En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 min 58 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 36 min 30 sec
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 56 min 40 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 1 heure 37 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 19 heures 54 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 21 heures 8 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 25 min 34 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 49 min 23 sec
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 1 heure 18 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 3 heures 54 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 19 heures 14 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 20 heures 53 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 23 heures 46 min
© NICOLAS TUCAT / AFP
restaurants bars France Marseille Aix-en-Provence coronavirus covid-19 santé mesures sanitaires
© NICOLAS TUCAT / AFP
restaurants bars France Marseille Aix-en-Provence coronavirus covid-19 santé mesures sanitaires
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

Publié le 28 septembre 2020
Jean-Paul Betbeze décrypte l'évolution de l'épidémie de Covid-19 et son impact sur l'économie mondiale et sur le cours des principales devises.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze décrypte l'évolution de l'épidémie de Covid-19 et son impact sur l'économie mondiale et sur le cours des principales devises.

La France est encore plus exposée. Elle compte 1 125 grappes actives (clusters) du virus, 4069 hospitalisations dans les sept derniers jours (au 25 septembre) : soit 513 000 cas au total depuis le début de la pandémie, 11 000 en réanimation et 31 600 morts. Voilà les faits : on peut ne pas les aimer.

Le Royaume-Uni connaît aussi une hausse de cas, avec cette fois une dramatisation des autorités de santé pour légitimer des mesures de confinement, qui concerneront le quart de la population. Enfin, dans le cas espagnol, qui faisait craindre une résurgence dans le pays le plus atteint d’Europe, des mesures de confinements locaux, notamment à Madrid, semblent porter leurs fruits. Des leçons à en tirer ?

Ces chiffres parlent : nous vivons en France une accélération de l'épidémie, plus forte que chez nos voisins et rencontrons maintenant des refus d’adopter les mesures de fermeture demandées, notamment à Marseille. Allons-nous vers des « gilets jaunes des bars » ? La France devient le pays qui, en Europe,  connaît le plus de cas par million d'habitants après l'Espagne : 7 856 contre 15 723, un chiffre qui met en jeu la reprise dans ces deux pays. Nous avons 2 fois plus de personnes atteintes du virus que l'Allemagne par million d'habitants (7 856 contre 3 384) et 4 fois plus de décès qu’elle (485 contre 114) ! En sommes-nous conscients ?

Dans ce contexte, la reprise en France va-t-elle se casser, sous l’effet d’une plongée des services ? C’est la question que l’on peut se poser, quand on compare la France à l’Allemagne. « La forte augmentation du nombre de cas de Covid-19 observée en France au cours du mois de septembre permet en partie d’expliquer la première baisse mensuelle de l’activité économique depuis mai dernier… Pour l’heure tout au moins, les participants à l’enquête restent optimistes quant à leurs perspectives d’activité à douze mois. Toutefois, si l’évolution du virus venait à maintenir sa trajectoire actuelle, la confiance des entreprises pourrait être mise à mal dans les prochains mois » écrit Eliot Kerr, économiste à IHS Markit, la société d’enquêtes auprès des entrepreneurs ?

Les bourses traduisent ces hésitations sur l’économie mondiale : va-t-elle se retourner ? Les États-Unis sont toujours les premiers touchés au monde : 7,3 millions de cas sur un total de 33 millions et 210 000 morts contre 950 000. La Banque Centrale Américaine fait tout ce qu’elle peut, avec des taux à 0% qu’elle s’engage à maintenir jusqu’en 2023, l’essentiel se joue ailleurs : dans les trillions de dollars déversés par le Budget, et dont elle achète directement une partie.

Les bourses traduisent surtout les séparations que le virus fait naître. Le Nasdaq bénéficie de la modernité de ses entreprises, des capacités de l’informatique pour aider à optimiser, prévoir, réagir : il a gagné 28% depuis janvier mais faiblit depuis quelque temps, suite à des inquiétudes sur des risques de bulles de valorisations. La bourse de Shanghai réplique, de son côté, avec des informations positives que l’on a sur une économie chinoise qui a évité la récession et qui repart fortement. De l’autre côté, la bourse de Paris traduit les hésitations sur la croissance future et celle du Royaume-Uni ajoute celles du Brexit. Entre ces deux bourses qui montent et ces deux bourses qui baissent, deux autres connaissent des situations variables, tantôt en hausse, tantôt en baisse. Ce sont le Dow Jones, aidé par la Fed et le budget américain, mais inquiet des services et le Dax allemand, aidé par les exportations mais inquiet des  tensions entre Chine et USA.

Les matières premières épousent ces tendances boursières : l’or enregistre toujours une hausse depuis janvier, mais a passé son plus haut, peut-être inquiet des risques inflationnistes des politiques monétaires, le pétrole est toujours bas, face aux perspectives de faible croissance, aux projets de décarbonation et, à plus court terme, aux innovations d’économies d’énergie dans les bâtiments et les transports.

Pas de croissance et pas d’inflation : les Banques Centrales sont passées au service du financement des déficits budgétaire. Même si les dettes publiques montent, le risque n’apparaît pas dans les taux. Au contraire ! On assiste, d’un côté, à de véritables appels à l’inflation au-dessus de 2%, aux États-Unis avec la Fed, mais les taux ne bougent pas, même si les chiffres d’inflation globale se mettent à remonter ! Pire, malgré tous les soutiens à l’Italie pour faire baisser le coût de sa dette, l’activité y fléchit et les prix baissent, donc le coût réel de la dette publique italienne monte, ce qui est catastrophique pour ce pays.

Dans ces bipolarisations des bourses, des activités, des pays, le COVID-19 creuse tous les écarts de modernisation, entre biens et services, entre pays puissants et moins puissants : rien de surprenant donc si les taux de change donnent une photo très contrastée de la situation  entre les pays qui cumulent les risques (sanitaires, économiques, financiers et géopolitiques) et ceux qui les gèrent. Il faut donc examiner de près ce qui se passe en Inde, Turquie, Russie et Afrique du Sud car ces crises cumulées y pèseront longtemps.

Allons-nous avoir des « Gilets jaunes des bars », qui refuseront cette fois les « mesures sanitaires venues de Paris » ? C’est le nouveau risque dans cette étape de la crise qui est celui de la coexistence avec le virus. COVID-19 + révolution technologique + tensions géopolitiques + batailles municipales maintenant : il ne manquait que cela ! La note sera donc plus élevée : économique et sociale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 28/09/2020 - 20:49
Betbeze : lâche-nous la grappe active !
Cet économiste fonctionnarisé aux bottes se prend pour une sommité médicale ! C'est pitoyable et ridicule !Il ne craint donc que le virus et en oublie l'apocalypse des bouffons...Morbleu !
Gastoch
- 28/09/2020 - 20:00
d'accord pour les bars Gilets Jaunes
Une bonne idée ça. Pour le reste quand on voit la gueule du CAC40 on se dit qu'heureusement qu'on avait le meilleur système de santé au monde. Bande de bouffons socialo!
Jean_Claude
- 28/09/2020 - 17:39
Un joyeux melange de toutet n'importe quoi
Quand on montre des nombres de "cas", on est dans la foutaise: le nombre de cas confirmés dépend du nombre de tests (ou de scanners pulmonaires) fait. En France, on n'avait pas assez de test en mars donc le nombre de "cas" était surtout des personnes fortement symptomatiques. Maintenant on a trop de test, avec des "Ct" (facteur d'amplification) excessif qui créent des faux positifs (20 a 40% suivant l'experience de l'IHU Medtirranée, qu'il faudrait ne pas croire car c'est Raoult suivant les bien pensants du Covid, toujours prêt à dégommer la science), et la grande majorité de ces "cas" est asymptomatique, donc pas malade! Il suffit de regarder la mortalité ou le nombre de personnes intubées qui est minuscule par rapport à mars avril. Quand on utilise des chiffres, il faudrait au moins expliquer ce qu'on mesure et les limites de l'instrument de mesure...