En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 8 heures 37 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 12 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 17 heures 25 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 18 heures 18 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 19 heures 22 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 9 heures 49 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 14 heures 36 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 16 heures 58 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 17 heures 32 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 18 heures 6 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 18 heures 51 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 19 heures 48 sec
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 19 heures 30 min
© MICHELE TANTUSSI / POOL / AFP
Angela Merkel Allemagne économie
© MICHELE TANTUSSI / POOL / AFP
Angela Merkel Allemagne économie
Inidicateurs défavorables

L’économie allemande va nettement moins bien qu’on le croit et voilà pourquoi

Publié le 16 septembre 2020
Depuis le mois de mai, la croissance a redémarré en Allemagne, grâce notamment à un plan de relance. Certains indicateurs sont pourtant défavorables. Comment l'Allemagne appréhende-t-elle les changements économiques liés aux modifications structurelles de la société post-Covid ?
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le mois de mai, la croissance a redémarré en Allemagne, grâce notamment à un plan de relance. Certains indicateurs sont pourtant défavorables. Comment l'Allemagne appréhende-t-elle les changements économiques liés aux modifications structurelles de la société post-Covid ?

Atlantico.fr : Depuis mai, la croissance a repris en Allemagne, grâce entre autres à un plan de relance considérable... Mais est-ce pérenne pour l'économie allemande ? Sur quels signes peut-on se baser ?

Philippe Waechter : Depuis le début de la crise, l'économie allemande s'en sort plutôt bien. L'acquis de croissance pour 2020 à la fin du premier semestre est de -9.1% alors que celui de la zone Euro est à -12% et celui de la France à -15.6%. En d'autres termes, si l'activité restait étale sur la deuxième partie de l'année, l'activité outre-Rhin se contracterait de -9.1%. C'est la meilleure performance des pays européens, juste derrière les USA à -7.2%.

La justesse de la politique économique allemande a été de très vite constater que, contrairement à 2009/2010, la reprise ne viendrait pas de la croissance du commerce mondial. A l'époque, l'Allemagne était très dépendante du commerce extérieur chinois. Lorsque le gouvernement chinois avait relancé son économie, l'Allemagne en avait alors profité à plein. L'équipe d'Angela Merkel a vite compris que parier sur la Chine n'était pas pertinent cette fois-ci. D'abord parce que la Chine a cru considérablement depuis la crise financière et ne dépend plus autant de ses échanges avec le reste du monde puis parce que le climat international est beaucoup moins favorable à une stratégie basée principalement sur l'international. La coordination et la coopération qui prévalait en 2010 ne sont plus d'actualité de la même façon en 2020

C'est la raison du plan de relance de 130 mds d'euros. Son outil principal pour la relance est la baisse de la TVA pour aider le consommateur. Cela fonctionne plutôt bien puisque les dépenses des ménages en biens (ventes de détail) ont vite repris le chemin de la hausse après la période difficile du printemps. 

Cependant, comme en France, l'inquiétude provoquée par la crise sanitaire a engendré un comportement prudent des ménages et le taux d'épargne a atteint un sommet à 21.1% du revenu disponible alors qu'il était voisin, en moyenne, de 10% auparavant (10.4% en moyenne de 2014 à 2019). 

L'Allemagne a réussi à faire basculer son économie vers son marché intérieur et cela lui réussit plutôt bien. Le gouvernement allemand était pointé du doigt pour ne pas favoriser sa demande interne en ne relançant pas. Elle vient de le faire et cela marche bien.

Du côté des entreprises, les indices d'activité de l'IFO en Allemagne et du climat des affaires de l'Insee pour la France sont exactement au même point. Le cycle conjoncturel n'est pas très différent de part et d'autre du Rhin.

En d'autres termes, l'Allemagne et la France ont des profils très proches mais avec des différences liées à la durée des périodes de confinement, nettement plus courte en Allemagne et à une gestion de la pandémie a priori plus efficace outre-Rhin. 

Le "Kurzarbeit" (travail à temps partiel) permet à l'outil de travail de s'adapter à la demande. Mais ce système a besoin de subventions. D'autre part, il crée ce que l'article de Bloomberg nomme des entreprises "zombies" (il y en aurait plus de 500 000 en Allemagne). Mais ce phénomène existait il déjà avant la crise sanitaire ? Comment la seconde phase de relance peut-elle y remédier ?

L'instrument essentiel de la politique économique des pays européens, durant la crise sanitaire, a été la prise en charge par l'Etat du chômage partiel. Ainsi la baisse de l'activité ne provoque-t-elle pas de licenciements avec les coûts qui lui sont associés. En outre si le redémarrage de l'économie est rapide, les salariés au chômage partiel peuvent reprendre très vite leur emploi et aider ainsi fortement à l'accélération de la croissance. C'est ce mécanisme qui avait permis à l'Allemagne de repartir très vite en 2010 et de profiter à plein de l'aubaine créée par la reprise chinoise. 

La situation est un peu plus complexe lors de cette crise sanitaire puisqu'il n'y a pas d'impulsion majeure notamment du reste du monde. De ce fait, la fin du chômage partiel est très longue à se profiler puisque l'on ne connait pas l'allure de l'expansion dans les mois à venir ni sa structure. Sur ce dernier point, on constate que la reprise de l'activité n'est pas uniforme. Tous les secteurs ne bénéficient pas de la même façon de l'amélioration de la croissance. C'est le cas notamment des activités liées au tourisme. Pour les métiers associés à ces secteurs pénalisés, il est logique que l'Etat qui a décidé du confinement en tire les conséquences et continue de financer le chômage partiel tant que cela ne fonctionne pas bien. Cela solvabilise la demande et évite des ruptures sur le marché du travail. En France on a un système qui s'en rapproche. 

Cela fait-il pour autant de l'économie allemande une économie d'entreprises zombies ? Non assurément pas. Une entreprise zombie bénéficie de conditions décidées par l'Etat ou la BCE qui permet à celle-ci de se maintenir à flot alors qu'elle aurait dû être en faillite. La BCE offre des conditions financières très favorables et l'Etat finance le chômage partiel. Cela peut aider les entreprises. 

Certes l'apparition d'entreprises zombies indiquent une allocation des ressources pas très efficiente mais il y a des moments où il est difficile de faire autrement. C'est le cas notamment lorsqu'il y a un choc qui n'est pas économique mais qui met l'économie à genoux. Les ajustements ne sont plus tout à fait les mêmes que dans une situation "normale". Il existe probablement des entreprises zombies. Cependant on ne connait pas, a priori, la part de celles qui disparaitront, ni le pourcentage de celles qui seront sauvées par ce passage dans un état un peu particulier. Plutôt que de prendre le risque de tout casser, il est préférable de lisser l'ajustement.

Comment l'Allemagne appréhende-t-elle les changements économiques qui seront induits par les modifications structurelles de la société post-Covid ? 

L'Allemagne a changé de façon radicale sur la relance de l'activité et sur l'échelle de celle-ci. Le plan initié par Angela Merkel et Emmanuel Macron et repris par Ursula Von der Leyen en témoigne. Les Allemands n'attendent plus d'impulsion de croissance en provenance des USA ou/et de la Chine. L'Europe doit donc rendre sa croissance plus endogène en se donnant les moyens de dynamiser sa propre activité. C'est le cœur du plan de relance européen. Un tel plan qui montre la complémentarité des pays européens et la nécessaire coordination de leurs actions est un changement radical de l'Allemagne. L'Europe est au centre de ses préoccupations et de ses enjeux. C'est un changement structurel majeur. Cela va provoquer un rééquilibrage de l'économie pour qu'elle dépende moins de son commerce extérieur et davantage de la dynamique de son propre marché.

Autre indicateur défavorable : l'Allemagne se voit concurrencée par la Chine sur les machines-outils qui étaient un marché quasi hégémonique. Pourquoi les Allemands n'ont-ils pas anticipé ce rattrapage de la Chine ? 

Ce n'est pas une surprise pour les Allemands. Tous étaient conscients que la vente de machines-outils à la Chine ne serait qu'une étape avant d'être concurrencer par les machines chinoises. Cela ne les empêche pas de garder un secteur très compétitif mais qui n'a plus l'hégémonie d'avant. 

La spécificité allemande tient de la baisse de sa population active. Là aussi n'est-ce pas un trompe-l'œil économique…qui de surcroit rend aléatoire toute tentative de mimétisme ?

Ce n'est pas un trompe-l'œil. Mais c'est aussi un choix structurel de l'Allemagne si elle veut maintenir l'allure de son revenu par tête. Il faut qu'elle accepte l'arrivée d'une population étrangère pour continuer à faire tourner les usines. En 2015 l'afflux de réfugiés avait provoqué de forts mouvements politiques 

Ce défi démographique peut aussi être un accélérateur dans la transformation de l'économie. L'Allemagne est peu technologique mais l'économie de demain sera technologique, beaucoup plus qu'elle ne l'est actuellement. Si les Allemands veulent maintenir leur niveau de vie, il faut qu'ils acceptent ces changements et qu'ils intègrent et développent davantage la dimension technologique de leurs produits.  

Pour rester forte l'économie allemande doit donc accepter de se transformer en profondeur, d'accepter des travailleurs étrangers plus nombreux et d'agir en phase avec ses partenaires européens. C'est un sacré programme, un défi pour le gouvernement allemand et celui qui lui succèdera. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires