En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 51 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 28 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 8 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 7 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 50 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 20 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 12 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 16 min
© Thibault Camus / POOL / AFP
© Thibault Camus / POOL / AFP
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

Publié le 19 septembre 2020
La relation entre l'Europe et la Chine est très déséquilibrée : depuis plus de 20 ans, la Chine exploite et instrumentalise les faiblesses de l'Union européenne, profitant de son statut de grande puissance économique et technologique sans être une puissance stratégique.
Emmanuel Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Véron est géographe et spécialiste de la Chine contemporaine. Il a enseigné la géographie et la géopolitique de la Chine à l’INALCO de 2014 à 2018. Il est enseignant-chercheur associé à l'Ecole navale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La relation entre l'Europe et la Chine est très déséquilibrée : depuis plus de 20 ans, la Chine exploite et instrumentalise les faiblesses de l'Union européenne, profitant de son statut de grande puissance économique et technologique sans être une puissance stratégique.

Atlantico : La Chine fait, dit on, perdre ses moyens à l'Europe. On pense immédiatement aux coûts de production… Mais ce point de vue est-il réducteur ?

Emmanuel Veron : Il faut rappeler que les relations sino-européennes sont très importantes, en matière commerciales mais aussi diplomatiques, culturelles etc. Ces relations sont fortement marquées par la dissymétrie. En effet, la plupart des pays européens qui commercent avec la Chine enregistrent une balance commerciale déficitaire. La France par exemple, se situe autour de 30 milliards par an... Dans les faits, la Chine depuis les années 1990 (sinon 1980 et l'"ouverture" économique du pays) exploite et instrumentalise les faiblesses de l'Union européenne, profitant par là-même de son statut de grande puissance économique et technologique sans être une puissance stratégique. Dès lors les délocalisations industrielles, les transferts systématiques de technologies (des plus "banales" aux plus sensibles et stratégiques) ont plus que très largement profités à Pékin. En un sens, le statut actuel de concurrent et de puissance que représente la Chine est largement le fait de la faiblesses stratégique de l'Europe, mêlée de naïveté voire de cynisme.  Le rattrapage technologique de la Chine dans tous les domaines est probablement l'exemple le plus éloquent (pensons à l'aéronautique, au nucléaire - civil mais aussi militaire, au transport, à l'Internet, à la santé, à l'agroalimentaire, à l'architecture, et divers domaines de la recherche fondamentale... pour aujourd'hui parler de technologies de ruptures comme la 5G et les applications de l'IA..).

Depuis quelques années maintenant, l'UE et ses institutions ont intégré le facteur risque de la puissance chinoise, en particulier en matière sécuritaire, mais aussi industrielle et technologique. Ainsi depuis 2019, l'UE évoque la Chine comme "rival systémique". La définition et l'analyse de la Chine continue d'évoluer dans ce sens, en particulier avec la pandémie de Covid-19 et les récurrentes menaces et ingérences de la "diplomatie des masques " et de "loups combattants " à l'endroit de plusieurs pays européens. 

Y a-t-il une stratégie globale claire en Chine ? Par quels exemples pourrait on l'illustrer ?

La Chine (le Parti-Etat), depuis le milieu des années 1970 est dans une logique de rattrapage technologique et de montée en puissance. Ce processus n'a fait que se renforcer dans les années 1980, puis 1990 et surtout 2000 avant l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping et son entourage (quelques dizaines d'hommes et peu de femmes), cette fois-ci marquée par l'affirmation tous azimuts de la puissance chinoise dessinant un horizon hégémonique, éclipsant les Etats-Unis, et diluant l'UE de sa puissance potentielle. Les autres pôles de puissances seraient soit inférieurs soit neutralisés. Dans cette dynamique de puissance et d'hégémonie, l'Europe représente pour Pékin un pôle très important dans sa stratégie.

L'Europe doit être faible, éclatée et suivre le système de valeurs de Pékin... La stratégique regroupe plusieurs éléments tactiques : investir dans tous les domaines et prioritairement les secteurs stratégiques et sensibles; développer un lobbying important au profit du régime du Parti-Etat et de son rayonnement; affaiblir l'UE; créer un espace géopolitique européen favorable et dominé par la Chine. L'exemple récent des visites diplomatiques de Wang Yi et de Yang Jiechi, respectivement dans 5 pays d'Europe de l'ouest (l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, la France et l’Allemagne) et deux pays de l'Europe du Sud en complément (Grèce et Espagne). Le tout, on le notera procède d'un évitement soigneux de Bruxelles. D'autre part, les deux responsables de la diplomatie chinois ont évité l’Autriche, le Royaume-Uni, la République tchèque, le Danemark, la Pologne et la Slovénie, qui ont tous refusé la 5G de Huawei. Pour Pékin, l’enjeu était double : redorer son image et sortir de son isolement diplomatique (relatif), et s’assurer autant que possible de l’expansion des réseaux 5G et de la firme Huawei, inféodée au Parti-État.

Pékin agit en duplicité avec l'Europe; d'une part elle développe depuis les années 1970 un dialogue avec Bruxelles; d'autre part, elle fait jouer de tout son poids dans les relations bilatérales avec les pays de l'Union ou hors Union. De plus, elle développe un plan politique dans le cadre du format 17 + 1 (17 pays européens) + la Chine. Ce format intègre des pays de l'Union et d'autres non membres.

Enfin, la Chine joue beaucoup la carte "européenne" contre les Etats-Unis dans le cadre du triptyque géopolitique Chine-UE-Etats-Unis. Pour Pékin, c'est en passant par une instrumentalisation et un affaiblissement de l'Europe que les Etats-Unis pourront décliner (entre autres) plus rapidement. 

La compétition entre Pékin et Washington en matière stratégico-militaire et dans le domaine des hautes technologies et de rupture (5G, intelligence artificielle, semiconducteurs, etc.) se concentre de plus en plus sur le continent européen. La Chine voit dans le « partenaire européen » un facteur déterminant dans sa stratégie de dépassement de la puissance étasunienne.

Cette première visite dans le contexte de crise du Covid-19 est un signal fort et clair envoyé à l’administration américaine, qui vient alimenter la perception d’une Chine toute-puissante sur le vieux continent. Le déploiement de ses nouvelles technologies est donc crucial. L’objectif est d’accroître la dépendance de l’Europe envers la Chine et, dans le même temps, de diluer le poids stratégique et technologique américain. Les mots de la diplomatie chinoise sont éloquents : « Nous invitons l’Europe à rejeter la mentalité de Guerre froide » – une mentalité qui, selon Wang Yi, détermine les relations entre l’Occident et la Chine depuis la crise du coronavirus… Le sillon tracé par la diplomatie chinoise est net. La Chine veut une Europe docile, dispersée, affaiblie et détachée des États-Unis.

On parle de lobbying chinois. C'est une notion vague d'un point de vue occidental. Qu'en est il exactement ?

Très récemment, Huawei France a fait une annonce d'un plan d'investissement de 4 milliards de dollars pour la France sur quatre ans. Ce sont des montants colossaux pour développer le groupe en France et l'entouré d'une vaste opération d'influence. Visé un pays comme la France n'est pas anodin. Alors que le PR Emmanuel Macron ne s'est pas prononcé pour un bannissement général de Huawei, le régime y voit une possibilité de se développer et d'influencer d'autres Etats depuis un pays membre de l'UE, du Conseil de sécurité des Nations Unies etc.

Le Parti-Etat réutilise à dessein une formule que l'on prête à Lénine : "Sondez avec une baïonnette: si vous rencontrez de l'acier, arrêtez. Si vous rencontrez de la bouillie, poussez". En ce sens, le lobbying chinois (ou pékinois) comme d'autres acteurs étatiques du système international s'est intensifié et déployé de manière très large et importante dans tous les pays européens. L'objectif est d'assoir la puissance chinoise, développer l'image d'un modèle alternatif au modèle des démocraties libérales et de faire taire toutes critiques sur le régime du Parti-Etat. L'œuvre est gigantesque et recouvre tous les spectres de l'influence : politique, corruption, culturelle, scientifique, artistique, diplomatique etc... Depuis plus de trente ans, l'appareil politico-sécuritaire de Pékin travaille au développement de recrutement d'agents d'influence en Europe en ciblant divers corps et responsables : premiers ministres, ministres, parlementaires, maires, chefs d'entreprises, universitaires, entrepreneurs etc...Parallèlement, le développement des Instituts Confucius, des Instituts Culturels Chinois mais aussi la refonte et la modernisation des médias Chinois directement reliés et supervisés par le département de la Propagande du PCC sont éloquents. 

Alors que l'Europe recompose et fait évoluer ses relations avec Pékin, de manière accélérée avec la crise du Covid-19, il est désormais crucial que l'UE devienne un véritable acteur stratégique et pas un terrain de jeu...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 19/09/2020 - 14:29
en réalité le vrai décollage de la Chine
c l'adhésion à l'OMC en 2003 grace à Bush junior.
Ce pays devenu un gigantesque camp de rééducation est l 'exemple m^me du totalitarisme communiste tendance 1984.
Pendant ce tps , des imbéciles passent leur tes à critiquer Donald alors que lui au moins a été élu au f-suffrage universel. (indirect certes mais universel qd m^meme)