En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Ca bouge sur les marchés

Dette française : deux fois plus chère que l’allemande ?

Publié le 15 mai 2012
Les obligations allemandes à dix ans atteignent 1,46 % contre à 2,81 % pour la France. Oui, nous payons, nous Français, notre dette deux fois plus cher que les Allemands. Avoir une politique de croissance, c’est avant toute chose avoir une politique anti-déflationniste, qui l’annonce et s’en donne les moyens. Au bénéfice de tous...
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les obligations allemandes à dix ans atteignent 1,46 % contre à 2,81 % pour la France. Oui, nous payons, nous Français, notre dette deux fois plus cher que les Allemands. Avoir une politique de croissance, c’est avant toute chose avoir une politique anti-déflationniste, qui l’annonce et s’en donne les moyens. Au bénéfice de tous...

De fait, nous y sommes presque. Le taux de rendement sur l’emprunt à dix ans allemand s’inscrit actuellement à 1,46 % et le dix ans français à 2,81 %. Bien sûr, on peut toujours dire que les marchés financiers ont une étrange façon de fêter l'entrée en fonction du président de la république française, mais ce n’est pas le vrai problème. En effet, ces marchés ne sont, au fond, pas particulièrement inquiets du nouveau Président français, M. Hollande, mais bien davantage de la zone euro en général, la Grèce en particulier, avec ses effets sur l’Espagne, en attendant l’Italie. Tellement inquiets que leur refuge préféré est l’Allemagne.

Car les rendements des placements publics allemands sont effectivement… inquiétants.  Non seulement ils signalent à notre nouveau président les économies budgétaires à faire ici, mais plus encore ils snobent les rendements de bien plus liquide et de bien plus gros qu’eux, les Etats-Unis. Les voilà devenus irrationnels… A moins qu’ils n’annoncent le pire. En effet, si l’on tient compte des derniers indicateurs d’inflation structurelle, le taux réel américain s’établit à 0,5 %, le français à 2 %, et l’allemand à 0,2%. Les investisseurs, sans doute en majorité européens, ont-ils donc si peur d’eux et de leurs voisins qu’ils entendent alimenter la bulle obligataire allemande, au moment même où l’Allemagne se prête à accepter plus d’inflation ? Sont-ils à ce point effrayés qu’ils prennent le risque aujourd’hui d’un placement négatif en termes réels, et qui a toute chance demain de leur offrir une importante moins-value ?

Evidemment ceci ne peut durer, et on se demande ce qu’après demain nous réserve. Le pire est la déflation mondiale, l’idée que la conjoncture sera pire encore, avec des taux qui baissent pour les pays et les placements les plus sûrs et qui montent pour les autres, creusant les écarts. Jusqu’à la cassure. Les Etats-Unis ont bien compris ce danger, eux qui se sont présentés comme « le » pays non déflationniste. Excellent calcul. On sait ainsi qu’ils ont décidé d’importer de l’inflation en faisant baisser le dollar, organisant ainsi leur rebond par la baisse de la valeur réelle de leurs dettes, interne et externe. Mais graduellement. Et tant pis pour la Chine !

Et nous ? Allons-nous garder seulement un ancrage nominal (moins de 2%) quand le risque déflationniste monte ? On voit que la monnaie (au sens large) progresse de 3,2% sur douze mois en zone euro, mais avec un crédit au secteur privé qui augmente de 0,5% contre plus de 7% au secteur public. Le canal du crédit est en panne, la banque centrale finance les banques qui financent les états pour éviter le pire, ce qui est bien, en attendant la relève, ce qui est bien long. Et cette relève qui ne vient pas alimente des comportements déflationnistes en zone euro. La liquidité inquiète se rue vers les bonds allemands, creusant les écarts entre pays, ou vers les dépôts à terme. Pourquoi ne pas dire que la zone euro, non plus, ne veut pas de déflation et se prépare à tout faire pour l’éviter ? Pourquoi ne pas dire que cela explique ce que fait la BCE (par exemple les LTRO), afin de ne pas alimenter de comportements de crainte ? Pourquoi ne parler de project bonds, seule façon de faire partir l’activité quand le crédit privé est en panne, avec de bons projets s’entend ? Pourquoi ne pas parler du « canal du change », en disant que l’euro peut baisser sans risque, lui dont le taux de change effectif réel dépasse de 10 % son niveau de 2000, tandis qu’il a baissé de 20 % pour le dollar américain ?

Oui, nous payons, nous Français, notre dette deux fois plus cher que les allemands, et nous devons nous en soucier. Mais ce résultat n’est bon pour personne, autrement dit pour les allemands aussi. Avoir une politique de croissance, c’est avant toute chose avoir une politique anti-déflationniste, qui l’annonce et s’en donne les moyens. Au bénéfice de tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 15/05/2012 - 16:35
la dette allemande est aussi faible
par défaut de sécurité des dettes des autres pays de la zone euro.
Les fonds de placement sont "obligés" d'investir leurs liquidités et ne prennent aucun risque pour sécuriser leur portefeuille.
C'est juste une situation ubuesque, les rentiers ne savent plus où mettre leur argent pour conserver leur capital. Toute la finance s'est tirée une balle dans le pied...
Laguiole
- 15/05/2012 - 15:41
Taux Actuariels vs Taux Nonimaux
"Les obligations allemandes à dix ans atteignent 1,46 % contre à 2,81 % pour la France."

Les pays paient les intérêts (les coupons) exprimés dans le taux nominal des émissions d'état et non exprimés en taux actuariels.

OAT 3,25% 25 octobre 2021
Bund 1.75% 4 juillet 2022

On arrive à peu près à un ratio de 2 en faveur de l'Allemagne comme pour les taux actuariels mais ce ne peut être que conjoncturel.

Je pense qu'il vaut mieux comparés les taux nominaux quand on compare ce que coûte la dette et non un taux synthétique actuariel à 10 ans.