En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 12 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 56 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 24 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 8 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 46 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 15 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 38 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 13 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 31 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 37 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 39 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 36 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 44 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 23 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 35 min
© ISSOUF SANOGO / AFP
Côte d'ivoire élection présidentielle
© ISSOUF SANOGO / AFP
Côte d'ivoire élection présidentielle
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

Publié le 22 octobre 2020
Malgré une validation du Conseil constitutionnel du pays, les opposants contestent à Alassane Ouattara, le président sortant, le droit de se présenter une troisième fois.
Nicolas Tenzer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Tenzer est chargé d’enseignement à Sciences Po Paris, spécialiste des questions internationales, ancien président de l’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFFIE), président fondateur du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré une validation du Conseil constitutionnel du pays, les opposants contestent à Alassane Ouattara, le président sortant, le droit de se présenter une troisième fois.

L’élection présidentielle fin octobre en Côte d’Ivoire paraît comme hantée par un passé douloureux.

Alors que, à la suite du décès brutal et prématuré en juillet du candidat du Rassemblement des républicains (RDR) Amadou Gon Coulibaly, le président sortant Alassane Ouattara s'est considéré dans l'obligation de se représenter et de briguer un troisième mandat, estimant nécessaire d’offrir une chance à son projet politique de perdurer, les ombres du passé jaillissent à nouveau sur un pays dont la présidentielle de 2010 avait provoqué des conflits sanglants causant la mort de plus de 3000 personnes.

Malgré une validation du Conseil constitutionnel du pays, les opposants contestent à Alassane Ouattara, le président sortant, le droit de se présenter une troisième fois. Son principal concurrent, l’ancien président (1993-1999) et jadis son allié, Henri Konan Bédié, appelle à la désobéissance civile. Il paraît aussi largement animé par des frustrations anciennes, en dépit d'une large participation des membres de son parti au gouvernement Ouattara. D’autres anciens opposants, l’ancien président Laurent Gbagbo, relaxé en première instance par la Cour pénale internationale, et l’ancien Premier ministre et chef rebelle, Guillaume Soro, l’un et l’autre en exil, sont, quant à eux, interdits de concourir en raison de condamnations par contumace et la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) vient de contester cette décision du Conseil constitutionnel ivoirien et de demander leur réintégration sur les listes électorales, créant à un mois du scrutin un nouvel élément d’incertitude.

Dans ce contexte explosif, des émeutes sporadiques ont éclaté faisant plus d’une dizaine de morts et le président français a fait part de son inquiétude au président ivoirien lors d’un déjeuner à Paris le 4 septembre dernier, déjeuner sur lequel de nombreuses spéculations sont apparues, notamment celle d’une demande de report de la présidentielle, afin de permettre aux personnalités ayant exercé ces fonctions par le passé, dont le président sortant, de se retirer. La France se refuse toutefois, à raison, de prendre parti dans cette élection malgré la demande des candidats d’opposition.

La jeunesse ivoirienne, au-delà de la diversité de ses opinions, en appelle à un renouvellement de la scène politique nationale, occupée par des personnalités de 86 ans (Bédié), 78 ans (Ouattara) et 75 ans (Gbagbo), dans un pays où 77% de la population a moins de 35 ans. Le renouvellement de la classe politique, des candidats à la présidentielle et des chefs de parti, est une priorité absolue si l’on entend qu’elle retrouve une légitimité. C’est également un enjeu majeur pour le président sortant, Alassane Ouattara, qui doit, s'il est réélu le 31 octobre, organiser de manière urgente sa « succession » afin de consolider les acquis de sa présidence – avant le décès subit d’Amadou Gon Coulibaly, on se souvient d’ailleurs qu’Alassane Ouattara s’était illustré par ses prises de position en faveur de l’émergence d’une « nouvelle génération ».

En effet, celui-ci n’a aucunement à rougir de ses résultats sur le plan économique et social. Depuis 2011, l’accès à l’eau de la population a bondi de 55 à 80% ; le taux d’électrification de 33 à 80% ; et les progrès sont aussi remarquables en termes de construction de routes, de scolarisation (scolarité obligatoire étendue à 16 ans au lieu de 6 ans) et d’accès à la couverture gratuite des soins. Malgré d’importantes disparités régionales et un taux de pauvreté qui reste important – ce que traduit un faible index de développement humain (IDH) ‑, le Trésor français relevait les transformations structurelles effectuées au cours de la dernière décennie, une croissance soutenue – avant la crise de la Covid-19 ‑ et une inflation faible.

Il considère que le principal défi est de faire de la Côte d’Ivoire une économie « plus inclusive ». Le FMI table même sur une croissance de 8,7% pour le pays en 2021, ce qui en ferait l’économie la plus dynamique de l’Afrique subsaharienne. Il reste certes encore d’importants défis à relever, comme le suggère la Banque mondiale, qui supposent une vision de long terme et un consensus pour conduire des réformes majeures, notamment dans le secteur agricole. Même si l’indice de perception de la corruption, mesuré par Transparency International, reste encore trop élevé, l’ONG a toutefois fait état de progrès notables depuis 2012. En matière de liberté de la presse, la Côte d’Ivoire a aussi progressé de la 96e place en 2013 à la 71e en 2019, selon Reporters sans Frontières.

Le retour à des troubles politiques graves, à une incertitude quant au gouvernement du pays et à une réapparition des rivalités passées, casserait la dynamique positive engagée mêlant recherche de réconciliation nationale et progrès économique et social. Nul ne peut – surtout pas l’auteur de ces lignes – dire aux Ivoiriens ce qu’ils doivent faire et pour qui ils doivent voter, ni comment ils doivent gérer les troubles liés à la préparation de la présidentielle du 31 octobre. Mais l’apaisement des tensions, le retour à un dialogue entre les forces politiques et la préparation sereine, de tous les côtés de l’échiquier politique, à une relève des générations sont des impératifs nationaux dans un pays qui ne manque pas de talents prometteurs.

Nicolas Tenzer, chargé d’enseignement à Sciences Po Paris, spécialiste des questions internationales, ancien président de l’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFFIE), président fondateur du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique (CERAP) et directeur de la publication et de la rédaction de la revue Le Banquet. Il est aussi l’auteur de trois rapports officiels au gouvernement, dont deux sur la stratégie internationale, et de 22 ouvrages, notamment de La crise africaine. Quelle politique de développement pour la France ? (avec F. Magnard), Paris, PUF, 1988, Philosophie politique, Paris, PUF, 1994 (2e ed. 1998), Quand la France disparaît du monde, Paris, Grasset, 2008, Le monde à l’horizon 2030. La règle et le désordre, Perrin, 2011, La France a besoin des autres, Plon, 2012, et Resisting Despair in Confrontational Times (avec R. Jahanbegloo, Har-Anand, 2019).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires