En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 min 59 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 53 min 14 sec
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 18 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 13 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 15 heures 51 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 19 heures 39 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 20 heures 46 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 21 heures 50 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 22 heures 43 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 46 min 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 1 heure 22 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 14 heures 44 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 20 heures 25 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 1 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 22 heures 30 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 22 heures 57 min
© BORIS HORVAT / AFP
© BORIS HORVAT / AFP
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

Publié le 25 octobre 2020
Pascal Bruckner publie "Un coupable presque parfait: La construction du bouc-émissaire blanc" aux éditions Grasset. La chute du Mur a laissé les gauches européennes en plein désarroi. Sur le champ de bataille des idées, le progrès, la liberté et l'universel ont cédé la place à une nouvelle triade directement importée des USA : le genre, l'identité et la race. Extrait 2/2.
Pascal Bruckner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Bruckner est un romancier et essayiste. Il est l’auteur, entre autres, de La tentation de l’innocence (prix Médicis de l’essai, 1995), Les voleurs de beauté (prix Renaudot, 1997), Misère de la prospérité (prix du Meilleur livre d’économie, prix...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Bruckner publie "Un coupable presque parfait: La construction du bouc-émissaire blanc" aux éditions Grasset. La chute du Mur a laissé les gauches européennes en plein désarroi. Sur le champ de bataille des idées, le progrès, la liberté et l'universel ont cédé la place à une nouvelle triade directement importée des USA : le genre, l'identité et la race. Extrait 2/2.

Le procès du colonialisme est rouvert non parce qu’il est ignoré ou refoulé à l’école – il est au contraire enseigné dans les collèges avec la complexité nécessaire à ce sujet – mais parce qu’il est pourvoyeur de clarté pour les nostalgiques des anciennes divisions. De même qu’il y a des inconsolables de la Seconde Guerre mondiale qui rejouent inlassablement le combat contre le fascisme, il est des intellectuels qui n’ont jamais accepté mentalement l’indépendance des anciens territoires sous administration française. Ils étaient trop jeunes pour y jouer un rôle : ils se rattrapent aujourd’hui. Ils constituent, autant que les anciens rapatriés d’Algérie en France, le nouveau lobby néocolonial. Ils ne peuvent plus faire le deuil de l’oppression d’hier car elle procure trop d’avantages psychologiques.

Ainsi la mauvaise situation des Maghrébins et des Noirs dans certains quartiers de nos villes se comprendrait « par la persistance et l’application de schémas coloniaux à certaines catégories de la population, principalement celles issues de l’ex-Empire ». Curieusement, on n’évoque jamais dans ce schéma les immigrés venant de Chine, du Vietnam, du Cambodge. À en croire les nouvelles vulgates, les problèmes sociaux seraient d’abord des problèmes ethniques et les banlieues rien d’autre que nos nouveaux dominions où les habitants seraient réduits au silence, contraints à un système de sous-citoyenneté.

Paris ferait donc main basse sur les cités, exploiterait leurs richesses, mènerait à leur égard une violente politique de prédation. Certains voudraient faire de ces zones de non-droit l’équivalent des territoires occupés de Palestine, une bande de Gaza à elles seules aux environs de Lyon, Toulouse, Paris. Voilà que les Français deviennent des colons chez eux et qu’il faudrait les exproprier de l’Hexagone. On s’invente une généalogie fantastique, on lit les Minguettes ou les quartiers nord de Marseille avec les lunettes des Territoires occupés, on confond La Courneuve et les ghettos de Chicago. On se tient dans une sorte de télescopage spatio-temporel, une superposition des époques et des continents où tout se mélange, le 93 et Ramallah, les caïds de l’Hexagone et les Narcos sud-américains, Clichy et Minneapolis. Chaque fois que des émeutiers affrontent la police, des pétitions circulent pour exiger le retrait des forces de police et l’autoadministration de ces territoires par les gangs ou les islamistes. Or la situation dans les banlieues relève d’« une véritable contre-société en rupture culturelle profonde » (Gilles Kepel), non de la subordination à des fins commerciales qui fut le propre des Empires. Les colons tenaient ou exploitaient un pays, ils ne le délaissaient pas, n’en faisaient pas un « territoire perdu de la République » abandonné aux trafiquants de toutes sortes ou un « territoire conquis par l’islamisme » (même si des milliards ont été dépensés pour leur rénovation). D’où l’importance de la reprise républicaine de ces cités contre les bandes qui les occupent et qui passe par l’éducation, des écoles sûres, le retour des services publics, des médecins, des pompiers, la fin des contrôles au faciès, le désenclavement et surtout la dépénalisation du cannabis, source de toutes les convoitises et tueries. Qu’un certain nombre de citoyens noirs ou maghrébins veuillent devenir des « Français à part entière et non des Français entièrement à part », qu’ils dénoncent les discriminations au faciès ou au patronyme est juste. Mais que dire de tous les autres, Pakistanais, Sri Lankais, Kurdes, Tamouls, Turcs, dont on ne parle pas et qui sont encore plus passés sous silence ? On reproche souvent à la France une citoyenneté abstraite : en privilégiant le droit à la ressemblance sur le droit à la différence, elle oublierait tous ces hommes et ces femmes, issus d’autres horizons, qui peinent à entrer dans le cercle enchanté du semblable. Le reproche est fondé, même si l’Hexagone pratique de fait la discrimination positive en de nombreux domaines. Tout l’enjeu consiste à savoir au nom de quoi ces personnes se mobilisent : d’une égalité bafouée des droits qui les laisse à la porte de la République ou d’un outrage tellement profond qu’il les placerait en position d’extériorité absolue. Au lieu d’intégrer les différentes minorités, la société devrait s’adapter à elles et embrasser leur vocation messianique. Leur martyre passé ou présent les mettrait en état de créance illimitée. On oublie qu’en France l’ascenseur social fonctionne depuis des décennies, que de nombreux citoyens issus d’Afrique du Nord ou subsaharienne, de l’océan Indien ou de l’Outre-mer deviennent avocats, médecins, entrepreneurs, chercheurs, hommes ou femmes politiques, à tel point qu’on ne les remarque plus tellement ils sont entrés dans le paysage.

Se dire victime de naissance, c’est poser sa candidature à l’exception, s’octroyer un passe-droit moral qui va au-delà de tous les recours juridiques ou politiques. Même quand on commet le mal, on reste innocent. Mais c’est une arme à double tranchant. On ne fonde pas un sentiment d’appartenance sur un malheur théâtralisé, imaginaire ou non, on le fonde sur une expérience collective partagée, une responsabilité croissante dans la vie publique et professionnelle. Les lobbies de suppliciés professionnels ne font pas de bons citoyens : la nation n’est jamais assez belle pour eux, qui implique l’oubli des torts passés, l’adhésion symbolique à un principe spirituel, fruit d’une chronologie singulière, l’association librement consentie à une communauté nationale avec ce que cela suppose d’apprentissage de la langue et d’initiation à la culture propre. Pour faire l’histoire, il faut commencer par l’oublier, ou plutôt la réserver aux seuls historiens quand la mémoire divise, condamne, foudroie, toujours guettée par le ressentiment. Elle réveille les morts, les torturés, les jette au visage des vivants et s’écrie : vous n’avez pas honte de garder la tête froide, demandez pardon. Réciter la liste interminable des boucheries, déportations, exploitations dont nos pères se seraient rendus coupables, c’est ouvrir un coffre sans fond où puiser de la rancœur, de la vengeance, c’est faire payer aux contemporains les crimes de leurs aïeux. C’est exactement ce qui s’est passé hier en ex-Yougoslavie avec les nationalistes serbes qui ont invoqué les hécatombes passées pour justifier leurs exactions présentes. Déterrer tous les cadavres, c’est déterrer toutes les haines, appliquer la loi du talion à des siècles de distance. C’est moins exalter les vertus pédagogiques de la connaissance que les vertus punitives de l’inculpation. Entre le refoulement et le ressassement, il y a aussi la voie du relèvement, la dissipation des ténèbres, le passé tranquillisé ou du moins neutralisé. On peut dévider sans fin la ritournelle des infortunes ou célébrer la sortie du malheur, la victoire sur la servitude et l’abjection. La voie du salut est dans la mise entre parenthèses de ce qui a failli nous tuer. Un exemple parmi des centaines : catholiques et protestants devraient-ils continuer à s’invectiver, sortir les dagues et les couteaux au motif qu’ils se sont entre-égorgés avec férocité pendant trois siècles dans l’Hexagone ? L’histoire est faite autant de souvenirs que d’oublis communs, elle est aussi abolition des dettes de sang contractées par les sociétés humaines entre elles. Il faut abandonner l’idée d’une réparation terme à terme des blessures passées : les torturés, les déportés, les humiliés ne seront pas vengés, aucune compensation financière ne les ramènera à la vie. C’est la vérité historique qui leur est due, non une volonté de châtiment insatiable de la part de leurs descendants.

On a raison de blâmer les grands pays pour leurs défaillances à intégrer les fils ou petits-fils d’immigrés. On oublie qu’il existe aussi un despotisme des minorités rétives à l’assimilation si celle-ci ne s’accompagne pas d’un statut d’extra-territorialité. Si l’on veut contrecarrer la séduction vénéneuse du discours ethnique, la République ne peut pas se contenter d’incantations vertueuses : elle doit inventer une voie originale, pour l’instant balbutiante, au risque d’avoir le pire de la situation nord-américaine, sans les recours de la religion et du patriotisme qui constituent le grand ciment des États-Unis. À tous ceux qui se sentent « Français malgré eux1 », on ne peut que conseiller la réconciliation avec les valeurs républicaines et la transformation de leur rage en action politique. Leur rêve, encouragé par l’ultragauche vert-brun-rouge, de soumettre la France à leurs divagations indigéno-raciales risque de rencontrer une certaine réticence dans la population, pour ne pas dire une franche hostilité. Au lieu de remercier la France pour ses bienfaits et de lui manifester toute la gratitude qu’elle mérite, ils préfèrent la vomir. À moins que ces âmes égarées ne préfèrent, comme les djihadistes des années 2013-2019, l’exil dans des régions du monde plus compatibles avec leur humeur. On ne peut durablement habiter un pays que l’on méprise, sauf à se mépriser soi-même.

A lire aussi, notre entretien avec Pascal Bruckner : Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

Un autre extrait de l'ouvrage : L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

Extrait du livre de Pascal Bruckner, "Un coupable presque parfait: La construction du bouc-émissaire blanc", publié aux éditions Grasset.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 26/10/2020 - 08:34
La décolonisation (suite)
Ce week-end:3 morts par balles, à Marseille, lors d'un règlement de compte: cela fait 14 morts depuis le début de l'année lors de ''règlements de compte'' En 2019:10 morts avaient été à déplorer contre 23 en 2018..Quand des musulmans sont tués par d'autres musulmans, on n'entend pas les musulmans crier au racisme, on ne les voit pas détériorer le mobilier urbain, ni brûler des voitures,etc..Les musulmans et les gaucho-collabos ne s'indignent pas, également, quand c'est le F.L.N. qui torture et tue des musulmans!....
lasenorita
- 25/10/2020 - 17:29
La décolonisation (suite)
Shangrila...Je n'ai pas retrouvé mes sources concernant le nombre de Français tués par des musulmans pendant les années 2015 et 2019,mais même s'il n'y a eu QUE 149 morts en 2015 et 2 seulement en 2019:c'est encore beaucoup trop!.. Les gauchistes ont mis une plaque, à Paris, concernant le ''massacre ''d'Algériens lors de leur manifestation du 17 octobre 1961 mais les Algériens ont été davantage massacrés par le F.L.N. que par les Français..et çà CONTINUE.. Les musulmans, qui viennent en France pour égorger des ''innocents'', nous n'en voulons pas! Et je n'admets pas l'indulgence de nos gouvernants concernant les islamistes: ils les ''laissent'' tuer des ''civils innocents'' ...ils doivent RENVOYER dans ''leur'' pays les ''fichés S''..Tous les jours, nous subissons des ''attaques au couteau'' à cause du nombre important de musulmans que nos politicards ont laissé entrer chez nous! La France est devenue une véritable poubelle!...eux, ces meurtriers savent qu'ils ne seront pas tués ni RENVOYES dans ''leur'' pays!... Pourtant les musulmans ne se sont pas gênés pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal!..
Shangrila
- 25/10/2020 - 13:40
La Senorita
Pourriez-vous préciser vos sources car pour 2015 les chiffres officiels de victimes du terrorisme islamiste en France font état de 149 morts et en 2019 de 4 policiers tués. Bien loin des chiffres que vous avancez. Serait-il possible que vous indiquiez le site auquel vous vous référez ? Merci d'avance.