En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 8 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 12 heures 1 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 12 heures 56 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 13 heures 41 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 16 heures 55 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 8 heures 22 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 12 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 13 heures 17 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 13 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 18 heures 8 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 20 heures 1 min
© capture d'écran Youtube / France 2
Colonisation documentaire France 2
© capture d'écran Youtube / France 2
Colonisation documentaire France 2
"Décolonisation : du sang et des larmes"

Le cours magistral de France 2 sur la décolonisation (ou le décolonialisme…?)

Publié le 08 octobre 2020
Le documentaire "Décolonisation: du sang et des larmes" a été diffusé ce mardi 6 octobre sur France 2. Jean-Paul Gourévitch revient sur ce documentaire.
Jean-Paul Gourévitch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Gourévitch est depuis 1987 consultant international sur l'Afrique, les migrations et l'islamisme radical. Il a enseigné à l'Université Paris XII Créteil. Écrivain, essayiste et formateur il est également spécialiste de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le documentaire "Décolonisation: du sang et des larmes" a été diffusé ce mardi 6 octobre sur France 2. Jean-Paul Gourévitch revient sur ce documentaire.

Le contexte

La décolonisation est un sujet ardu, encore douloureux pour beaucoup de résidents en France, au Maghreb et en Afrique subsaharienne et pour leurs descendants, et qu’il faut essayer de traiter sans parti pris mais avec précision, prudence, et critique des faits et des  témoignages. Ainsi la chaîne France 2 proposait-elle en prime time le 7 octobre une « soirée  décolonisations », sous-titrée « du sang et des larmes », à partir d’un documentaire en deux parties conçu par Pascal Blanchard, raconté par Lucien Jean-Baptiste  et réalisé par David Kom-Brzoza et suivi d’un débat qui se tenait dans les locaux du Musée national de l’histoire de l’immigration. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en prétendant travailler à la convergence des mémoires, elle a contribué,  au nom d’une doxa décoloniale,  à dresser une partie de ses téléspectateurs contre l’autre.

Un acte d’accusation 

Je ne discuterai ici ni la véritable qualité des images souvent recolorisées,  ni l’intelligence  du film qui montre qu'on peut être militant et savoir bien raconter une histoire. Il n’en est que plus dangereux. 
Le choix de Pascal Blanchard n’est pas neutre. C’est un historien prolifique, spécialiste des cultures coloniales et post-coloniales  et de l’immigration, et aussi directeur d’agence de communication, concepteur d’expositions et de films, très présent dans les medias. Ses positions sur la mémoire et son statut de chercheur du CNRS ont largement fait polémique. En lui confiant cette soirée, France 2 savait à quoi elle s’engageait. Dès les premières images du film,  l’exposition internationale de 1931,  « où on sert aux Français l’histoire qu’ils ont envie d’entendre »,  le procureur Blanchard ne  mâche pas ses mots : « une des pages les plus sombres de notre histoire », « aveuglement de la République », « on asservit plutôt qu’on civilise », « des massacres passés sous silence pendant un demi- siècle », « ils n’ont pas le droit de voter mais le droit de mourir »… 

Des témoins à charge

Personne n’est là pour mettre en doute ces vérités assénées. Le choix des témoins qui s’expriment dans le film conforte l’accusation ; des combattants du FLN et du Vietminh, des franco-algériens, franco-ivoiriens, franco-camerounais qui déclinent leur ressentiment contre la France, et des vedettes  de la gauche politique, Lilian Thuram, Audrey Pulvar, Manu Dibango, la militante « décoloniale » Françoise Vergès et l’historien de l’UPC Achille Mbembe,  plus Zohra Drif, une des deux poseuses de bombes du Milk Bar d’Alger en septembre 1956 ( 5 morts   60 blessés). Pour laisser croire que la balance est égale, outre l’incontournable Geneviève de Galard, l’infirmière de Dien-Bien-Phu, quatre français sont interrogés. Ils reconnaissent qu’ils étaient partis « chercher l’aventure en Indochine », que leurs grands parents n’avaient pas compris où tournait « le  vent de l’histoire », qu’ils n’ont pas imaginé que les femmes algériennes remises à l’armée française seraient torturées. Repentance repentance.   

Des images « parlantes » contre des mots creux

Intelligemment, le film ne passe pas sous silence les massacres commis par les adversaires de la France car les  historiens le leur reprocheraient. L’insurrection de Sétif (« parce qu’un policier a abattu un jeune algérien »), la Toussaint rouge, les massacres de harkis et d’Européens après l’indépendance, sont mentionnés mais pas montrés dans leur horreur alors que la caméra s’attarde sur les soldats français abattant froidement de « présumés terroristes ». 

Mieux,  la répression de Moramanga de 1947 , « l’Oradour malgache »,  consécutive à l’insurrection de l’ « ile Rouge » qui « n’a jamais mieux mérité son nom » , est mise en perspective avec  la signature par la France de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme. Montage dévastateur. En paroles, la France est droitdel’hommiste. En fait, c’est une criminelle. Cette anathématisation perpétuelle finit par susciter des questions. Oui, la France a torturé et tué des prisonniers. Mais quid de ceux capturés à Dien-Bien-Phu ou par le FLN ?

Les manipulations du film sont multiples. On n’apprend  que des Indochinois  et des harkis combattaient dans les rangs de l’armée française qu’au moment où  ils cherchent à quitter leur pays. Des événements  sont transformés en symboles : le massacre des anciens combattants sénégalais à  Thiaroye(1944), le bombardement de Damas par l’aviation française (1945), celui d’Haïphong (1946), l’assassinat du leader de l’Union des Populations du  Cameroun Ruben Um Nyobé (1958). Le film n’hésite pas à  faire parler les absents et les morts :  « Dans le secret des cœurs, les peuples colonisés réclament leur dû ». L’objectif poursuivi est de condamner la France à la repentance ou à la réparation.   

Un débat à sens unique

Le débat qui suivait la projection aurait pu permettre un rééquilibrage  des faits. Que nenni ! Les  deux films ont été encensés par des invités judicieusement choisis. Sous le magistère de Julian Bugier, qui ne « recevra jamais Eric Zemmour   ni Alain Finkielkraut sur son plateau »,  des politiques de gauche (Benjamin Stora, Koffi Yamgnane) et des écrivains (la franco-marocaine Leïla Slimani, la camerounaise Leonora Miano  qui plaide pour l’afropéanisation, la philosophe universaliste Nadia Yala Kisukidi) ont échangé des propos convenus sur l’antiracisme. La colonisation est fille de l’esclavage. Le  président Macron est coupable d’avoir reculé sur  sa dénonciation comme « crime contre l’humanité ».  Dieu merci, les « poussières restantes de l’Empire colonial » (Antilles, Réunion, Polynésie) accèderont bientôt à l’indépendance comme l’ont déjà fait les Comores, Djibouti  et les Nouvelles Hébrides. La Nouvelle Calédonie aussi puisque « les revendications indépendantistes progressent ». Les statues ne seront pas déboulonnées mais recontextualisées. Il faut combattre   « la pratique coloniale de gestion des populations en France »…

Désinformation, j’écris ton nom !

Comme l’a dit Zohra Drif , « un coup de gomme n’efface pas l’histoire ». Celle de la décolonisation et de ses drames est un long chemin de croix à parcourir où les torts ne sont pas que d’un seul côté. Raison de plus pour que les historiens cherchent à éclairer les zones d’ombre et non à avaliser un récit émotionnel et culpabilisant.  

Jean-Paul Gourévitch est consultant international sur l’Afrique et les migrations. Il a travaillé 26 ans en Afrique et  depuis 10 ans  avec les diasporas africaines présentes en France. Il vient de publier chez l’Harmattan La France en Afrique 1520-2020 vérités et mensonges.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 10/10/2020 - 09:46
Surprenant!
Et tout cela avec l'argent du contribuable.
cloette
- 09/10/2020 - 18:53
On peut faire dire ce que l'on veut à un tel documentaire .
La colonisation n'a été ni rose ni noire , elle a duré en moyenne 100 ans dans les colonies, avec une vie pour tous qui s'était installée, il y eut échanges dans tous les sens du terme .
jurgio
- 09/10/2020 - 17:56
Écartez-vous !
...je rends !