En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 45 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 23 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 37 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 32 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

Publié le 19 septembre 2020
L’Inspection générale de la Justice a rendu au Garde des Sceaux un rapport sur les éventuels manquements du parquet national financier dans l’affaire dite des Fadettes dans laquelle les communications de plusieurs avocats, dont l'actuel ministre de la Justice, ont été analysées.
Hervé Lehman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien juge d’instruction, avocat au barreau de Paris, Hervé Lehman est l’auteur de Justice, une lenteur coupable (2002). Il a participé à la rédaction du rapport de l’Institut Montaigne sur la réforme de la Justice (Pour la Justice). Il est l'auteur du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Inspection générale de la Justice a rendu au Garde des Sceaux un rapport sur les éventuels manquements du parquet national financier dans l’affaire dite des Fadettes dans laquelle les communications de plusieurs avocats, dont l'actuel ministre de la Justice, ont été analysées.

Atlantico : Alors que l’Inspection générale de la Justice a rendu ce mardi au Garde des Sceaux un rapport sur les éventuels manquements du parquet national financier dans l’affaire dite des Fadettes dans laquelle les communications de nombre d’avocats ont été épiées, Éric Dupont Moretti a tapé du poing sur la table et décidé d’ordonner une enquête administrative sur les agissements d’Eliane Houlette et de deux autres magistrats. Utile ruée dans les brancards du nouveau et tonitruant ministre ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

Hervé Lehman : Il faut dire que l’affaire est grave : jusqu’où le parquet national financier, devenu un parquet national politique, ira-t-il dans les affaires politiques ? Est-il admissible dans une démocratie que les avocats soient espionnés pour faire tomber un opposant du pouvoir en place ? Eric Dupont-Moretti, avant d’être nommé ministre, a employé à juste titre le terme de méthodes barbouzardes. La manière dont la justice traite l’opposition et les avocats est un marqueur fort de la démocratie, comme on le voit en Turquie ou en Russie.

Le ministre de la Justice a donc raison de vouloir aller au bout de cette affaire.

Le fait que Monsieur Dupont Moretti soit à la fois juge et partie puisque ses propres Fadettes avaient été analysées par le parquet national financier (et qu’il avait d’ailleurs porté plainte avant de renoncer une fois ministre) est-il de nature à fragiliser la cause qu’il semble vouloir défendre ?

C’est une situation tout à fait extraordinaire : la victime est devenue l’autorité de poursuite. D’un côté, il est probable qu’un autre ministre qu’Eric Dupont-Moretti, qui est avocat et a été victime de ces agissements, aurait enterré l’affaire. De l’autre, il faut admettre que le côté juge et partie pose un problème d’impartialité.

Les deux principaux syndicats de magistrats se sont aussitôt engouffrés dans la brèche en criant au conflit d’intérêt. Mais cet argument cache mal la réaction corporatiste : mettre en cause personnellement un magistrat provoque immanquablement une levée de boucliers des syndicats de magistrats, même de l ‘USM qui ne poursuit pas un combat politique contre la droite comme le Syndicat de la magistrature.

Ce réflexe corporatiste est très regrettable. Ne pourrait-on pas admettre, d’une part qu’un magistrat peut commettre une faute et en rendre compte, et d’autre part que les magistrats n’ont rien à gagner à défendre des pratiques détestables comme celles que le parquet national financier a adoptées ?

Des sanctions vous paraissent-elles méritées d’une part, possibles au terme de cette enquête administrative d’autre part ?

Ce n’est évidemment pas à moi de réclamer des sanctions. Je ne souhaite pas que l’on fasse d’Eliane Houlette, qui a eu la naïveté ou le courage de déclarer à l’Assemblée nationale qu’elle avait fait l’objet de pressions dans l ‘affaire Fillon, le bouc émissaire d’un système mis en place par François Hollande et la gauche judiciaire. Ce qui est important est que la justice française retrouve le chemin du droit dans les affaires politiques. L’affaire des fadettes est une des déviances d’un parquet créé pour casser la droite, et qui n’a eu de cesse de s’attaquer à Nicolas Sarkozy et à son entourage, puis à François Fillon.

Maintenant, je ne suis pas très inquiet pour les magistrats mis en cause. Une éventuelle sanction passe par un avis de la commission de discipline du parquet, et je peux prédire que l’avis corporatiste sera qu’il n’y a pas eu de faute. D’ailleurs, comment les intéressés pourraient-ils se sentir coupables puisqu’à l’époque le pouvoir et la hiérarchie encourageaient toute initiative permettant de casser Nicolas Sarkozy !

Vous vous êtes souvent élevé contre la politisation de la justice en dénonçant notamment la manière dont avait été menée l’enquête sur François Fillon. Quelles mesures pourraient vraiment faire changer les choses ?

La première chose à faire est que le parquet national financier respecte la loi. Celle-ci lui a donné compétence pour les affaires d’une grande complexité et pas particulièrement pour les affaires politiques. François Hollande a fait croire à l’Assemblée nationale et à l’opinion publique que l’on créait un parquet spécialisé pour lutter contre la grande délinquance financière alors qu’il créait un parquet national politique pour chasser les leaders de la droite. Donc, que le PNF s’occupe de la grande délinquance financière et plus des leaders de l’opposition.

Ensuite, il faut regarder en face le problème du statut du parquet. Aujourd’hui, il n’est pas indépendant. Les syndicats de magistrats voudraient qu’il le soit mais les politiques répondent, à juste titre qu’il n’est pas possible que chaque procureur de la République fasse dans son coin sa petite politique pénale. C’est la quadrature du cercle. Je propose que l’on crée un procureur général de la Nation, indépendant, choisi par le Conseil supérieur de la magistrature mais agréé par les deux tiers de l’Assemblée nationale, compétent pour les affaires mettant en cause les élus et les ministres. Puisque la dépendance du parquet ne pose un problème que pour les affaires politiques, créons un parquet indépendant pour les seules affaires politiques.

Hervé Lehman vient de publier "L'air de la calomnie - Une histoire de la diffamation, d'Oscar Wilde à Denis Baupin" aux Editions du Cerf

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 19/09/2020 - 19:06
Justice
Le PNF a été créé par F. Hollande pour discréditer ses adversaires politiques, c'est donc un tribunal politique, qui a réussi à espionner les conversations entre des avocats et leurs clients, pratique stalinienne, voire fasciste. Il convient donc de réorienter le PNF vers les affaires financières.
D'autre part, il devient urgent que les juges doivent rendre des comptes au peuple au nom duquel ils prononcent leur jugement. Rappelez-vous le juge Burgaud qui a empoisonné la vie de plusieurs citoyens et même qui en a poussé un au suicide et qui, pour cela , a été puni d'un blâme et d'une promotion.
spiritucorsu
- 19/09/2020 - 14:21
Diversion typiquement macronienne!
De celui qui décidément apprend vite de son nouveau maître le roitelet l'art de berlurer les gens en faisant croire aux naïfs que l'ardent défenseur des islamistes peut faire le ménage dans sa boutique en sanctionnant quelques serviteurs qui s'étaient crus autorisés,quelle ironie!à prendre quelques libertés avec une loi qu'ils sont censés eux même faire respecter.