En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 38 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 21 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 50 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 33 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 41 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 4 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 39 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 56 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 2 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 32 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 5 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 2 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 9 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 30 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 56 sec
© LOIC VENANCE / AFP
Maïwenn cinéma polémique femmes féminisme Roman Polanski
© LOIC VENANCE / AFP
Maïwenn cinéma polémique femmes féminisme Roman Polanski
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

Publié le 27 octobre 2020
Dans une interview accordée à Paris Match, la réalisatrice et actrice Maïwenn s'est retrouvée au coeur d'une polémique liée à Roman Polanski et sur certaines idées émanant des groupes féministes. Invitée lundi 26 octobre sur TV5 Monde, Maïwenn est revenue sur la polémique.
Julie Graziani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julie Graziani est éditorialiste et chroniqueuse. Julie Graziani conseille aussi des entreprises en difficultés depuis dix-sept ans. Elle a par ailleurs collaboré à « 28 minutes  », sur Arte, à LCI et à BFM TV.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview accordée à Paris Match, la réalisatrice et actrice Maïwenn s'est retrouvée au coeur d'une polémique liée à Roman Polanski et sur certaines idées émanant des groupes féministes. Invitée lundi 26 octobre sur TV5 Monde, Maïwenn est revenue sur la polémique.

« Si j’accepte de me rendre dans la chambre d’un homme à 1h du matin, je me doute bien que ce n’est pas pour parler d’un rôle » s’est exclamé l’actrice et réalisatrice Maïwenn dans une interview donnée à Paris Match le 22 octobre. Ben oui, ai-je eu envie d’opiner, en pensant à toutes les fois où j’ai dû décliner ce genre de proposition et ses variantes (« Tu ne veux pas m’accompagner aux Chandelles ? Non, mais en tout bien tout honneur, hein, c’est juste parce que je vais faire un documentaire dessus »). C’était avant d’apprendre que les internautes étaient choqués et de réaliser en lisant Vanity Fair, les Inrocks et autres caisses de résonnance de la mauvaise humeur des réseaux sociaux qu’il s’agissait d’un « trait d’esprit douteux » qui « laisse sans voix ». S’ensuivent les habituelles épithètes caractéristiques du champ sémantique du dégoût : « nauséabonds », « à vomir » etc…

Pourquoi ? Parce que cette déclaration renverrait aux victimes d’atteintes sexuelles la responsabilité de leur agression, sur l’air du « elle s’est fait violer mais sa jupe était trop courte ». Or, c’est tout le contraire puisqu’il s’agit justement de distinguer les véritables victimes de celles qui ont seulement fait l’objet d’avances, dans un contexte empruntant au registre de la séduction, avec son langage codé vieux comme le monde («Tu montes boire un dernier verre ? »). L’agression est une atteinte faite par « violence, contrainte, menace ou surprise », étant rappelé que la contrainte peut être de nature morale, en cas de subordination hiérarchique par exemple. Mais une actrice qui convoite un rôle n’est pas dans la même situation de vulnérabilité et de dépendance qu’une ouvrière face à son chef d’atelier, surtout dans un milieu historiquement très permissif qui a toujours valorisé le désir et ses manifestations. Les propos de Maïwenn ne visaient donc qu’à dénoncer cette confusion malsaine que les militantes féministes persistent à entretenir entre la drague et l’agression sexuelle en faisant de la première la preuve quasi irréfutable de la seconde. Ne leur en déplaise, il y a eu ces dernières années, d’Eric Brion à Philippe Caubère, assez d’hommes cloués au pilori par d’implacables accusatrices pour qu’il soit nécessaire de rappeler qu’une proposition, même inconvenante, même vulgaire, ne constitue pas à elle seule une agression.

Surtout, l’exclamation spontanée de Maïwenn fait bien plus pour protéger les femmes que tous les appels à la délation des militantes féministes. Parce qu’elle nous met la réalité crue sous le nez : oui, un homme qui propose à une femme de monter le rejoindre à une heure tardive a vraisemblablement des arrières pensées. Mieux vaut en avoir conscience pour poser un choix libre que se retrouver, sans l’avoir voulu, dans une situation au mieux embarrassante, au pire franchement dangereuse. En faisant croire aux femmes qu’il n’est pas nécessaire d’être prudentes parce que les hommes devraient se comporter tous en gentlemen et recueillir notre accord avant d’oser un geste de rapprochement physique, on nous prive des plaisirs de la séduction, tout en nous exposant aux risques de la prédation. Le monde rêvé des féministes est aussi morne que dangereux. Le désir réciproque que les hommes et les femmes s’inspirent, avec ses impatiences, ses hésitations et ses ambiguïtés, ses regrets parfois, l’a déserté. Le consentement ne s’y devine plus dans le prélude du marivaudage ou dans l’abandon au baiser, il doit être explicite et réitéré autant de fois que nécessaire. Ignorantes des jeux de l’amour et du hasard, manquant de l’expérience qui s’acquiert en situation, les femmes seront dans un tel univers des proies rêvées pour de véritables agresseurs. Avec sa remarque de bon sens, Maïwenn, subversive amazone qui ne s’effarouche pas du désir masculin, devient le porte étendard des femmes qui ne s’en laissent pas conter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 28/10/2020 - 08:52
Si le sujet ne parlait pas de Polansky j'aurais été
d'accord . Mais dans le cas de Polanski et du crime pour lequel il est encore poursuivi , la gamine avait 14 ans, elle avait été conviée en journée pour des photos en vue d'un film et ne pouvait pas savoir à cet âge qu'elle finirait droguée, alcoolisée et violée dans le jacuzzi de Nicholson. Cette défense de Polanski est absolument abjecte. C'est un type qui a fait quelque chose d'innommable et qui s'en est tiré en payant.
Ganesha
- 27/10/2020 - 17:31
Viol ?
Le commentaire ci-dessous me laisse perplexe : a-t-il été écrit par un militaire de carrière ou par un masochiste ?
Ainsi donc, à 1h du matin une fille en minijupe vous propose de monter avec elle dans sa chambre.
Vous l'accompagnez, et sur place, elle se déshabille, vous embrasse avec ferveur, puis ensuite, elle se met sur le lit et écarte les cuisses.
Mais voilà, à ce stade, elle vous montre alors un petit papier où il est écrit : ''Stop''.
Vous vous mettez au garde-à-vous, vous claquez des talons, et vous sortez immédiatement de sa chambre, sans dire un mot ?
C'est tellement absurde, que cela fait sourire...
Ou alors, vous considérez que toute relation sexuelle est un viol ?
Phlt1
- 27/10/2020 - 14:17
Très juste...
Et je rajouterai que ce n'est pas parce qu'une femme en minijupe monte dans une chambre à 1 heure du matin que cela signe son accord pour se faire violer. Et que ce n'est pas non plus parce qu'elle enlèverait cette jupe courte, voire son soutien gorge, qu'il s'agit d'un signal qui donnerait le feu vert au viol. Y compris lorsqu'elle est nue.!. Certes Tariq Ramadan ne peut pas comprendre. Mais un homme, un vrai , lui peut comprendre parce qu'il a l'intelligence de la nuance, et ce raffinement, savoir discerner l'intention, c'est justement ce qu'une femme préfère chez un homme...un vrai...