En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 8 min 36 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 1 heure 28 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 1 heure 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 2 heures 29 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 3 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 3 heures 52 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 1 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 18 heures 56 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 43 min 53 sec
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 2 heures 53 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 1 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 5 heures 23 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 18 heures 32 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 19 heures 23 min
© CHRISTOF STACHE / AFP
© CHRISTOF STACHE / AFP
Atlantico Business

Covid-19 : le secteur public s’est planté, le secteur privé nous a sans doute sauvé de la catastrophe

Publié le 21 novembre 2020
La crise rend intelligent tous les acteurs de la société. Tous, sauf ceux de la sphère publique. Tests, masques, vaccins, agro-alimentaire, commerces, banques, cliniques privées, écoles… Il faudra reconnaître que le secteur privé nous a sauvé de la catastrophe liée à la pandémie.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise rend intelligent tous les acteurs de la société. Tous, sauf ceux de la sphère publique. Tests, masques, vaccins, agro-alimentaire, commerces, banques, cliniques privées, écoles… Il faudra reconnaître que le secteur privé nous a sauvé de la catastrophe liée à la pandémie.

La classe politique n’a pas l’air d’en avoir tiré les leçons mais il faudra bien un jour qu’elle le fasse. Le secteur public, et notamment les administrations centrales, n’ont pas été à la hauteur des enjeux, des moyens financiers considérables qui ont été mobilisés et de la réputation qui est la sienne. La France s’est toujours vantée d’avoir une bonne administration, mais elle a prouvé tous les jours que celle-ci n’était pas résiliente.

L’exécutif, la présidence et le gouvernement ont certes assuré la continuité de l’Etat, mais à quel prix et heureusement.

Le « quoi qu‘il en coute» du président de la République a servi de réassureur d’une opinion publique et heureusement qu’il a ouvert les vannes du crédit et des subventions, parce que ça a permis à l’opinion de tenir. Et encore, certains secteurs n’ont pas bénéficié de cette manne. Ceci étant, on a aussi prouvé pendant cette période que l’argent ne suffisait pas. Qu’il aurait aussi fallu une stratégie cohérente, une organisation terrain de l’administration qui soit performante et une communication qui contribuent à la responsabilisation de tous, plutôt que de se raconter des histoires ou d’ouvrir d’éventuels procès.

Le pouvoir exécutif ne savait pas grand-chose de ce qu’il se passait. Il peut le reconnaître, il a d’ailleurs improvisé en permanence et on s’apercevra sans doute que la plupart des gouvernements du monde n’ont pas été meilleurs.

A la décharge de la France, si l’exécutif a paru débordé par les évènements, il n’a guère été aidé par sa majorité, par l’opposition et par les contrepouvoirs.

La majorité a certes toujours voté, ce dont le gouvernement avait besoin comme outils juridiques, mais sans plus. Cette majorité n’a pas fait preuve de grand courage. Quant à l’opposition politique, elle n’a, depuis le premier jour, proposé aucune politique alternative construite, cohérente et responsable. Aucun projet, aucune idée. Que des critiques démagogiques et une obsession, arrimer ses électeurs à ses couleurs.

Mais quel silence, quelle absence du côté de la gauche et des écologistes ! Le principal évènement de cette période aura été la déclaration de candidature à la présidentielle de Jean-Luc Mélenchon.

Du côté des contre-pouvoirs, même sidération. Au départ de la crise, les syndicats de salariés n’ont qu’une seule revendication : le droit de retrait pour les salariés et l’arrêt des grandes réformes sociales. Par la suite, ils se sont confinés, bien contents que le chômage partiel permette de sauver les contrats de travail, mais indifférents aux mutations qu’annonce la vague de télétravail. Et dans l’ensemble, assez sidérés par tout ce qui s’est passé. Sauf peut-être pour la CFDT qui a vu le changement et qui s’était préparée à accompagner ce dividende de la modernité.

Que ça plaise ou non, on sera obligé de reconnaître que les seuls contrepouvoirs qui ont tenu bon pour que le système ne s’effondre pas complètement est celui des entreprises et des chefs d’entreprises. Les organisations patronales ont fait le job et notamment les organisations de petites et moyennes entreprises qui auraient pu tomber dans la démagogie et crier avec les loups. La plupart, comme Ethic et sa présidente Sophie de Menthon par exemple, ont préféré mettre leur énergie dans la pédagogie d’une situation compliquée et dans les services de prestations utiles et concrètes. Le Medef a su, lui aussi, se mettre sur cette ligne.

Alors on dira qu’ils ont reçu des aides importantes, notamment les PGE ou les accès au chômage partiel (deux initiatives d’inspiration allemande) mais aussi des reports de charges à payer ou des allègements d’impôts...

Mais l’argent déversé n’explique pas tout. D’abord, parce que cet argent leur a été versé sous forme de prêts, de crédits, d’avances qu’il faudra rembourser. Mais surtout, on a vu à quel point les chefs d’entreprises ont été capables de s’organiser et de s’adapter pour amortir le choc et survivre.

Dans le domaine de la santé par exemple, c’est clair. La France, qui s’est toujours vantée d’avoir le système de santé le plus performant du monde, s’est aperçue avec frayeur que le système n’était ni préparé, ni organisé pour faire face. Avec des pénuries de moyens coupables sur lesquelles on ne reviendra pas, sauf pour dire qu’à chaque fois c’est le secteur privé qui a trouvé des solutions contre une administration sclérosée dans ses habitudes, et plus grave, dans son arrogance.

Sur les masques, les blouses, les respirateurs, ce sont les entreprises privées qui sont allées les chercher pour approvisionner les personnels. Les grosses entreprises ont réquisitionné leurs contacts internationaux, leurs fournisseurs et leurs logistiques de transport. Mais pas seulement les grandes entreprises , on a vu aux quatre coins de la France des petites et moyennes entreprises faire repartir des lignes de production pour fabriquer des masques et des blouses de protection.

L’administration de la santé était perdue, noyée. Les personnels soignants n’étaient pas en cause, ils se sont investis comme jamais. Et le système a évité la catastrophe parce qu’à un moment, les hôpitaux ont coupé le cordon ombilical qui les reliait à leur administration centrale et qui paralysait tout. Les initiatives locales, la prise de responsabilité ont fait qu’ils se sont organisés pour s’approvisionner tout seul. C’est à ce moment-là qu’on s’est aperçu que le secteur privé avait été tenu à l’écart de l’épreuve par l’administration centrale, et le privé est venu pour éviter l’étouffement et convertir certaines salles au traitement du Covid ou alors accueillir les autres malades qui avaient été déprogrammés par le public pour faire de la place. Quelle pagaille. Il semblerait que face à la deuxième vague, la coordination entre l’hôpital public et le privé se passe mieux.

Sur les tests, on a pâti des mêmes rigueurs administratives et bureaucratiques. Ce qui s’est passé pour l’accès aux tests pourrait être cocasse si les effets n’avaient pas été dramatiques. Le retard dans la mise en place, le temps d’attente pour avoir les résultats (parfois 7 jours) a évidemment favorisé la circulation du virus, alors que l’objectif était évidemment de le ralentir. Les tests antigéniques ultra-rapides, puisque lisibles au bout de 15 minutes, ces tests-là ont perdu plus d’un mois dans les bureaux de l’administration française avant de pouvoir être accessibles à la population. Plus d’un mois de retard par rapport aux Allemands, et encore il a fallu toute l’énergie et toute la colère des patrons d’entreprises qui les réclamaient pour rassurer leurs salariés et de ceux qui avaient trouvé les filières et les fournisseurs (en général chinois) et qui se retrouvaient bloqués dans les entrepôts du côté de Roissy. On sait maintenant que la généralisation des tests soit nasaux, soit salivaires ou sanguins, permettront de repérer les cas positifs et donc de les isoler.

Isoler les cas critiques, c’est évidemment une des clefs pour se débarrasser du virus.

On se souvient que pendant le premier confinement, Sébastien Bazin, le PDG du groupe Accor, avait publiquement déclaré qu’il pouvait mettre à la disposition du ministère de la Santé des centaines d’hôtels dans la France entière pour accueillir tous les sujets contaminés au Covid pour les isoler du reste de la population. Les hôtels sont restés vides, le PDG du groupe Accor n’a reçu aucun écho à sa proposition, il a tout de même hébergé quelques soignants ici ou là. La formule de l’hôtel est pourtant utilisée avec succès en Corée du sud, à Singapour et en Nouvelle Zélande.

Sur les vaccins, les résultats les plus prometteurs viennent des initiatives des grandes entreprises privées, Pfizer, Moderna... On commence même à construire des usines pour produire en grande quantité les doses qui seront sans doute disponibles au début de l’année prochaine en Europe. Des entreprises privées se préoccupent de la logistique et de l’organisation de la vaccination. Et pendant ce temps-là, que fait l‘Etat ? L’Etat prévient qu’avant toute vaccination, il faudra passer par les autorisations administratives, il faudra déterminer qui sera vacciné en premier, ouvrir un débat pour savoir si la vaccination sera obligatoire, comme si la question se posait ! Et cerise sur le gâteau, la classe politique se préoccupe et s’inquiète d’une éventuelle spéculation financière et boursière liée à la découverte et à la sortie du vaccin.

Au-delà des entreprises de santé qui avaient le dos au mur, la plupart des autres secteurs de l’économie ont réussi tant bien que mal à s’adapter à la tempête.

Dans les secteurs dit essentiels, il faut reconnaître qu’il n’y a pas eu de ruptures d’approvisionnement tant au niveau de la production que de la consommation. Pas plus au niveau des biens alimentaires que des produits d’entretien. La complémentarité entre la grande distribution et le commerce de proximité a joué assez bien au prix d’un effort d’adaptation dont les effets perdureront sur le long terme.

Dans les secteurs que l’administration française a qualifiés de non essentiels, beaucoup de commerces ont souffert et vont avoir du mal à se relever à l’issue de ce deuxième confinement. Leur colère est légitime, mais la volonté d’en découdre avec une concurrence qu’ils estiment déloyale n’aura pas été très glorieuse. Leur demande auprès de l‘Etat pour qu’il ferme Amazon et règlemente la grande distribution les conduira dans le mur parce que toutes ces attitudes font fi du consommateur. C’est le consommateur qui décide de son comportement et de son acte d’achat. Si Amazon a le succès qui est le sien, c’est parce que son système d’organisation et son modèle créent de la valeur pour le consommateur et pour les producteurs et autres commerces puisqu’il fonctionne plus comme une place de marché sur laquelle les vendeurs rencontrent des acheteurs que comme un magasin traditionnel.

Beaucoup d’autres petits commerces ont choisi d’essayer de s’adapter aux mutations et aux contraintes plutôt que d’attendre de l’Etat qu'il remette le système comme il était avant. Ils ont compris que la révolution digitale était incontournable, ils ont compris qu’ils pouvaient avoir leur place et trouver des clients susceptibles d’être séduits par leur identité. Les libraires, les fleuristes, les commerces de chaussures et de vêtements se sont mis à l’internet, soit seuls soit via Facebook, Le Bon coin ou Amazon. Ils se sont tous mis au click and collect.

Les enseignements appris pendant le premier confinement ont été appliqués très vite lors de ce deuxième confinement.

Dans tous les secteurs d’activité, le Covid a servi de catalyseur au changement. Plus de digital, plus de proximité etc… Les secteurs productifs de biens et de services ne reviendront pas en arrière, Covid ou pas Covid. Et quoi qu’on dise, l’administration centrale n’est pour rien dans cette adaptation au changement.

En fait, la crise rend intelligent tous les acteurs de la société qui plongent. Tous les acteurs. Sauf ceux de la sphère publique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 22/11/2020 - 14:09
Père Ubu : saison 2
Laisser la liberté de circuler pour Noël afin que les technocrates parisiens de la haute (dans leurs rêves) administration puissent venir infecter les campagnes puis reconfiner !
Nous avons ici des génies de l'absurde...
L'administration s'occupe avant tout de deux chose : les vacances et la retraite, le reste n'a jamais compté !
tubixray
- 22/11/2020 - 09:48
constat d'échec
L'administration avec ses strates, ses statuts, ses fonctionnaires, ses privilèges et son ENA nous a poussé depuis 50 ans vers un régime soviétique avec l'autorité en moins.
Un système de santé en lambeaux dont l'état s'est aggravé depuis 10 ans non pas à cause de la fermeture de lits d'hôpitaux mais d'une population d'immigrés, clandestins pour la plupart, qui usent de droits qu'ils n’auraient jamais du avoir (AME, PASS, demandeurs d'asile, mineurs).
La meilleure médecine du monde ! Il faut être stupide pour y croire.
pale rider
- 22/11/2020 - 09:19
Bravo Monsieur Sylvestre je souscris à
l'intégralité de l'article. J'ajouterai la filière vétérinaire qui s'était immédiatement proposée pour les tests et la filière textile pour la confection de masques. La réponse de l'état ? Rien .