui demandait s’il était révolutionnaire. Il a aussi nié appartenir à un parti d’extrême gauche.

En réalité, comme le PCF, et comme Die Linke – l’ex-PC est-allemand –, le Synaspismos, dont M. Tsipras a été le président et le chef du groupe parlementaire, est membre du Parti de la gauche européenne qui regroupe, au sein du Parlement européen, la plupart des partis communistes, qu’ils demeurent marxistes-léninistes ou qu’ils aient été relookés en partis rouges-verts – écolo-révolutionnaires.

Jean-Luc Mélenchon a souligné que les menaces proférées à l'encontre de la Grèce n'étaient que contre-performantes. Pour Alexis Tsipras, "ce qui est appliqué en Grèce (...) est une expérimentation néolibérale qui s'apparente à un traitement de choc. C'est une crise humanitaire". Mais tous deux voient aujourd'hui en Europe l'émergence d'un vent politique nouveau. Existe-t-il aujourd'hui en Europe une véritable émergence des différents partis d'extrême-gauche ?

SC : Non. Simplement, ces partis communistes et d’extrême gauche essaient de profiter d’une situation économique et sociale difficile pour déployer leur habituelle démagogie. Mais M. Mélenchon a vu ses espoirs sondagiers réduits à la portion congrue lors de l’élection présidentielle.

Quant à la Grèce, dont la situation est pourtant infiniment plus catastrophique que celle de la France, la coalition électorale de M. Tsipras n’y a obtenu que 16,8% des voix. Après l’effondrement du communisme en 1989-1991, cela reflète la présence constante en Europe, à un niveau modeste voire marginal, d’un courant populiste de gauche, reliquat de l’énorme vague communiste de l’après-guerre.

Les deux hommes politiques s'en sont également pris à la chancelière Angela Merkel, déclarant qu'il ne lui appartenait pas de décider seule ou non d'un référendum sur l'euro en Grèce, "pays souverain". Le couple franco-allemand a toujours été moteur en Europe, et assoit en ces temps de crise sa position de leadership. L'extrême gauche européenne a-t-elle insufflé un vent de révolte politique en Europe ? 

SC : Je crois que le résultat assez modeste de M. Mélenchon à l’élection présidentielle, le relativement bon score de M. Sarkozy au 2e tour et le faible enthousiasme provoqué par l’élection de M. Hollande montrent que les Français sont très conscients que la crise n’est pas derrière nous, que les dettes et les déficits publics sont toujours là et qu’une révolte qui ne propose aucune solution sérieuse ne mènera nulle part.

Alexis Tsipras, qui n'a pas été reçu par des membres du gouvernement Hollande, n'a pas hésité à emprunter aux éléments de langage de Jean-Luc Mélenchon, rappelant que "François Hollande ne pourra renier facilement ses promesses sinon il deviendra Hollandreou". L'extrême-gauche européenne est-elle en mesure de mettre des bâtons dans les roues de la politique européenne de François Hollande ? 

SC : Comment des ministres d’un gouvernement désigné par M. Hollande pouvaient-ils recevoir M. Tsipras qui, en qualifiant le président d’ « Hollandreou » – au cas où il ne se démarquerait pas de Mme Merkel –, a rappelé que Papandréou avait en 2009 promis à la Grèce « le socialisme ou la barbarie », et qu’elle avait eu « la barbarie » ?

On est là dans l’habituelle propagande communiste, bien connue depuis 1917. En outre, M. Tsipras a expliqué que les socialistes français avaient un sentiment « de culpabilité » par rapport à la Grèce. Rappelons que les Grecs se sont mis eux-mêmes dans la situation catastrophique où ils se trouvent.

Le parti d'Alexis Tsipras caracole en tête des intentions de vote des législatives grecques du 17 juin, et pourrait donc devenir Premier ministre. Est-il une source d'inspiration pour la stratégie politique adoptée par Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche ?

SC : D’abord, rien ne dit que les sondages 
grecs d’aujourd’hui seront les résultats électoraux du 17 juin. Quant à M. Mélenchon, il rêve de devenir Premier ministre, puisqu’il a déclaré sans ambages qu’il ne serait ministre que dans un gouvernement qu’il dirigerait. Mais pour l’instant tout cela relève de la fantasmagorie ou de l’agit-prop en vue des élections législatives.

Propos recueillis par Franck Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 24/05/2012 - 23:42
L'enfumage médiatique continue!
Les médias inféodés au PS ont voulu nous faire croire que le danger Grec venait d'Aube dorée", groupuscule national socialiste Grec, qui ne fait qu'une progression très récente dans les sondages. Le danger d'implosion de l'Europe vient en réalité du chantage odieux exercé depuis tout temps par les coalitions Socialo-communistes qui ont éreinté la Grèce. Déjà Andreas Papandréou (père de "georges Papandréou le honni") menacait la commission Européenne de sortir de l'Europe à chaque fois que ce maitre-chanteur allait à Bruxelles, en leur extirpant des fonds structurels pour construire ou reconstruire des quartiers d'Athènes, selon un procédé typique de la social-démagogie à la Grecque. Ce procédé lui a permis de se faire élire plusieurs fois, ainsi que certains membres de sa dynastie. Mélenchon et Tsipras ont simplement hérité de cette technique éprouvée de maitre-chanteur...
Touffe-Tong
- 24/05/2012 - 20:01
Exigences névrotiques
C'est marrant, car tout ses discours sont remplis d'"exigences névrotiques".
Il ose tout, comme dirait Tuff G.
fleurs de lys
- 24/05/2012 - 18:29
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon se déclare, lundi, hostile à une transparence totale de son patrimoine (et pour cause).
Dans un entretien à la Croix, il assure ne pas être “un homme public, mais un homme privé avec des activités publiques”.
“Je suis favorable au contrôle du patrimoine des élus par un organisme indépendant, il n’y a pas de raison que ces informations se retrouvent sur la place publique. La transparence ne doit pas être une exigence névrotique”. Les rouges et tous ceux qui s’apprêtent à voter pour ce …, doivent savoir !