En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 23 min 17 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 45 min 29 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 31 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 25 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 58 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 27 min 17 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 8 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 34 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 57 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 38 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 14 min
© JACK GUEZ, ASHRAF SHAZLY / AFP
© JACK GUEZ, ASHRAF SHAZLY / AFP
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

Publié le 25 octobre 2020
Les arguments en faveur de la reconnaissance d’Israël par Khartoum ne sont que le fruit d’un chantage exercé par les Etats-Unis sur ce pays, l’un des plus pauvres du monde.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les arguments en faveur de la reconnaissance d’Israël par Khartoum ne sont que le fruit d’un chantage exercé par les Etats-Unis sur ce pays, l’un des plus pauvres du monde.

Cela ne fait aucun doute que la base de la diplomatie internationale entre les Etats a toujours été le pouvoir et rien d’autre, comme l’avait souligné naguère Arthur Desmond dans son livre « Le Pouvoir a toujours raison ». Cependant, il y a quelque chose à la limite de la décence dans la soi-disant reconnaissance mutuelle entre Israël et le Soudan. En effet, si on peut comprendre la motivation des Emirats Arabes Unis et du Bahreïn pour finaliser cette reconnaissance, les arguments en faveur de la reconnaissance d’Israël par Khartoum ne sont que le fruit d’un chantage exercé par les Etats-Unis sur ce pays, l’un des plus pauvres du monde.

Les Emirats et le Bahreïn jouissaient déjà de la technologie de pointe qu’Israël leur avait fournie, notamment pour le contrôle de leur population à travers les logiciels d’espionnage dont les pétromonarchies du golfe persique sont friandes. La crainte de la puissance militaire iranienne est donc sans aucun doute le plus grand facteur de ce rapprochement; à cela vient s’ajouter, pour le Bahreïn, l’appréhension pour sa propre pérennité en tant qu’Etat souverain du fait de son histoire et de la composition démographique de sa propre population à plus de deux tiers chiites duodécimains. Rappelons à cet égard que jusqu’à la fin des années 60, deux députés représentant la province du Bahreïn siégeaient à l’assemblée nationale iranienne. 

Ces deux pays du golfe persique espéraient également la fin de l‘opposition d’Israël face à leur demande d’achat d’armements sophistiqués, notamment des avions de chasse F-35 et des drones d’attaques Reaper. En effet, par une déclaration conjointe, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la défense Benny Gantz ont déclaré avoir mis fin à leur opposition sur les ventes de ces armes par Washington;  étant entendu que les Etats-Unis ont réitéré, entre autres, leurs engagements de maintenir la supériorité technologique des armements accordés à Israël par rapport  à ceux vendus aux pays arabes (le fameux Qualitative Military Edge) ainsi que le rehaussement des systèmes de défense des israeliens. En somme, cette reconnaissance et l’établissement des relations diplomatiques ont été plus que bénéfiques pour les  Emirats-Arabes Unis et le Bahreïn.  

En ce qui concerne le Soudan, le rapprochement est dû non pas à d’éventuels ventes d’armes ou encore à un soutien hypothétique contre les menaces d'une puissance étrangère mais tout simplement à un besoin urgent de nourriture et à l’espoir d’intégrer le plus rapidement possible l’économie internationale. Une première rencontre, au mois de février, entre Netanyahu et le Général Soudanais A-Burhan n’ayant pu aboutir, le secrétaire d’Etat américain, profitant de l’aggravation de la situation économique au Soudan s’empressa de proposer au mois d’août  un accord qui en échange des dons de blé et de la radiation du Soudan de la liste des pays sponsors du terrorisme, exigeait une reconnaisse d’Israël par Khartoum. Proposition  qui fut acceptée à contre cœur par le Soudan; dans son tweet annonçant le retrait de son pays de cette fameuse liste, le Président du Soudan, Adallah Hamdok ne fait état de cette reconnaissance qui d’ailleurs ne donnera pas lieu à des échanges d’ambassadeurs.

Maigre gain pour les Soudanais qui ont reçu des dons de blé et quelques millions de dollars en aide humanitaire de Washington en échange de la reconnaissance d’Israël. En revanche, les Israéliens eux, ont obtenu outre le droit de survol de l’espace aérien du Soudan pour les vols d’El Al à destination de l’Amérique latine, la possibilité de rajouter encore un Etat arabe à leur palmarès. Quant à Donald Trump, l’annonce, à fort renfort médiatique, de cette reconnaissance, lui laisse espérer un renforcement d’une des composantes de sa base électorale représentée par des extrémistes évangéliques.

Pas certain du tout que ce dernier coup diplomatique améliore les perspectives électorales de Donald Trump. Pas sur non plus que ces reconnaissances de conjonctures obtenues à l’encontre de la volonté des peuples arabes concernés perdurent dans le temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hagaysobol
- 25/10/2020 - 21:16
L'indécende est de victimiser un état génocidaire !
Il est indécent de victimiser le Soudan, un Etat génocidaire qui a soutenu le terrorisme islamiste qu'il soit sunnite ou chiite. Ce n'est pas pour rien que Ben Laden y a séjourné. Ce pays aux ressources considérables est à l'agonie par la faute de ses dirigeants et de leur politique insensée et non pas à cause d'Israël. Désormais, le pays du "triple non" demande l'aide internationale. Et il est normal qu'en retour il lui soit demandé des garanties. Faire la paix est-ce donc trop demandé ? Même l'Allemagne nazie a reconnu ses torts, fait la paix avec ses voisins et ses victimes, payé pour ses crimes et en retour, elle a bénéficie du plan Marshall ! Vous voulez en exempter le Soudan ?
nathanael_benhamou@yahoo.fr
- 25/10/2020 - 21:01
quelle tristesse cet article...
Mais quel article partial et orienté! Un traité de paix est toujours positif, quelles que soient les motivations des parties... sauf bien entendu quand il s'agit d'Israel.
Vous semblez désapprouver ce traité de paix.... mais peut être préférez vous la guerre ?
vous parlez de gain pour Israel et pas pour le Soudan...comme si faire la paix avec Israel devait être monnayée.
Mais la paix profite à toutes les parties, en dehors de toutes considérations financières, là est le point fondamental à mettre au premier plan.
Bref, Atlantico nous avait habitué à mieux que ça.....
Marie Esther
- 25/10/2020 - 19:29
desolee pour le titre
article partial qui ne voit pas bien loin