En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 15 min 13 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 7 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 19 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 39 min 58 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 42 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 10 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 45 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 37 min
L’âge terrible

Une équipe multidisciplinaire découvre les secrets du sommeil des enfants de 3 ans

Publié le 04 octobre 2020
Une équipe multidisciplinaire de chercheurs a identifié une période de la petite enfance durant laquelle les enfants subissent une baisse importante du sommeil paradoxal. Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans la revue Science Advances. Le sommeil évoluerait, chez les enfants de 2 et 3 ans.
Dr. Raïssa Brulé-Pépin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Raïssa Brulé-Pépin est pédiatre. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une équipe multidisciplinaire de chercheurs a identifié une période de la petite enfance durant laquelle les enfants subissent une baisse importante du sommeil paradoxal. Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans la revue Science Advances. Le sommeil évoluerait, chez les enfants de 2 et 3 ans.

Atlantico : Comment expliquer cette évolution du cycle du sommeil chez les enfants à cet âge-là ? Que nous révèle cette étude sur le secret du sommeil des enfants en bas âge ? Comment expliquer cette phase de transition ?

Dr. Raïssa Brulé-Pépin : On a longtemps parlé de plasticité cérébrale. On le sait depuis longtemps. On l’a observé. On l’a étudié. On sait qu’il y a une neuroplasticité chez les enfants. On s’est appuyé sur des études qui concernaient les enfants qui avaient été cérébraux lésés, des enfants qui avaient subi des traumatismes crâniens  ou des enfants qui font des AVC dès la naissance ou qui ont des hypoxies sévères chez qui on avait des IRM pathologiques. On sait qu’il peut y avoir des phénomènes oxydatifs  qui peuvent se produire bien après les liaisons initiales. C’est la raison pour laquelle on ne fait pratiquement plus d’IRM chez les tous petits, chez les prématurés par exemple pour essayer de savoir le pronostic. Des surprises ont été constatées. Des IRM étaient très pathologiques avec des enfants qui finalement avaient un développement plutôt rassurant. Et à l’inverse, on avait des IRM qui étaient relativement rassurantes au départ avec des enfants qui n’évoluaient pas bien. On sait donc depuis longtemps qu’il y a des choses qui nous échappent. On a mis ça sur le compte de processus oxydatifs qui font que l’évolution neuronale est un peu inconnue. On attend le plus souvent deux ou trois ans pour faire l’imagerie et conclure.

Pour faire un parallèle avec le sommeil, il y a l’organisation du sommeil qui est particulière chez les petits.  Ils ont des phases de sommeil très importantes. On sait que ce sont des phases qui permettent la reconstruction, la régénération. On a étudié ça chez les prématurés. C’est eux qui avaient le sommeil le plus perturbé. Un prématuré qui passe les premiers mois de sa vie en couveuse ou en réanimation, avant que l’on développe certaines techniques qui permettaient de diminuer toutes les nuisances sonores et lumineuses qui pouvaient perturber le sommeil, avant de faire cela, on avait des enfants qui dormaient pratiquement jamais. Ils étaient en couveuse, ils étaient en respiration artificielle. Comme ils avaient des soins qui se multipliaient au cours de la journée, on ne respectait jamais leur phase de sommeil. Ces enfants-là ont eu un développement très perturbé par la suite. C’est assez compliqué car c’est multifactoriel. Un enfant surstimulé ne va pas régénérer au niveau cérébral de la même façon qu’un enfant pour lequel les phases de sommeil vont être respectées. C’est assez compliqué parce qu’il y avait plusieurs facteurs : les facteurs familiaux, les facteurs environnementaux, les facteurs infectieux… Tout cela rentrait en ligne de compte, On a eu du mal à faire la part des choses. On sait que le sommeil est important. On essaye de respecter maintenant le sommeil des prématurés.

Par rapport à la vie anténatale, on sait que le fœtus dort. Les phases de sommeil commencent à se dessiner dès 24 – 25 semaines (cinq à cinq mois et demi de grossesse).

Ce qui est intéressant dans cette étude-là, c’est qu’en fait ils vont plus loin que la plasticité cérébrale. Ils essaient de définir en quoi le sommeil paradoxal peut être bénéfique et peut entrer en ligne de compte. L’idée est que le sommeil non paradoxal serait peut-être plus important pour le maintien de l’activité cérébrale et la construction cérébrale que finalement la neuroplasticité.

Cela sous-entend qu’au-delà de la plasticité cérébrale en tant que telle, le respect des phases de sommeil, le respect du sommeil non paradoxal serait peut-être plus important chez les enfants en particulier après trois ans. Cela permettrait de consolider ce qui a été créé avant.

Des échanges métaboliques ont été mesurés au niveau du cortex cérébral. Il y a encore des choses à explorer.  

Atlantico : Quels sont les principaux bienfaits du sommeil pour les jeunes enfants, autour de l'âge de trois ans ? Les résultats de cette étude pourraient-ils mieux nous faire comprendre l'importance du sommeil pour les enfants en bas âge ? Les parents peuvent-ils tirer des enseignements de cette étude pour aider les tous petits à bien dormir ?

Dr. Raïssa Brulé-Pépin : On a toujours le vieil adage populaire qui dit « qui dort dîne ». C’est extrêmement vrai chez l’enfant. Pourquoi  ? C’est pendant le sommeil que le taux d’hormone de croissance est le plus élevé. C’est pendant les phases de sommeil que cette hormone de croissance est sécrétée. Un enfant qui serait privé de sommeil ou qui aurait un sommeil très perturbé pourrait avoir des soucis de croissance.

On discute actuellement autour des stimulations des enfants, du non-respect des phases de calme et tout ce qui tourne autour des écrans. « Pas d’écran avant trois ans » car cela altère fortement le fonctionnement neuronal. 

Le conseil que l’on peut donner aux parents serait de respecter au maximum le sommeil des enfants et les cycles de sommeil. Les parents ont tendance à coucher les enfants un peu trop tard. 

Le sommeil fonctionne vraiment par cycles chez les enfants. Une fois qu’ils ratent leur phase d’endormissement, ils sont obligés d’attendre une heure, deux heures, deux heures et demie pour retrouver un nouveau cycle de sommeil et pour retrouver une phase d’endormissement pour accéder au sommeil profond. C’est ainsi que certains enfants, s’ils ne sont pas couchés à 19h30 peuvent rester éveillés jusqu’à 23 heures, minuit car ils ne retrouvent pas le sommeil. On a beaucoup de troubles du sommeil chez l’enfant. Peut-être un peu plus qu’avant. Des travaux sont en cours également autour de la mélatonine. On parle beaucoup de la mélatonine, c’est l’hormone de l’endormissement. Il s’agit de l’hormone que l’on sécrète quand le jour tombe, quand la nuit arrive et qui nous permet de nous endormir. C’est pour cela que lorsqu’on vit un décalage horaire, c’est compliqué. Le jour et la nuit sont importants dans l’endormissement après trois ans. Chez les plus petits, ce n’est pas vrai.  Les recherches ont débuté, sur les enfants cérébro lésés, les enfants qui ont une encéphalopathie, une atteinte cérébrale dûe à une hypoxie à la naissance, une maladie génétique, une maladie neurologique, ce sont généralement des enfants qui ne dorment pas, qui n’arrivent pas à s’endormir. On les traite par mélatonine. Ce phénomène a été étendu également chez les enfants qui à priori n’ont pas de dommages cérébraux mais qui ont probablement un trouble de la sécrétion de la mélatonine. On commence à le prescrire un peu plus qu’avant à des enfants qui ont des gros troubles d’endormissement. 

Pour en revenir aux phases de sommeil, par rapport au jour et à la nuit, il faut bien respecter l’alternance jour/ nuit après trois ans. 

Cependant, il faut bien comprendre que le sommeil d’un bébé n’est pas du tout le même qu’un enfant de trois ans. Un bébé va avoir un rythme que l’on appelle ultradien alors qu’un enfant va avoir un rythme comme nous, circadien, c’est-à-dire jour / nuit. Le rythme ultradien du bébé consiste à dormir deux heures, à se réveiller, à dormir deux heures à nouveau puis il se réveille encore. C’est ce qui explique que les bébés, que vous fassiez le jour ou la nuit, vont crier de 20h à minuit.. C’est les cris du soir du bébé. C’est pour cela que l’on dit qu’ils ne "font pas leurs nuits avant trois mois". En fait, physiologiquement, ils n’ont pas de rythme circadien avant trois mois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires