En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 7 heures 32 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 10 heures 34 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 11 heures 25 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 14 heures 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 17 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 18 heures 3 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 18 heures 36 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 7 heures 57 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 10 heures 59 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 14 heures 27 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 15 heures 50 sec
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 16 heures 26 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 17 heures 2 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 17 heures 59 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 18 heures 55 min
© NICOLAS MAETERLINCK / Belga / AFP
© NICOLAS MAETERLINCK / Belga / AFP
Délitement

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

Publié le 18 octobre 2020
Dans "Osons l’autorité" (éditions de L’Observatoire), Thibault de Montbrial s'inquiète du délitement de la société française, fruit de quarante années durant lesquelles toutes les références structurelles et institutionnelles à l’autorité dans notre pays ont progressivement disparu.
Thibault de Montbrial
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault de Montbrial est avocat au barreau de Paris. Il a fondé son cabinet en 1998 et traite notamment de dossier d'ordre pénal. Il a été l'avocat de nombreuses personnalités telles que  Bruno Roussel, directeur sportif de l'équipe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Osons l’autorité" (éditions de L’Observatoire), Thibault de Montbrial s'inquiète du délitement de la société française, fruit de quarante années durant lesquelles toutes les références structurelles et institutionnelles à l’autorité dans notre pays ont progressivement disparu.

Atlantico : Vous publiez "Osons l’autorité" aux éditions de L’Observatoire. Comment expliquer le délitement de la société française et la situation actuelle évoquée dans votre livre ?

Thibault de Montbrial : Le délitement de la société française est le fruit d’une quarantaine d’années au cours desquelles progressivement, subrepticement toutes les références structurelles et institutionnelles à l’autorité dans notre pays ont glissé. Au début, cela n’était pas forcément spectaculaire. Mais très vite, le thème de l’autorité a été laissé en marge du débat public. Il est assez vite devenu l’apanage, tout à fait à tort, de la droite dite extrême. L’ensemble des partis politiques dits de gouvernement s’étant perdus dans une confusion tragique entre autorité et autoritarisme. L’autorité à laquelle moi j’appelle, c’est une autorité pour défendre notre système démocratique. Une fois le constat fait, je développe un certain nombre de propositions. La première d’entre elles, ce qui résume mon propos précédent, c’est tout simplement d’appliquer nos lois. Ce que je dénonce dans le livre, c’est qu’il y a un certain nombre de comportements auxquels aujourd’hui l’Etat n’a plus les moyens de s’opposer. Ces comportements entravent le bon fonctionnement de notre démocratie.

Comment réhabiliter l’autorité sans sombrer dans des dérives ou dans l’autoritarisme ?

Il s’agit de remettre l’église au centre du village. De rappeler que le fondement du pacte social c’est le vote de lois par le Parlement démocratiquement élu et leur application d’une part et d’autre part le fait que nos concitoyens puissent s’exprimer et épanouir leurs talents dans un cadre de sécurité. Aujourd’hui, des minorités violentes de toutes sortes prennent avantage de la fracture de notre corps social et de la faiblesse de notre Etat pour rôder comme des prédateurs autour d’une bête blessée et entravent de plus en plus le bon fonctionnement de la démocratie. Et par ailleurs, l’insécurité galopante et la violence, qui sont en train d’exploser dans notre pays, portent, par les troubles qu’elles génèrent, une atteinte insupportable à l’exercice des libertés, dont la sécurité est le socle préalable.

Quelles sont les solutions pour éviter la fracturation de notre société ? Des réformes sont-elles nécessaires ?

La première c’est d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. Il faut que l’Etat assume le fait que, la loi étant l’expression de la volonté populaire, cette volonté doit pouvoir se traduire dans les faits sans entrave une fois la loi votée.   

Il faut assumer d’appliquer la loi. La volonté populaire démocratiquement exprimée doit triompher. Il faut respecter notre Constitution. Il est nécessaire d’assumer la part de violence légitime qui permettra d’y parvenir.

Nous avons aujourd’hui un corps social qui est trop fracturé. Nous avons abandonné trop de champ pour qu’une reconquête se fasse sans qu’il y ait des heurts. C’est d’ailleurs toute la raison de l’impuissance de l’Etat notamment dans les banlieues, le fait que les commissariats puissent être attaqués sans que les émeutiers ne soient inquiétés. Il y a une forme de tétanie face aux conséquences. On a été tellement loin dans l’abandon de l’autorité que chacun craint l’engrenage de conséquences qu’aurait le rétablissement d’un ordre pourtant démocratiquement légitime.

Je pense que la démocratie a le droit de se défendre, évidemment dans le respect des règles de droit en ce qui concerne les interventions de la police et de la gendarmerie. Il faut assumer la force républicaine.

Certaines réformes sont également indispensables. Un certain nombre de choses doivent par exemple être simplifiées dans la justice : procédure, exécution des peines… Il faut des peines pas forcément plus sévères mais plus certaines. Les contrevenants doivent « sentir » la riposte de l’Etat.

Ainsi par exemple pour une petite infraction, 200 euros d’amende payés dans les quinze jours conduiront beaucoup plus le délinquant au respect de la puissance de l’Etat que quarante heures de TIG (Travail d’Intérêt Général) dix-huit mois plus tard.    

Je propose dans l’ouvrage de très nombreuses autres solutions concrètes.

Le corps social est tellement abîmé que la reconquête de l’ordre républicain prendra du temps. Cela implique deux conséquences.

D’abord, il est nécessaire de recréer une transcendance et un projet commun. Le vivre-ensemble est aujourd’hui devenu une incantation idéologique psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire.

Sans arrogance mais sans faiblesse, il faut rappeler ce que cela implique de vivre en France et d’être Français. C’est une aventure formidable. La France est un pays aux racines gréco-latines, de traditions judéo-chrétiennes. Nous avons quatre grandes valeurs cardinales qui nous différencient des gens qui veulent nous détruire, et en particulier les islamistes qui représentent pour moi le plus grand danger.

Ces quatre grandes valeurs sont l’égalité hommes-femmes, la liberté de croire ou de ne plus croire, la liberté d’aimer qui l’on veut et un mode de gouvernance démocratique avec une certaine bienveillance humaniste. C’est une vraie différence par rapport aux totalitarismes politiques ou politico-religieux.

Ensuite, il faut que notre République tienne. En effet, la reconstruction d’un projet commun va prendre du temps, entre une à deux générations. Dans l’intervalle, la République doit se montrer intransigeante envers les individus qui veulent la détruire et prendre toutes les mesures d’ordre sécuritaire et judiciaire pour entraver leurs projets.   

La stratégie du gouvernement va-t-elle dans le bons sens ? Après les tensions des Gilets jaunes, la lutte contre le séparatisme et le terrorisme qui est affichée avec le projet de loi en cours ou bien encore l’action de Gérald Darmanin et la nomination d’Eric Dupond-Moretti en tant que Garde des Sceaux sont-ils des signaux « encourageants » ? Face aux failles que vous dénoncez dans votre livre, qu’est-ce qui pourrait être fait ?

Je raconte dans mon livre le désastre de la gestion par Christophe Castaner et Nicole Belloubet des événements du printemps dernier au moment de l’exploitation en France du mouvement Black lives matter.

Le nouveau gouvernement semble avoir pris la mesure des tensions extrêmes qui existent dans notre pays et de l’augmentation de la violence. Le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre ont nommé les choses. L’utilisation par Gérald Darmanin du terme « ensauvagement » rend compte d’un double phénomène très inquiétant. D’abord une augmentation significative des violences et d’autre part une augmentation significative de l’ampleur de ces violences. Il y a eu très clairement un tournant dans la lucidité sur le constat. Ensuite, il y a eu le discours excellent du président Macron sur le séparatisme islamiste qui enfin décrit pour la première fois les choses telles qu’elles sont. Il faudra être attentif au contenu du projet de loi, mais aussi à la responsabilité du comportement des partis politiques qui prônent de longue date une certaine fermeté. Même si le texte ne s’avère pas parfait, il constituera nécessairement un pas dans la bonne direction et je ne comprendrais pas que les partis de droite ne le votent pas.

Pour en revenir au gouvernement, je constate avec quatre mois de recul que le « et en même temps » a hélas encore frappé. Malheureusement, le volontarisme affiché en matière régalienne est affaibli par la position du Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, qui n’a pas su quitter l’habit d’un avocat de la défense de talent pour prendre celui de l’avocat de la société.

La Justice est un acteur majeur en matière de sécurité. Ainsi, entendre systématiquement le Garde des Sceaux prendre le contrepied des positions de Gérald Darmanin nuit considérablement à la cohérence de la partition gouvernementale. Cette semaine encore à l’Elysée lors du rendez-vous, avec les syndicalistes policiers, il a posé le principe que la prison est à la fois criminogène et lieu de radicalisation. Ainsi, il sape dès le départ tout le discours qui tend à renforcer l’exercice de l’autorité. Il faut un ministre de la Justice qui soit au diapason du ministre de l’Intérieur.  

A lire aussi sur Atlantico, deux extraits de l'ouvrage :

L’inconscience de certains juges face au terrorisme

Restaurer l’autorité : priorité au régalien

Thibault de Montbrial publie "Osons l'autorité" aux éditions de L’Observatoire.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 19/10/2020 - 22:34
Et la France b...........!
La république c'est le régime politique de la France depuis 1873, auparavant, et depuis plus de 1000 ans ce fut une monarchie ,mâtinée d'empires, entrecoupée de républiques éphémères , voire d'état français!
Mais que je sache, sur les cartes on lit encore FRANCE et non RDF!
C'est parce que l'on confond le contenu et le contenant que la NATION se lézarde en attendant, à Dieu ne plaise, la RIF!
valencia77
- 19/10/2020 - 16:18
etat d'ame
Une population tellement contaminee par l'assistanat qelle prefere vivre esclave de sauvages. Donc elle a peure d'eliminer les socialistes par peure de perdre toute les formes d'assistance sociale et se mettre au travail. Les francais sont probblement foutus autrement ils seraient armes.
Loupdessteppes
- 19/10/2020 - 10:39
Ceux qui font l'apologie du vivre ensemble...
Et qui se barrent la queue entre les jambes dans leur résidences secondaires sur les côtes se planquer comme des lâches ; en laissant Paris en zone rouge puisqu'ils en ont décidé ainsi. Ces gens sont à vomir ! Mais ils n'échapperont pas à leur Karma..