En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 min 1 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 34 min 13 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 9 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 20 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 14 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 52 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 40 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 47 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 16 min 1 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 57 min 30 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 23 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 46 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 26 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 2 min
© DR / Capture d'écran
dépression angoisse stress
© DR / Capture d'écran
dépression angoisse stress
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

Publié le 29 octobre 2020
Avec la crise sanitaire, la période de reconfinement, la crise économique et la menace terroriste, l'actualité peut générer de l'angoisse et avoir un fort impact mental et psychologique. Comment faire face à cette situation et comment réduire son stress face à l'anxiété de cette période ?
Pascal Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la crise sanitaire, la période de reconfinement, la crise économique et la menace terroriste, l'actualité peut générer de l'angoisse et avoir un fort impact mental et psychologique. Comment faire face à cette situation et comment réduire son stress face à l'anxiété de cette période ?

Atlantico.fr : Pourquoi sommes-nous anxieux ?

Pascal Neveu : Dans un premier temps, il faut sans doute préciser que l’anxiété est un sentiment et un mécanisme normal, sauf dans certains cas.

Il est issu d’un sentiment de peur qui « surchauffe »notre cortex préfrontal et nous empêche de « réfléchir » et trouver une solution à un problème de vie, d’autant plus si nous sommes seul confronté à une situation anxiogène.

L’anxieux est finalement un être qui doit faire l’apprentissage d’une situation nouvelle qu’il ne contrôle pas encore.

Des climats anxiogènes, comme par exemple celui lié à la COVID-19, amènent à plusieurs types de comportement :

-       je suis dans le déni, et je continue à penser que ce n’est qu’un « gripette »n voire même je n’écoute plus les informations.

-       je suis anxieux, et comme nous l’avons encore vu il y a quelques jours, tout comme en mars : je fais des stocks de pâtes et de papier toilette.

-       je canalise mon anxiété en m’adaptant au monde réel, en restant cependant avec un état de conscience éveillée (réalité, sens critique mesuré), sans comportement hystérique ou paranoïaque.

-       …

Chaque épreuve anxieuse peut créer en nous quelque chose de nouveau pour notre Moi qui évolue avec le temps, et pour notre vie sans cesse confrontée à un fleuve peu tranquille.

Qui n’a jamais été anxieux dans sa vie ? 

Prenons l’exemple des étudiants qui passent des examens et des concours. Quelle anxiété pour eux et leurs familles et proches ?

Mais l’anxiété principale est celle à laquelle la personne concernée est confrontée.

Et là, le cerveau, dans tout ce qu’il comporte de conscient et inconscient, peut s’adapter et gérer cette anxiété en trouvant des solutions, grâce à son cerveau.

Par exemple des études sur les rêves menées par le Pr Arnulf (Pitié-Salpétrière-Paris) montrent que celles et ceux qui ont relaté les pires cauchemars la veille de leur examen, sont celles et ceux qui ont le mieux réussi ! Autrement dit, c’est comme si l’anxiété avait été gérée par le cerveau, en anticipant et en canalisant tous les paramètres d’anxiété (savoir, lieu, sujet…).

Notre cerveau, notre psychisme sont capables de travailler une situation, d’autant plus que nous la ressentons anxieuse.

Tout comme nous pouvons avoir en face de nous une personne très anxieuse, qui a organisée et choisie sa vie personnelle et professionnelle à travers un cadre qu’elle sait gérer. Où il n’y a pas de place à l’imprévu.

Son anxiété intérieure l’amène justement à privilégier des environnements qu’elle sait contrôler, ce qui lui permet d’oublier, d’occulter les autres formes d’anxiétés.

Elle met en place un compromis psychique, mais sera peut-être plus « vulnérable » qu’une autre le jour où elle sera confrontée à une situation incontrôlée jusqu’à ce jour.

Mais pensons aussi à l’anxiété d’une mère de famille, confrontée au nouveau-né : les cris, les pleurs, les nuits… Comment les interpréter, les gérer ?... Les études montrent que cette mère de famille va finalement créer un mode de communication nouveau avec son enfant et dépasser son anxiété… parce qu’elle se sera fait confiance.

Beaucoup d’anxiétés nous relient à la peur de mal faire, de ne pas bien réagir, d’être dans un état de non-survie immédiat, à des enjeux majeurs… des enjeux liés à notre éducation, une reconnaissance, le refus de l’échec…

« Que dois-je faire là ? » est la question qui dirige le bal de l’anxiété.

De quelles manières s’exprime l’anxiété ?

Il faut différencier l’anxiété de l’angoisse, et donc les définir précisément.

L’anxiété est une réaction psychologique et physiologique face à une situation stressante. C’est une réaction normale liée à des ressentis, des sentiments de peur et de crainte, face à une situation, un événement inévitable, non maîtrisé, non contrôlé, que l’on ne peut pas fuir ou éviter, auquel il faut faire face, se confronter.

Il est très proche de l’état de stress décrit par Hans Selye dans les années 40 qui précise, après ses études auprès des animaux, que l’être humain peut être victime d’un syndrome général d’adaptation. Plus précisément, tout changement brutal d’une habitude peut entraîner chez un individu des perturbations psychologiques et physiologiques.

L’angoisse, en revanche, est un état de mal-être profond qui plonge celle ou celui qui y est confronté dans un ressenti violent et profond d’oppression, de mort imminente, inévitable. Le symptôme anxieux devient alors un syndrome à la fois psychologique et existentiel.

Il prend la forme d’un trouble de l’anxiété généralisée avec un ensemble de symptômes décrits dans le manuel de diagnostic psychiatrique de l’OMS (DSM-IV) : palpitations, battements de cœur, transpiration, tremblements, impression d'étouffement, sensation d'étranglement, douleur, gêne thoracique, nausée ou gêne abdominale, sensation de vertige ou d'évanouissement, déréalisation (sentiment d'irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi), peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou, peur de mourir, sensations d'engourdissement, frissons ou bouffées de chaleur, fatigue, pleurs.

De cet état découle un versant psychopathologique qui distingue les névroses d’angoisses, mais également les psychoses, les troubles phobiques, organisations états-limites…

Ces deux troubles sont à différencier.

Durant la dernière période de confinement nous avons du gérer un grand nombre de crises d’angoisse, des attaques de panique… la mort rôdant, alors que notre psychisme privilégie la vie et déni, par mécanisme de défense normal, la mort.

Comment faire face et comment réduire son stress ?

Les études démontrent que l’organisme (dans sa globalité psychocorporelle) est capable de supporter ces variations anxieuses via notre système endocrinologico-immunologico-neuronal.

En gros, l’adaptation est possible face à toute situation même après un état de choc.

Mais nous ne sommes pas tous équipés de la même manière, sans que nous en connaissions réellement les explications.

Certains vont donc privilégier la médication. Elle est bien évidemment à ne pas rejeter dans le cas d’angoisses profondes et chroniques, en même temps qu’un suivi psychothérapeutique.

Il faut tout d’abord se dire  que l’anxieux n’est pas un malade mental !

Il faut donc être capable de communiquer de notre état d’anxiété, si ce n’est auprès d’un thérapeute, auprès de ses proches, de sa famille. Il faut également le mesurer afin d’évaluer la prise en charge.

Si on aborde le sujet du reconfinement et de la pandémie, l’exposition trop régulière et obsessionnelle à la télévision n’est pas conseillée. En effet, le cerveau ne s’aère pas dans ces cas là, mais rumine.

Le cerveau a besoin de distractions. Nous avons 2 hémisphères cérébraux à faire fonctionner, et un corps à faire vivre, souvent laissé de côté lors des états anxieux.

D’ailleurs beaucoup d’anxieux vont régresser dans des comportements oraux, la satisfaction de besoins primaires, car vitaux, comme si la vie s’arrêtait.

Dès que l’anxiété émerge, il faut tenter occuper son cerveau autrement, car c’est une sorte de spirale infernale qui se met en route. Donc téléphoner à un proche, regarder un film drôle, lire un roman qui nous plonge dans un autre univers, dessiner… permet au cerveau de passer sur un autre mode fonctionnel et faire baisser la tension psychique.

Une partie de cette tension psychique repose sur le fait de ne pas avoir trouvé de solution à notre problématique du moment, ou en tout cas de ne pas encore en avoir retiré les bénéfices à court terme.

Le sport est également une activité qui va mobiliser d’autres aires cérébrales et libérer des hormones du plaisir.

Parvenir à gérer l’anxiété qui n’est pas angoisse, c’est finalement se découvrir soi-même et retrouver l’estime de soi.

Car  l’anxiété peut être positive.

Sans anxiété… que seraient nos artistes, nos acteurs, nos créateurs, chanteurs… ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires