En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 min 45 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 30 min 57 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 5 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 16 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 11 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 49 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 37 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 44 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 min 45 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 54 min 14 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 20 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 42 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 23 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 59 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

Publié le 24 octobre 2020
Le discours d'Emmanuel Macron, lors de la cérémonie en hommage à Samuel Paty, montre à quel point le président a une vision nostalgique - et déconnectée - de l'institution. "L'école de la République éveillant l’esprit des élèves" a été sacrifiée sur l'autel du "programme" à terminer vaille que vaille.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours d'Emmanuel Macron, lors de la cérémonie en hommage à Samuel Paty, montre à quel point le président a une vision nostalgique - et déconnectée - de l'institution. "L'école de la République éveillant l’esprit des élèves" a été sacrifiée sur l'autel du "programme" à terminer vaille que vaille.

La réunion dans la cour de la Sorbonne, mercredi dernier, en hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire au collège de Conflans-Sainte Honorine (Yvelines), lâchement assassiné par un jeune fanatique islamiste tchéchène, a débuté par la lecture d’une Lettre aux instituteurs et institutrices écrite par Jean Jaurès et publiée dans La Dépêche de Toulouse, le 15 janvier 1888. Beau texte énonçant les missions du « maître » : non seulement, apprendre aux élèves à lire et à écrire, mais aussi en faire, à la fois des citoyens en leur enseignant les droits et devoirs inhérents à une « démocratie libre » et des hommes conscients que l’égoïsme est « à la racine de toutes les misères ». Aux instituteurs et institutrices encore le devoir de montrer aux élèves « la grandeur de la pensée », de leur inculquer « le respect et le culte de l’âme ».

Et puis vint le discours du président Macron. Beau discours, solennel, grave, plein d’émotion, belles paroles présentant une école de la République éveillant l’esprit des élèves, leur apprenant à devenir des citoyens responsables. Mais, le bémol, pour parler familièrement, est que cette école n’existe pas. C’est on ne peut plus clair quand M. Macron, se trompant manifestement d’époque et gagné par la nostalgie, déclare : « Nous avons tous ancré dans nos cœurs, dans nos mémoires, le souvenir d’un professeur qui a changé le cours de notre existence ; vous savez cet instituteur qui nous a appris à lire, à compter, à nous faire confiance, cet enseignant qui ne nous a pas seulement appris un savoir mais nous a ouvert un chemin, par un livre, un regard, un instant passé par sa considération. » Belles paroles toujours, mais paroles d’un autre temps, d’un temps où il y avait encore des instituteurs, des maîtres, des enseignants, conscients de leur mission éducative, et pas seulement instructive [à cet égard, l’on peut dire que l’Education nationale n’a jamais été aussi éducative que lorsqu’elle ne s’appelait encore que « ministère de l’Instruction publique »].

Mais aujourd’hui, il n’y a plus que des « professeurs des écoles », il n’y a plus que des « profs », qui traînent leur déprime et leur mal-être à longueur de classes, qui souffrent de leurs frustrations de ne pouvoir être les profs attentifs, écoutés, qu’ils voudraient être. Où sont-ils cependant ces profs qui « se remettent mille fois en question » pour reprendre les termes de M. Macron, qui « doutent » ? Où sont-ils ces profs qui, selon les mots de Ferdinand Buisson cité par le président, donnent à l’élève « l’idée qu’il faut penser par lui-même, qu’il ne doit ni foi ni obéissance à personne, que c’est à lui de chercher la vérité, et non pas la recevoir toute faite d’un maître » Sans doute, existe-t-il des profs-éducateurs, façon Buisson ou Jaurès, mais combien sont-ils ? Peu à l’évidence, non toujours par absence de volonté mais par manque de temps. Comme je l’indique dans mon livre L’Ecole à la ramasse (L’Archipel, 2019), le grand fautif est le « programme » qui accapare la majeure partie sinon la totalité du temps des profs. Le prof de 2020 n’a qu’un objectif : faire le programme – en entier de préférence, « bourrer » les élèves de connaissances, abstraites, indigestes, souvent inutiles. Alors, soyons sérieux un instant, comme il faut aller très vite, comment les profs pourraient-ils avoir le souci de développer l’esprit critique de leurs élèves, d’accepter d’être contestés dans leur enseignement ? Et puis le contexte ne se prête guère à un dialogue profs-élèves. Dans des classes surchargées, indisciplinées, violentes souvent, comme un prof pourrait-il consacrer à chaque élève le temps nécessaire au développement de sa personnalité, de ses capacités, lui donner envie d’exercer, maintenant et plus tard, des responsabilités ? Les « hussards de la République » ont définitivement disparu et avec eux le respect dû au « maître » : telle est la réalité !

Le président Macron n’est d’ailleurs pas dupe du grand écart existant entre son discours laudateur, un tantinet « démago » tout de même, de l’école républicaine et la réalité scolaire beaucoup plus sombre. Il sait combien les profs sont désarmés, dépossédés de cette autorité morale que possédaient leurs glorieux aînés. « Nous redonnerons aux professeurs, affirme-t-il, le pouvoir de faire des républicains, la place et l’autorité qui leur reviennent (le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, veut même les remettre « au centre de la société » : rien que ça !). « Nous les formerons », ajoute M. Macron – c’est donc qu’ils ne le sont pas, ou pas assez, ou mal ! « Nous les considérerons comme il se doit » - c’est donc qu’ils ne le sont pas ! A l’évidence, le prof est devenu « un fonctionnaire comme un autre », mal payé (les profs français, depuis Jaurès et Buisson, et même avant, ont toujours été fort mal rémunérés), peu considéré.

Bon, c’est certain, l’Education nationale est une immense ruine, une institution en faillite, comme je le dis dans mon livre. Le chantier de la reconstruction est considérable. Il faudra du temps pour redonner le prestige aux enseignants et ré-apporter le goût du savoir à des élèves qui s’ennuient terriblement dans nos écoles. Il faudra du temps pour faire admettre à la grande maison qu’elle doit former des hommes et faire des citoyens, expression préférable à celle de « républicains ». Dans ce système infantilisant que reste l’école française, non seulement les élèves n’acquièrent aucun sens d’esprit critique mais ils sont mal instruits : français mal maîtrisé, carences en maths, en histoire… Décidément, M. Blanquer a du pain sur la planche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 24/10/2020 - 15:33
Tout cela a-t-il de l'importance ?
À part les journalistes qui y trouvent leur matière du jour, qui en France prête encore attention à cette production quasi continue de paroles creuses ?
JBL
- 24/10/2020 - 13:13
Quelle mauvaise foi !
Ce type est imbuvable. C'est le parfait intello, qui quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, il retombe toujours sur ses pattes. << les classes sont surchargées>>. Il faut toujours une excuse à l'inexcusable. Nous étions en moyenne entre 45 et 52 en classe. Pas une mouche ne volait. Nous arrivions à l'école éduqués. Il y avait la punition du maître à laquelle s'ajoutait la punition du père. Hier un principal de collège indiquait qu'il recevait les parents avec une 3ème personne : le traducteur.....Comment peut-on demander à des profs de faire école dans un tel contexte. 2 à 3 français pour une classe de 27 à 28 étrangers !!!!On demande à l'école de compenser l'incurie de gouvernants, qui ont massivement accepter une immigration débridée, sans contrôle, et qui surtout n'ont jamais organisé l'installation d'étrangers qui ont des cultures et des traditions aux antipodes de notre civilisation. S'ajoute la discrimination positive qui est une énorme erreur et sans doute à l'origine de l'islamisation intellectuelle actuelle. Exemple : Souâd Ayada, une marocaine philosophe, spécialiste des philosophies islamiques, Présidente du conseil supérieur des programmes.....en France !!!!!!!
cloette
- 24/10/2020 - 12:11
quand un président fait un discours, il est évidemment aidé
par des spécialistes du thème du discours .On peut être sûr qu'il en a été de même cette fois ci, aidé par des ... administrateurs du scolaire ? des inspecteurs ? des profs ?