En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 26 min 53 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 49 min 5 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 24 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 35 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 29 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 2 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 30 min 53 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 38 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 57 sec
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 41 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 17 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

Publié le 27 octobre 2020
Le nombre de cas de violences conjugales a augmenté de façon spectaculaire durant le confinement et durant l'épidémie de coronavirus. Les objets connectés ont-ils aggravé les violences familiales ?
Denis Jacopini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacopini est expert de justice en informatique spécialisé en cybercriminalité et en RGPD (Protection des Données à Caractère Personnel). ...
Voir la bio
Anne-Cécile Mailfert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Cécile Mailfert est présidente de la Fondation des Femmes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre de cas de violences conjugales a augmenté de façon spectaculaire durant le confinement et durant l'épidémie de coronavirus. Les objets connectés ont-ils aggravé les violences familiales ?

Atlantico.fr : Le nombre de cas de violences conjugales a augmenté de façon spectaculaire lié au confinement et à la pandémie de Covid-19. De quelles façons les objets connectés peuvent aggraver les violences familiales ?

Denis Jacopini : On remarque qu’il y a eu ces dernières années une explosion du nombre d’objets connectés, principalement connectés sur smartphone ou assistants vocaux personnels. Ces outils ont des fonctions de géolocalisation, des fonction d’écoute, des fonctions d’accès à distance. Et s'ils sont utilisés à des fins malveillantes, cela devient de redoutables enquêteurs. La seconde raison est qu'on remarque que lorsqu’une famille s’équipe avec ces objets qui ont de telles fonctions, c’est en général le chef de famille qui doit faire ça ou à la rigueur l’enfant, le geek ou celui qui s’y connaît le plus. Mais ces appareils ne sont pas prévus pour avoir plusieurs utilisateurs. Ils sont prévus pour avoir un utilisateur principal qui a tous les droits, qui a le rôle d’un dieu, mais qui a un droit de regard sur tout le monde, un droit de liberté ou de non-liberté sur les autres. Et donc, ce sont ces détournements d’usage que l’on peut considérer comme nouveaux car lorsqu’ils ont été fabriqués, on ne s’attendait pas à de telles dérives. Mais on constate qu’il y a une utilisation de ces outils sans que les gens aient connaissance de toutes les dérives qu’il peut y avoir derrière. Quand on fabrique des objets connectés, on ne pense pas au mal derrière que certains vont chercher à faire avec ces outils. On ne pense pas systématiquement au détournement malveillant qu’il pourrait y avoir des ces objets. Donc ces usages cachés ne sont pas mis en avant, et les gens ne se méfient pas de la partie dangereuse.

Anne-Cécile Mailfert : Les objets connectés, ce sont les objets qui sont connectés entre eux grâce à du wifi, grâce à du Bluetooth. Ces objets peuvent être par exemple des caméras de surveillance, des thermostats, des baby-phones, de l’éclairage, des sonnettes… Ce sont donc des objets que l’on peut contrôler à distance par Internet et souvent grâce à une application dans son smartphone. Ces objets là, lorsqu’ils sont installés et contrôlés par un agresseur, par un conjoint violent, ils peuvent être utilisés par ce dernier contre sa victime. Dans les exemples que l’on a, ils peuvent être utilisés comme de la cyber-surveillance. C'est-à-dire que le mari peut utiliser le baby-phone pour l'allumer à distance et regarder ce qui se passe dans la chambre de l’enfant ou ailleurs dans la maison s’il l’a mis ailleurs. Cela peut être aussi des caméras qui servent à surveiller ce qui se passe dans la maison. Cela peut être aussi une forme de cyber-harcèlement, car lorsqu'il s'agit du thermostat ou de la lumière, il peut s'avérer que, depuis son téléphone, un agresseur qui peut être mécontent d'avoir été écarté de la maison, peut « s'amuser » à torturer psychologiquement son ex-femme en augmentant la température à distance, en allumant ou en éteignant les lampes de façon impromptue, en faisant sonner la sonnette, en déclenchant l'arrosage automatique... Donc des tas de choses qui vont peser sur le moral de la victime. Dans un premier temps, elle ne va pas comprendre ce qui se passe car ce n'est pas elle qui a installé les équipements, ce n'est pas elle qui les contrôle d'habitude. Et elle va avoir l'impression qu'elle devient folle. Et donc, cela maintient une emprise psychologique et une atmosphère psychologique très menaçante dans le foyer. Donc, c'est de cette manière-là que les objets connectés peuvent être utilisés par des maris agresseurs, des maris violents contre leurs femmes ou leurs ex-conjointes.

Ces derniers temps, il y a une augmentation de l'installation de ces objets. Il y a de plus en plus de foyers qui sont connectés. Puisqu'un pourcentage réel de foyers en France est un foyer dans lesquels il y a des hommes violents, il est probable que cette cyber-violence liée aux objets connectés augmente. Les innovations technologiques vont créer des nouvelles formes de violences masculines. On l'a vu avec Facebook. On l'a vu aussi avec de la cyber-violence administrative où le conjoint s'amuse à changer les mots de passe de Pôle Emploi, de la CAF, des abonnements d'électricité. Donc, on voit qu'à chaque fois, que des nouvelles technologies se développent et qui facilitent la vie familiale, cela peut aussi être utilisé pour effectuer des violences contre son ex-conjoint. Donc, plus les technologies se développent, et plus ces violences se développent. Pour le moment, ces violences sont assez méconnues des Français. Il n'y a aucune sensibilisation faite à ce sujet là vis-à-vis des femmes victimes de violences. Et surtout, les constructeurs de ces objets ne sont pas du tout dans une démarche de responsabilité par rapport à ces usages. Nous avons des constructeurs de ces objets qui sont dans une course effrénée au prix, à l'innovation..., et à aucun moment, on les a vus se poser la question de l'usage de leurs équipements. La grande majorité des acheteurs de ces objets et de ceux qui les installent dans la maison sont des hommes.

Que faire pour lutter contre l'utilisation des appareils intelligents à des fins de violence domestique ?

Denis Jacopini : Déjà, il faudrait davantage d’informations sur l’outil lorsqu’il va être acheté. C'est-à-dire de l’information sur les possibilités détournées qu’il pourrait y avoir. Le but n’est pas d’informer celui qui ne le savait pas mais, au contraire, de sensibiliser celui qui en pourrait être victime de cela. Donc, dans le cadre d’un couple, il est nécessaire d’avoir l’accord des 2 personnes et peut-être de punir beaucoup plus gravement l’usage par une seule personne sur les deux d’un couple. Mais il faudrait que les deux personnes soient au courant qu’elles valident le compte. Ou alors que les deux personnes aient chacun un compte internet, et qu’il y ait bien une personne qui risquerait de se trouver victime. Mais ce n’est pas évident.

Donc, il y a tous les appareils qui peuvent géolocaliser. Et il y a aussi tous les appareils qui peuvent espionner comme les assistants vocaux qui sont équipés d’un microphone qui peut, à distance, permettre à un individu d’écouter ce qu’il y a à l’intérieur d’une pièce comme conversation. Cela a des possibilités énormes en matière de surveillance et d’espionnage, digne des outils les plus perfectionnés de James Bond. Aujourd’hui, ces outils existent et on leur laisse trop de libertés. Quelqu’un qui va activer ces fonctions-là, il sait qu’il va être lui-même sous surveillance. C'est-à-dire que derrière, c’est quelqu’un qui s’engage à avoir un comportement bienveillant en utilisant ces fonctions là. Maintenant, j’ai peur que ce soit que des déclarations sur l’honneur. D’un point de vue technique, je pense que les fonctions ont été beaucoup trop loin. Et du fait qu’aujourd’hui, elles sont détournées, immédiatement, il faudrait mettre en place des verrous pour éviter que ça puisse s’aggraver. Ce qu’il y a, c’est que ce sont des nouveaux outils qui créent des nouveaux usages. Et on a l’impression qu’aujourd’hui, on a absolument besoin de ces fonctions, alors qu’il y a 5 ans, on vivait très bien sans. Et ces fonctions qui peuvent être dangereuses, à mon avis, il faudrait les rendre beaucoup plus difficilement activables.

Comment garder le contrôle des objets connectés ?

Denis Jacopini : On pourrait informer ces personnes de la même façon qu’un GPS dans une voiture. Lorsqu’on met la voiture en route, il y a tout un texte légal qui s’affiche et qui vous rappelle les règles de conduite avec plusieurs interdictions quand vous conduisez. A mon avis, à la mise en route de l’objet connecté, il serait très simple de mettre en place un petit rappel visuel pour ceux qui ont des écrans qui affichent des informations, et auditifs en rappelant que d’une part, l’outil a des fonctionnalités qui peuvent être utilisées à des fins malveillantes ou alors carrément lorsque l’outil est en route, il dévoile ses réglages en disant que l’écoute à distance est activée. Tout ceci afin que l’utilisateur sache que ces fonctions sont activées.

Il pourrait y avoir aussi la documentation papier. Mais encore aujourd’hui, on se retrouve dans des situations où les documentations ne sont plus fournies dans des appareils. Les seules documentations qui sont fournies, ce sont celles qui expliquent pour déballer, brancher… Il faut donc aller sur Internet pour avoir la documentation entière. Pour des objets connectés, la documentation devrait être obligatoire dans la langue du pays car des fois, on a des notices étrangères. Donc, il faudrait une documentation obligatoire en français avec des mots clés qui viennent attirer l’attention sur les fonctions que peut avoir cet appareil avec les bons et mauvais côtés qui permettent d’éveiller les personnes ignorantes. Les personnes qui sont les plus victimes sont celles qui sont ignorantes car elles ne savent pas que ces outils peuvent écouter, géolocaliser. Je vois beaucoup de couples où le téléphone a été acheté et installé par le mari pour sa femme. Donc le mari a accès à tout car c’est lui qui va paramétrer la messagerie et l’ensemble des éléments. Il a le pouvoir de surveillance et le pouvoir de contrôle de ce téléphone, sans que sa femme ne s’en rende compte. Donc, nous n’avons pas besoin d’avoir de logiciels espions pour espionner les autres car les appareils le font de même. Aujourd’hui, on multiplie les outils qui viennent géolocaliser et écouter, et on ne fait pas du tout attention à cela. Ce sont devenus des objets quotidiens sans véritablement de l’usage détourné qu’il pourrait y avoir. Et on ne parle même pas des applications que l’on pourrait mettre sur les appareils où le mari installe une application de surveillance où il aurait accès en plus aux appels, aux messages… Et aujourd’hui, beaucoup de personnes me demandent de mettre ces applications dessus, mais moi je refuse. Nous sommes dans de l’usage complètement illégal car la surveillance entre époux est absolument interdite.

Anne-Cécile Mailfert : Pour utiliser ces outils, il va falloir un mot de passe. Elles n'ont, en général, aucune connaissance de ce mot de passe. Donc, elles vont se sentir déposséder de leur environnement. Quand les femmes se rendent compte ce qui est en train de se passer, elles ont 2 stratégies. La première stratégie est de détruire ces équipements, mais cela peut faire redoubler de colère l'agresseur. Si elle détruit l'objet de surveillance, le mari (qui est déjà dans une paranoïa folle) va exploser de colère. Il faut donc que la femme ne fasse rien afin que le mari ne se doute de rien.

Lorsqu'une femme est victime de ces violences-là et qu'elle en parle, elle peut générer de la part de son entourage un sentiment de rejet. L'entourage va penser qu'elle abuse en disant que son mari l'espionne. Donc, il est possible que les femmes n'osent pas en parler car elles ont peur de passer pour des folles. Donc, c'est difficile pour elles de désinstaller tout ça. De plus, elles ignorent quels sont les recours juridiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 28/10/2020 - 10:13
Respecter les cultures est une "valeur de la République"!
L'emploi de ces objets est conforme à la charia. Sinon, comment prouver au juge que sa femme est adultère avant de la faire lapider.