En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 39 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 17 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 12 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 17 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 37 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 11 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 52 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 27 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 56 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 23 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 7 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 38 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

Publié le 25 octobre 2020
L'assassinat de Conflans a définitivement montré l’inefficacité du "en même temps" face à l'islamisme.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'assassinat de Conflans a définitivement montré l’inefficacité du "en même temps" face à l'islamisme.

Absurdes accusations contre la rectrice de Versailles

L’accusation avait circulé assez rapidement après la mort de Samuel Paty. La rectrice de Versailles, Charline Avenel, n’aurait rien fait pour empêcher ce qui s’est passé. Pire: l’académie s’apprêtait à sanctionner le professeur qui avait montré des caricatures à ses élèves. Lorsqu’il y a un drame, a fortiori un meurtre aussi abominable, l’esprit humain a besoin de réponses simples, de certitudes apparentes. Et la recherche d’un « bouc émissaire » est la réponse la plus simple. On pense savoir à peu près ce qu’est un recteur, ce « préfet du système éducatif ». Il se trouve qu’en plus Madame Avenel est de la même promotion à l’ENA qu’Emmanuel Macron. Il était tentant de construire une chaîne d’explications mettant en cause le chef de l’Etat. Ce type de reconstruction des faits présente, dans le cas de Charline Avenel, une contradiction flagrante avec le passé récent: la rectrice avait fait parler d’elle en novembre 2019, lorsqu’elle avait écourté sa visite dans un établissement de Clamart à cause de la présence de trois femmes voilées, mères d’élèves accompagnatrices. Charline Avenel, en l’occurrence, avait réagi en conformité avec l’état d’esprit que Jean-Michel Blanquer a insufflé à ses recteurs depuis qu’il est ministre de l’Education. Au sein du gouvernement, il fait partie de ceux qui tiennent un discours ferme face à l’islamisme. Il a même suscité, quelques jours après le meurtre de Conflans, un émoi dans le milieu intellectuel et culturel français en dénonçant ouvertement « l’islamo-gauchisme ». 

Une Education Nationale forte en paroles mais démunie

Est-ce à dire qu’il faille absoudre l’Education Nationale de toute responsabilité dans ce qui s’est passé? En fait, la question est mal posée. D’abord parce qu’on trouvera autant de failles que de signes de lucidité dans ce qui s’est passé. Le ministre Blanquer  peut bien réclamer la fermeté et une compréhension stricte de la laïcité, deux éléments jouent en sens contraire: au niveau de l’établissement, d’abord, comment met-on en oeuvre, un message de stricte application de la laïcité quand on est confronté au quotidien à la pression sociale des élèves musulmans, de leurs parents, des associations qui ont commencé depuis longtemps à imposer une intimidation permanente? Attendons le rapport qui sera remis dans quelques jours à Jean-Michel Blanquer. On y lira en termes atténués que le professeur ne s’est pas senti complètement soutenu par la principale du collège; que le dialogue mis en place par l’Inspecteur d’Académie « référent laïcité » a vite trouvé ses limites - d’ailleurs, c’est dans le cadre d’un tel dialogue que des militants islamistes ont cru comprendre que le professeur n’était pas entièrement soutenu par sa hiérarchie et ont répandu l’information qu’il allait être, par conséquent, sanctionné. Face à la pression intimidatrice, le dialogue se termine forcément en concessions verbales qui neutralisent le mot d’ordre de fermeté. On est en plein « en même temps »: laïcité et dialogue. Plaçons-nous ensuite au niveau du Ministère rue de Grenelle. Que fait-on des signalements que l’on reçoit. Il existe au Ministère une cellule de veille sur le radicalisation, officiellement coordonnée avec le dispositif l’ensemble du dispositif interministériel (coordination des préfets, lutte contre la délinquance et contre les dérives sectaires). Si vous allez sur le site de l’Education Nationale, on est même trè!s fier d’appartenir au « Radicalisation Awareness Network » créé en 2011 par la Commission Européenne. So what? Et ensuite? 

Sur le terrain, on fait profil bas depuis longtemps

La cellule de veille du Ministère avait reçu des informations précises sur ce qui se passait à Conflans; la rectrice avait interagi avec le cabinet du Ministre comme Jean-Michel Blanquer l’attend de tous ses recteurs; le « référent laïcité » avait appliqué les instructions qu’il a - fermeté et dialogue, en même temps. La principale du collège se débattait comme elle pouvait. Les professeurs collègues de Samuel Paty étaient partagés entre le soutien affiché et le profil bas - cela fait tant d’années qu’on est habitué à s’auto-censurer. A vrai dire tout le monde s’attendait à ce que l’émotion retombe et la vie reprendrait comme avant. C’est dans ce sens-là que concluait aussi une note des Renseignements. Le terrible dénouement de la polémique lancée par des parents d’élèves et des notables musulmans contre Samuel Paty fait bien comprendre comme on a laissé dégénérer la situation, depuis des années. Un établissement de l’Education Nationale dans une banlieue à forte présence musulmane, c’ est comme une petite place forte de moins en moins défendable subsistant dans un environnement de plus en plus hostile. Le gros de l’armée s’est retiré. On reçoit des ordres de fermeté mais comment les appliquer? Cela fait bien longtemps que l’on a renoncé à enseigner l’histoire de la Shoah; l’enseignement de sciences naturelles devient de plus en plus difficile face à des élèves qui pensent et disent que la science ne peut pas contredire le Coran. Le collège de Samuel Paty n’avait pas encore basculé dans l’auto-censure générale et le professeur continuait courageusement, année après année, à proposer un cours sur la liberté d’expression - mais en proposant aux élèves musulmans de quitter la salle de cours....

En vérité, au rythme où vont les choses, il pourrait venir un moment où un certain nombre d’établissements de l’Education nationale se transformeraient « silencieusement » en « écoles coraniques ». Samuel Paty témoignait d’une sorte de réflexe de survie instinctif, d’un appel au secours de l’école de la République qui ne veut pas disparaître. 

Une occasion de se débarrasser de ce « en même temps » face à l’Islam qui remonte au moins à Nicolas Sarkozy

C’est au sommet de l’Etat qu’il faut se transporter. Le président de la République défend le « droit au blasphème » mais il laisse les derniers « hussards de la République » sans défense sur le terrain. On annonce un combat contre le « séparatisme » mais on ne mesure pas ce que cela signifie en termes de mobilisation générale. On voudrait être ferme face à l’Islam radical mais on continue « en même temps » à prôner le vivre-ensemble, à dénoncer « l’extrême-droite » en plaçant sur le même plan que l’islamisme des personnalités courageuses qui, depuis des années, expliquent que l’on manque de lucidité face au fondamentalisme religieux qui refuse la séparation du temporel et du spirituel. On prétend structurer un « islam de France » sans voir qu’à la différence du judaïsme et du christianisme, l’Islam refuse la distinction qui constitue l’Occident: la séparation du spirituel et du temporel, c’est-à-dire la laïcité. On ne pourra dialoguer qu’avec des individus musulmans, à condition qu’ils respectent les lois de la République. A eux de s’arranger avec l’absence de distinction entre Dieu et César qu’implique leur croyance. Ce n’est pas le problème de l’Etat, qui ne peut traiter qu’avec des citoyens et des instances représentatives acceptant les principes de la laïcité.

Parce qu’elle est démunie face à la violence, l’Education Nationale révèle soudain, au prix d’un terrible assassinat, l’impossibilité du « en même temps ». On ne peut pas défendre la laïcité et en même temps faire des concessions à l’intimidation d’associations à visée fondamentalistes, accepter la prolifération des mosquées sans contrepartie, laisser sans contrôle des flux financiers entre les pays musulmans et la France. Emmanuel Macron n’est pas le premier à vivre dans la contradiction. Laissons lui, d'ailleurs, par la manière Dont il a prôné ouvertement le « en même temps », la possibilité de s’apercevoir d’une erreur qu’il partage avec au moins ses deux prédécesseurs: la première attaque contre les locaux de Charlie Hebdo avait eu lieu en 2011, Nicolas Sarkozy étant président. Les premières victimes de la violence d’un tueur apparemment isolé, en fait radicalisé au sein d’un réseau, furent celles de Mohamed Mérah à quelques semaines de l’élection présidentielle de 2012. 

Sortirons-nous lucides d’une bien sombre décennie, où 267 Français ont perdu la vie dans des assassinats à motivation islamiste par suite de l’absence de courage et de lucidité au sommet de l’Etat? Et où, plus profondément, l’islamisation de territoires entiers, avec un basculement programmé de l’école de la République, a progressé à une vitesse terrifiante ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 26/10/2020 - 21:25
@TPV, Valencia et Ganesha, padam et salamander
Toutes vos remarques sont pertinentes et pour les résumer : le nombre d'immigrés musulmans non assimilés et islamistes ou islamisto-compatibles monte dangereusement en France, jsuqu'où jour où la bascule démographique rendra toute solution démocratique par le vote impossible car ils utiliseront leur vote pour barrer systématiquement la route à tout candidat souverainiste et les islamo-gauchistes collaboreront à leur prise de pouvoir (et donc à leur futur anéantissement par leurs propres alliés) (cf le libre Soumission de Houellebecq) : c'est la tactique des Frères Musulmans que ce type d'attentat contrarie d'ailleurs car comme dirait Erdogan " nous prendrons le pouvoir grâce aux ventres de nos femmes".
Il n'y a donc pas à tergiverser : votez Marine Le Pen ou tout autre souverainiste islamophobe susceptible de rallier une majorité afin qu'elle (ou il) passe ou pouvoir dans les 10 ans, au delà il sera trop tard pour une issue "globalement pacifique" L
La solution "pacifique" est la remigration immédiate de tout musulman non intégré ou un tant soit peu radicalisé, sans états d'âmes, et par la force : avec quelle intensité pour la force ? Là est toute la question...
valencia77
- 25/10/2020 - 21:20
immigration africaine
45 millions d'habitants en 1945, 65 millions en 2020 avec des francaises blanches qui ne se reproduisaient pas assez vite pour maintenir 45 millions. Donc au minimum il y a 20 millions d'africains (nord et le reste). Donc 44% de la population en France est africaine. Que dire des francais blancs? Imbeciles desarmes, vous etes probablement foutus. Evidemment qu'il ne faut pas etre raciste. Mais il ne faut pas etre con n'on plus. Mais voila vous etes tellement habitue a l'assistanat que vous avez peur de ruer dans les branquards et perdre vos miettes de domestication.
D'ici 10 ans les arabes vous donneront le choix: la valise ou le cerceui. Vous ne comprenez toujours pas a quel point la bande a Lenin etaient des dingues. les russes ont finalement compri. Heureusement ils n'ont pas eut de minorite pour les foutre hors de leur pays et de toute facon ils sont profondement patriotic.
Ganesha
- 25/10/2020 - 20:08
TPV
En prévision de cette guerre civile, vous comptez sur votre fidèle couteau Laguiole, ou, vous avez déjà acquis une Kalachnikov ?
Que penseriez vous, avant d'en arriver à cette extrémité, d'un vote pour Marine Le Pen ?