En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

André Santini préfère regarder les étoiles plutôt que les CV pour décider d'une embauche

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 13 heures 39 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 22 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 16 heures 51 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 17 heures 34 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 19 heures 42 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 5 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 20 heures 40 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 20 heures 57 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 4 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 15 heures 33 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 6 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 3 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 10 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 20 heures 31 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 2 min
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

Publié le 24 octobre 2020
Prévoir 2021 est devenu infaisable, alors que la France fait face à deux risques : le creusement de tous les déficits et le grand écart des situations et des évolutions, avec leurs séquelles.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Prévoir 2021 est devenu infaisable, alors que la France fait face à deux risques : le creusement de tous les déficits et le grand écart des situations et des évolutions, avec leurs séquelles.

Bientôt 1 million de cas de COVID-19 en France, septième pays au monde touché en valeur absolue. Prévoir 2021 est devenu infaisable mais indispensable, si l’on avertit fermement des deux risques en cours : le creusement de tous les déficits, le grand écart des situations et des évolutions, avec leurs séquelles. Parlons donc plutôt de « cadrages flexibles » pour le Budget avec les Projets de loi de finances, cadrages à refaire régulièrement, et profitons-en pour alerter sur les deux risques qui augmentent : le dérapage de tous les comptes (déficit public, Sécurité Sociale, retraites, Allocations chômage, comptes extérieurs), en même temps que l’éclatement de toutes les situations, entre celles qui vont étonnamment mieux et celles qui plongent.

On peut toujours s’inquiéter des risques liberticides du masque, du couvre-feu ou de StopCovid, devenu TousAntiCovid. Mais mieux vaudrait admettre que la résurgence actuelle du virus vient du non-respect des « gestes barrières », autrement dit de l’exercice de la liberté de certains au détriment de celle des autres, et pas seulement les personnes âgées.... Alors, le consommateur français va redoubler d’inquiétude, moins consommer de services mais se faire livrer sa nourriture de base, une activité en grande expansion, ne plus voyager, ni aller au cinéma ou au café, mais bricoler plus et s’équiper pour télétravailler, autre activité en expansion. Aucun plaisir d’acheter des chaussures ou un vêtement avec un masque : attendons et faisons autre chose, plus adapté à la situation et à nos craintes. Donc, si nous consommons moins, sauf les dépenses courantes, nous épargnons plus. Et si la pandémie continue, voire empire ? A la liberté irresponsable de ceux qui ne respectent pas les « gestes barrières » répond la liberté du consommateur inquiet qui épargne : ces deux « libertés » nous précipitent dans une crise durable. Comment en sort-on ?

La résurgence du virus est manifeste, avec l’idée de tout faire pour « sauver Noël », mais sans le dire ! Pourquoi ne pas dire la vérité et nous mettre devant nos responsabilités ? 42 000 cas de COVID-19 le 22 octobre, nous sommes très loin du maximum de 7 578 cas le 31 mars (source Wordometer). Voilà un couvre-feu en Ile de France et dans huit métropoles puis étendu, puis 54 départements qui y sont désormais astreints. Le virus revient en France comme en Espagne, en Allemagne, au Royaume-Uni. Ro le taux de propagation du virus est actuellement ici de 1,5, autrement dit une personne infectée en contamine 1,5, le virus se propage de façon exponentielle. Cest certes moins vite que fin septembre (1,6), mais plus qu’en mai (0,8). Or faire chute Ro est le seul moyen pour faire disparaître le virus, en arrivant à un chiffre de contamination très faible.

Les chiffres du COVID-19, entre fêtes et freinages, avec l’objectif de Noël

(Source : Qualitiso, le blog des dispositifs médicaux)

En 2020 en France, les lois de finance courent après la pandémie. Depuis la loi de finance présentée en début d’année, nous en sommes à trois lois de finance rectificatives en 2020. La dernière date actualise les prévisions économiques pour 2020 avec une prévision de croissance révisée à -11% pour 2020. Le déficit public officiellement annoncé atteint alors 225 milliards d'euros, soit 11,5% du PIB, contre 9,1% dans la deuxième loi de finance rectificative du 25 avril 2020, 3,9% dans la première du 23 mars 2020 et 2,2 % dans la loi initiale pour 2020. Officiellement toujours, la dette française atteindrait 121% du PIB en 2020. On connaît l’histoire : l’inquiétude naît au premier trimestre (-5,9%), puis éclate au deuxième (-13,8%), une sorte de reprise suivrait (+16% ?) mais le quatrième trimestre montre un arrêt : 0%, sauf une baisse. Nous avons été intoxiqués par l’image d’une reprise en V, une chute vite réparée, sans séquelle.

Mais l’analyse de la reprise en V était doublement fausse car elle oubliait les dissymétries entre biens et services, à la fois dans la descente et dans la remontée. Face à un choc sanitaire, devant une maladie transmissible surtout par air, c’est la proximité qui fait naître le risque, donc les services qui sont en jeu et peuvent s’arrêter immédiatement. On peut travailler en usine et au bureau, moyennant des ajustements et des surcoûts, mais on ne va plus au cinéma. La descente des services peut ainsi aller à 80 ou 90% dans l’hôtellerie ou l’aviation, elle sera moindre (de 10 à 20%) dans l’industrie. C’est alors qu’apparaît la deuxième dissymétrie : celle de la reprise. Toutes les activités sont touchées, plus dans les services que dans l’industrie en général, évidemment plus en fonction des solidités financières des entreprises, de leurs parts de marché, de leur notoriété et de l’innovation qu’elles manifestent, donc de leurs marges. Les petits hôtels et restaurants, les petites boutiques dans les centres villes régulièrement visités par les « gilets jaunes » ont peu d’espoir de remontée. Si rien ne va mieux bientôt, ils se vendront, à perte, à des marchands de biens qui les transformeront en logements. Ajoutons qu’il est inutile de prolonger les chômages partiels pour certains métiers, mieux vaut encourager et financer des changements d’activité. Et donc le dire.

L’éventail des reprises : les K

Pour 2021, l’exercice officiel de prévision du Budget est poliment jugé « plausible » par le Haut Conseil des Finances Publiques, ce qui en dit long. En effet, le cadrage du gouvernement dans sa loi de finance de septembre annonce une baisse de 10% du PIB en 2020 suivie d’une reprise de 8% en 2021. Cette prévision peut sembler étrange, car elle est plus pessimiste pour 2020 que celles de l’OCDE et du Consensus des économistes (-9,6%) et même que la Banque de France (-8,7%), mais plus optimiste que tous pour la reprise de 2021 : 8% ! L’explication est simple : une baisse officielle plus grave permet un rebond officiel plus fort !

Mais, encore une fois, cette prévision globale ne prend en compte ni la remontée actuelle des chiffres de propagation du virus que l’on constate partout en Europe, ni surtout ses effets différenciés. Ils sont sanitaires, économiques avec la montée de l’épargne, sociaux avec les fermetures totales ou partielles de commerces et d’entreprises et surtout psychologiques. Ce sont eux qui pèsent sur les comportements des consommateurs et sur les décisions des patrons, pour investir et embaucher. Inutile de chercher un « nouveau normal », il y aura des cassures : mieux vaut aider à changer que mal réparer. C’est parce que les évolutions des comportements sont partout de plus en plus divergentes, à la hausse et à la baisse, que la croissance « globale » est menacée. Il vaudrait mieux le dire et rendre plus lisible la stratégie en cours, plutôt que d’avancer des chiffres moyens qui masquent les écarts croissants des situations que nous allons vivre. Alors aider ceux qui s’en sortent et aider en changer ceux qui, déjà fragiles, sont frappés par le COVID-19, ça c’est une relance !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 24/10/2020 - 17:33
@Ganesha
Pas faux, on y arrivera.
Ganesha
- 24/10/2020 - 15:53
120 Attaques au Couteau par JOUR !
Comme d'habitude, mr. Betbeze nous propose une analyse nettement plus réaliste et raisonnable que les délires de propagande néo-libérale de mr. Sylvestre.
L'avenir que nous avons devant nous est, hélas, inéluctable, à très court terme : une montée vertigineuse du chômage et de la pauvreté dans notre pays. Et beaucoup d'autres pays !
Au moins, ce chroniqueur a la décence de ne pas nous infliger la répugnante ''tarte à la crême habituelle'' : non, la Formation n'est pas le remède universel !
Les centaines de milliers de citoyens (et de ''sans papiers...) qui travaillaient dans l'hotellerie, la restauration, le spectacle, ne deviendront pas tous, ''d'un claquement de doigt'', ingénieurs en informatique !
Certains abonnés de ce site voudraient surtout que ''rien ne change'', mais il faut tout de même leur rappeler que, déjà actuellement, il y a 120 attaques au couteau... par JOUR !
Nous allons donc assister à une gigantesque révolution de notre système économique et social.
La Préférence Nationale, qui est au centre du programme du R.N. , s'imposera rapidement comme une évidence.
Et, à titre purement personnel, j'ajouterai le Revenu de Base, réservé aux citoyens français... !
Nicolas59
- 24/10/2020 - 09:31
Rideau de fumée ( suite)
La dernière spéculation essentiellement politique de Macron et de ses soutiens c’est d’exploiter opportunément la peur qui matraque les français depuis bientôt 8 mois.
Confiner les gens c’est surtout mettre fin aux manifestations et contestations récurrentes qui accompagnent le mandat Macron depuis la début.
La cerise sur le gâteau est la petite musique de report des élections régionales qui constitue un moyen d'éviter une bonne déroute gouvernementale.
La petite annonce de Macron hier au sujet de « la durée possible du virus jusqu’en Été 2021 » au moins est claire. Tout réside dans le « au moins « .
Vers fin 2021 la société française sera laminée par cette politique de restrictions générale et se jettera dans les bras de celui qui s’engagera à en sortir sans plus réfléchir.
Les magiciens du vaccin miraculeux seront là et on arrêtera brutalement de parler de contamination, d’hospitalisation et de décès.
C’est la carte de Macron pour 2022 en tant que nul dans tout les compartiments du jeu sauf en répression et opportunisme.
Le Covid a du bon pour certains comme le souligne l’auteur.