En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 10 heures 1 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 34 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 38 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 31 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 59 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 32 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 49 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 18 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 45 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 20 heures 23 sec
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Realpolitik

États-Unis : une politique opportuniste en matière de terrorisme

Publié le 08 novembre 2020
Comme bien d’autres pays, les États-Unis utilisent des mouvements insurrectionnels pour tenter de déstabiliser leurs adversaires.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme bien d’autres pays, les États-Unis utilisent des mouvements insurrectionnels pour tenter de déstabiliser leurs adversaires.

Alors que le feuilleton de l’élection présidentielle américaine se poursuivait, une mesure significative en matière de terrorisme a été annoncée en octobre par le Département d’État Américain. L’Eastern Turkistan Islamic Movement - ETIM - (Parti Islamique du Turkestan oriental) a été retiré de la liste officielle du département d’État américain des "mouvements terroristes", décision enregistrée (et officialisée) le 05 novembre 2020.

Il est vrai que de nombreux analystes occidentaux ont par le passé mis en doute l'existence même de l'ETIM considérant que c'était une invention de Pékin pour justifier la politique répressive menée à l'égard des population ouighours. Mais pour l'instant, ce mouvement reste inscrit sur les listes des mouvements terroristes de la République populaire de Chine, du Kazakhstan, du Kirghizistan, des Émirats arabes unis, de Russie, du Royaume-Uni et de l’Union européenne. Le 11 septembre 2002, l’ETIM avait été classé par l’ONU comme un mouvement "proche" d’Al-Qaida et classé comme "terroriste" par les résolutions n°1267 et 1390.

Washington cherche par cette mesure à nuire à son adversaire affiché, la Chine, car l’ETIM est actif depuis la fin des années 1990 dans le Xinjiang où une partie des populations Ouïghours lui est acquise. Les autorités de Pékin l'accusent d'avoir causé la mort de centaines de personnes. De plus, la cause des Ouighours devient de plus en plus "populaire" à l’international et donne une arme psychologique importante à la Maison blanche.

Mais il est tout de même utile de se rappeler que l’objectif de l’ETIM est d’établir un État islamique (ou un califat) dans le Turkestan oriental. Il est aussi internationaliste à l’image de son mentor, Al-Qaida "canal historique" et s’oppose également à Daech qu’il considère comme "illégitime". En Afghanistan où il est présent depuis de longues années aux côtés des taliban (son siège avait été installé à Kaboul en 1998), il rejette le Mouvement Islamique d'Ouzbékistan (MIO) quand ce dernier fait allégeance en 2015 à la wilayat Khorasan de l’État islamique. Depuis 2001, le commandement de l'ETIM serait installé dans les zones tribales pakistanaises où il serait placé sous la protection des taliban pakistanais.

Parallèlement, l’ETIM est présent en Syrie depuis 2012, la Turquie ayant facilité le transit d’activistes via son territoire. Il se serait particulièrement distingué durant la bataille d'Alep (2012-2016). Il compterait actuellement environ 3.000 militants dans la province d’Idlib dominée par des groupes plus ou moins liés à Al-Qaida "canal historique".

Il est vraisemblable qu’il y ait en Turquie, une coopération entre les services secrets turcs (MIT) et américains (CIA) pour soutenir les actions de l’ETIM, que ce soit en Syrie  et plus encore en Chine (la Turquie s'implique directement dans la cause "turcique" qui s'étend d'Istanbul au Xinjiang en passant par l'Asie centrale). D’ailleurs, plus officiellement, la mission diplomatique US à Ankara aurait reçu informellement des responsables considérés comme "proches" de ce mouvement.

Comme bien d’autres pays, les États-Unis utilisent des mouvements insurrectionnels pour tenter de déstabiliser leurs adversaires, là, la Chine. Ce qui est remarquable dans ce cas précis, c’est que l’ETIM est un mouvement allié depuis son origine à Al-Qaida "canal historique", nébuleuse qui a fait beaucoup de mal aux Américains. Il est vrai que la justice américaine avait montré la voie. En effet, elle avait estimé qu'aucune charge ne pouvait être retenue contre les 22 prisonniers ouighours détenus à Guantanamo après avoir été capturés en Afghanistan en 2006. Elle a en conséquence ordonné leur libération en 2012 tout en interdisant leur expulsion vers la Chine en raison des risques que cela leur ferait courir. Les Américains paraissent vouloir ignorer les liens ETIM-Al-Qaida alors que c’est généralement "après" que des mouvements de ce type deviennent hostiles à leurs maîtres du moment. Cela s’appelle la real politic.

Toutefois, ce dernier épisode des tribulations internationales du président Donald Trump peuvent poser question : quelle sera la politique étrangère de Joe Biden ? Beaucoup d’observateurs craignent qu’il ne soit au service des neoconservateurs si puissants lors des mandats des présidents précédents via les lobbies du complexe militaro-industriel et du renseignement. Mais, dans le passé, Biden avait semblé souhaiter une désescalade de la guerre d’influence engagée contre la Chine, revenir au traité nucléaire JCPOA conclu avec l’Iran, freiner l’engagement du Pentagone dans la guerre menée au Yémen, poursuivre une stratégie antiterroriste mais avec des moyens plus légers et surtout, éviter de se lancer dans des conflits tout en tentant d’arrêter des "guerres sans fin" menées au Moyen-Orient et en Afghanistan, etc. Il avait déclaré en septembre 2016 : "nous avons besoin d’une très forte dose d’humilité vis-à-vis de [notre] capacité à modifier fondamentalement les circonstances à travers le monde".  Aujourd'hui, il affirme que son pays rejoindra l'accord de Paris sur l'écologie. Mais il est légitime de se demander quelle sera vraiment sa marge d’initiative vis-à-vis de l’"État profond" qui oriente (au minimum) les décisions politiques de la Maison blanche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 08/11/2020 - 22:34
Un vieillard fatigué sera un jouet
Aux mains de ceux qui ont entraîné son élection. D’après Alexandre Del Valle il a de plus des accointances avec les Frères Musulmans ce qui n’est pas rassurant.
philippe de commynes
- 08/11/2020 - 16:59
Pas de commentaires ?
On dirait que Mr Rodier aie mis un coup au moral de ceux qui voient Trump comme un saint Georges terrassant le dragon terroriste islamiste, et aussi à ceux qui ont une réflexion géopolitique digne d'un Kouchner " au Xinjiang les méchants Chinois écrasent les gentils Yoghourts"