En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 7 heures 3 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 10 heures 11 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 12 heures 21 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 13 heures 45 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 14 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 14 heures 45 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 10 heures 7 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 10 heures 16 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 11 heures 31 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 14 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 23 heures 14 min
© Reuters
Le gouvernement Ayrault au complet.
© Reuters
Le gouvernement Ayrault au complet.
Vase clos

"Le gouvernement Ayrault, composé d'énarques et de fonctionnaires, vit en dehors des réalités économiques"

Publié le 19 mai 2012
Les deux tiers des membres du gouvernement sont issus de la fonction publique, un tiers vient du milieu enseignant, quatre sont énarques, les autres sont médecins ou avocats. Ni chefs d'entreprises, ni salariés du privé : ce gouvernement représente-t-il vraiment la "diversité" de la France ?
Pascal Perri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux tiers des membres du gouvernement sont issus de la fonction publique, un tiers vient du milieu enseignant, quatre sont énarques, les autres sont médecins ou avocats. Ni chefs d'entreprises, ni salariés du privé : ce gouvernement représente-t-il vraiment la "diversité" de la France ?

Atlantico : Le gouvernement formé par Jean-Marc Ayrault comporte très peu de membres ayant vécu une expérience professionnelle dans le privé. Cela pose-t-il un problème ?

Pascal Perri : J’ai été frappé par le discours autour de ce gouvernement : il respecte la parité des genres, les équilibres de courants au sein du PS... Mais je n’ai entendu personne évoquer le fait qu’il n’y a pas de parité dans le domaine économique. A l’Elysée et au gouvernement, on a affaire à des amis proches de François Hollande ou à des énarques. Aucun des ministres régaliens n’a manifestement connu la vie des marchés et des entreprises : les grands ministères sont occupés par des hauts fonctionnaires, des enseignants, des professions libérales – à exception de Najat Vallaud-Belkacem, mais elle n’a pas un rang décisif pour les affaires.

C’est un signal négatif au monde des entreprises, sur lesquelles il faudra couter pour redresser la situation, car c’est dans les entreprises que se crée la richesse… et avant de la partager, il faut la créer !

Les membres du gouvernement seraient donc déconnectés des réalités économiques ?

C’est un gouvernement de fonctionnaires. Il est très représentatif de l’ENA, qui est une école où on apprend entre autres aux élèves que les Français sont incapables de se gérer eux-même et qu’ils faut les organiser à leur place.

Ça me pose un problème qu'aucun des membres du gouvernement n'aient connu l’entreprise. Le fait d’être patron ne donne aucun privilège pour rentrer au gouvernement, ils ne forment pas une catégorie à part dans la société, mais malgré tout la géographie d’un gouvernement porte des signaux. Quand on s’aperçoit qu’il ne s’agit que de hauts fonctionnaires et que personne n’a connu la compétition du marché, les contraintes qui pèsent sur les entreprises, on se dit que c’est effectivement un gouvernement qui risque de vivre en dehors des réalités économiques.

Comment  s'explique cette situation ? Est-elle simplement due au copinage d’anciens de la promotion Voltaire de l’ENA, ou est-ce plus représentatif du fonctionnement du PS ?

Il y a peu de chefs d’entreprise au Parti socialiste. S'il y en avait dans sa direction, on en retrouverait au gouvernement. Mais cette direction est une garde fermée. On y retrouve des gens qui ont une caractéristique : ils sont passés directement de l’école à la politique, sans être passés par le marché, sauf de temps en temps dans de très grandes entreprises nationales, sur la base du réseautage. Ca alimente d’ailleurs cette pensée que l’Etat a un rôle à jouer dans la gestion des grands groupes et dans la gestion de la vie économique.

Ce côté "déconnecté des réalités" est une critique récurrente du pouvoir politique. La situation était-elle plus équilibrée sous Nicolas Sarkozy ?

Sous les gouvernements de Nicolas Sarkozy, on trouvait beaucoup de ministres qui avaient vécu des vies professionnelles à l’extérieur de la vie politique.  Lui-même n’est pas issu d’une grande école. A droite, il y a un plus grand respect des acteurs de la vie économique. Jean-Pierre Raffarin, qui a été Premier ministre, était lui-même un ancien cadre dirigeant du secteur privé, qui a fait ses études dans une école de commerce. Ce n’est pas exactement une même représentation de la France, au sens géopolitique du terme.

La situation actuelle cadre un peu avec l’esprit français, qui est très légitimiste de ce point de vue : ils considèrent que ceux qui sortent des grandes écoles portent une sorte de légitimité, comme s’ils avaient un certificat de compétence. La France est toujours un peu napoléonienne de ce point de vue…

Mais le gouvernement ne compte pourtant que quatre énarques…

Mais il s'agit des ministères qui comptent ! Le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, est énarque, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est énarque, le ministre du Travail Michel Sapin aussi ! François Hollande lui-même est énarque, son directeur de cabinet l'est évidemment aussi. On trouve autour du président des gens qui sont issus du même sérail.

Ils peuvent légitimement penser, en raison des études qu’ils ont suivi, que le passage par le marché est facultatif. C’est pourtant là que se joue la guerre économique. Et l’absence quasi-totale de dirigeants d’entreprises ou de salariés à des rangs élevés me pose un problème de perception. Je ne suis pas certain que tous ces gens là ont une vision réelle des problèmes du marché, de la compétitivité. Je ne suis pas sûr qu’ils sachent ce que représentent des problèmes de trésorerie dans une entreprise… Tout cela accumulé crée une sensation de malaise.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (76)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NYOR
- 26/05/2012 - 02:54
Méconnaissance profonde
Du fonctionnement des ministères. Ou oubli volontaire. La majorité du travail est réalisée par les chefs de cabinets. Il serait donc bon de pousser l'analyse à l'étage du dessous. Le meilleur exemple étant Taubira sur laquelle tout le monde tape alors que tout un chacun reconnait son chef de cabinet comme un professionnel ultra-compétent..
Par ailleurs, s'il existe bien des gens déconnectés de la réalité, se sont les économistes. Dont les brillantes prévisions s'écroulent une à une comme des chateaux de cartes au point que toutes les analyses macro-économiques qui ont fait leur fortune sont remises en causes. Que n'ont ils été proches de la réalité pour nous éviter la crise ?
Siruis Maghébin
- 24/05/2012 - 18:54
Le Medef à Matignon!
Mr Perri,vous vous y connaissez en "lowcost" pour nous assener qu'il faille passer par l'entreprise pour béneficier de votre bénediction.Alors demandez à Mr Mittal,à Mr Dassaut,à Mr Wendel,et autres barons de l'idustrie ou de la banque de nous gratifier de leurs lumières.Je ne parle pas du patron d'EDFGDF qui voulait saucissoner la filière nucléaire au bénefice de qui vous savez..(cf le bouquin de Lauvergeon,et des résultats escomptésvis à vis du lowcost.Savez vous comment Ikea faisait construire ses meubles dans les prisons,d'autres par les enfants en Inde,en Chine,etc..Le lowcost mène à la ruine des économies occidentales,fuite des industries,chômage,etc..Jamais le pouvoir d'achat ne s'est amélioré grâce au lowcost mais par contre les marges ,"la création de valeur" s'est toujours faite au bénéfice des patrons d'industrie que vous voulez en plus installer dans les ministères.Perri,est-ce une proposition "fair"? à vous de nous convaincre.
Mémoris
- 21/05/2012 - 16:45
BRONCO-PNEUMONIE ECONOMIQUE
Par Equilibre - 21/05/2012 - 15:24 - : « Allez les moutons, à la tonte et à l'abattoir. L'explosion finale n'en sera que plus belle. »

De l’influence de la tonte des « Moutons » sur la perception (chaud/froid) des températures ambiantes.
Dans les deux cas de figures, la température varie, c’est selon, dans le sens du plus ou du moins.
Pour l’instant, le « chaud » souffle sur la Grèce. « Les « Moutons » cherchent donc un endroit plus frais. Ils ont cru le trouver du côté de l’idéologie passéiste venue de l’Est.
Demain, le vent froid financier, soufflé par les oligarques mondialistes de la haute finance internationale, risque fort de rafraîchir un tantinet leur élan…
Alors, effectivement, il faudra s’attendre à une « explosion » endémique de broncho-pneumonie économique. Du coup, sans autre antidote que socialiste, il y a tout lieu de craindre que l’Europe ne soit prise de quintes de toux sociales incontrôlables.
D’autant que les institutions bancaires, elles-mêmes alors «alités », ne seront plus, à ce moment-là, d’aucun secours prophylactique monétaire pour quiconque !