En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 6 heures 52 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 8 heures 53 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 25 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 11 heures 49 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 22 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 11 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 16 heures 55 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 31 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 9 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 13 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 11 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 15 heures 54 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 16 heures 59 min
© BERTRAND GUAY / AFP
Bruno Le Maire économie industrie
© BERTRAND GUAY / AFP
Bruno Le Maire économie industrie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

Publié le 29 septembre 2020
Alors que les difficultés s'accumulent, liées au dossier de l'usine Bridgestone de Béthune et suite à l'impact économique de la crise sanitaire, la question du renforcement de la compétitivité de la France est essentielle.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les difficultés s'accumulent, liées au dossier de l'usine Bridgestone de Béthune et suite à l'impact économique de la crise sanitaire, la question du renforcement de la compétitivité de la France est essentielle.

En fait de compétitivité de la France, les mauvaises nouvelles s’accumulent. Au plan microéconomique, la fermeture brutale de l’usine Bridgestone à Béthune n’est sans doute que la première d’une litanie de sites industriels qui risquent de fermer dans les mois à venir. Au plan macroéconomique, l’institut Rexecode anticipe pour sa part un déficit extérieur de 68 milliards d’euros en 2020 (dix milliards de plus qu’en 2020), dans un contexte marqué certes par la gravité de la crise économique, mais également par une facture pétrolière considérablement diminuée par le choc pétrolier.

C’est peu dire, dans un tel contexte, combien la question du renforcement de la compétitivité de la France est essentielle, pas seulement pour nous-mêmes, mais également en termes de soutenabilité de la zone euro. La question de la force de nos entreprises est bien sûr au cœur du sujet. Ainsi Véolia, au soutien de sa proposition de fusion avec Suez, a placé cet argument en première ligne : face à une concurrence internationale exacerbée, en particulier de la part d’acteurs chinois, il est essentiel pour la compétitivité française que notre pays dispose d’un géant de l’économie verte. Si l’intention est louable, qu’il soit permis d’y apporter quelques objections. 

D’abord, il y a la question de l’opportunité et de la durée. Comme toute l’économie, Suez et Véolia sont frappés par une crise d’une puissance inégalée de mémoire de paix. Elles ont déjà consacré, et doivent consacrer des efforts majeurs à faire face à cette crise. Est-il, dans un tel contexte, raisonnable de se lancer dans une opération de rapprochement, par définition extrêmement complexe, longue notamment au regard des questions de concurrence qu’elle soulève et du temps que les autorités européennes compétentes nécessiteront, et surtout hostile ? On peut en douter.

Ensuite, bien au-delà de l’affaire en question, se trouve posée la question de ce qui fait la réussite à l’export. Une réponse trop souvent avancée est : la taille. La réalité est autre. Ce qui fait la capacité à remporter des contrats à l’export, c’est en réalité la conjugaison de deux éléments. Le premier, comme nos voisins allemands le comprennent mieux que nous – leurs résultats en termes de commerce extérieur s’en ressentent - c’est une concurrence âpre mais saine entre des acteurs nationaux sur leur marché local, qui les rend dans un second temps beaucoup plus à même de présenter des offres de meilleure qualité et/ou de moindre coût à l’export. Or, en l’espèce, il est difficilement contestable que Suez et Véolia se font bien une forte concurrence, en particulier en France, leur marché historique. La suppression de l’aiguillon concurrentiel nuira immanquablement à la qualité des offres faites. Le second, c’est, quand cela est nécessaire, un soutien intelligent et déterminé des autorités publiques.

Enfin, et surtout, le caractère hostile d’un tel rapprochement, soutenu par l’Etat, enverrait au reste du monde un signal contraire à celui que l’on veut donner. Qu’il s’agisse de la France au travers du durcissement des conditions d’investissement étranger, de l’Allemagne depuis l’affaire Kuka de 2016, et même jusqu’à la très libre échangiste Union européenne qui a remisé, au moins sur le plan des principes, une partie de sa naïveté, tout concourt à mieux protéger les actifs stratégiques européens face au risque de dépeçage. Celui-ci a d’ailleurs commencé à se matérialiser dans le domaine énergétique avec une offensive importante de la Chine depuis quelques années. Dans un tel contexte, comment imaginer sérieusement que l’Etat français – dont il faut rappeler qu’il détient la clé de l’opération au travers de sa participation dans Engie – puisse soutenir une opération hostile, destructrice d’emplois sur le territoire national ? Si cela était, comment les mêmes autorités, qui plaident désormais pour la souveraineté économique, pourrait-elle utilement s’opposer par leur pouvoir d’influence à des opérations de prédation sur des fleurons nationaux par des entreprises extérieures ? La contradiction serait difficilement surmontable. 

La faiblesse notre compétitivité est réelle. Elle n’est pas née d’hier, mais remonte à une série de tournants ratés à la fin des années 1990 (35 heures, impôts de production trop élevés, instabilité réglementaire chronique etc.). S’en préoccuper est une nécessité. Opérer dans l’urgence des rapprochements hostiles entre acteurs français qui se font concurrence n’est pas la solution.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires