En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 15 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 59 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 11 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 18 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 41 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 16 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 34 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 40 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 9 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 42 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 39 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 47 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 38 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
lits de réanimation hôpitaux coronavirus covid-19
© SEBASTIEN BOZON / AFP
lits de réanimation hôpitaux coronavirus covid-19
Lutte contre la Covid-19

France : ce qui se passe vraiment sur les lits de réanimation

Publié le 12 octobre 2020
Alors que le gouvernement continue de prendre des mesures de restriction pour ralentir l’épidémie de covid-19, qu’en est-il réellement du nombre de lits de réanimation disponibles dans nos hôpitaux ? Y-a-t-il suffisamment de personnel dans ces services pour faire face à une augmentation des hospitalisations dues au Covid ? Enfin, quelle est la situation d’une région à l’autre ?
Francis Mateo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Reporter, écrivain, acteur et grand voyageur... Francis Mateo est journaliste indépendant et auteur de nombreux récits de voyages à travers le monde sous forme de reportages ; il a également publié le livre « Mon associé Fidel Castro » (éd. Histoire d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le gouvernement continue de prendre des mesures de restriction pour ralentir l’épidémie de covid-19, qu’en est-il réellement du nombre de lits de réanimation disponibles dans nos hôpitaux ? Y-a-t-il suffisamment de personnel dans ces services pour faire face à une augmentation des hospitalisations dues au Covid ? Enfin, quelle est la situation d’une région à l’autre ?

Combien y-a-il de lits de réanimation en France ? Personne ne peut répondre avec précision à cette question en temps réel, et pour cause : il ne suffit pas d'additionner l'ensemble de ces lits, mais de prendre en compte leurs spécificités (traumatologie, hématologie, gastro-entérologie, chirurgie cardio-vasculaire, etc.) pour savoir s'ils peuvent être opérationnels en cas de pic d'épidémie. D'où la confusion sur les chiffres lors du confinement, qui avait pour objectif principal de réguler les capacités d’accueil des hôpitaux, et donc d’éviter la saturation des services de réanimation. Pour autant, selon le très officiel Répertoire Opérationnel des Ressources (ROR), près de 6.000 lits de réanimation étaient opérationnels à fin septembre dans les hôpitaux publics et privés de France, pour 5.432 lits recensés avant le début de l'épidémie (1).

Cette légère augmentation se justifie par l'aménagement de lits d’appoint afin d’accueillir les patients atteint du SARS-Cov-2 en état critique, mais sans exclure d'autres malades. Car il faut bien comprendre que la création de nouveaux lits de réanimation se fait sur le principe des vases communicants, donc au détriment d'autres lits. « L’augmentation du nombre de lits de réanimation pour les patients du Covid-19 doit être comprise dans cette logique de réorganisation, avec tous les efforts et toutes les contraintes que cela implique, notamment au niveau des règles d'hygiène », explique le Pr. Dominique Rossi, président de la commission médicale d'établissement de l'AP-HM (Assistance publique - Hôpitaux de Marseille).

Ce qui s'est traduit par la suspension de certaines unités de soins et le report d'interventions chirurgicales pendant le confinement à Marseille comme ailleurs, alors que la capacité d'accueil avait atteint le chiffre record de 7.027 lits de réanimation en France. Un paradoxe lourd de conséquences, notamment pour les personnes atteintes des pathologies chroniques telles que les maladies cardiaques, avec un risque important pour les patients qui ont décompensé chez eux pendant cette période de confinement.

Pourtant, l'assistance Publique des Hôpitaux de Paris a annoncé fin septembre qu'elle était à nouveau contrainte de déprogrammer certaines opérations chirurgicales, alors que la part des malades du Covid-19 atteignait 25% des lits de réanimation. Même situation au CHU de Toulouse, qui envisage de déprogrammer 20 % des actes ou hospitalisations prévus lorsqu’il n’y a pas de caractère d’urgence.

Impuissance et enfumage

De nouvelles menaces de congestion du système hospitalier inquiétantes, alors qu'on est à priori loin de la situation d'alerte du printemps dernier. Dans le même temps, le ministère de la Santé nous confirme que son « plan prévoit de pouvoir étendre la capacité de prise en réanimation pour les patients Covid-19 et non Covid-19, et de porter si nécessaire celle-ci à 12.000 lits de réanimation ». Mais cela ressemble plutôt à un plan... de communication. « On peut annoncer dix ou quinze mille lits supplémentaires, mais la réalité, c'est que nous avons aujourd'hui à disposition certains lits de réanimation que nous ne pouvons même pas utiliser en pleine période de saturation parce que nous n’avons pas assez de personnel soignant », confirme le Dr. Étienne Fourquet, président du Syndicat national des anesthésistes réanimateurs de France. « L'augmentation sensible du nombre de lits de réanimation n'est même pas rationnelle ; ce serait comme aménager des autoroutes à douze voies pour réduire les accidents automobiles. Il s'agirait plutôt de pouvoir disposer d'une marge pour répondre aux afflux massifs, sur le concept des lits de réanimation éphémères, en faisant d'abord de gros efforts de formation ».

Les annonces du ministère de la santé s’apparenteraient donc davantage à une mystification face à l’incapacité de donner à l’hôpital public les moyens nécessaires pour une bonne gestion des lits de réanimation.

Un enfumage qui escamote deux grands problèmes structurels. D'abord le déséquilibre régional de l'offre de lits de réanimation. Ainsi, pour des raisons de concentrations démographiques, les régions lyonnaise et parisienne sont plutôt mieux dotées : 9 lits/100 000 habitants par exemple en Île-de-France contre 4 lits/100 000 habitants dans les Pays de la Loire. Un déséquilibre doublé d'une injustice, puisque le niveau d’alerte maximale (et ses conséquences) s’applique dans toute la France selon le même critère, c'est à dire lorsque plus de 30 % des lits de réanimation d’une région sont occupés par des patients atteints du Covid-19.

Ensuite, l'autre grand problème concerne la répartition par établissements de ces lits de réanimation, quasi-exclusivement à la charge de l'hôpital public, puisque le secteur privé représente à peine 10% de l'offre. Pour une raison bien simple : l'absence de rentabilité. Toutes les réanimations sont en effet déficitaires en France (pour un coût par patient pouvant atteindre 8.000 € par jour).

Les cliniques privées s'en désintéresseraient donc, et les directeurs d'hôpitaux rechigneraient à revaloriser leurs besoins en lits de réanimation. Une réalité sans doute trop difficile à dire pour le ministère de la Santé qui semble vivre d'espoir et de promesses.

(1) D'après le recensement de la Direction de la Recherche, des Études et l’Évaluation et des Statistiques (DRESS) au 31 décembre 2018

Enquête de Francis Mateo (avec Marie Corcelle) pour Global Geo News, en partenariat avec Atlantico 

Cet article a été publié initialement sur le site de Global Geo News : cliquez ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 12/10/2020 - 14:24
JBL
Je suppose que les militaires prennent le médicament surtout contre le palu, dans les zones sans trop de résistances. Pour le Covid, je ne connais pas d'étude concluante mais peut-être par ignorance attestant de l'efficacité de l'hydroxychloroquine en prévention et Raoult n'en parle pas. Pour une grande majorité de la population, le risque Covid est si faible qu'on ne peut pas imaginer donner un tel traitement quand-même majeur, et à quelle dose? Je sais qu'on a essayé 600 mg sur des personnels soignants, et la tolérance n'est pas garantie. Chez les sujets à risque, qui sont aussi ceux le plus susceptibles d'avoir des contre-indications ou des intolérances importantes, on ne peut pas le faire sans preuve ni surveillance, certes simple mais plusieurs millions de personnes sont concernées ça fait du pain sur la planche (suivi de l'ECG notamment...). Certaines sources disent que les patients traités par Plaquenil 600 mg en rhumatologie auraient moins souffert du Covid. Effet du traitement ou d'une meilleure protection par les gestes barrière?
JBL
- 12/10/2020 - 12:52
Question, sans doute stupide !!!
Pourquoi ne donne t-on pas, en prévention avant tout symptome, à toute la population, de façon journalière, de l'hydroxychloroquine, comme le font les militaires qui partent en opération ?
gerint
- 12/10/2020 - 10:55
Il n'y a pas le feu partout, loin de là
Dans ma ville il y a 8 lits de réanimation publics (zéro privé). En tout il y a eu 7 entrées Covid il y a un peu plus de 15 jours (pas tous en réa) à peu près en même temps mais depuis une dizaine de jours il n'y en a plus du tout. Il reste un malade intubé en réa. Pendant la crise aigüe du printemps, il n'y avait guère eu plus de patients sauf qu'ils venaient de Paris et que cette fois ce sont des locaux revenus de vacances qui sont tombés malades. Et il faut se rappeler que les soins en amont depuis qu'on a castré les médecins généralistes ne se font toujours pas correctement à mon avis, sinon on aurait sans doute moins besoin de lits d'hospitalisation normale et de réa. Pour moi in ne soigne toujours pas assez correctement les patients au début des symptômes en France. Et sans doute pas qu'en France.,