En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 15 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 14 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 15 heures 23 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 59 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 29 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 6 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 27 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 30 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 44 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 42 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 6 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 38 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 9 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 16 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex Bruno Le Maire
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean Castex Bruno Le Maire
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

Publié le 18 septembre 2020
Le chiffre de 100 milliards donne peut-être le tournis mais il ne doit pas nous faire oublier que le Covid a plus cassé la croissance française en termes qualitatifs que quantitatifs. Notre économie doit être repensée plus que saupoudrée.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chiffre de 100 milliards donne peut-être le tournis mais il ne doit pas nous faire oublier que le Covid a plus cassé la croissance française en termes qualitatifs que quantitatifs. Notre économie doit être repensée plus que saupoudrée.

La croissance française ne repartira pas en fonction de l’argent distribué, soit par le budget, soit par la Banque Centrale Européenne : nous ne vivons pas un « moment keynésien ». C’est ainsi qu’il faut poser la question en France, au-delà des multiples commentaires sur les « 100 milliards du plan de relance ». Il ne s'agit pas de savoir si c'est trop ou pas assez, surtout si la situation se détériore, si la pandémie reprend, s’ils seront dépensés assez vite, si l’argent européen viendra autant que prévu (40 milliards) et assez tôt, ou s'ils alimenteront des effets d’aubaine, permettront en plus la survie d’entreprises zombies ou encore la réélection du Président Macron.

Le COVID-19 n'a pas seulement cassé la croissance française en termes quantitatifs, mais surtout en termes qualitatifs. Les prévisions quantitatives de croissance de l'OCDE le montrent. La croissance française devrait ainsi baisser cette année de 9,5% en 2020 pour monter ensuite de 5,8% en 2021. Autrement dit, nous retrouverions en 2023 ou 2024 le niveau de PIB que nous devrions avoir aujourd'hui, si le virus se calmait et si la géopolitique mondiale s’apaisait. Ce sont donc trois ans de perdus, si nous regardons le PIB avec ces lunettes quantitatives. Mais on voit vite qu’il faut regarder aussi ce qui se passe ailleurs, même avec ces lunettes. Ainsi, les États-Unis devraient redémarrer à 4% en 2021, après une baisse de 3,8% en 2020 ou l’Allemagne à 4,6% après une baisse de 5,4% en 2020.

Le COVID-19 a fait plus baisser la croissance française que celle de ses grands concurrents et nous fait moins remonter : nous sommes proches en fait de l’Italie (-10,5 puis +5,4%). Or on ne trouve aucune trace explicite de ces réalités comparées et de ces risques dans le Plan présenté et dans les débats en cours : celui d’une faiblesse croissante de l’économie française. On peut toujours comprendre ces absences s’il s’agit de rebâtir sur la confiance, en disant qu’il ne sert à rien d’inquiéter. Sauf si l’on remarque qu’il vaudrait mieux décrire un paysage plus complet, si l’on veut être plus puissant et exigeant dans une atmosphère plus concurrentielle. Autrement on risque de ne pas être crédible, derrière une « pensée bisounours ».

Il ne s’agit donc pas de chercher à éviter les « effets d’aubaine », ce mot clef pour ne pas agir. C’est le mot pour ne pas aider ceux qui vont commencer à agir, la recette pour l’immobilisme au prétexte de ne pas gaspiller les deniers publics pour ceux qui n’en avaient pas besoin, au détriment des autres ! L’effet d’aubaine est l’idée que, grâce à une subvention notamment, une entreprise aurait investi ou embauché de toute façon, par exemple, même si cette aide n’avait pas eu lieu. Moralité : non seulement l’effet d’aubaine aide ceux qui n’en avaient pas besoin mais, pire, il détourne les ressources pour ceux qui en avaient vraiment besoin ! Donc, si l’on veut « bien » agir, il faudrait des « conditions », pour bien s’assurer que l’entreprise qui demande en a vraiment besoin. Mais tel n’est pas le cas.

L’effet d’aubaine doit être accepté pour faire repartir la machine, pour décoincer les anticipations et convaincre les suivants qui ont, en général, une situation plus fragile. Les « conditionnalités » conduisent soit à un effet nul, soit inverse à celui que l’on cherchait. On peut toujours dire, après coup, que les entreprises qui ont bénéficié de telle aide n’en avaient pas besoin et ont, en réalité, profité de l’aubaine. Mais on n’en sait rien, par avance. Et le cas du CICE montre les effets pervers d’un excès de conditionnalité. L’idée était de répartir cet avantage fiscal entre Compétitivité (Productivité) et Emploi, pour aider au moins autant les entreprises que les salariés, pour la formation et l’embauche, ceci pour des raisons plus politiques encore que syndicales. Aujourd’hui, les gains de productivité peuvent à peine être mesurés, huit ans après les mesures entrées en vigueur en janvier 2013 (!). On mesure, selon l’étude de France Stratégie publiée en septembre 2020, « un fort effet emploi est trouvé chez le quart des entreprises les plus bénéficiaires du CICE, qui ne représentent qu’un huitième des effectifs, mais rien de significatif chez les autres… et l’emploi créé ou sauvé est de l’ordre de 100 000, ce qui est faible, rapporté au coût du CICE – de l’ordre de 18 milliards d’euros en 2016 ». En réalité, mettre trop de conditionnalités pour éviter les effets d’aubaine, au prétexte de ne pas indûment dépenser, réduit l’effet total, et peut-être au détriment des entreprises les plus fragiles, qui n’osent demander. Vouloir limiter l’effet d’aubaine… le renforce !

Il ne sert à rien, non plus, de demander des « compensations », à accorder sans doute aux salariés, suite aux baisses des impôts de production, au contraire : ce sont les entreprises qu’il faut aider pour qu’elles s’occupent des non-salariés ! C’est la compétitivité française qui est en jeu, au moment même où les difficultés de la reprise montrent les problèmes de l’économie française, surchargée d’impôts et de règles. Les syndicats demandent en effet des compensations pour les 30 milliards de baisse des impôts de production, sans doute en matière d’emploi ou de gouvernance, comme si le problème n’était pas celui des salariés mais des chômeurs, qui peuvent se trouver durablement exclus de l’emploi si les entreprises ne sont pas assez renforcées.

Pas keynésien du tout, le moment actuel est schumpétérien et, en plus, dans une phase d’accélération de la concurrence mondiale, pour ne pas dire de guerre des échanges et des changes. Il ne faut surtout pas passer sous silence en effet, ce qui est dans la tête des entrepreneurs : une croissance rabotée, sans inflation, donc plus concurrentielle, plus tendue, plus violente. Pour les entrepreneurs, il s’agit donc d’accélérer les changements, de digitaliser plus les structures, en attendant la 5G, de s’endetter (à taux bas) pour se concentrer en achetant le concurrent et en renforçant sa part de marché, de réduire ses pyramides de décisions et ses structures de coûts.

Plan de relance : le mot plaît ! 100 milliards : pourquoi pas, puisque les taux sont à zéro et qu’on verra plus tard pour rembourser ? Certaines entreprises ont compris et en profitent pour se renforcer. Mais mieux vaudrait diffuser le message de la croissance future et souligner les enjeux : il s’agit de renforcer le tissu compétitif français, et européen, économique et social, profondément. Autrement, c’est la relance de la grogne sociale qui sera là.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires