En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 27 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 10 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 39 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 23 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 30 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 53 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 28 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 46 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 52 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 54 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 51 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 58 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 19 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 50 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

Publié le 24 octobre 2020
Pascal Bruckner publie "Un coupable presque parfait: La construction du bouc-émissaire blanc" aux éditions Grasset. La chute du Mur a laissé les gauches européennes en plein désarroi. Sur le champ de bataille des idées, le progrès, la liberté et l'universel ont cédé la place à une nouvelle triade directement importée des USA : le genre, l'identité et la race. Extrait 1/2.
Pascal Bruckner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Bruckner est un romancier et essayiste. Il est l’auteur, entre autres, de La tentation de l’innocence (prix Médicis de l’essai, 1995), Les voleurs de beauté (prix Renaudot, 1997), Misère de la prospérité (prix du Meilleur livre d’économie, prix...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Bruckner publie "Un coupable presque parfait: La construction du bouc-émissaire blanc" aux éditions Grasset. La chute du Mur a laissé les gauches européennes en plein désarroi. Sur le champ de bataille des idées, le progrès, la liberté et l'universel ont cédé la place à une nouvelle triade directement importée des USA : le genre, l'identité et la race. Extrait 1/2.

Dans un essai présenté en 2018 au magazine Sociology of Race and Ethnicity, des universitaires américains, inquiets de l’effondrement du débat intellectuel aux États-Unis, proposent aux rédacteurs des morceaux choisis de Mein Kampf en remplaçant « Juifs » par « Blancs ». Le papier est finalement refusé mais non sans recevoir les éloges de plusieurs universitaires qui prennent l’étude au premier degré : « Cet article a le potentiel pour devenir une contribution forte et singulière à la littérature traitant des mécanismes qui renforcent l’adhésion à des perspectives suprémacistes blanches. » Les trois auteurs, Peter Boghossian, James Lindsay et Helen Pluckrose, s’étaient déjà fait connaître par d’autres canulars dont plusieurs avaient été acceptés dans des revues de haut niveau : l’un sur « la culture du viol chez les chiens dans les parcs canins de Portland (Oregon) », un autre en 2017 soutenant que le pénis est une construction sociale et qu’il est responsable, entre autres choses, du réchauffement climatique. Ces chercheurs ont été menacés de renvoi par leurs universités et accusés de faire le jeu de la droite.

Une contamination foudroyante

Que nous disent ces études extravagantes ? Beaucoup sur la dégradation des mœurs universitaires nordaméricaines et plus encore sur une mentalité qui est en train de gagner l’Europe. Un exemple parmi d’autres en France : un documentaire vidéo mis en ligne sur le site de France Culture en novembre 2019 explique que la couleur immaculée des sculptures grecques est « le résultat de deux mille ans d’une histoire réactionnaire ». On nous a menti : « Non, les statues grecques n’étaient pas blanches mais de toutes les couleurs. L’Histoire nous l’a caché pour promouvoir le blanc comme idéal d’un Occident fantasmé contre les couleurs, symboles d’altérité et de métissage. » Même si cette pastille a été retirée ensuite, il n’en reste pas moins, selon l’archéologue Philippe Jockey qui supervisait le documentaire, que cette polychromie a été dissimulée au public pour des raisons politiques : « Employons les grands mots : en effet c’est un rejet de l’Autre que l’on voit apparaître dès les premiers textes de Pline l’Ancien jusqu’aux pires excès de la Seconde Guerre mondiale. » Diable : voilà Pline l’Ancien campé en ancêtre du chancelier Adolf Hitler. Philippe Jockey est peut-être un archéologue compétent mais un piètre historien. Oui, la statuaire grecque est polychrome : mais ces notions qu’il agite comme des hochets sont des constructions rétrospectives apparues récemment et qu’il plaque sur la Grèce ancienne. Ni « l’Occident », ni « l’Autre » et encore moins « le métissage » n’avaient la moindre pertinence conceptuelle au moment de la statuaire grecque et c’est un contresens que de les utiliser. Rappelons que le concept de « race » n’existait pas chez les Grecs anciens (c’est une invention du xixe siècle, période à laquelle des auteurs allemands s’emparèrent de la civilisation hellénique pour en faire l’ancêtre du pangermanisme) : ni les Grecs ni les Romains « ne voient un opprobre dans la couleur de la peau ». « Les Anciens ignoraient entièrement la discrimination raciale », la société grecque ne faisait aucune distinction fondée sur la couleur et pour Aristote, la différence blanc/noir est purement accidentelle et non essentielle. La plupart des esclaves des Grecs, eux-mêmes basanés, étaient blancs.

Mais l’usage de cette épithète « blanche » se répand comme traînée de poudre. Émettez-vous des doutes sur les propos de l’enfant star Greta Thunberg ? Vous voilà traité d’« adophobe » et de « vieux mâle occidental blanc », telle une procession de péjoratifs. Quel rapport avec la militante du climat ? Aucun ! Si un intellectuel africain critiquait la jeune Suédoise, le traiterait-on de vieux mâle noir ? Voyez encore ce qu’écrit le collapsologue Aurélien Barrau à propos de la cause animale : « Ce qui me semble vital aujourd’hui c’est, pour dire comme Jacques Derrida, la déconstruction du “carnophallologocentrisme”, c’est-à-dire la remise en cause de cette terrible hégémonie de l’homme (blanc, faudrait-il ajouter), en érection (parce qu’il assujettit l’autre à son désir propre) et mangeur de viande (comme image archétypale de l’instrumentalisation des vivants non humains). » Quant au « privilège blanc » typique d’une problématique nord-américaine, il est entré dans le langage courant en juin 2020 après l’énorme retentissement qu’a eu en France et ailleurs l’affaire George Floyd, même si la notion n’a que peu de pertinence dans l’Hexagone.

Le criminel par excellence

L’Occident a tous les titres pour faire un coupable idéal. Outre-Atlantique, il a fondé une nation nouvelle sur l’extermination des Indiens, l’esclavage des Africains et la ségrégation des Noirs. Quant à l’Europe, elle doit porter le poids de quatre siècles de colonialisme, d’impérialisme et d’esclavage même si ce sont des nations européennes qui ont plaidé les premières pour leur abolition. Ce qui fait du monde occidental le bouc émissaire par excellence, c’est d’abord qu’il reconnaît ses crimes, par la voix de ses consciences les plus lucides, de Bartolomé de Las Casas à André Gide et Aimé Césaire sans oublier Montaigne, Voltaire et Clemenceau. Il a inventé la conscience malheureuse, il pratique quotidiennement le repentir, avec une plasticité quasi mécanique. Au contraire d’autres empires qui peinent à reconnaître leurs forfaits, l’Empire russe, l’Empire ottoman, les dynasties chinoises, les héritiers des différents royaumes arabes qui ont occupé l’Espagne près de sept siècles. Nous seuls, Occidentaux, battons notre coulpe quand tant de cultures se présentent en victimes ou en candides. La Faute nous est tellement inhérente que nous assumons aussi celle des autres. De plus, l’Ouest est faible comme jamais, sans leadership ni direction depuis que les États-Unis se retirent des affaires du monde. De manière significative, il est désigné à l’opprobre alors que son rôle décline. C’est ce que les diplomates ont appelé en février 2020, à Munich, la « Westlessness », la disparition du bloc occidental. C’est le moment de lui régler son compte. Rien n’excite plus la rage qu’un homme tombé à terre. Déjà détesté pour son ancienne domination, l’Occident est désormais méprisé pour son déclin.

Contrairement aux espérances de 1989, ce ne sont pas la raison et encore moins la modération qui l’ont emporté après la chute du Mur. Une autre idéologie a remplacé les promesses de salut portées par le socialisme réel pour recommencer la bataille sur de nouvelles bases : la race, le genre, l’identité. Pour trois discours, néoféministe, antiraciste, décolonial, le coupable désormais est l’homme blanc, réduit à sa couleur de peau. C’est lui le pelé, le galeux, responsable de tous les maux. Rien a priori ne rapproche ces trois rhétoriques sinon la figure du Maudit, le mâle blanc hétérosexuel qui fédère des aversions identiques. Mais les femmes blanches ne perdent rien pour attendre : on verra qu’un certain suprémacisme « indigène » les désigne elles aussi à la vindicte. La Sainte Trinité de l’incrimination n’oublie personne. Dans chaque cas, ce sont les mêmes raisonnements, les mêmes mécanismes et parfois les mêmes personnes qui interviennent avec un mimétisme stupéfiant, dessinant une famille d’esprit cohérente.

Extrait du livre de Pascal Bruckner, "Un coupable presque parfait: La construction du bouc-émissaire blanc", publié aux éditions Grasset.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 24/10/2020 - 16:47
Nous observons aujourd'hui un phénomène de ressentiment inoui
On reproche aux civilisations anciennes d'avoir exercé l'esclavage. Ce système fut tout de même millénaire, et les esclaves étaient des prises de guerre. C'était ainsi, partout, même en Afrique. Quand, enfin, elles ont pu y mettre fin, il leur est reproché de l'avoir autrefois pratiqué ! Les plus virulents contempteurs sont, de fait, ceux qui ont aujourd'hui le plus bénéficié des avantages de la nouvelle civilisation ! Chacun de nous a eu des ancêtres qui jusqu'à un récent passé ont traversé les pires tribulations. Que les mécontents examinent d'abord la condition antérieure de leurs propres prédécesseurs ! Bien peu souhaiteraient revenir au passé, les Occidentaux pas davantage. Cette contrition, cette coulpe qui se voulaient généreuses seraient-elle donc considérées comme un aveu de faiblesse ? C'est une possibilité puisque le malheur de ceux qui ont cru bien faire subissent des reproches haineux. Cela s'appelle probablement être victime d'ingratitude... Fallait-il rester imperturbable ? N'avouez jamais ! » criait Avinain. Le Blanc, devenu l'âne de la fable...