En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 7 heures 13 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 51 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 31 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 29 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 15 heures 13 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 43 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 38 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Assemblée nationale IMG loi bioéthique
© LUDOVIC MARIN / AFP
Assemblée nationale IMG loi bioéthique
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

Publié le 28 septembre 2020
L’Assemblée nationale a adopté, dans le cadre du projet de loi bioéthique, un amendement ajoutant aux motifs autorisant une interruption médicale de grossesse (IMG) jusqu’au 9ème mois la "détresse psychosociale". Jean-Pierre Marongiu revient sur cet amendement.
Jean-Pierre Marongiu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Marongiu est écrivain, conférencier, ingénieur, expert en Management et Directeur général et fondateur du thinktank GRES : Groupe de Réflexions sur les Enjeux Sociétaux.Perpetuel voyageur professionnel, il a parcouru la planète avant de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Assemblée nationale a adopté, dans le cadre du projet de loi bioéthique, un amendement ajoutant aux motifs autorisant une interruption médicale de grossesse (IMG) jusqu’au 9ème mois la "détresse psychosociale". Jean-Pierre Marongiu revient sur cet amendement.

L’avortement était et reste une avancée sociétale, le combat de Simone Veil fut admirable, les femmes sont propriétaires de leur désir d’enfanter, libre de disposer de leurs corps, sans comptes à rendre et sans tabous. Cela était et demeure enthousiasmant.

Mais pourquoi faut-il que l’excès de libertés nous emprisonne, avant de nous détruire ? Gardons-nous des dérives libertaires qui n’ont de cesse que de limiter les libertés.

Dérives des écologistes à peine élus qui s’empressent d’interdire tout et n’importe quoi au nom d’une déification fanatique de la planète qui aurait la priorité sur l’humanité. Dérives des communautés qui réclament leur liberté au prix de la soumission des autres. Dérives des féministes qui hurlent à la castration, ne souhaitant plus l’égalité, mais la suprématie.

Bioéthique, vous avez dit Bioéthique ?

Qu’a donc à voir la bioéthique, pour rappel il s’agit de l’étude des problèmes moraux soulevés par la recherche biologique, médicale ou génétique, avec la détresse psychosociale ?

Qu’est-ce que la détresse psychosociale ?

Eh bien… rien dans les textes ni dans les dictionnaires n’en définit les limites. Une dépression nerveuse, si elle est une détresse probablement psychologique, est-elle sociale ? Sans doute. Tout, dans une société, étant toujours social et psychologique.

Il serait donc admis d'éliminer un fœtus sous l’influence d’une rupture, d’un licenciement, d’une élimination en ligue des champions ?

En fait, il n’existe pas de contours juridiques clairs et moraux à cette justification de mettre fin à la vie d’un fœtus viable.  D’ailleurs, à quel moment, celui-ci devient-il un individu ?

Les textes définissent les droits de l’individu au premier jour de la naissance, c’est-à-dire à l’expulsion du ventre de la mère.

En droit, la naissance définit le point de départ de l'existence d'une personne : une personne qui naît acquiert d'office une personnalité juridique, source de droits (notamment le droit à la vie), mais aussi d'obligations. Ainsi, une fois né, tout acte allant contre l'intégrité de la vie d'un être humain peut être appréhendé comme un homicide.

Si on s’appuie sur les lois en vigueur, mettre fin à la gestation d’un fœtus viable, alors que son évolution est terminée est une intervention qui doit-être réalisé à l’intérieur du ventre maternel. Toute autre intervention extra utérine serait légalement un homicide.

Et que dit l’amendement sur la nature de l’IMG ? Eh bien…rien.

Dans ces conditions de brouillard législatif, pour quelle raison, un parterre de députés s’est-il soudain senti investi de l’urgence, en pleine période sanitaire, d’amender à la sauvette le texte d’une loi existante qui ne posait d’insomnie à personne ?

Pourquoi ? Pourquoi maintenant et afin de satisfaire quel cercle d’influence ?

Les pires explications complotistes sur l’utilisation de ces bébés sains, mais euthanasiés à la sortie d’une matrice dépressive circulent dans les réseaux sociaux, peut-on s’en étonner ?

S’il y a crime, à qui profite-t-il ?

Aux laboratoires, qui peuvent d’ores et déjà abandonner les forts coûteux et si peu bioéthiques développements sur le clonage humain et produire des organes sains à coût zéro ?

  Aux associations eugénistes, qui pourront œuvrer à l’envi sur l’amélioration du génome humain en éliminant l’excès d’humanité dégénérée ?

Aux startups de l’adoption transgenre qui vont pouvoir ouvrir des fermes d’élevage de bébés prêts à l’emploi ?

Aux réseaux pédophiles qui n’auront plus à se préoccuper de la justice puisque l’objet de leurs fantasmes n’aura pas été enregistré civilement ?

Apparemment à personne, puisque le texte n’introduit pas de mesure nouvelle ou de critère additionnel. L’IMG est déjà en vigueur à n’importe quel stade de la grossesse dès lors qu’il existe un péril grave pour la santé de la mère.

Dans ce cas, pourquoi l’amender ? 

Pour prendre en compte les situations de détresse psychosociale. Oui…sauf que, rien ne définit ni ne limite ce critère qui ressemble à s’y méprendre à une IVG pour considération personnelle.

Le ciment de notre civilisation, de toutes les civilisations humaines qui se sont succédé, était le couple et sa déclinaison, la famille.

 Le couple hétérosexuel et son mode naturel de reproduction, car c’est bien ce modèle qui est particulièrement attaqué de toutes parts par les tenants d’un progressisme fascisant.

Les droits de l’homme sont devenus ceux de l’humain, mais pas encore du vivant. À l’aulne de cette nouvelle société naissante et inhumaine, cet amendement sur la loi de la bioéthique n'est finalement pas si dépourvu de sens qu'on pourrait le croire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 30/09/2020 - 07:39
Tuer un bébé juste avant la naissance
Est dans la même logique de cette "grande avancée sociétale", ce qui potentiellement fait éclater 45 ans d'hypocrisie. Dans quelle sens la balance va peser? La réponse n'est pas sûre et chacun campe sur ses positions. Massacre progressiste contre sauvetage rétrograde.
Thierry59
- 28/09/2020 - 18:09
cet amendement n'est pas inutile : il est révélateur !
Cher Jean-Pierre Marongiu, votre article commence mal. OK avec vous pour dire que le combat de Simone Veil fut admirable, dans un contexte difficile. Mais, de là à dire que "L’avortement était et reste une avancée sociétale, les femmes sont propriétaires de leur désir d’enfanter, libre de disposer de leurs corps, sans comptes à rendre et sans tabous", il y a non pas un pas mais un gouffre !

La loi sur l'avortement de 1975 était une loi d'exception, chargée de répondre au problème des avortements clandestins. Elle proposait des aides significatives pour inciter les mères à garder leur enfant à naître. Depuis, les aides sont passées à la trappe...

L'amendement de 07/2020, bien qu'il soit d'une horreur absolue, n'a pas été inutile, au contraire, car il révèle l'hypocrisie profonde de ces progressistes qui, en 45 ans, ont progressivement dénaturé la loi Veil pour en faire une "avancée sociétale majeure, un droit fondamental des femmes de disposer de leur corps"... Quelle vision réductrice du féminisme ! La France peut-elle s'enorgueillir de ne pas avoir réussi à diminuer le nombre d'avortements depuis plus de 40 ans ? Puisse cet amendement réveiller les consciences !
clo-ette
- 28/09/2020 - 13:42
assemblée de godillots ?
Pour adopter un tel amendement , qui ne passera pas d'ailleurs au Sénat, sinon c'est à désespérer de la morale élémentaire .