En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 5 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 4 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 12 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 12 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 17 heures 48 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 18 heures 19 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 18 heures 56 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 17 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 11 heures 19 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 14 heures 34 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 16 heures 31 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 16 heures 56 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 17 heures 28 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 17 heures 59 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 5 min
© Lara Balais / AFP
coronavirus covid-19 malades patients symptômes
© Lara Balais / AFP
coronavirus covid-19 malades patients symptômes
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

Publié le 29 septembre 2020
Selon une étude du London King’s College lancée sur des patients atteints de la Covid-19, une personne atteinte sur dix sera toujours atteinte de symptômes après trois semaines. Quelles sont nos connaissances sur la gravité de la maladie sur le long terme ?
Benjamin Davido
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Davido est Infectiologue et directeur de la médecine de crise pour l’épidémie de covid-19 à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches.
Voir la bio
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude du London King’s College lancée sur des patients atteints de la Covid-19, une personne atteinte sur dix sera toujours atteinte de symptômes après trois semaines. Quelles sont nos connaissances sur la gravité de la maladie sur le long terme ?

Atlantico.fr : Une étude lancée par le London King’s College sur des patients atteints de la Covid-19 suggère qu’une personne atteinte sur 10 sera toujours atteinte de symptômes après 3 semaines. Une autre étude de la British Médical Association montre qu’un tiers des médecins a traité des patients atteints de symptômes de la Covid-19 sur le long terme. Que savons-nous actuellement de la gravité de la maladie sur le long terme chez les malades qui ne passent pas à l’hôpital et en réanimation ? 

Benjamin Davido : Pour le London Kings College, cela concerne 10 % des malades, de notre côté il s’agit d’à peu près 5%. Lorsque l’on parle de pourcentage de malades c’est toujours compliqué car on les a vu arriver après le déconfinement au mois de mai. Nous avons un pourcentage de gens estimé mais nous n'avons pas de dénominateur. Aujourd’hui, avec le nombre de tests, on peut voir qu’il y a beaucoup plus de cas que ce que l’on pensait, si on avait testé en mars les asymptotiques et les paucisymptomatiques on aurait eu des chiffres explosifs. 

On voit que les individus atteints de syndromes chroniques et persistants sont jeunes, plutôt des femmes entre 20 et 40 ans. Ils présentent des symptômes importants mais on ne sait pas dans quelle mesure ils sont causés par le Covid-19. On a vu une vague de patients alors que d’habitude sur le reste de l’année ça s’échelonne avec les autres maladies. 

La Covid-19 atteint le système nerveux autonome, du système de régulation de votre fréquence cardiaque et respiratoire. Une fois atteint, il est possible que ce dernier n’arrive pas à se synchroniser à nouveau. Cela explique que de nombreuses personnes se plaignent de maladies et de symptômes longue durée alors qu’elles sont guéries de la Covid-19. Cela touche les jeunes, en bonne santé, plus ou moins sportifs qui ont l’habitude d’avoir une fréquence cardiaque plutôt basse. 

Avec ce dépistage massif, on va savoir ce que la Covid-19 représente réellement. Si on a une grande partie des jeunes positifs, on sera capable de dire le pourcentage de jeunes qui ont des symptômes persistants. Avant, nous n’avions pas de dénominateur. 

Stéphane Gayet : Il faut distinguer les formes sévères des formes graves. Une forme grave signifie qu’une ou plusieurs fonctions vitales (respiration, circulation sanguine, fonction hépatique, fonction rénale, système nerveux central) menacent de défaillir. Des symptômes (ce que l’on ressent intérieurement) et des signes (ce qui se constate, extérieurement surtout) qui font craindre ou qui annoncent déjà une forme grave impliquent une hospitalisation dans un court délai.

La CoVid-19 diffère des maladies infectieuses respiratoires virales que l’on connaissait jusqu’alors : ces maladies, dont la grippe et les infections virales paragrippales sont les principaux représentants, provoquent essentiellement des formes aiguës, parfois sévères, qui guérissent assez rapidement et généralement sans séquelles.

Il faut bien distinguer les séquelles qui sont des atteintes plus ou moins fixées, n’évoluant plus beaucoup, des atteintes prolongées, durables ou encore persistantes, qui sont susceptibles de guérison au moins partielle. Dans le schéma ci-dessous, ces dernières se situent dans la phase de convalescence ou « analepsie ».

 

Que dit l’étude menée par le London King’s college ? Elle constate que 10 % des malades atteints de CoVid-19 sont toujours convalescents après trois semaines d’évolution, c’est-à-dire qu’ils sont considérés comme « guéris médicalement », mais pas symptomatiquement ni fonctionnellement. Médicalement, les examens biologiques révèlent qu’il n’y a plus d’infection aiguë et que l’inflammation s’est calmée. Cependant, ces patients « convalescents » se sentent toujours malades et quoi qu’il en soit, incapables le plus souvent de retravailler ou de reprendre leurs études selon le cas.

L’étude de la British medical association confirme la fréquence des symptômes persistants après une CoVid-19.

Actuellement, on considère que 5 % des malades atteints d’une forme symptomatique de CoVid-19 présentent des signes de gravité nécessitant une hospitalisation ; un petit nombre d’entre eux devront être plus ou moins rapidement admis en réanimation pour une ventilation mécanique assistée par respirateur électrique. On sait que les soins de réanimation avec ventilation invasive (intubation trachéale) laissent des séquelles, quelle que soit la pathologie en cause.

En ce qui concerne les malades CoVid-19 non admis en réanimation, la persistance de symptômes et de signes pendant plusieurs semaines est en effet fréquente. Elle est généralement fonction de la sévérité de la maladie lors de sa phase d’état, mais ce n’est pas systématique : il arrive que des personnes présentant une forme initialement peu sévère, évoluent difficilement et péniblement, pendant plusieurs semaines ; on parle de « long CoVid » ou de « CoVid persistant ».

Le pourcentage de malades qui gardent des séquelles graves et qui continue à souffrir de symptômes sur le long terme est-il important ? Ces personnes atteintes sont-elles devenues plus importantes que le nombre de morts ou de personnes hospitalisées ? 

Benjamin Davido : Aujourd’hui, sans confinement, ces malades peuvent être vus et rassurés par les médecins généralistes et par le fait que l’on a avancé dans la science (avant on leur disait restez chez vous, vous n’avez rien). Il y a beaucoup moins de demandes localement. Cela s’est calmé car les personnes atteintes ne se sont pas retrouvées confinées et désaptatées à l’effort. Chez les soignants qui ont contracté la Covid-19, ils ont peu développé de forme chronique. Il y a une part de cette désadaptation et de désynchronisation qui a été accentuée par le confinement. 

Stéphane Gayet : Cette population de malades est hétérogène. On constate que, chez les personnes ayant fait une forme très symptomatique de la maladie (mal de gorge, fièvre, mal de tête ou céphalée, toux sèche, asthénie ou fatigue, douleurs musculaires et articulaires, perte du goût et de l'odorat, gêne respiratoire, confusion mentale légère, amaigrissement…), la récupération est en réalité très lente (au minimum quinze jours et souvent un mois, voire plus…) ; l'amaigrissement peut persister quelque temps, s'accompagnant d'une diminution de la force musculaire et des capacités physiques. Certains patients conservent une gêne respiratoire, d'autres des troubles digestifs, d'autres des difficultés de mémoire, d'autres un état dépressif, d'autres des anomalies cardiaques, etc. On sait à présent que la CoVid-19 est une maladie systémique qui peut toucher pratiquement tous les organes du corps.

Cet état de « long CoVid » ou de « CoVid persistant » comporte constamment une asthénie (fatigue) marquée et invalidante. C’est du reste l’une des principales doléances de ces malades.

En effet, le pourcentage de personnes souffrant d’une forme persistante de CoVid est important. Il se situe entre 5 % et 10 % environ. Ce nombre est effectivement devenu largement plus important que le nombre de décès attribuables à la CoVid-19 et même que le nombre de malades hospitalisés pour CoVid-19.

Pourquoi n’avons-nous pas d’indicateur public fiable sur ces enjeux ? Le gouvernement a-t-il les moyens d’établir un indicateur ? 

Benjamin Davido : Les autorités sanitaires en ont parlé seulement deux-trois fois à la télévision. Ce n’est pas un scoop, c’est extrêmement compliqué de gérer tous les problèmes liés à la Covid-19 mais on a considéré que les malades qu’il n’y avait pas d’urgence pour les personnes qui n’étaient pas hospitalisées. La réalité, c’est que s’il y a une « seconde vague », avec une discrète mutation du virus sur sa contagiosité, il y aura donc plus de Covid-19 persistant. Le gouvernement a déjà du mal à gérer ce qu’il se passe actuellement avec la deuxième vague qui rebondit à l’hôpital que cette entité qu’on commence à décrire n’est pas dans les priorités. Leur vraie priorité c’est les places en réanimation, le nombre de morts et les places en réanimation conventionnelle. Ils catégorisent par sévérité de la maladie, ce qui n’est pas aberrant. 

Celui qui voudrait écrire un protocole demain, on doit écrémer beaucoup de malades car peu de personnes rentrent dans ces cases. Le temps d’écrire un protocole il va se passer six mois et il faut espérer qu’en trois mois les jeunes vont être guéris. 

Il va y avoir un vrai challenge pour la seconde vague. Si on rassemble l’ensemble des théories actuelles comme quoi le virus est inoffensif, c’est complètement faux car 50 % des places en réanimation de Bouches-du-Rhône sont occupées. La réalité est que le virus est tout aussi virulent mais plus contagieux et voir des chroniques persistantes chez les sujets jeunes. 

Stéphane Gayet : Nous sommes toujours en période instable et même un peu critique. Car le nombre quotidien de nouvelles hospitalisations et celui de nouvelles admissions en réanimation continuent présentement à augmenter progressivement (et non pas de façon exponentielle, comme cela a été dit par erreur). En revanche, le nombre quotidien de nouveaux décès attribuables à la CoVid-19 reste faible.

Le gouvernement et particulièrement le ministère chargé de la santé ont bien des difficultés à gérer l’épidémie de CoVid-19 en France. On nous assène tous les jours des valeurs d’indicateurs qui manquent souvent de pertinence.

Le nombre quotidien de tests RT-PCR positifs manque de pertinence, quand on ne précise pas les indications de réalisation de ces tests et que l’on ne dispose pas d’un test antérieur chez chaque personne testée. Il en est de même du taux de positivité des tests effectués. On peut en dire autant du nombre de personnes en cours d’hospitalisation pour CoVid-19 et du nombre de personnes en cours de réanimation pour CoVid-19, comme du nombre cumulé de décès attribuables à la CoVid-19.

Le nombre quotidien de nouvelles hospitalisations pour CoVid-19, celui de nouvelles admissions en réanimation pour CoVid-19 et le nombre quotidien de nouveaux décès attribuables à la CoVid-19 sont assez pertinents et reflètent bien l’évolution de l’épidémie (graphe ci-dessus). Leur inconvénient principal est leur retard par rapport aux nouvelles contaminations.

Quant aux formes prolongées de CoVid-19, elles ne sont pas actuellement la préoccupation du ministère chargé de la santé. Il connaît la situation, mais ce phénomène est perçu comme moins inquiétant que l’évolution de l’épidémie. De plus, il n’y a pas à ce jour de recueil à l’échelle nationale de ces données. Cela se fera plus tard. Présentement, nous ne disposons que d’études ou d’enquêtes ponctuelles, en France ou à l’étranger. Il faudra pourtant vraiment s’y intéresser, en raison des conséquences médicales, psychologiques et économiques de ce préoccupant phénomène de « CoVid long ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Onc Donald
- 30/09/2020 - 19:44
Covid-19
Cet alarmisme cessera t'il un jour ? Il suffit de regarder les courbes d'evolution de cette "terrible"épidémie, de s'informer des statistiques qui concernent par exemple les cas positifs asymptomatiques détectés grace à un nombre sans cesse croissant de tests pour constater que nous sommes loin de l'épidémie du mois de mars, de comparer avec la grippe de Honkong en 68-69 de la grippe asiatique de 1957 58 (lesquelles ont provoqué trois fois plus de décès que la covid-19) de s'informer auprés de virologues connus et réputés...etc, là nous pouvons apprendre par exemple que le virus cov-2 est en train de muter et qu'il occasionne des formes beaucoup moins graves de la maladie que celles constatées en mars dernier ! Mais ce que l'on peut apprendre aussi c'est que notre économie s'effondre et que peut-être elle ne se relèvera pas, ce qui est beaucoup plus grave, et que les dégats humains seront lourds de conséquences.
Nicolas59
- 30/09/2020 - 08:05
Les parlotes continuent
Sorti d’un grippe sévère il est effectivement fréquent d'être très fatigué pendant plusieurs semaines. Simplement cela n’a intéresse
personne jusqu’a ces jours.
La caractérisation utilise des concepts inhabituels pour le public qu’on sature de communications issues d’analyses médicales quelquefois complètement contradictoires.
Résultat: des diaforus et des dr Knock crèvent l'écran des médias en pontifiant leurs pratiques par un bombardement continu de mots savants.
La peur diffuse partout . Elle est mauvaise conseillère . L'économie et les liens sociaux vont s'écrouler gravement. Le vrai désastre du Covid19 n’est pas le virus lui même mais les conséquences tragiques qui s’en suivent.
Politiciens irresponsables , médecins gonflés de fatuité et médias mercantiles sans scrupules, l’histoire vous jugera sévèrement.
gc
- 29/09/2020 - 17:54
Persistance
Pas si différentes les autres infections virales : après une bonne grippe il n'est pas rare de ressentir une fatigue inhabituelle 1 mois après, sans parler des complications possibles aussi.
L'attention portée à son comble sur cette maladie associée à une société de communication incroyable fait beaucoup pour mythifier cette maladie nouvelle