En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 6 min 12 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 39 min 35 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 47 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 41 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 9 min 59 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 43 min 35 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 25 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 51 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 13 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 54 min
© STR / AFP
Chine carbone environnement
© STR / AFP
Chine carbone environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

Publié le 20 octobre 2020
La Chine souhaite développer un projet ambitieux sur les questions environnementales. Les autorités chinoises ont l'intention d'atteindre la neutralité carbone en 2060.
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine souhaite développer un projet ambitieux sur les questions environnementales. Les autorités chinoises ont l'intention d'atteindre la neutralité carbone en 2060.

Les promesses climatiques n’engagent que ceux qui les croient aurait pu réécrire l’inimitable Charles Pasqua ! Après l’Europe qui s’engage à réduire ses émissions de GES de 55% à l’horizon 2030 puis d’accéder à la neutralité carbone à l’horizon 2050, voilà que la Chine promet elle aussi « sa neutralité carbone »…en 2060. L’enjeu est tellement pharaonique qu’on peut difficilement y croire d’autant que cet engagement de la « bientôt première économie mondiale » est assorti d’un amendement surprenant : selon les dires de son président Xi Jinping, les émissions chinoises continueront de croitre pour atteindre un pic en 2030 puis commenceront à baisser pour atteindre la neutralité carbone en 2060. Un agenda de 30 ans décalé de dix ans par rapport à celui de l‘Union Européenne. Les réalisations passées et présentes étant souvent des gages d’avenir, regardons plus en détails comment la position énergétique de la Chine a évolué au cours des dernières années.

Si en 2019, la Chine à émis 9,8 milliards de tonnes de CO2 soit plus de 28% des émissions mondiales, la croissance de ses émissions se sont ralenties de façon spectaculaire depuis 2010. Après une stagnation entre 2013 et 2017, elles sont toutefois reparties à la hausse au cours des deux dernières années. Il faudra donc au cours des prochaines années en scruter l’évolution.

Les émissions de la Chine proviennent essentiellement de sa consommation « gargantuesque » de charbon (pour l’électricité mais aussi le chauffage domestique) et de pétrole (pour les transports). Le gaz qui est pourtant l’énergie fossile la moins polluante est assez peu présent dans le mix chinois. Les fossiles représentaient en 2019 85% du mix chinois contre seulement 15% pour l’ensemble des énergies décarbonées (nucléaire + hydroélectricité + renouvelables). Mais surtout, la vitesse de décarbonation est extrêmement lente.

En 20 ans, la Chine a réduit sa part de fossiles de 9% soit moins de 0,5% par an. En suivant le même rythme de décarbonation au cours des 40 prochaines années, le mix chinois contiendrait encore 65% d’énergie fossiles en 2060. En supposant une évolution similaire au cours des dix prochaines années (soit 80% en 2030), un objectif zéro fossiles 2060 demanderait à la Chine de réduire son mix fossile de 2,6% par an. Bien sûr neutralité carbone ne veut pas dire zéro fossile, une partie du CO2 résiduel pouvant être compensé grâce au Carbon Capture Storage. Mais, même en réinjectant quelques milliards de tonnes par an, un objectif de réduction d’au moins 2% par an après 2030 paraît incontournable. Objectif chimérique ou crédible ?

Si la Chine est le cancre de la classe climatique, elle en même temps l’incontesté patron de la transition énergétique. Depuis 10 ans, elle a installé 175 GW de photovoltaïque (36% de la capacité mondiale), 210 GW d’éolien terrestre (34% de la capacité mondiale), 20 GW d’hydroélectricité (barrage des Trois Gorges) et a démarré en 2018/2019 les deux premiers réacteurs EPR mondiaux. L’Empire du Milieu est aussi leader mondial des batteries, des piles à combustibles, de la voiture électrique et pionnier de l’hydrogène dans la ville laboratoire de Shenzhen. SI cette course aussi spectaculaire qu’effrénée a permis à l’Empire du Milieu de réduire de façon spectaculaire la croissance de ses émissions, que lui manque-t-il pour inverser la tendance et atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2060 ?

La Chine souffre certes d’une intensité carbone[1] encore trop élevée par rapport à ses pairs (251 gCO2/kWh contre 190 pour les US et 174 pour l’Europe) mais surtout d’une intensité énergétique[2] (2,74 kWh/$) plus du double de celle des américains et des européens (1,24 kWh/$). Cette intensité énergétique élevée est une caractéristique systémique des pays émergents dont les sociétés industrielles sont très demandeuses mais aussi peu économes en énergie : véhicules mal entretenus, habitat mal isolé, processus industriels souvent obsolètes. Car derrière la vitrine technologique des grandes métropoles se cache une Chine rurale peu développée et donc très peu efficace en termes énergétiques. Et c’est peut-être là le frein principal aux engagement climatiques chinois.

L’intensité énergétique élevée de la Chine conjuguée à sa forte croissance caracolant entre 5% et 10% depuis plus de 20 ans en un ogre énergétique. Sa consommation toutes énergies confondues a été multipliée par plus de trois en 20 ans. Difficile dans ces conditions malgré une course effrénée aux renouvelables et au nucléaire de compenser des besoins énergétiques toujours plus importants.

Les objectifs climatiques de l’empire du milieu reposent donc essentiellement sur une réduction drastique de son intensité énergétique. En couplant cet objectif à sa stratégie actuelle et en développant massivement le CCUS pour ses inévitables émissions résiduelles elle pourra peut-être une nouvelle fois nous surprendre et faire d’un objectif à priori inatteignable une réalité chinoise.


[1] Emission moyenne du MWh.

[2] Quantité d’élergie requise pour produire un dollar de PIB

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires