En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 28 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 56 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 40 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 48 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 11 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 46 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 3 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 9 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 39 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 11 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 9 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 16 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 37 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 7 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

Publié le 23 octobre 2020
Le séparatisme islamiste n’est pas la cause du mal, il est l’un de ses symptômes.
Rafik Smati
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rafik Smati est Président du parti politique Objectif France. Entrepreneur, Il a publié  « French Paradise » (juin 2014), « Révolution Y : la génération qui va redessiner l'Europe » (2013),  « Eloge de la vitesse : la revanche de la génération texto » ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le séparatisme islamiste n’est pas la cause du mal, il est l’un de ses symptômes.

Les mots me manquent pour vous décrire la rage qui est en moi. 

Des enfants juifs, des militaires français, des journalistes et caricaturistes, des policiers, un prêtre de 86 ans, des citoyens français innocents, et maintenant un professeur de l’école de la République... Depuis dix ans, plus de 1000 français de tous âges, de toute condition sociale, de toute religion, ont été lâchement assassinés ou blessés par des fondamentalistes islamistes qui prétendent agir au nom de Dieu.

Les réactions qui suivent chacun de ces attentats sont hélas devenues tristement prévisibles.

Il y a d’abord les bougies et les fleurs, les hashtags #JeSuis, les «Vous n’aurez pas ma haine». Une surenchère de compassion pour éviter de regarder le mal en face et de nommer l’ennemi...

Puis très vite, s’installe le concert de démagogie, donné par des responsables politiques qui rivalisent de postures martiales pour apparaitre comme des chefs de guerre qui n’ont pas la main qui tremble ; comme des chefs qui réussiraient là où tout le monde a échoué. C’est le grand concours Lépine de qui brandira la mesure la plus spectaculaire pour faire la une des chaines d’infos ou des matinales de radio, quand bien même cette mesure serait démagogique. Peu importe la France. Seuls leurs égos comptent.

Seulement, l'honnêteté intellectuelle m’oblige à vous dire que ni la surenchère compassionnelle, ni la démagogie, ne permettront à la France de relever le défi existentiel auquel elle est confrontée. Sombrer dans le déni ou attiser les peurs sont des postures faciles, qui flattent les instincts les plus grégaires. Mais ces postures sont en réalité terriblement malhonnêtes, et surtout sans issue.

Face au risque de guerre civile qui nous guette, face à la menace de désagrégation de notre matrice civilisationnelle, le salut de la France réside plus que jamais dans notre capacité à défendre haut et fort nos idéaux de liberté, d’égalité, de fraternité, et de laïcité. A ne surtout pas tomber dans le piège de l’ennemi, qui rêve de voir la France se disloquer et se communautariser. Ce chemin de crête est difficile. Bien plus difficile que toutes les postures démagogiques. Mais pour paraphraser les mots de l’ancien chef d’Etat Major des Armées, le Général Pierre de Villiers, «l’équilibre est un courage».

Je veux être clair. «équilibre» ne signifie pas «naïveté». Ceux qui me connaissent savent l’importance fondamentale que j’accorde à l’ordre, que j’estime être la base de tout projet de société. Je ne saurais tolérer aucun accommodement raisonnable avec l’ennemi. Le projet que je porte est de ce point de vue sans concession. Il prévoit même la mise en place d’un régime juridique d’exception pour reconquérir les zones de non droit. Rien ne doit être tabou lorsqu’il s’agit de préserver l’essentiel. Y compris l’usage de la raison d’Etat.

Ceci étant dit, j’affirme qu’une simple posture sécuritaire, aussi ferme soit-elle, ne guérira pas la France du séparatisme. Pour la simple et bonne raison que le danger séparatiste n’est pas l’origine du mal, mais l’un de ses symptômes.

La maladie profonde qui atteint la France prend sa source il y a plusieurs décennies. C’est le «jouir sans entraves» de 1968, qui a consacré le culte du présent, au détriment de toute vision à long terme. C’est le choix assumé du chômage de masse et de la dette qui a sacrifié notre jeunesse. C’est le principe de précaution, qui a bridé les initiatives et la prise de risque. C’est le renoncement à l’esprit de conquête, qui a entériné l’idée de la fin de l'histoire.

C’est tout cela que nous payons aujourd’hui. La France est désarmée. Désarmée intellectuellement, désarmée philosophiquement, et désarmée moralement. Depuis des décennies, la République a reculé, la Nation a reculé. Or, comme le dit l’adage, la nature a horreur du vide. L’Islamisme n’est donc pas la cause de la désagrégation de la société française. Il en est la conséquence.

Les choses sont somme toute assez binaires : soit la République et la Nation française sont capables d’offrir à sa jeunesse un futur et un absolu. Soit une partie de cette jeunesse ira rechercher cet absolu ailleurs, par exemple dans la religion.

La France, en tant que Nation, a donc une responsabilité historique. La responsabilité de renouer le dialogue avec ses enfants. Tous ses enfants. Qu’ils soient chrétiens, musulmans, juifs ou non croyants.

Parce que la France est notre mère à tous. Que nous soyons de filiation gauloise, celte, nord-africaine, italienne, espagnole, portugaise, antillaise, polynésienne... chacun d’entre nous est un maillon essentiel de cette chaîne fraternelle qui s’appelle la France.

Comme toute mère, ou tout parent, la France aime ses enfants. Mais pour leur bien, elle doit savoir se montrer exigeante avec eux. Elle doit définir des limites, être ferme s’ils sortent du cadre, et quand c’est nécessaire, les punir.

Telle est la condition d’une fraternité retrouvée.

Une fraternité d’exigence, et de bienveillance.

Je voudrais maintenant aborder un sujet important, source de nombreuses crispations parmi nos compatriotes : quelle doit-être la place de l’Islam en France ? L’Islam est-il compatible avec la République ? Et bien sachez que vous ne me verrez jamais aller sur ce terrain. Vous ne m’entendrez jamais commenter ou critiquer publiquement tel ou tel précepte religieux. Pour une raison très simple : le moteur de mon engagement politique n’est pas un livre saint, mais la France. Mon postulat est lipide : peu importe votre religion, peu importent les écrits de votre livre sacré, dès lors que vous respectez, sans réserve, les lois de la République. Et si vous ne les respectez pas, et bien vous serez jugé et puni.

Comme pour toutes les religions, ce n’est donc pas à la France de s’adapter à l’Islam, mais aux musulmans de France de respecter les lois de la France. Pour paraphraser la célèbre formule de Clermont-Tonnerre, prononcée à l’époque à propos des Juifs : la France doit tout accorder aux Musulmans en tant que citoyens français, mais tout refuser à l’Islam en tant qu’idéologie politique. Tout simplement.

La Loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat est à cet égard un cadeau de nos anciens. Ne cherchons pas à la remettre en cause. Cherchons encore moins à interférer dans des affaires religieuses. Seule compte la loi, la loi de la République française. Seul compte le projet collectif que nous devons construire ensemble.

Je sais ce chemin difficile. J’expliquais plus haut que «l’équilibre est un courage». A titre personnel, je m’efforce de demeurer sur cette ligne d’équilibre. Et cela malgré les critiques, les attaques, et les menaces que je reçois. Avec d’un côté, ceux qui me jugent comme «un traitre», «un vendu», «un arabe de service». Et de l’autre côté tous ceux qui rêveraient de me voir critiquer l’Islam et les Musulmans de France.

Aucun des deux camps ne parviendra à me faire dévier de mon chemin.

Je sais la chance que j’ai de vivre en France. Je sais la puissance et la force que représente cette épopée de 2000 ans d’histoire. J’assume les racines de la France, et je les fais miennes. Je sais aussi que la France est un pays en mouvement, qui ne se fige jamais ; une nation vivante qui s’est de tout temps enrichie et solidifiée grâce à l’apport de celles et de ceux qui l’ont rejoint parce qu’ils l’ont aimé. 

Le combat contre le fondamentalisme islamiste est une chose. Le combat pour l’avenir de la France en est une autre. Les deux sont liés. Sauf que l’un de ces combats est défensif, et que l’autre est offensif.

A la passivité, je préfère l’action.

Au désordre, je préfère l’ordre.

Au repli, je préfère la conquête.

A la peur, je préfère l'espérance.

 

Rafik Smati

Président Objectif France

http://www.objectif-france.org/

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires