En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 5 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 13 heures 42 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 13 heures 54 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 14 heures 54 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 46 sec
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 17 heures 46 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 17 heures 46 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 10 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 13 heures 45 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 14 heures 23 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 15 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 16 heures 50 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 17 heures 46 min
© OZAN KOSE / AFP
Azerbaïdjan Turquie Haut-Karabakh Arménie
© OZAN KOSE / AFP
Azerbaïdjan Turquie Haut-Karabakh Arménie
Conflit

Au Haut-Karabakh, la Turquie joue avec le feu

Publié le 04 octobre 2020
Après la Syrie, la Libye et la Méditerranée orientale, la Turquie poursuivra-t-elle son ingérence militaire au Haut-Karabakh ? C'est ce que la France et la Russie semblent craindre, alors que les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au cœur de cette région ont basculé depuis une semaine dans une série d'affrontements à la violence croissante.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la Syrie, la Libye et la Méditerranée orientale, la Turquie poursuivra-t-elle son ingérence militaire au Haut-Karabakh ? C'est ce que la France et la Russie semblent craindre, alors que les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au cœur de cette région ont basculé depuis une semaine dans une série d'affrontements à la violence croissante.

En vingt-six ans, les deux pays ne sont en effet toujours pas parvenus à s'accorder sur la situation de ce territoire autoproclamé indépendant en 1991, une autonomie que l'Arménie soutient et que l'Azerbaïdjan conteste. Mettant un terme à trois ans de guerre qui ont fait 30 000 morts, le cessez-le-feu signé en 1994 sous l'égide du groupe de Minsk (Etats-Unis, France et Russie) n'avait cependant établi qu'une paix incertaine, dépossédant l'Azerbaïdjan de 13% de son territoire autour du Haut-Karabakh au profit d'Erevan, considérée comme légitime pour administrer un territoire majoritairement peuplé d'Arméniens. Depuis 2016, aucun heurt violent majeur n'avait été à déplorer. 

Mais en juillet dernier, le « conflit gelé » avait déjà connu un premier regain de tensions très inquiétant. A la suite de bombardements à la frontière nord entre les deux ex-républiques soviétiques, les deux pays s'étaient mutuellement rejetés la responsabilité du déclenchement des hostilités. Les combats incessants que se livrent l'Azerbaïdjan et l'Arménie depuis le 26 septembre démontrent la volonté de Bakou de poursuivre cette dynamique belliciste pour régler, semble-t-il, le différend territorial une fois pour toutes, et par la force. L'offensive azérie apparaît comme la plus ambitieuse depuis la fin de la guerre en 1994, et vise en priorité la reconquête des territoires entourant le Haut-Karabakh. 

En outre, l'implication de trois puissances extérieures laisse présager une internationalisation du conflit. 

Liée depuis 2011 par des intérêts énergétiques, notamment l'exploitation du gazoduc Trans-anatolien qui doit acheminer du gaz de la Mer Caspienne jusqu'en Europe en passant par la Turquie, et par sa propre inimité envers l'Arménie pour des raisons historiques et culturelles que nul n'ignore, Ankara apporte un soutien militaire et politique sans faille à l'Azerbaïdjan. 

Tout en affichant un soutien officiel à Bakou, l'un des meilleurs clients de son secteur militaro-industriel, la Russie joue sur les deux tableaux en apportant également son aide à Erevan, qui a fondé avec elle l'Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC) en 2002 et accueille une base militaire russe sur son territoire. Maîtrisant parfaitement l'instrumentalisation des conflits gelés de son « étranger proche », la Russie vise avant tout à préserver son influence dans la région et à s'attacher ses anciens satellites de l'Union soviétique.

A plus d'un titre, l'Iran enfin est directement concerné par ce conflit dans lequel il a toujours conservé officiellement une certaine neutralité. Les Azéris constituent en effet la deuxième plus importante communauté d'Iran, après les Persans, vivant principalement dans le nord-ouest du pays, précisément près d'une frontière qui touche l'Azerbaïdjan, la Turquie et l'Arménie, et le cœur du Haut-Karabakh. Tenant une difficile position d'équilibriste, Téhéran reconnaît à la fois le droit de l'Azerbaïdjan d'administrer la province indépendantiste... et la position, contraire, de l'Arménie, et s'est même proposé plusieurs fois comme médiateur du conflit. En réalité, l'Iran apporte un soutien logistique et militaire discret, mais bien réel, à Erevan depuis 2016, à la grande exaspération de l'Azerbaïdjan qui le dénonce régulièrement. Considéré comme un médiateur manquant de fiabilité, l'Iran ne peut pourtant pas se permettre de rester à l'écart d'un conflit où il entretient d'importants liens économiques avec les deux belligérants. 

Allié à la fois de la Russie et de l'Iran, Erdogan semble pourtant décidé à poursuivre son hyperactivité militaire à l'étranger, à la fois pour distraire l'opinion turque de ses échecs à domicile – en premier lieu de la crise économique qu'il ne parvient pas à résorber – et pour satisfaire les nationalistes. Réveiller le ressentiment turc contre l'Arménie n'est, à ce titre, guère difficile, tant celui-ci ne demande qu'à l'être. 

Pourtant, au début de l'intensification des heurts fin septembre, Ankara a d'abord semblé s'en tenir à des déclarations en faveur de Bakou, certes fermes puisqu'elles conditionnent un cessez-le-feu au retrait des forces arméniennes du Haut-Karabakh, mais strictement diplomatiques. La présence aux côtés des forces azéries de combattants syriens pro-Ankara, qui avaient déjà « officié » en Libye et dans le Kurdistan syrien, a été rapidement dénoncée par Paris et Moscou et confirme bel et bien que la Turquie a décidé de s'emparer de ce nouveau conflit pour asseoir sa domination régionale. C'est une entorse de plus à l'engagement qui la lie à l'OTAN, ce que n'a pas manqué de souligner Emmanuel Macron pour appeler une nouvelle fois ses alliés au sein de l'organisation à se saisir du « problème turc », qui atteint désormais des proportions inouïes. A raison, le groupe de Minsk, la France et la Russie en tête, craint cette fois un basculement dans une nouvelle guerre. Les trois présidents du groupe ont ainsi appelé les dirigeants des deux pays à reprendre les négociations sous l'égide de l'OSCE. 

L'activisme turc pourrait également susciter des inquiétudes en Iran, qui redoute de longue date une unification de toutes les populations azéries sous la bannière d'un grand Azerbaïdjan, et donc la sécession d'une partie de son territoire. Les manifestations spontanées dans les villes de Tabriz, Urmia et Téhéran en faveur de l'Azerbaïdjan en juillet, nourries par plusieurs années de discrimination contre les Azéris iraniens de la part du régime, l'ont d'ailleurs suffisamment inquiété pour que le président Hassan Rohani se soit empressé de rappeler la légitimité de Bakou à administrer le Haut-Karabakh. Néanmoins, c'est faire peu de cas de la notion d'iranité, ce patrimoine linguistique, culturel et historique commun qui dépasse les appartenances ethniques et constitue sans doute le plus puissant ciment de l'unité iranienne. Il n'en reste pas moins vrai qu'un nouveau conflit dans une région déjà sous haute tension serait une très mauvaise nouvelle pour l'Iran, tant d'un point de vue politique qu'économique. 

Il apparaît en revanche très clairement que les deux principaux acteurs du conflit sont plus déterminés à en découdre qu'enclins à résoudre le conflit par la voie diplomatique. Si l'Arménie a rapidement fait savoir qu'elle acceptait les discussions avec le groupe de médiation, elle mobilise également ses troupes de réservistes pour la première fois depuis 1991. L'Azerbaïdjan poursuit la même logique. Dans les deux pays, c'est une communication pro-guerre qui occupe l'essentiel des médias et des réseaux sociaux, tandis qu'en Azerbaïdjan, la propagande anti-arménienne atteint son paroxysme. Pour les uns comme pour les autres, le Haut-Karabakh est devenu une question de souveraineté et d'identité qui ne semble pouvoir trouver d'issue que dans la guerre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires